DSK : une interview trop bien préparée

Par Christophe Giltay dans Divers , le 20 septembre 2011 05h38 | 2 commentaires

 

La presse française est unanime, la prestation de DSK dimanche soir n’a pas convaincu. Elle a laissé aux commentateurs une impression artificielle, trop contrôlée, et au final le téléspectateur est resté sur sa faim, on ne sait toujours pas ce qui s’est vraiment passé dans la suite du Sofitel.

dsk-tf1

 

Je vous cite en  un extrait de la République du centre, un journal départemental mais dont l’éditorialiste Jacques Camus est régulièrement cité dans les revues de presse : «ce n’est pas à Claire Chazal, amie d’Anne Sinclair, qu’il appartenait de conduire cette “interview”, si l’on peut appeler ainsi le déroulé des questions obéissant à un plan préétabli. C’était manifestement trop “propre” et trop “calibré” pour que s’installe la moindre impression de spontanéité et de sincérité sur le plateau.»…

 

Un rôle bien répété.

 Voilà qui résume assez bien l’impression générale, de la presse française, parfois les articles attribuent à Dominique Strauss Kahn du panache, de l’aisance, voire un vrai de talent , « chapeau l’artiste » conclu le progrès de Lyon, mais personne n’a l’air convaincu. Libération va jusqu’à parler de faux pas quand DSK évoque un complot, qualifié par le journal d’invraisemblable scénario. Son numéro de mari repenti n’a pas non plus ému, c’est à se demander si ses conseillers n’ont pas confondu la France et les Etats-Unis. Ce genre de déclaration la main sur  le cœur, plait outre atlantique, souvenez vous de Clinton, en France on n’est pas dupe…

 

  

L’heure d’Hollande.

Deux jours plus tard la presse est en déjà à débattre des conséquences politiques et du mauvais coup qu’aurait fait DSK à Martine Aubry en révélant leur pacte secret sur la présidentielle, « si t’y va, j’y vais pas !  ». Mais est-ce si important ? Les sondages confirment jours après jours l’avance de François Hollande dans les primaires socialistes. Au delà du PS d’ailleurs François Hollande est désormais le politique préféré des français avec 51 % d’opinion favorables.

 

 

 Un coup de pub ?

Cette confession publique devant 13,4 millions de téléspectateurs, a-t- elle au moins mis un point final à l’affaire ? Pas sûr ! Kenneth Thompson l’avocat de Nafi Diallo parle de coup de pub :  « Ce n’était pas une vraie interview, mais un entretien avec une amie de sa femme, qui n’a posé aucune question difficile. C’était une plaisanterie. »…il donne rendez vous à l’ancien patron du FMI, lors des audiences du procès civil. Enfin Tristane Banon a annoncé que si son affaire était classée, elle se porterait partie civile, ce qui provoquerait automatiquement la nomination d’un juge d’instruction.

Au final s’il y a une chose empreinte de justesse dans cette interview c’est bien sa réponse, quand Claire Chazal lui a parlé de son avenir politique : On verra ! 

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

2 réactions à “DSK : une interview trop bien préparée”

  1. Je ne comprend pas que vous les journalistes vous instissiez pour que DSK vous livre ce qui c’est exactement passer dans la suite, il n’est pas fou quand meme,il doit passer au tribunal civil en amerique il ne va pas quand meme jouer son fric uniquement pour faire plaisir a une bande de chacals et a cette petite conne de banon et en plus il a fait tous ce qu’on lui reproche en 6 minutes ou 8 minutes ce qui représente une performance pour un homme de son age meme pas un jeune de 18 ans peut faire une chose comme cela.

  1. […] Si l’objectif des conseillers de DSK a été d’éviter à celui-ci de faire transparaitre trop d’émotions, alors l’exercice est réussi. Mais on peut alors se poser la question de la nécessité à passer devant les caméras pour cela. Si l’objectif était de convaincre les Français et de paraître authentique, alors l’exercice est clairement raté. L’écho de la presse est d’ailleurs unanime: l’exercice est qualifié comme trop bien préparé, tro…. […]