En ce moment

Et Google se mit au trafic…

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Pratique , le 8 mars 2011 15h59 | Un commentaire>

Nouvelle offensive de Google sur le marché des « services supplémentaires ». Dans la guerre que se livrent les deux plus gros opposants actuels en matière de smartphones, tablettes et des systèmes d’exploitation (interfaces) qui les animent, Google vient d’avancer un pion en direction d’Apple, en proposant gratuitement l’état du trafic sur son application (gratuite elle aussi) de cartographie et de navigation.

On connait la puissance de Google, lui qui offre une quantité impressionnante de services en ligne. Tout a commencé avec le moteur de recherche, avant d’offrir la messagerie révolutionnaire (pour l’époque, en avril 2004) Gmail, la consultation de fichiers en ligne (documents, tableaux, présentations), la gestion et le partage des photos (Picasa), la cartographie et les itinéraires (Google Earth et Google Maps), … et bien d’autres choses ayant connu plus ou moins de succès. Mais étant à chaque fois gratuites, Google se payant sur les liens sponsorisés, les « Ads », etc.

Version béta

Le dernier né: l’info trafic. Elle s’intègre dans Google Maps, plutôt bien d’ailleurs, d’après ce que j’ai pu voir sur New-York. C’est une version beta, qui n’est pas (encore) valable pour Bruxelles, par exemple. Mais ça devrait venir. Bien entendu, cette base de données dont je ne connais pas l’origine (si ce n’est la prise en compte de l’historique des perturbations) servira à l’application Google Maps Navigation disponible pour les téléphones Android. Ce logiciel faisant GPS s’enrichit donc d’une fonction trafic. Ces informations sont transmises par l’abonnement « data » de votre smartphone. Si vous l’utilisez, assurez-vous donc de la durée de vie de votre batterie et du montant de données (par exemple, avec Allo RTL, vous avez 10 MB/mois inclus dans les abonnements plateau) que vous pouvez télécharger par mois.

Un concurrent: Tomtom

Cette fonction, accessible donc sur un navigateur classique, est en concurrence directe avec celui de Tomtom, qui offre ce service gratuitement en ligne, et le répercute (contre des euros) sur les GPS. Tomtom, cependant, n’a pas d’ambitions annoncées de se mêler à la guerre des smartphones/tablettes, même si son nom pourrait vendre. Garmin, avec Asus, s’est essayé avec un certain succès avec les nuvifone A10 et A50 (smartphones-GPS sous Android), disponibles en Belgique pour un prix très raisonnable (moins de 200 euros).

Preuve que l’info trafic n’est pas une chose aisée ni une science exacte, les cartes de Tomtom et celles de Google, prises à la même heure pour New-York, sont bien différentes (voir ci-dessous). Google explique sur son blog que son algorithme se base également sur l’historique des embouteillages.

Le trafic selon Tomtom

trafictomtom

Le trafic selon Google

trafic

Laisser un commentaire