En ce moment

Mais où veut en venir Nokia avec son N9 ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 21 juin 2011 14h58 | Ajouter un commentaire

n3La stratégie de Nokia en matière de smartphone est décidément étonnante. On sait que le constructeur finlandais, « ancienne » gloire de la téléphonie mobile – même si il vend encore des millions de téléphones basiques, va adopter le système d’exploitation (l’interface) de Microsoft, baptisé Windows Phone Mobile, pour ses smartphones. Cette alliance annoncée depuis plusieurs mois, et qui devrait accoucher du premier Nokia-Windows pour fin 2011, est essentielle pour le constructeur, qui ne cesse de perdre des parts de marché depuis l’arrivée de l’iPhone et des téléphones utilisant l’Android de Google.

En attendant, et c’est là que ça devient compliqué, Nokia continue de sortir et de promouvoir des téléphones haut de gamme tournant sous des systèmes (Symbian) dont il reconnait tacitement les défauts, vu le virage opéré avec Microsoft. La faute, sans doute, à un planning à long terme et à des développements trop avancés pour faire marche arrière.

MeeGo, et de trois…

Dans ce brouillard commercial, Nokia a annoncé, mardi, la sortie du N9, tournant sous… MeeGo, un autre système d’exploitation (!), développé avec Intel, et qui devait remplacer Symbian avant le partenariat avec Microsoft. Nokia communique donc actuellement, et fait travailler ses développeurs, sur 3 systèmes d’exploitation différents. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Reste que le N9, prévu pour sortir d’ici la fin de l’année, est un nouvel OVNI dans la planète smartphone. Outre un appareil exclusivement tactile (plus de bouton, donc), le futur smartphone de Nokia présente une architecture « unibody » qui rappelle les iPod Nano d’Apple. Ses caractéristiques techniques étant classiques, le N9 se démarquera essentiellement par son OS, MeeGo 1.2 donc.

L’interface a l’air plutôt sobre, et moins brouillonne que celle de Symbian. Le N9 aura trois écrans d’accueils : un avec des widgets mises à jour en permanence, un panneau d’application classique et un dernier qui affiche, les unes derrière les autres, les applications ouvertes (genre multi-tâches).

Conclusion

Difficile de dire ce que vaudra cet OS. Mais vu qu’il accèdera à l’OVI Store, l’actuelle boutique d’applications pour le moins indigeste de Symbian, on craint le pire. D’autant qu’il sortira après l’arrivée, en automne de iOS 5, la nouvelle version des smartphones et tablettes d’Apple, qui va combler plusieurs absences de la marque à la pomme (synchronisation dans les nuages – iCloud, gestion avancée des notifications… pour l’essentiel).

Laisser un commentaire