Acheter une chaîne hi-fi en 2020, cela a-t-il encore du sens ?

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 5 janvier 2020 14h33 | Ajouter un commentaire

Le streaming s’impose à tous les étages de nos consommations numériques: musique, vidéo et même jeu vidéo. Dès lors, une chaîne hi-fi « traditionnelle », non connectée, semble être un choix bien mal averti pour s’équiper en 2020. C’est du moins ce qu’on est tenté de penser. Dans les faits, le Kombo 11 de Teufel que j’ai essayé durant deux semaines s’avère bien plus pertinents que prévu.

Les moins de 30 ans ne s’en souviennent sans doute pas, mais il fut un temps où chaque adolescent ne rêvait que d’une chose: installer une chaîne hi-fi dans sa chambre. A l’époque, parvenir, sur un même appareil (parfois très encombrant) à avoir une radio FM, un lecteur CD et un (double) lecteur de cassette était une petite révolution. Soufflait alors un sentiment d’indépendance et de liberté musicale…

La numérisation de notre société est passée par là et aujourd’hui, un smartphone et une petite enceinte Bluetooth ont remplacé tout ça. Mais pas pour tout le monde. A côté du ‘vinyle’ qui fait son grand retour, il y a encore des adeptes de la petite chaîne hi-fi, c’est-à-dire un élément central regroupant les lecteurs musicaux et l’amplificateur, et deux enceintes rectangulaires qu’on relie avec le câblage fourni.

Pour m’en convaincre et en comprendre l’intérêt, j’ai testé le Kombo 11 de Teufel, une marque audio allemande peu connue du grand public (et pour cause: elle ne vend que par correspondance depuis des dizaines d’années). Née en 1980 en développant des kits de construction d’enceintes, elle dit être « la première entreprise audio européenne de vente directe« . Cette filière de distribution atypique (la plupart des marques préfèrent passer par des grossistes importateurs qui fournissent les magasins spécialisés et les hypermarchés) est risquée mais le business semble stable pour cette entreprise berlinoise qui vend également des casques, des barres de son et des enceintes multiroom.

Un ensemble très compact et… le retour de la stéréo

Teufel a misé pour le Kombo 11 (299€) sur la compacité. L’ensemble mesure 17 cm (largeur) sur 8 cm (hauteur), pour une profondeur de 28 cm. Les enceintes mesurent 15 x 26 x 20 cm.

Bref, c’est très discret sur un buffet ou sur une étagère, et la finition est tout-à-fait correcte. Les enceintes sont placées traditionnellement dans un caisson en bois et recouvertes d’un cache en tissu acoustique amovible. Le tout est noir. A défaut d’être original, le design de ce kit est très passe-partout. Il y a un bouton pour à peu près toutes les fonctions et commandes possibles.

Une télécommande minimaliste est fournie et permet de diriger votre musique du doigt depuis votre divan. Son look a elle aussi sent bon les années 1990, mais à nouveau, ce n’est pas très important.

La puissance maximale des enceintes est de 80 watts. La qualité du son est irréprochable, propre, même si les basses manquent un peu de profondeur (mais c’est logique sur une gamme de prix si basse). Le plus important, c’est le retour de la stéréo, concept qu’on a tendance à oublier.

Effectivement, les enceintes réseau ou Bluetooth, le multiroom, c’est bien, mais c’est du mono. Or, la plupart des chansons sont en stéréo: certains détails de la musique ne s’entendent parfois qu’à droite ou à gauche, et cela influence sur l’expérience d’écoute.

Avec le petit kit abordable de Teufel, libre à vous de placer vos enceintes correctement (il y a 2 x 2 mètres de câbles). Idéalement, si vous avez une grande étagère dans le salon, vous mettrez la console au centre et les enceintes sur les extrémités. Assis dans le fauteuil, vous pourrez savourer la musique comme elle a été enregistrée.

Le CD et la DAB+

Le kit Kombo 11 se distingue également des toutes les enceintes intelligentes ou connectées par sa capacité à diffuser de la musique provenant de votre collection de CD ou des nouvelles antennes de la DAB+. Deux sources qui ne manquent pas d’intérêt…

Le CD, pour les plus jeunes qui me lisent, c’est ce disque brillant qui contient une quinzaine de chansons, dites parfois « plages ». Avant, c’était le seul moyen d’écouter facilement et rapidement la chanson qu’on voulait.

Le DAB+, c’est nettement plus moderne. C’est la radio « nouvelle génération », numérique et plus analogique. On ne capte pas mieux que la FM (j’ai pu le constater personnellement), mais en revanche c’est tout ou rien, ça ne « crachote » plus (il peut y avoir des coupures, par contre). On a un peu plus de choix de stations (voir les détails), mais hélas le petit écran type ‘réveil’ du Kombo 11 ne permet pas d’afficher les infos textes et images que la DAB+ permet pourtant d’envoyer.

Il y a également une connexion Bluetooth pour relier son smartphone et diffuser Spotify, par exemple. Et une entrée USB, pour ceux qui ont de la musique sur clé USB, donc.

Conclusion

La chaîne hi-fi a plus de sens qu’on l’imagine, même en 2020, même à l’heure de la dématérialisation (pour rappel, aux Etats-Unis, récemment, on a calculé que le streaming représentait 80% de l’écoute musicale).

Pourquoi ? Parce qu’une partie de la population a encore des CD chez elle. Qu’une autre partie a envie de capter la radio DAB+. Que certains tiennent à leur musique en stéréo. Que d’autres enfin préfèrent les boutons ou une bonne vieille télécommande, au lieu d’un smartphone, quand il s’agit de choisir une source musicale.

Quatre arguments que les enceintes Bluetooth, connectées ou intelligentes ne peuvent pas (ou rarement) offrir.

Alors certes, vous passerez sans doute un peu pour un « vieux » en montrant fièrement à votre entourage le Kombo 11 de Teufel. Mais quand vous leur aurez tout expliqué, ils ne pourront qu’obtempérer: la chaîne hi-fi, c’est cool…

Quant au prix de 299€, il me semble justifié vu les options, la qualité de fabrication et le rendu sonore très respectable du kit allemand.

Mon seul reproche: pourquoi ne pas avoir utilisé un écran plus lisible et plus clair ? Tout est limité à des caractères de type ‘réveil’ d’un autre âge, pratiquement illisible, et qui ne tirent nullement parti de ce que la DAB+ peut diffuser (texte et images).

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire