antalya temizlik şirketleri
antalya haber haberler antalya rent a car elektroniksigara
antalya rent a car
elektroniksigara

La TV devient objet d’art, qu’on a envie de placer dans son salon

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Test , le 20 mars 2017 14h00 | Ajouter un commentaire

Les termes OLED, HDR et Quantum Dot ne vous parlent pas ? Tant mieux, car Samsung, le premier vendeur de TV dans le monde, a travaillé davantage sur le design et l’intégration de la TV dans le salon, plutôt que des pixels et de la technologie qui les anime. Nous étions au lancement de sa nouvelle série haut-de-gamme, baptisée QLED, à Paris.

La course aux pixels est enfin terminée: le plus gros avantage de cette TV, c'est son câble unique et transparent

Les télévisions sont un marché bien particulier dans le petit monde très agité des « nouvelles technologies ». Elles n’ont pas le rythme de sortie effréné des smartphones, qui chaque année amène des (petites) nouveautés – ce qui est surtout dû au fait que iOS et Android, les deux systèmes d’exploitation concurrents, se mettent à jour annuellement.

En télévision, on parle rarement de rupture au niveau des technologies, mais les constructeurs, marketing et concurrence obligent, jouent forcément des coudes pour convaincre les consommateurs qu’ils sont les meilleurs. Le marché est porteur, même en Belgique, où 700.000 TV sont achetées chaque année.

L’Ultra Haute Définition (UHD, soit 3.840 x 2.160 pixels au lieu de 1.920 x 1.080 pixels), dont on a déjà parlé, est une de ces tentatives un peu vaine de convaincre les utilisateurs de changer de télévision. Mais même après plusieurs essais, nous n’avons jamais vu de différences notables, à moins de se tenir à 1 mètre de sa télévision de 55 pouces (mais qui fait ça ?). Or, les Belges achètent de plus en plus de TV de 55 pouces: de 81.000 en 2015 à 120.000 en 2016 !

Mais même si l’UHD devient la norme petit-à-petit (« c’est 30% de nos ventes« , nous a confié Samsung, N.1 en Belgique), elle n’est pas un argument de vente pour le consommateur.

qled1
Chez Samsung, c’est QLED, et pas OLED

Samsung à contre-courant

Alors que de plus en plus de constructeurs (Sony et Philips viennent d’annoncer de nouveaux modèles) rallient LG et sa technologie OLED, considérée par les spécialistes comme celle offrant la plus belle image, Samsung préfère la réserver à ses smartphones dont les écrans sont clairement parmi les meilleurs.

En TV, il mise sur la technologie ‘Quantum Dot’, dont on vous passera les détails, mais qui globalement offre une très belle image, forcément. Pour la petite histoire, la nouvelle série de téléviseurs haut-de-gamme du géant coréen, QLED, présentée à la presse mondiale à Paris cette semaine, est la seule à reproduire un volume colorimétrique de 100%. Ce qu’on a retenu d’intéressant, c’est que cette nouvelle télévision ne contient pas de Cadmium, un composant nocif utilisé par la plupart des constructeurs.

Mais depuis le début, en fait, Samsung et ses concurrents prétendent chaque année offrir la meilleure qualité d’image grâce à une nouvelle technologie incroyable. Soyons clairs: il y a des petites différences et des petites améliorations régulières, mais le grand public n’a remarqué que deux choses sur les 20 dernières années: le passage du format 4:3 des gros téléviseurs cathodiques au format 16:9 HD des écrans plats, puis le passage de cette HD au Full HD (de 720 x 460 à 1920 x 1080 pixels).

metre
Lors de la conférence, l’accent était d’abord mis le côté pratique et le « câble invisible » de 15 m maximum

On arrête enfin de parler de pixels !

Certains constructeurs ont compris que cette course aux pixels et aux normes HDR n’étaient clairement pas la préoccupation principale du grand public. La preuve: Samsung, qui domine largement le marché mondial de la télévision, et arrive à 50% de part de marché en Belgique au niveau de la valeur (c’est-à-dire que la moitié de l’argent dépensé par les Belges en TV va chez Samsung), a donné un ton particulier à sa conférence de presse pour le lancement de sa nouvelle série haut-de-gamme baptisée QLED, à la mi-mars à Paris.

C’était la première fois que Samsung organisait un évènement et un lancement mondial pour une TV, et il a mis l’accent dès le départ sur le design, la personnalisation et le côté artistique de ses QLED. Le Coréen est parti d’un double constat: la plupart des foyers ont une TV dans le salon, et celle-ci est allumée en moyenne 4 heures par jour. Le reste du temps, elle trône éteinte et vu que sa taille grandit (la norme devient 55 pouces), elle est loin d’être discrète. De plus, si 80% des consommateurs voudraient la fixer au mur, seuls 20% d’entre eux le font effectivement.

Dès lors, les nouvelles Samsung sont conçues pour être très agréables à l’œil, de face, de côté ou de dos. Le constructeur parle de ‘Ambient Home Experience’, et de ‘Lifestyle’. Derrière ces noms se cachent une bonne idée: des supports / pieds à choisir, qui peuvent être des chevalets, de gros cônes recouverts de bois ou des pieds orientables.

cable
Réseau, HDMI, optique… tout est concentré dans ce câble relié à un boitier externe

Fini la salade de câble

Lors de la conférence de presse, Samsung a évoqué la ‘kabelsalat’ (salade de câble), un terme allemand qui représente bien ce que devient l’arrière de nos télévisions une fois que tous les appareils y sont reliés (décodeur, console, lecteur Blu-ray, etc).

Pour la série QLED, Samsung, après « trois ans de travail« , a mis au point un câble transparent de 1,8 mm d’épaisseur, et d’une longueur de 15 mètres maximum, reliant la télévision à un petit boitier extérieur (le One Connect qu’on a déjà vu sur des modèles précédents).

Il y a bien sûr encore le câble d’alimentation, mais cela limite à deux, dont un très fin et transparent, le nombre de fils sortant du téléviseur. Il est donc nettement plus simple de dissimuler tous ses appareils et ses câbles dans un petit meuble à côté, ou à l’autre bout du salon.

De plus, Samsung a prévu un montage mural plus discret, la fixation étant intégrée à la télévision, et le support mural étant très fin. Résultat, il y a très peu d’espace entre le mur et l’écran, et l’intégration est plus esthétique.

La série QLED sera commercialisée à la fin du mois de mars en Belgique, les prix commençant à 2.229€ pour le modèle 49 pouces. Il reste à espérer que ce câble invisible, ces pieds design et ce support mural discret seront déclinés pour les téléviseurs moins chers dans les mois/années à venir. « Si cela rencontre un certain succès, c’est possible« , nous a soufflé un responsable belge de Samsung en coulisse.

frame
« The Frame », la télévision qui devient cadre d’oeuvres d’art numérisées, son écran adoptant des réglages spécifiques dans ce mode

Un cadre numérique de 55 pouces !

Samsung a décidé d’aller encore plus loin, avec sa série Frame, qui sera commercialisée un peu plus tard (fin mai). La télévision (qui ne sera pas une dalle QLED mais un dalle UHD un peu plus simple), peut se transformer en cadre (d’où le nom Frame) et afficher des œuvres d’art ou des photos dans votre salon.

Equipée d’un détecteur de mouvement et de luminosité ambiante, elle affichera du contenu quand il y aura des gens présents dans la pièce, et avec une intensité variable – le but étant de ressembler à un tableau.

Lors de l’évènement, nous avons du nous rapprocher à quelques dizaines de centimètres pour nous rendre compte qu’il s’agissait effectivement d’une télévision et non d’un tableau.

La télévision Frame, vendue un peu plus de 2.000€ en 55 pouces, aura des encadrements en options (bois, couleurs, motifs, etc) vendus 200€. Elle sera vendue en Belgique dans les magasins de décorations, ceux de Vitra en tête, qui proposent déjà actuellement la Serif TV de Samsung, premier percée du constructeur dans la déco…

 

elegance
Un design aussi soigné de derrière que de devant. Notez l’unique sortie des deux câbles, intégrée dans le pied.

pieds
Différents pieds en options, qui camouflent eux aussi la sortie des deux uniques câbles

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire