SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Jeu vidéo : Killzone 3 en test et quelques previews

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 22 février 2011 23h00 | Ajouter un commentaire

killzoneKillzone, c’est une référence de la PS3. Vendu en pack avec la console il y a quelques années, le deuxième épisode était le porte étendard technologique de la console la plus puissante du marché. Avec le 3e opus, il fallait donc innover car les entrailles de la console n’ont pas changé. Du coup, on intègre les deux derniers gadgets de Sony: le PlayStation Move (jeu en mouvement) et la 3D.

Killzone, c’est la guerre. Ce n’est pas un FPS (tir à la première personne) bourrin ou des commandos anti-terroristes effectuent quelques missions héroïques pour sauver des touristes. Killzone, c’est la guerre, la vraie. Brutale, froide et réaliste. Pas très joyeux, donc, d’autant que les environnements futuristes et apocalyptiques sont dans la même veine, même si les graphismes sont à nouveau d’une très grande qualité. C’est l’autre force du jeu: une réalisation exceptionnelle, sans faille, laissant la place à la stratégie (choix des armes, déplacement) et à l’adresse du joueur.

Le scénario n’a rien de terrible, par contre. Sachez que cela commence par la mort de Scolar Visari, le chef des Helghast, l’ennemi de toujours de l’ISA, l’Alliance Stratégique Interplanétaire, que vous représentez depuis le premier épisode sur PlayStation 2. S’ensuivent des flashbacks et flashforwards, entrecoupés de missions.

Si la 3D apporte une belle profondeur (et donc un peu d’immersion), l’utilisation de la manette de détection de mouvement (PlayStation Move) avec le contrôleur associé (ou la manette de la main gauche), est assez difficilement jouable. C’est plus précis pour viser, mais les déplacements s’avèrent très approximatifs. Killzone 3 est donc un FPS à la réalisation parfaite, à l’ambiance stressante et pesante (très immersive… on est parfois oppressé). Mais qui s’adresse à un public averti, ou aux fans du genre.

daShowcase de suites à Amsterdam

En marge de ce gros blockbuster qui sort très bientôt, j’ai été lundi à Amsterdam pour le showcase d’Electronic Art, un des grands noms du jeu vidéo. Au sommaire: la prise en main de quelques sorties de printemps comme Dragon Age 2, Portal 2, Need for Speed Shift 2, Crysis 2… Beaucoup de suites, donc, dont la presse a pu essayer des démos en primeur. Rien de transcendant pour Dragon Age 2, que vous pouvez télécharger par ailleurs en démo vous aussi dès aujourd’hui sur plusieurs plateformes.

En revanche, Shift 2 Unleashed m’a laissé une bonne impression. Need for Speed veut se faire un nom dans la simulation et avec les titres qu’il vient de sortir, comme Hot Pursuit II, on avait du mal à le croire. Et pourtant, c’est bien vrai, Shift II prolonge l’idée du premier épisode, et devient une simulation concurrente de Gran Turismo 5, par exemple. Sauf que Shift II gère les dégâts, et le fait très bien. L’impression de vitesse de la démo est excellente. Pour les novices, il y a des assistances à la conduite…

Le reste, hélas, je n’ai pas eu le temps de l’essayer, les sessions étant personnalisées et limitées… Oui, je sais, tout ça pour ça…

Laisser un commentaire