OLED, Android: les téléviseurs Philips ont-ils ressuscité ?

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Test , le 17 novembre 2017 15h57 | Ajouter un commentaire

Que devient le célèbre fabricant néerlandais, qui a complètement remanié sa stratégie TV en se faisant englober dans un grand groupe chinois il y a quelques années ? J’ai discuté avec Kelly Voordeckers, marketing manager de Philips / TP Vision pour la Belgique et le Luxembourg.

Le marché de la télévision n’est plus celui qui, il y a quelques années, rapportait des millions de dollars de bénéfice à l’industrie. Les modes de consommation des médias évoluent et sans surprise, c’est au niveau des smartphones que l’électronique grand public brasse le plus d’argent.

Dès lors, certains acteurs historiques ont vite perdu des plumes dans l’aventure. Sony, par exemple, a été contraint de mettre un terme à la fabrication de ses propres dalles: le Japonais achète depuis plusieurs années des écrans ‘nus’ et les assemble en TV.

Quant à Philips, il a fini par céder sa division TV au géant chinois de fabrication d’écrans, TPV Technology Limited, qui a créé pour l’occasion la société TP Vision, tout en gardant le nom Philips pour vendre ses téléviseurs en Europe, notamment.

OLED, Android, bon prix: tout pour plaire

Avant de discuter avec Kelly Voordeckers (marketing manager), on a essayé un des derniers modèles de la marque, la 55POS9002. De technologie OLED, cette grande télévision a forcément une excellente qualité d’image, avec des noirs très profonds et des couleurs très riches.

Philips a également eu la bonne idée, contrairement à Samsung notamment, de ne plus essayer de faire une interface à la fois pratique à utiliser et riche en contenus et applications. Il a intelligemment utilisé Android, le système d’exploitation de Google qu’on trouve surtout sur les smartphones et les tablettes. Les habitués de la marque retrouveront leurs repères sans peine, diffuseront facilement le contenu de leur smartphone et auront accès à toutes les applications possibles et imaginables (qui seront de plus régulièrement mises à jour). Philips n’a fait qu’y ajouter quelques applications spécifiques, et les menus de réglages.

Cette télévision de 55 pouces, très fines (toujours grâce à l’OLED), affiche de plus un prix presque raisonnable vu sa qualité: 1.999€, avec, nous a promis Philips, un cash-back de 200€ en cette fin d’année.

Une stratégie payante ?

Comme Sony et d’autres, Philips doit acheter ses dalles OLED à LG Display, une filiale très lucrative de LG, qui est l’unique propriétaire d’une technologie de fabrication révolutionnaire pour quelques années encore.

Son brevet pourra ensuite être exploité par d’autres marques, mais TPV Technology « n’a pas encore de plan concret par rapport à l’OLED« . La responsable marketing précise néanmoins que la qualité d’image d’une télévision, « c’est dû à 25% à la qualité de l’écran, et 75% à celle du logiciel et du traitement de l’image« , eux-mêmes soutenus par « une puce » maison.

De plus, la majorité des télévisions de Philips sont encore des LED traditionnels, et certaines sont dotées du traitement maison dit ‘Quantum Dot’.

Cela suffit-il à Philips pour afficher une bonne santé financière ? « Il a fallu du temps pour que les effets de la reprise de TPV se fassent sentir. Mais on est en croissance depuis 2016. En Belgique, on est N.2 avec 24% de part de marché (en volume)« .

Au niveau mondial, TP Vision se contente de 10%.

cof

cof

cof

cof

cof

cof

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire