antalya temizlik şirketleri
antalya haber haberler antalya rent a car elektroniksigara
antalya rent a car
Antalya temizlik firmaları Antalya temizlik şirketleri

Un an après, Macron toujours en tête

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 avril 2018 07h35 | 2 commentaires

Malgré la grève des chemins de fer et les occupations dans les universités…Malgré les interpellations musclées dans la rue et au parlement européen, la situation politique d’Emmanuel Macron est plutôt bonne un an après son élection. Plus de 3 Français 10 seraient prêts à voter pour lui dès le premier tour de l’élection présidentielle, c’est plus qu’en 2017.

Pendant la seconde guerre mondiale en France, pénurie oblige, le régime de Vichy avait organisé des « jours sans » : un jour sans café, un jour sans vin un jour sans pain. Suivant cet exemple j’ai décidé d’instaurer dans cette chronique un jour sans…Un jour sans Emmanuel Macron !

Cette semaine c’était hier !

Et donc on reprend la saga du président le plus hyper actif de l’histoire moderne, plus encore que ne le fut Nicolas Sarkozy en son temps.

Cent fois sur le métier…

Vous avez peut être vu l’échange musclé entre le président et un député écolo belge au parlement européen. Mais Emmanuel macron c’est tous les jours qu’il monte sur le ring, et quand ce n’est pas à la télévision avec des journalistes, c’est dans la rue, avec des « vrais gens »,  comme dans la petite ville de Saint Dié des Vosges, où il a passé trois heures à répondre du tac au tac, y compris à ceux qui le traitaient de président des riches. Inlassablement il a martelé son discours, «  je mènerais les réformes jusqu’au bout, je veux que vous me compreniez, mais je n’admets pas qu’on me siffle dans le dos … »

Qui s’y frotte…

Quant à l’eurodéputé belge Philippe Lambert, qui lui avait offert une corde dans l’hémicycle,  pour qu’il reste le premier de cordée,  c’est lui qui a fini dans les cordes …

« Vous pouvez tenir des propos d’estrade car vous avez le confort de ce salon mais moi je n’ai pas le confort de ce lieu…Au nom du respect que j’ai pour la majorité au parlement et pour le Conseil constitutionnel, je ne peux vous laisser dire des bêtises, pardonnez-moi de ce terme. »

Reconnaissons-le ce n’est pas loin du style Sarko, sans que le langage est plus châtié…ici pas de karcher, ni de casse-toi…Pauv con… on est dans la bourgeoisie de province bien élevée.

Une communication super maîtrisée.

Juste un conseil à ceux qui voudraient tenter l’expérience, n’accordez pas comme Philippe Lamberts, le matin de l’assaut, une interview à Radio France où vous laissez entendre que vous allez en découdre, en développant vos arguments. Ses conseillers en communication sont au boulot dès quatre heures du matin et ils écoutent tout, pour préparer ce qu’on appelle des éléments de langage.  La réplique était prête à mon avis dès 6 heures …

La course en tête.

Cet activisme tous azimuts, doublé d’une force affirmée et réaffirmée est probablement à l’origine du bon sondage IFOP publié notamment par Paris Match. En cas d’élection présidentielle, Macron sortirait premier du premier tour avec 33 % des voix contre 24 % en 2017. Il devancerait Marine le Pen avec 23% et Jean Luc Mélenchon avec 16,5.

A noter qu’un an après leurs élections, Nicolas Sarkozy et François Hollande étaient respectivement à 28 et 21%…

Désolé pour ceux que ça barbe, à ce train-là je vais avoir du mal à faire deux jours sans Macron la même semaine.

Mais c’est promis je vais essayer !

Johnny : Comment Laeticia a trusté l’héritage

Par Christophe Giltay dans Divers , le 29 mars 2018 07h36 | 6 commentaires

On en connait un peu plus sur le mécanisme de la succession de Johnny Hallyday, le journal Libération a publié le statut du trust dans lequel tous ses biens ont été transférés dès 2014…Un complexe montage juridique qui n’a qu’un seul but assurer le train de vie de sa veuve Laeticia.

Jean Philippe Smet et Laeticia Boudou lors de leur mariage le 25 mars 1996.

L’affaire remonte au 11 juillet 2014 le jour où Johnny Hallyday signe le testament dans lequel il déshérite ses ainés David et Laura au profit de sa nouvelle famille, et surtout de son épouse Laeticia Boudou. Le même jour il constitue un trust appelé JPS, soit ses initiales Jean-Philippe Smet. Ce trust est une structure domiciliée dans l’Etat de Californie et destinée à loger tous ses biens – immobiliers, financiers ou musicaux – présents et futurs. Bref, tout ce qu’il possède, à l’exception des biens immobiliers situés en France.

L’ « entretien » de Laeticia

Une fois les droits de succession réglés, la mission des trusts consiste à assurer l’«entretien» de Laeticia jusqu’à la fin de ses jours : «Tous les intérêts de l’épouse survivante lui seront dévolus et elle en sera, de son vivant, la seule bénéficiaire.» L’objectif est couché noir sur blanc : «Subvenir à ses besoins» via des «versements échelonnés au moins une fois par mois».

Tout pour la chérie !

De ce trust initial, d’autres trust ont découlé, je vous passe les détails, l’un est dévolu aux impôts et aux droits de succession, un autre a pour but d’assurer l’avenir des petites filles Jade et Joy, et notamment de payer leurs études. Mais c’est bien Laeticia et Laeticia seule qui bénéfice des revenus de Johnny. Ses petites filles n’en disposeront qu’à son décès. Au cas où elles-mêmes décéderaient ce sont alors leurs propres descendants qui toucheraient l’argent. Bref  un subtile usine à gaz, dont les gestionnaires sont d’ailleurs inconnus (pour l’instant), car le trust n’est pas dirigé par Laeticia mais par un « trustee », un gérant du trust qui semble-t-il est une grand banque américaine. Laeticia est juste là pour empocher le pognon ! Toute cette structure a pour objectif d’écarter David et Laura mais aussi probablement le fisc français.

Droit français contre droit californien

Pour les ainés de Johnny, ce sera tout l’enjeu des prochaines audiences au tribunal de Nanterre : démontrer que le droit français l’emporte sur le droit américain, et que ces trusts sont illégaux. Ça parait difficile mais ils ont un argument: l’essentiel des revenus de Johnny est généré en France et en Europe…

Une tradition médiévale

Enfin dernière chose plus anecdotique, d’après Libération l’origine des trusts remonte au Moyen Age. Quand les chevaliers partaient en croisade, ils s’arrangeaient pour que leur famille puisse bénéficier de leurs biens en leur absence, provisoire ou définitive…

Si je me souviens bien, certains complétaient ces dispositions d’une ceinture de chasteté destinée à l’épouse.

Heureusement pour Laeticia, cette clause semble désormais tombée en désuétude…

Hommage national pour Arnaud Beltrame

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 mars 2018 07h56 | 3 commentaires

Le président Emmanuel Macron prononcera l’éloge funèbre du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame lors de son hommage national, qui pourrait avoir lieu dans la cour des Invalides. La famille du « héros de Trèbes » a tout de suite accepté l’organisation de cette cérémonie. La date reste à déterminer.

 

Selon l’entourage d’Emmanuel Macron, cet hommage a pour but, en plus de sa dimension « mémorielle », d’afficher la capacité de résistance individuelle et collective du peuple français. Car le lieutenant-colonel Beltrame est désormais un modèle. Non pas pour que tout un chacun trouve le courage de sacrifier sa vie, c’est bien sûr exceptionnel, héroïque, christique même. Mais pour que chacun retire de cet exemple la force de résister à ceux qui veulent semer la haine et le désordre dans nos sociétés.

La stratégie de la guerre civile.

En commettants de misérables massacres dans de petits supermarchés de province, les assassins de daesh espèrent briser l’unité de nos sociétés. Leur rêve serait de provoquer une guerre civile, que l’on se retourne contre les populations musulmanes pour se venger. Et ils ont beau de Paris à Londres en passant par Bruxelles, multiplier les attaques contre de simple citoyens, aux terrasses des restaurants, dans des salles de spectacles, dans le métro et les aéroports; contre des militaires en faction; contre des policiers à leur domicile; contre un prêtre dans son église, la guerre civile n’arrive pas, nous savons faire la part des choses.

Un combattant.

Au contraire on voit apparaître la figure lumineuse d’Arnaud Beltrame. Or Arnaud Beltrame ce n’était pas une brebis sacrificielle c’était un guerrier ! Major de promotion à Saint Cyr, ancien du GIGN, ancien commandant de la garde présidentielle à l’Elysée, décoré à plusieurs reprises, notamment de la croix de la valeur militaire, et de l’ordre national du mérite. Il est connu pour avoir déjà sauvé une vie, une otage en Irak en 2005 lors d’une opération dite de chuteur opérationnel, c’est-à-dire un parachutage depuis une très haute altitude.

Un sacrifice héroïque.

Et c’est cet homme, véritable combattant, qui s’est offert en sachant qu’il avait peu de chance de s’en sortir vivant. On sait désormais que le terroriste s’est acharné sur lui le blessant de plusieurs balles, avant de lui porter des coups de couteau à la gorge.

Les minables assassins de daesh croient qu’ils sont des martyrs, des héros, parce qu’ils tuent des employés de supermarché et des clients retraités.

Mais quand le vrai héros apparait celui qui donne sa vie plutôt que de prendre celle des autres, ils sont réduits à ce qu’ils sont …des lâches !

 

Métro : qui s’y frotte s’y pique

Par Christophe Giltay dans Divers , le 8 mars 2018 14h25 | Un commentaire>

Une des conséquences de la campagne #balancetonporc, est la plus grande attention portée par les policiers aux agressions sexuelles dans la rue et les transports en commun. Ainsi en Ile de France la BLAST ( la brigade de lutte contre les atteintes à la sécurité des transports) a fait de la lutte contre ces agressions une de ses priorités.

Quand elle a été créée la Blast avait surtout pour fonction de s’intéresser aux « vols à la tire », car on considérait que le principal danger dans les transports en commun c’était les pickpockets ou tout autre types de voleurs comparables. Jusqu’à l’année dernière, les arrestations pour harcèlement ne représentaient que 1% des arrestations pratiquées par la blast, autant dire que ce n’était pas une priorité. Seulement voilà les statistiques sont terribles 43 % des faits de violences graves contre les femmes ont lieu dans les transports, et en France 87 % des voyageuses déclarent y avoir déjà été victimes de harcèlement.

Filatures.

La brigade a donc reçu l’ordre de porter une attention particulière à ce qu’on appelle les « frotteurs », de hommes qui dans les bus, les trams et dans le métro se collent contre des femmes pour se masturber. Leur profil : tous milieux et toutes générations,  la blast en a arrêté qui étaient âgés de 12 à 86 ans. Pour les victimes c’est pareil des ados aux grands-mères. Les agents et agentes de la blast passent leurs journées à prendre les transports en commun par groupe de trois, habillés en civils, et ils observent. Souvent le frotteur a un comportement spécifique que les enquêteurs entrainés repèrent assez vite. Comme l’a dit l’un d’entre eux ce matin dans le Figaro : « Ces hommes vont rester debout, là où il y a le plus de monde, le regard dirigé vers le bas. On passe la journée à observer les gens, leur regard, les mains, le tour de la ceinture, à surveiller les comportements incohérents. Dès qu’on en trouve un bizarre, on va le prendre en filature. »

Peu de plaintes.

Parfois ils changent une ou deux fois de métro, reprennent la ligne en sens inverse jusqu’à ce qu’ils repèrent une victime. Quand ils passent à l’acte les policiers interviennent, le problème c’est que les victimes souvent hésitent à porter plainte : «  On n’interpelle pas sans l’accord de la victime…Certaines ne veulent pas porter plainte : pas le temps, honte, peur de recroiser cet homme un jour… Alors on essaie de les convaincre : la prochaine fois, l’auteur s’en prendra peut-être à une gamine… Tandis qu’une plainte nous permet de prendre son ADN, et il sera fiché. »…

Au bout la prison !

Le message qu’il faut faire passer et plus particulièrement le 8 mars, c’est que ce genre de comportement n’est pas une simple incivilité, c’est une véritable agression sexuelle. Ainsi en France ils risquent 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende. L’an dernier à Paris quarante et un d’entre eux ont été condamnés à des peines de prisons fermes… à bon entendeur salut !

 

Italie : victoire des populistes

Par Christophe Giltay dans Divers , le 5 mars 2018 08h25 | 2 commentaires

La Ligue et le Mouvement cinq étoiles sont les deux vainqueurs des élections législatives italiennes, sans pour autant qu’une majorité se dégage de ce scrutin. Quels enseignements tirer de ces premiers résultats peut-on dire que c’est un camouflet pour l’Europe ?  

 

Matteo Salvini, prochain président du conseil ?

 

Hier soir Marine le Pen, évoquant les élections italiennes, avait twitté : «  l’union européenne va passer une mauvaise soirée ». C’est bien ce qui s’est passé : ce matin on assiste à  la victoire des forces antisystème et eurosceptiques, aussi bien d’extrême droite que d’extrême gauche. Elles seront majoritaires en voix et en sièges après le décompte final. Après dépouillement de 2/3 des bulletins, les tendances étaient nettes, véritable défaite du parti au pouvoir le parti démocrate qui tombe à 20% et percée historique des populistes.

La Ligue et les étoiles.

Le premier parti d’Italie devrait être « cinq étoiles » le mouvement crée en 2009 par Beppe Grillo, mais la première alliance sera celle de la droite dure, réunissant Forza Italia de Silvio Berlusconi, la Ligue et le petit parti Fratelli d’Italia (Frères d’Italie), qui obtiennent quelque 37% des voix. A noter, et c’est la surprise, que dans cette coalition des droites, ce n’est pas Berlusconi, mais la Ligue, formation eurosceptique et anti-immigration, proche de Marine Le Pen qui est en tête.

Salvini informateur ?

Selon toute logique son chef Matteo Salvini, est en première ligne pour être choisi par le président de la République , Sergio Mattarella, pour un mandat exploratoire en vue de former un gouvernent. En Belgique on dirait un mandat d’informateur.

Cela dit bonne chance car ni l’alliance des droites, ni cinq étoiles ne disposeront de suffisamment de siège pour gouverner, et comme toute alliance entre eux est impossible, ce serait marier Mélenchon et Marine le Pen, l’Italie est ce matin ingouvernable. Les tractations pourraient durer des semaines, voire des mois. Un scénario à la belge façon 2010…

Europe mon désamour.

Reste le fond le message envoyé par les électeurs, c‘est un message clairement anti système, de droite comme de gauche. Et surtout un message anti européen, une situation jusqu’alors inimaginable dans un des pays fondateurs de l’Union. Je vous rappelle que le traité sur lequel l’Europe a été bâtie s’appelle le traité de Rome … De Rome ! Il a été signé au Capitole le 25 mars 1957.

Mais voilà, les Italiens autrefois europhiles convaincus, ont l’impression d’avoir été abandonnés par les autres européens notamment lors de la crise des migrants. 690.000 migrants ont été accueillis en Italie depuis 2013. En Europe hormis l’Allemagne qui en a pris sa juste part ? Et maintenant les Italiens se rebiffent !

Pas parce qu’ils sont anti -européens, parce qu’ils sont déçus par l’Europe.

Rwanda : la Belgique face à son histoire

Par Christophe Giltay dans Histoire , le 2 mars 2018 19h16 | 4 commentaires

La Belgique a rouvert le 2 mars une des pages les plus sombres de son histoire : son attitude pendant le génocide rwandais en Avril 1994. L’Etat belge et trois officiers, sont jugés au civil devant la cour d’appel de Bruxelles pour crime de guerre. Le 11 Avril 1994, les casques bleus belges qui protégeaient l’Ecole Technique Officielle de Kigali ont reçu l’ordre d’abandonner les 2000 réfugiés qui s’y trouvaient encerclés par les milices hutus. Une cinquantaine d’entre eux, seulement, ont survécu et certains de ces survivants réclament aujourd’hui justice.

En avril 2000 le Premier Ministre Guy Verhofstadt s’est excusé pour l’attitude des Belges durant le génocide rwandais. Le leader libéral qui n’était pas au pouvoir en1994 a toujours pensé que si les Belges avaient maintenu sur place leur contingent ils auraient pu sauver des centaines de milliers de gens.

Sur ordre de Dehaene

Le cas de l’école technique officielle ( ETO) n’est hélas qu’un exemple parmi d’autres… Les casques bleus belges ont reçu l’ordre d’évacuer leurs compatriotes et les ressortissants occidentaux, mais ont abandonné les Tutsis à leurs génocidaires. Jean Luc Dehaene le Premier Ministre de l’époque a assumé cette décision lors d’un précédent procès. Il estimait que la Belgique était un petit pays qui avait fait de son mieux et que la responsabilité revenait à l’ONU…

Le traumatisme des 10 paras

A l’époque l’opinion publique belge était en phase avec cette décision, même si l’image d’un para déchirant au poignard son béret bleu en arrivant à Bruxelles a marqué bien des esprits.
En fait les Belges avaient été traumatisés par le massacre, le 7 avril, premier jour du génocide, des 10 casques bleus qui assuraient la garde de la Première Ministre du Rwanda. L’objectif dès lors n’était pas de sauver les Tutsis rwandais, mais bien d’éviter d’autres morts belges. Quand les C 130 ont décollé de Melsbroek, ce n’était pas pour envoyer des renforts, mais pour rapatrier nos soldats et les coopérants.

Responsabilité

Il a fallu des années et notamment la tenue d’une commission d’enquête parlementaire, pour prendre conscience de la responsabilité belge dans ces événements terribles. Si Bruxelles avait décidé d’utiliser ses soldats autrement, il y aurait eu quand même de nombreux morts, et d’autres soldats belges auraient probablement été tués. Mais le génocide aurait pu être enrayé.

Sortir ou non de l’histoire ?

En 1994 on venait tout juste de sortir de la guerre froide, le mur de Berlin était tombé en 1989, et l’Union soviétique avait disparu en 1991. On parlait alors de « fin de l’histoire » et on imaginait une ère de paix perpétuelle où les conflits seraient gérés pacifiquement par « la communauté internationale ». Malgré la guerre en Yougoslavie certains pays, dont la Belgique, imaginaient que leurs armées n’assumeraient plus que des missions humanitaires ou de maintien de la paix.
La Belgique n’était plus prête au sacrifice de ses soldats, d’où cette réaction à Kigali : la fuite plutôt que le combat. ( Alors que les soldats étaient prêts à se battre.)

Au temps des attentats

Presque 25 ans plus tard le terrorisme islamique nous a remis violemment au cœur des réalités, il n’y a pas de paix perpétuelle et des militaires patrouillent désormais dans nos rues.
La Belgique assume à nouveau son rôle historique.
Mais pour les victimes de Kigali, il est hélas trop tard !

Johnny : Sylvie Vartan incrédule

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 février 2018 08h21 | Un commentaire>

Sylvie Vartan sur France 2, Jean Claude Camus sur RTL TVI, Jacques Dutronc dans « le Parisien », Jean Jacques Debout sur BFM TV. Ce weekend a été riche en interventions autour de l’héritage de Johnny Hallyday. Pour résumer on a l’impression qu’il y a eu plusieurs époques dans la vie Johnny et que c’est un peu le combat des « anciens » contre les « modernes »…

Johnny et Sylvie

D’abord les anciens , Sylvie Vartan a été très claire dimanche soir « J’ai beaucoup de mal à croire que l’homme que j’ai connu, aimé follement, ait pu réécrire son histoire, renier son sang et son histoire en déshéritant et en ne donnant pas le droit moral à ses enfants. Que ce soit Johnny Hallyday ou monsieur Dupont, c’est inimaginable la violence du reniement d’un père. Je ne crois pas que Johnny ait pu être capable de ça. »

Jacques Dutronc et Jean Jacques Debout.

Jacques Dutronc a été beaucoup plus sobre : « On ne déshérite pas ses enfants, ça ne se fait pas »…Même son de cloche chez Jean Jacques Debout  « Johnny m’a toujours dit un bien fou de ses enfants. Il les adorait, ses enfants n’ont pas compris. Dutronc, comme moi et Eddy Mitchell, ne comprenons pas du tout, du tout, ce qu’il s’est passé »  et l’auteur de « Pour moi la vie va commencer » rajoute : « Johnny était tellement fatigué, usé à la fin, il n’en pouvait plus. A mon avis, il n’a peut-être même pas lu le document. On lui a dit : ‘Signe là’ et il a signé. » C’est un peu ce que pensent tous ceux qui ont pris le parti de David et Laura : Johnny a été instrumentalisé par le clan Boubou …

Camus nuancé.

Mais ce n’est pas si simple ! Sur RTL TVI, dans « C’est pas tous les jours dimanche »,  nous avons reçu Jean Claude Camus qui fut pendant 35 ans son manager, avant de se brouiller avec lui puis de se réconcilier récemment. Jean Claude Camus n’a pas réellement voulu aborder la question mais il nous a fait une confidence : alors qu’il était encore en charge des affaires du chanteur il lui avait proposé de créer une fondation pour gérer son héritage et ses droits d’artistes en cas de malheur, et Johnny aurait répondu : « Je ne veux pas de fondation, ce sera Laeticia ».

Mille vies en une vie.

Il faut savoir que durant toute sa vie et ses presque 60 ans de carrière, Johnny  a  fait beaucoup évoluer son entourage. Jean Jacques Debout par exemple fut l’un de ses auteurs de jeunesse, mais il n’a rien écrit pour lui depuis 50 ans.  Sylvie fut la compagne iconique comme on dirait aujourd’hui, celle qui restera dans l’histoire. Mais depuis l’arrivée de Laeticia en 1995 elle voyait beaucoup moins Johnny qu’autrefois. Jacques Dutronc et Eddy Mitchell ses copains d’adolescence,  ils se sont connus à 15 ans, ont chanté avec lui jusqu’au bout, mais il ne leur a jamais rien confié sur ses différents testaments.  D’où la stupéfaction des deux « vieilles canailles », et notamment celle de Schmoll qui défend Laura dont il est le parrain…. Alors que Jean Reno lui défend le camp de Laeticia car il est le parrain de Jade…

Alors on verra ce que dit la justice.

Quant à la vérité… Allez savoir !

Dans la vie d’un homme, ou d’une femme, il y a souvent des vérités successives.

Johnny: abus de faiblesse ou trahison ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 14 février 2018 09h00 | 11 commentaires

On sait désormais que Johnny Hallyday a changé son testament en 2014. Dans la version précédente ses enfants Laura et David n’étaient pas déshérités. Mais visiblement le clan Boudou (nom de jeune fille de Laeticia) l’a emporté sur la famille Smet.

Dans le testament précédent, rédigé et enregistré en France, il était prévu qu’en cas de décès du chanteur un tiers de son patrimoine personnel et artistique revienne à Laeticia, les deux autres tiers étant répartis entre les quatre enfants, David, Laura, Jade et Joy. Mais voilà, en 2014 Johnny rédige en Californie un nouveau testament qui annule le précédent et donne tout à Laeticia. Des histoires comme ça il y en a plein les romans, plein les films et plein les tribunaux. Le vieux monsieur qui déshérite ses enfants au profit de la jeune femme qui s’est beaucoup occupée de lui dans ses dernières années. Il est vrai que la nature donne parfois aux jeunes femmes des arguments pour convaincre les vieux messieurs.

André Boudou

Vous allez me dire ce n’est pas si simple, ils ont vécu 22 ans ensemble et adopté deux enfants. Certes, mais depuis que Johnny a épousé Laeticia qui a trente-deux ans de moins que lui, la famille de cette dernière a joué un rôle très important dans les affaires du chanteur. D’abord le père André Boubou, un patron de boite de nuit installé en Floride qui devient en quelque sorte son conseiller. C’est lui qui le fait rompre en 2003 avec sa maison de disque Universal. C’est lui aussi qui l’embarque dans la création d‘une boite de nuit du côté de la gare Montparnasse à Paris, une affaire qui se terminera en faillite et en procès avec le fisc.

Elyette Boudou

André Boubou s’est éloigné depuis deux ans, mais Laetitia est désormais assez grande pour gérer le Johnny business enfin seule… C’est une façon de parler. La représentante légale des sociétés françaises du couple Hallyday, s’appelle Elyette Boubou, la mère d’André, la grand-mère de Laeticia. Quand son nom est apparu pour la première fois en 2012 sur les documents officiels, elle avait 79 ans, et n’avait jamais rien géré qu’un commerce près du cap d’Agde dans le sud de la France…Quant à Laetitia elle était officiellement la directrice artistique sur les deux derniers albums du chanteur. De quoi toucher des droits en son nom propre.

Laeticia Boudou

Bref depuis plus de 20 ans la famille Boubou a mis la main sur Johnny et ses revenus, et il aurait été surprenant qu’elle laisse filer l’héritage. La pression médiatique mise par Laura et David ces derniers jours pourrait inciter Laeticia à négocier, sinon un procès est possible. La justice française pourrait considérer que Johnny ne résidait pas vraiment en Californie. Si un détective devait étudier jour par jour son planning de 2017, on se rendrait compte qu’il était plus souvent en France qu’aux Etats Unis. A noter d’ailleurs qu’il repose en France, Saint-Barth c’est la France…

L’ombre de Léon Smet

Alors je ne sais pas si Johnny a été victime de ce qu’on appelle un abus de faiblesse, ou s’il a volontairement écarté ses enfants, mais il y quelque chose qui me gêne dans cette affaire…

Vous connaissez tous la blessure profonde que Johnny trainait depuis l’enfance, son abandon, peu après sa naissance, par son père belge Léon Smet. David et Laura ne sont pas des nourrissons, mais le fait de les déshériter, c’est symboliquement agir comme Leon Smet l’a fait avec lui…

Et là je vous avoue que j’ai du mal à y croire…

Alexia : crime passionnel ou féminicide ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 1 février 2018 08h20 | Un commentaire>

Revenons sur l’affaire Alexia, cette jeune femme tuée par son mari dans l’est de la France. Ces dernières 48 heures on a pratiquement assisté à l’enquête en direct, notamment à travers les déclarations des avocats à la télévision  alors que le mari n’était pas encore inculpé. Un peu comme si la justice se rendait sur la place publique et non dans les prétoires.

 

Alexia et Jonathann Daval

Alexia jolie blonde de 29 ans, disparait dans la région de Besançon le 28 octobre, alors qu’elle fait son jogging en forêt …C’est du moins ce qu’explique son mari Jonathann quand il donne l’alerte… Des battues sont tout de suite organisées, hélas deux jours plus tard on retrouve son corps dénudé et partiellement brulé sous des branchages. Le mari parait complément brisé, notamment lors d’une marche d’hommage le 5 novembre, en tête du cortège les parents d’Alexia doivent le soutenir …

Un avocat médiatique.

Pendant trois mois Jonathann va jouer le veuf éploré,  jusqu’à ce coup théâtre mardi quand il avoue avoir tué sa femme lors d’une dispute conjugale !  L’affaire déjà étrange le devient  encore plus car c’est l’avocat de Jonathann , Maître  Randall Schwerdorffer qui annonce à la presse que son client a avoué, avant même son inculpation par la procureure. Dans ses déclarations presque théâtrales l’avocat évoque un accident, un homicide involontaire.  Puis plus tard il expliquera qu’il y avait une relation dominant dominé entre Alexia et Jonathann, que la jeune femme exerçait une sortie de tyrannie sur son mari et enfin qu’elle prenait des médicaments contre l’infertilité qui avaient modifié son caractère à tel point que le couple se disputait souvent, parfois avec violence.  Il n’a pas encore  affirmé que Jonathann avait tué Alexia en état de légitime défense mais on n’en est pas loin…

Randall Schwerdorffer

Meurtre sur conjoint.

Sauf que Jonathan a bel et bien été mis en examen pour meurtre sur conjoint et pas pour homicide involontaire. L’avocat des parents d’Alexia , Maître Jean Marc Florand plus posé que son confrère , a expliqué  que les aveux de Jonathan n’étaient que partiel et qu’il  n’avait pas encore  expliqué un certain nombre de faits mis en évidence par l’enquête…  «  comment ce garçon, que rien ne prédestinait à ça qui n’a pas de double-personnalité, peut se lancer dans (la démarche de) déshabiller sa femme, la rhabiller en joggeuse, la transporter dans la nuit, sans éclairage, dans les bois, comment on peut en arriver à ça? Et lendemain faire sa matinée comme si de rien n’était ? » Par ailleurs les gendarmes lors des premières auditions ont constaté que Jonathann portait des traces de griffures et de morsures sur les bras. Alexia se serait défendue au point de se retourne les ongles… Pour l’avocat des parents il n’y a probablement pas eu préméditation, mais il s’agit bien d’un meurtre et pas d’un accident…

Une affaire symbolique ?

Cette hyper médiatisation de l’enquête, a provoqué une onde de choc dans la société françaises et des féministes notamment se sont emparée de ce cas pour dénoncer la stratégie de Randall Schwerdorfer. Il semble vouloir plaider le crime passionnel…Non disent elles ! Ce n’est pas un crime passionnel c’est un « féminicide » rappelant qu’en France tous les trois jours une femme meurt sous les coups de son conjoint.

Le futur procès de Jonathan Daval pourrait bien mettre cette problématique au cœur du débat. Car malgré les déclarations de son avocat, le mari d’Alexia, risque ni plus ni moins la détention à perpétuité.

Joe Kennedy III, l’anti-Trump

Par Christophe Giltay dans Divers , le 30 janvier 2018 08h27 | Un commentaire>

Donald Trump prononcera aujourd’hui son premier discours de l’Etat de l’Union devant le congrès américain.  Le parti démocrate a choisi pour lui répondre, une jeune représentant du Massachussetts dont on pourrait bien reparler lors de la prochaine élection présidentielle … Il est d’origine irlandaise, il est catholique, il est diplômé d’Harvard,  il porte une coupe de cheveux plutôt élégante, et il s‘appelle … Kennedy !   

Joe Kennedy III

 

Joseph Patrick Kennedy, dit Joe Kennedy III, car il est le troisième à porter ce nom, celui du patriarche Joe Kennedy, le mari de Rose, le père de JFK.  Je vous passe les détails de l’arbre généalogique de ce qui est un peu la famille royale  ses Etats-Unis.  Pour faire simple Joe III est  le petit-fils de Bob assassiné il y a 50 ans et donc le petit de neveu du président John Fitzgerald Kennedy.

Un air de famille.

Je vous avoue qu’il y a quelques semaine je ne le connaissais pas,  je l’ai découvert un soir ou je regardais sur une télévision américaine une manifestation devant la Maison Blanche en faveur des « dreamers » , ces jeunes étrangers nés aux Etats Unis, que Donald Trump veut priver de leurs droits. Il y avait un jeune orateur, un peu pâle, un peu roux et qui prononçait un discours en espagnol avec beaucoup d’aisance. Il était filmé de loin, mais dans la semi-pénombre il ressemblait étrangement à Ted Kennedy, l’ancien sénateur mort en 2009, le frère de Bob et de John.

 

John, Bob et Ted, mêmes sourires, mêmes coiffures

 

Premier de la classe.

Je me dis ce n’est pas possible !  Et, merci internet, en deux minutes je vérifie et je découvre Joe Kennedy III, 37 ans représentant du Massachusetts  depuis 2013. C’est actuellement le dernier des Kennedy à détenir un, important mandat politique, mais je vous rassure un de ses oncles est candidat au poste de gouverneur dans l’Illinois (élections le 6 Novembre) et une de ses tantes était encore il y quelques mois ambassadeur des Etats Unis au Japon. Son père Joe Kennedy II, très investi dan l’action humanitaire,  fut lui aussi représentant du Massachusetts pendant une quinzaine d’année… Comme dit le proverbe : bon sang ne saurait mentir !

2020 : Trump contre Joe III ?

Joe III c’est un Kennedy comme dans les films, diplômé de Cambridge, de Stanford et de Harvard,  jeune il fut travailleur humanitaire en Républicaine Dominicaine d’où son espagnol parfait. Catholique pratiquant il ne boit pas d’alcool, marié à une brillanter avocate il a deux enfants, un garçon et une fille. C’est lui déjà lui que le parti démocrate avait envoyé au feu pour défendre l’Obamacare contre Trump, mais la réponse au discours de l’Etat de l’Union ce sera le véritable début d’un match dont la finale pourrait bien se tenir dans trois ans lors de la prochaine présidentielle, on verra…

Pour tenter de dégommer l’incroyable Trump, le parti démocrate n’avait que deux solutions : Superman ou Kennedy !