Tomb Raider est de retour : Lara Croft perd son décolleté, et c’est une très bonne chose

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 17 octobre 2018 19h04 | Ajouter un commentaire

Les #MeToo et #BalanceTonPorc ont eu des conséquences plutôt inattendues : les concepteurs du jeu vidéo Tomb Raider ont rhabillé Lara Croft, la célèbre aventurière connue pour ses tenues très moulantes et son décolleté qui n’a rien à faire dans un jeu d’action.

C’est une très bonne chose, d’autant plus que le jeu gagne encore en intensité et en beauté. Résumons rapidement : il y a quelques années, il y a eu un énième ‘reboot’ de la série. Une nouvelle trilogie débutait et se concentrait sur les origines de Lara Croft, sa jeunesse si on veut.

Après une île asiatique pleine de tempêtes, le grand froid et ses gardes immortels, Lara débute le dernier chapitre en Amérique du Sud, au Pérou, dans la jungle.

Ne vous attendez pas à une révolution dans le gameplay, car l’éditeur ne fait que l’affiner au fil des trois épisodes. Heureusement, celui-ci est diablement efficace, que ce soit dans les déplacements de Lara ou dans ses innombrables tueries de vilains mercenaires.

Le style ne change pas, mais il est propre aux jeux d’aventure modernes : Lara trouve un site historique bien caché, elle y dérobe malgré elle un objet précieux et puis, c’est le bordel.

Shadow of the Tomb Raider est cependant l’épisode le plus sombre de la série, car la plus célèbre des héroïnes de jeu vidéo provoque des cataclysmes, et c’est un peu de sa faute… Elle doit venir à bout du Docteur Dominguez, chef des Trinitaires, un genre de secte qui est l’ennemi fil-rouge de la trilogie.

Un savant changement de rythme

La nouvelle trilogie commencée en 2014 apportait une nouveauté : Lara devait survivre dans des environnements hostiles, explorer, découvrir. C’est un peu comme une trame parallèle à la quête principale (souvent, sauver le monde…), et qui amène un rythme différent, plus lent, mais très bien géré.

Avec son arc à flèche, Lara Croft doit tuer des animaux pour pouvoir se créer des tenues, débloquer des options d’armes, etc… Selon ses envies, le joueur va y consacrer beaucoup de temps pour également trouver tous les défis annexes (des ‘tombeaux’), ou zapper cette partie pour se plonger dans l’action.

C’est tellement beau que la magie opère à nouveau

Des phases de jeu plus traditionnelles qui sont assez nombreuses et très dynamiques. Et même si, comme on l’a dit, on évolue dans une thématique archi-connue, le jeu est tellement beau, les plans et les paysages tellement soignés, la bande sonore tellement adéquate, qu’on est happé par ce troisième opus de l’ère moderne de Tomb Raider, et qu’on ne veut plus éteindre la console.

Donc oui, Lara Croft est plus habillée qu’auparavant, mais c’est tout-à-fait normal et ça ne lui donne que plus de crédit en tant que jeune aventurière incroyablement courageuse et endurante.

Disponible sur PS4, Xbox One et PC pour environ 50€.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire