SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Archives du juin, 2011

iPhone 5: le point sur les dernières rumeurs

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 22 juin 2011 09h44 | Un commentaire>

iPhone 5Depuis qu’Apple a fait l’annonce officielle de iOS 5, la nouvelle version du système d’exploitation qui anime les iPhone, les iPad et les iPod Touch, tout le monde attend le nouveau smartphone à la pomme.

Du moins, c’est ce que laissent supposer les dizaines de sites consacrés exclusivement à l’iPhone 5, souvent des attrape-clics, révélateurs d’une forte demande via les moteurs de recherche.

Et des centaines de rumeurs qui, pour les produits Apple mais plus encore pour l’iPhone, sont un publicité constante et gratuite. Un plan de communication unique, et qui fait rêver tous les dirigeants d’entreprise.

Quelles sont les dernières rumeurs ?

Ces derniers jours, les prévisions des plus ou moins bien informés sites spécialisés, ont pris une nouvelle tournure. L’iPhone 5 serait un vrai nouveau smartphone, et non un iPhone 4 légèrement plus rapide.

Le site BGR, citant une « source de confiance », évoque donc un smartphone complètement revu esthétiquement, et qui serait annoncé au mois d’août, et non en septembre, comme initialement prévu.

Ce nouveau design, certains sites l’imaginent en forme de goute d’eau, semblable à la finesse du MacBook Air. D’autres parlent d’un écran sans bordure à droite et à gauche, en position verticale.

En même temps que iOS 5

Bloomberg y va également de sa prévision, restant dans le classique: un nouvelle caméra plus performante, un processeur A5 nettement plus véloce et une sortie en septembre, parallèlement à iOS 5.

Enfin, pour certains, l’iPhone 4 va perdurer en tant que modèle « bon marché », tandis que l’iPhone 5 serait complètement neuf, comme on a pu lire plus haut.

Si ces rumeurs vous agacent, sachez qu’elles ne font pourtant que commencer… L’été sera chaud !

Mais où veut en venir Nokia avec son N9 ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 21 juin 2011 14h58 | Ajouter un commentaire

n3La stratégie de Nokia en matière de smartphone est décidément étonnante. On sait que le constructeur finlandais, « ancienne » gloire de la téléphonie mobile – même si il vend encore des millions de téléphones basiques, va adopter le système d’exploitation (l’interface) de Microsoft, baptisé Windows Phone Mobile, pour ses smartphones. Cette alliance annoncée depuis plusieurs mois, et qui devrait accoucher du premier Nokia-Windows pour fin 2011, est essentielle pour le constructeur, qui ne cesse de perdre des parts de marché depuis l’arrivée de l’iPhone et des téléphones utilisant l’Android de Google.

En attendant, et c’est là que ça devient compliqué, Nokia continue de sortir et de promouvoir des téléphones haut de gamme tournant sous des systèmes (Symbian) dont il reconnait tacitement les défauts, vu le virage opéré avec Microsoft. La faute, sans doute, à un planning à long terme et à des développements trop avancés pour faire marche arrière.

MeeGo, et de trois…

Dans ce brouillard commercial, Nokia a annoncé, mardi, la sortie du N9, tournant sous… MeeGo, un autre système d’exploitation (!), développé avec Intel, et qui devait remplacer Symbian avant le partenariat avec Microsoft. Nokia communique donc actuellement, et fait travailler ses développeurs, sur 3 systèmes d’exploitation différents. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Reste que le N9, prévu pour sortir d’ici la fin de l’année, est un nouvel OVNI dans la planète smartphone. Outre un appareil exclusivement tactile (plus de bouton, donc), le futur smartphone de Nokia présente une architecture « unibody » qui rappelle les iPod Nano d’Apple. Ses caractéristiques techniques étant classiques, le N9 se démarquera essentiellement par son OS, MeeGo 1.2 donc.

L’interface a l’air plutôt sobre, et moins brouillonne que celle de Symbian. Le N9 aura trois écrans d’accueils : un avec des widgets mises à jour en permanence, un panneau d’application classique et un dernier qui affiche, les unes derrière les autres, les applications ouvertes (genre multi-tâches).

Conclusion

Difficile de dire ce que vaudra cet OS. Mais vu qu’il accèdera à l’OVI Store, l’actuelle boutique d’applications pour le moins indigeste de Symbian, on craint le pire. D’autant qu’il sortira après l’arrivée, en automne de iOS 5, la nouvelle version des smartphones et tablettes d’Apple, qui va combler plusieurs absences de la marque à la pomme (synchronisation dans les nuages – iCloud, gestion avancée des notifications… pour l’essentiel).

L’application Facebook officielle arrive bientôt sur l’iPad

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 17 juin 2011 14h03 | Ajouter un commentaire

ipadtnCela fait plus d’un an que l’iPad est sorti. Malgré le succès commercial de la tablette d’Apple, il n’existe toujours pas d’application officielle Facebook: les (très nombreux) utilisateurs du plus grand réseau social au monde doivent se rabattre sur des développeurs tiers, comme MyPad ou Friendly (avant).

Des applications qui ne sont pas toujours optimisées, et dont le fonctionnement est parfois trop lointain, graphiquement comme ergonomiquement, de l’utilisation de Facebook sur un navigateur traditionnel.

Dans un avenir proche

Vu le succès colossal de l’application officielle Facebook sur iPhone, il est étonnant que Mark Zuckerberg (le patron de Facebook) tarde à ce point à sortir une version exploitant l’iPad. Selon certaines sources, ce vide devrait être comblé « dans les semaines à venir », sans avancer de date précise. « L’expérience photo et vidéo serait exceptionnelle », selon le N-Y Times.

L’une des raisons pour lesquelles cette sortie est si tardive, c’est la petite guerre à distance que se livrent les géants du web et du multimédia. Facebook et Apple font partie de ces entreprises qui changent les habitudes des consommateurs, et leur en donnent de nouvelles. Pas étonnant, dès lors, qu’il y ait des batailles en coulisse, des négociations secrètes, des absences étonnantes, etc.

Pour preuve, cette réponse du patron de Facebook à la question d’un journaliste :

iCloud: Apple se met aux nuages, mais ne les invente pas

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 7 juin 2011 05h30 | 5 commentaires

imageglobe-27528417Steve Jobs, l’homme fort d’Apple, a dévoilé lundi soir un service gratuit de stockage de données en ligne: iCloud (cloud signifiant nuage). Il permettra aux utilisateurs d’entreposer chansons, photos et autres documents sur ses serveurs, prolongeant sa « grande idée » de l’ère de l’après-PC. Le principe n’est pas vraiment neuf: Google, par exemple, vous permet de stocker des photos et d’autres documents en ligne depuis quelques années, gratuitement (Picasa et Google Doc). Sans oublier vos Gmail et votre calendrier.

Ce qui est nouveau, et ce qui sera soigné à la mode Apple, c’est la forme: iCloud sauvegardera toute une série de fichiers dans ses « nuages« , avant de les synchroniser (de les « envoyer ») sur vos différents appareils, que ce soit un iPhone, un iPad, un iPod Touch ou même votre Mac. De manière différente, et paramétrable, selon les capacités de l’appareil.

Cette nouveauté est une pierre angulaire de l’évolution logicielle d’Apple, critiqué depuis longtemps car iTunes, son logiciel musical, était un passage obligatoire pour communiquer avec son iPhone/iPad/iPod. Un logiciel plutôt verrouillé, qui deviendra maintenant accessoire car une partie des données à synchroniser transitera directement par les serveurs d’Apple, qui communiqueront avec votre téléphone/tablette quand ceux-ci seront en Wi-Fi et en charge. Volonté avouée de contrer le « tout gratuit » de Google: iCloud sera gratuit, avec 5 GB de stockage en ligne. On est loin des 80 euros annuel de Mobile Me, l’ancêtre d’iCloud, qui offrait moins de services. iCloud (et iOS5) sortiront « en automne ».

Les centres numériques transférés

Il ne faut donc pas voir iCloud comme une révolution, ni comme la « nouvelle grande idée » d’Apple, mais plus comme un pas important de la marque vers l’informatique dématérialisée. Un fameux tournant pour Apple, qui a toujours privilégié son iTunes – ou son MobileMe, l’ancètre payant de iCloud.

« iCloud stocke vos données dans le nuage et les envoie immédiatement sur tous vos appareils« , a expliqué M. Jobs aux programmeurs qui participaient à la Worldwide Developers Conference, organisée par Apple. « Nous allons transférer les centres numériques vers le nuage« , c’est-à-dire sur internet, a-t-il poursuivi, pour expliquer le nom du service.

L’informatique dématérialisée permet aux utilisateurs de stocker leurs données sur les serveurs d’une entreprise prestataire, comme Apple, et d’y accéder par internet. Entreprises et particuliers auront donc besoin de moins de capacité de stockage, alors que ces données seront sauvegardées ailleurs que sur leur disque dur, ce qui peut être utile en cas de panne ou de vol. Il a souligné qu’une chanson téléchargée sur un téléphone iPhone serait ainsi disponible sur la tablette iPad du même utilisateur sans qu’il ait à synchroniser ses appareils. Les données stockées sur les serveurs d’Apple seront sauvegardées une fois par jour. « Si vous perdez votre téléphone, rachetez-en un, tapez votre code d’accès et votre mot de passe, et tout sera là« , a-t-il décrit.

« C’est la première fois que nous voyons ça dans l’industrie musicale: plus de facturation pour les téléchargements multiples sur différents appareils« , a-t-il fait remarquer. « Nous offrons ce service gratuitement et cela nous enthousiasme« . Un service qui n’est pas vraiment une révolution: les musiques téléchargées sur iTunes peuvent déjà être transférées sur votre iPhone et votre iPad, par exemple. A nouveau, c’est la forme qui change.

Un nouvel OS pour Mac: Lion

Le directeur mondial du marketing produit d’Apple, Phil Schiller, a pris la suite de M. Jobs pour vanter Lion, le nouveau logiciel d’exploitation des ordinateurs Macintosh. L’une de ses caractéristiques est l’ »air drop » (transmission aérienne), qui permet aux utilisateurs d’ordinateurs Macintosh d’échanger des documents avec d’autres utilisateurs de « Mac » à proximité à travers un réseau sans fil de postes-à-postes (P-to-P).

Lion sera disponible par téléchargement en juillet pour 29,99 dollars, bien moins que les 129 dollars demandés pour les versions précédentes du logiciel.

imageglobe-27528419Les iPad enfin indépendants

Scott Forstall, l’un des responsables du logiciel d’exploitation pour smartphones iPhone, iPad et iPod Touch, est lui aussi monté sur scène pour décrire en détail iOS 5, la nouvelle version du logiciel, qui offre 200 nouvelles caractéristiques. M. Forstall a dit qu’Apple avait vendu plus de 200 millions d’appareils mobiles fonctionnant avec le logiciel iOS et que plus de 14 milliards d’applications avaient été téléchargées à partir du magasin d’applications App Store.

Une grande nouveauté de cet iOS 5: les notifications, enfin prises en compte. Apple s’est inspiré de ce qu’il se fait dans la communauté Jailbreak (ceux qui proposent un marché d’applications alternatif pour les appareils « déverrouillés ») et sur Android, l’OS de Google équipant de nombreux smartphones.

Ces notifications seront désormais centralisées dans un seul endroit, que vous pourrez consulter à tout moment, en glissant simplement votre doigt en haut de l’écran, vers le bas. Quand votre écran est verrouillé, vous pourrez tout de même accéder aux notifications (listées, non affichées), et même vous rendre directement sur l’une d’entre elles en la déverrouillant. Une bonne idée.

Scott Forstall a également insisté sur le fait qu’un PC ne serait plus nécessaire pour activer un iPad et pour les mises à jour de logiciel, qui pourront se faire sans fil. Ce qui rendra enfin indépendant l’iPad, auparavant presque inutilisable sans un ordinateur pourvu d’iTunes.

(Avec AFP)