Urgent

Waasland-Beveren - Anderlecht: suivez le SCORE EN DIRECT

Archives du janvier, 2011

Jeu vidéo: Mass Effect 2 s’invite sur PS3, et il fait bien

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 31 janvier 2011 18h13 | Ajouter un commentaire

me2La franchise Mass Effect est éditée par Electronic Arts et développée par Bioware. Jusqu’à présent, elle ne concernait que les possesseurs de Xbox 360 (et de PC). Le deuxième volet est désormais accessible aux joueurs de PlayStation 3.

Je ne connaissais pas cette série, pour être honnête, et dès lors, je m’inquiétais d’être plongé correctement dans l’histoire de ce jeu de rôle dont le théâtre est un futur très lointain, avec voyages galactiques, planètes exotiques et manoeuvres politiques intersidérales. Bref, on n’est pas loin de l’univers d’un Star Wars.

Heureusement pour les incultes comme moi, le début du jeu est une remise en contexte générale de l’histoire, qui dure son petit quart d’heure. Trop long ? Pas vraiment, car le comics qui vous l’explique est bien foutu, et qu’il faut faire quelques choix qui orienteront la suite de votre progression.

Après, vous incarnez le commandant Shepard qui se réveille après deux ans de « coma » et de réparation. Et là commence votre longue quête, dont je ne peux vous parler sans spoiler la riche trame du scénario, l’un des points forts du jeu. Les univers sont riches et variés, tout comme les combats. Avec sa vue typique (à l’épaule), le jeu ne manque pas d’action et de scènes de combat.

me1Commando

Particularité: vous menez un « commando » composé de plusieurs acolytes, qui vous suivent et se battent seuls, mais auxquels vous pouvez assigner des ordres de combat spécifiques, en fonction de leur spécialité. Cela paraît compliqué au premier abord, mais vous comprendrez vite le truc. La visée semi-automatique (bienvenue lors d’un contrôle au joystick) est bien calibrée, ni trop simple, ni trop compliquée. Les pouvoir spéciaux sont très variés, et progressifs. Jeu de rôle oblige, il y a de l’expérience à acquérir et des compétences à développer.

D’un côté, Mas Effect 2 me fait penser à un Uncharted: le scénario est plutôt linéaire, tout comme le déroulement d’une mission. Il n’y a pas d’autres choix que de se débarrasser des méchants pour atteindre son objectif. D’un autre côté, les possibilités de combats, les armes, les pouvoirs, les univers (plusieurs galaxies, tout de même…) sont nettement plus variés et nombreux – même si forcément, la réalisation est moins parfaite qu’Uncharted, qui se rapproche volontairement du cinéma, visuellement parlant.

Conclusion

Quelle bouffée d’oxygène. Original et doté d’un scénario long mais bien ficelé (au minium 25 heures, sans faire toutes les quêtes annexes), Mass Effect 2 vous changera les idées si tous les gros blockbusters actuels vous paraissent redondants. Avec deux arguments supplémentaires: la réalisation est pratiquement sans défaut et le contenu supplémentaire est téléchargeable gratuitement (près de 5 heures de jeu supplémentaire) sur cette version PS3, que vous trouverez à environ 50 euros.

Comparatif: deux portables de 17 pouces à 1.000 euros

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 28 janvier 2011 15h35 | Un commentaire>

Les chiffres le prouvent: les portables 17 pouces sont les plus achetés en Belgique. Visiblement, vous acceptez de vous débarrasser de votre ordinateur de bureau, mais il faut que l’écran du laptop soit de dimension importante. La nouvelle norme, dans les gammes « grand public » des constructeurs, est de 17,3 pouces plus précisément. Soit 44 cm, tout de même.

Assez encombrant, les ordinateurs grands formats, grâce à leur écran LED, consomment désormais moins d’énergie. Et offrent donc des autonomies convenables pour parler de pc réellement « portables », ou nomades, si vous préférez. Certains rajoutent une couche, en tapant une batterie 9 « cellules » (au lieu des 6 habituelles), une unité de mesure pas vraiment officielle.

5 heures d’autonomie

C’est le cas du Packard Bell LX86. Sa batterie 9 cellules (de série dans certaines configurations) est tellement imposante qu’elle fait office de pied pour la partie arrière de l’ordinateur. N’empêche, grâce à ça, l’autonomie offre des résultats impressionnants. Près de 5h en utilisation normale et continue (surf, musique, traitement de texte).

Revenons à nos deux portables en compétition: le Packard Bell LX86, que je viens de vous présenter, et le HP Pavilion DV7, disponible chez nous sous la référence 4070eb. Leur config est presque similaire: processeur i5 430 M, 6 GB de RAM, 1 TB de disque dur. La carte graphique est différente: une ATI 5470 pour le HP, contre une 5650 pour le Packard Bell.

Tous les deux ont un écran 17,3 pouces LED. La dalle du HP est meilleure: les couleurs sont plus chaudes, mais plus naturelles aussi, que celles du PB. Au niveau du son, le HP, avec son nouveau système « beats audio », fait fort. Les traditionnels haut-parleurs signés Altec Lansing sont aidés par un « caisson » Triple Bass. Un long travail des ingénieurs, approuvé pour le département marketing par Dr Dre (!), qui porte ses fruits, sans faire de miracle. Comparé au PB, le son du HP est nettement moins creux. Mais comparé à un petit Mac Book Pro 13″ de 2010, la différence n’est pas flagrante…

HP en fait trop

Le problème de HP, c’est d’en faire des tonnes au niveau des logiciels maison préinstallés, supposés vous aider à configurer votre ordinateur lors de la première utilisation. Jusque là, pourquoi pas, même si Windows sait le faire. Là où j’aime moins, c’est quand HP propose pratiquement un OS alternatif, qui se lance théoriquement plus vite et qui accèdent rapidement à un navigateur et aux contenus multimedia. L’idée n’est pas mauvaise mais, on le sait, inventer une interface, c’est parfois délicat.

Au résultat, le système s’alourdit, se complique. On ne sait plus vraiment où on est et, comme je le disais la semaine dernière avec le BlackBerry Torch 9800, on se perd. Dans une interface, c’est dommageable. A moins de détester Windows 7, qui ne fait trop mal son boulot, je ne vois pas l’intérêt d’utiliser l’interface de HP. Surtout qu’il existe Mac OS, Linux, etc…

Packard Bell a fait le choix, plus judicieux à mes yeux, d’offrir une licence complète d’Adobe Photoshop Elements 8. Un bon logiciel de retouche qui coûte normalement une centaine d’euros. C’est grâce à cela qu’il a ma préférence dans ce petit duel.

Au niveau des performances, on est dans le haut de gamme. Le lancement est rapide, j’ai compté une cinquantaine de secondes pour le Packard Bell, un peu plus pour le HP. Vidéo, jeu, surf… rien ne devrait vous arrêter, y compris le branchement sur une télévision HD au moyen de la prise HDMI. HP a le lecteur d’empreinte digital. Vous passez votre index et vous vous identifiez sous Windows ou Gmail (on peut le configurer).

Tous les détails sur la PSP 2, baptisée NGP

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 27 janvier 2011 11h04 | 3 commentaires

sony

Après la présentation de la 3DS de Nintendo, on s’attendait à une surprise de même ampleur du côté de la portable de chez Sony. Certains évoquaient une fonction téléphone, ce ne sera visiblement pas le cas. Il s’agit simplement d’une nouvelle PSP, rebaptisée ‘NGP’ pour Next Generation Portable. Que sait-on sur cette nouvelle console, à part qu’elle ne sera pas 3D ? La principale nouveauté, d’après ce que j’ai retiré du communiqué de presse détaillé de Sony, c’est le touchpad à l’arrière de la console, qui fera office de commande supplémentaire et tactile. Une bonne idée, dans le fond, et la seule véritable innovation en matière de gameplay. Côté matériel, on notera surtout la présence d’un processeur quatre coeurs (!) et d’une puce 3G, pour rester connecter en permanence.

Voici ce qu’il faut retenir de cette annonce sur la PSP 2, ou NGP :

  • Elle sort fin 2011 pour un prix qui n’est pas encore arrêté
  • Elle aura une connexion Wi-Fi et un 3G, pour « affronter, se connecter, découvrir, partager et jouer ». Et le Bluetooth 2.1.
  • Elle aura un écran OLED de 5 pouces et de 960×544 pixels.
  • L’arrière de la console est un pad multi-touch, comme un pavé de souris sur portable, permettant des commandes supplémentaires. On pourra « toucher, ramasser, tirer et pousser »
  • Elle a deux sticks analogiques, comme sur les manettes de PS3.
  • LiveArea, pour télécharger des jeux et accéder au PlayStation Networks.
  • Near, pour savoir à quoi jouent les « amis » à proximité. Un peu comme le StreetPass de Nintendo pour la 3DS. Une certaine fonction de sociabilité.
  • Elle utilisera une carte en mémoire flash au lieu des antiques UMD.
  • Elle aura 2 caméras (une devant, une derrière), 3 capteurs de mouvements, 1 gyroscope, 1 accéléromètre et 1 boussole électronique.
  • Son CPU : une ARM Cortex-A9, de quatre cœurs.
  • Il y a une puce GPS intégrée, mais il faudra certainement acheter un logiciel de navigation.

Des hologrammes comme dans Star Wars !

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son , le 26 janvier 2011 10h17 | Un commentaire>
Crédits: gargaszphotos.com/University of Arizona

Crédits: gargaszphotos.com/University of Arizona

Le College of Optical Sciences (Université d’Arizona) va bientôt faire entrer Star Wars dans notre vie de tous les jours. Un équipe a mis au point un dispositif capable d’enregistrer et de projeter une image 3D en mouvement, visible sans lunettes. Ce qui nous rappelle immédiatement les « hologrammes » des films de science-fiction du siècle dernier, dont la célèbre Princesse Leia dans Star Wars.

Comment ça marche ? Un ensemble de caméras captent les images en 3D et deux rayons laser interfèrent. Le tout est projeté sur un écran réalisé avec un matériau dit « photo réfractif ». Chaque impulsion laser permet de créer un « Hogel », soit un pixel holographique 3D qui peut être reconstruit.

Plus d’infos sur ce lien (anglais).

Un nouveau Photoshop pour iPhone

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 26 janvier 2011 09h28 | Ajouter un commentaire

Prendre des photos avec son iPhone/iPod Touch, c’est bien. Mais pouvoir rapidement améliorer les clichés, c’est mieux. Adobe annonce la disponibilité immédiate de Photoshop Express 1.5 pour iOS. Conçu pour la version 4.2, il présenterait, selon le communiqué, « des améliorations significatives au moment de la capture et de la retouche d’images« .

Parmi les spécificités, Adobe évoque :

  • Des nouveau flux de production pour l’appareil photo
  • La prise en charge complète de l’écran Retina sur les modèles iPhone 4 et iPod Touch
  • Des fonctions multitâches
  • Une amélioration du téléchargement de photos

Photos: les personnages de jeu vidéo dans la vie réelle

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 24 janvier 2011 12h38 | Ajouter un commentaire

Quand les héros du jeu vidéo sont incrustés dans la vie réelle, ça donne des images amusantes et nostalgiques. Les œuvres sont signées Aled Lewis, un graphiste anglais, et la série s’appelle « Video Games vs. Real Life ». En voici quelques unes, vous retrouverez le reste sur le Flickr de l’artiste.

Découvrez la Nintendo 3DS en vidéo

Par Mathieu Tamigniau dans Comparatif, Jeu vidéo, Pratique , le 19 janvier 2011 08h59 | 6 commentaires

La Nintendo 3DS a dévoilé ses secrets, mercredi lors d’une conférence de presse européenne. Il redore son blason de fabriquant de console de jeu, alors que la DS et la Wii se font vieille. A partir du 25 mars, et pour un prix tournant sans doute autour des 250 euros, vous pourrez jouer en 3D à toute une série de titres. Les plus grands franchises sont de la partie, certains reviennent (Dead or Alive ou PES), d’autres poursuivent et se transforment en 3D (Les Sims 3, NintenDogs parmi tant d’autres). C’est de la vrai 3D, pas de la simili 3D. Avec l’interrupteur, vous réglez l’intensité de l’effet. Quand il est au minimum, vous jouez en simple 2D. Efficace, simple… Nintendo, quoi.

En dehors des jeu qu’on a pu voir et essayer, il y a l’aspect « hors-jeu » qui reste flou, et qui n’est sans doute pas terminé. Photo 3D (il y a deux capteurs photo en façade, et un à l’intérieur), socialisation (chat), jeu en « réseau » actif ou passif (vos trophées affrontent ceux des autres, même si la console est éteinte, pour peu que vous soyez à proximité d’une autre 3DS), contenu 3D exclusif (des reportages Eurosport, des court-métrages exclusif du créateur de Wallace et Gromit – Shaun the Sheep sera la star dédiée) et réalité augmentée (des cartes peuvent être filmées, et en sort un monstre à abattre)…

Du bon boulot

Ils ont bien travaillé, chez Nintendo ! Ils innovent dans le bon sens et surtout, ils rendent la 3D abordable. Il faut environ 2000 euros pour jouer à la PS3 en 3D (tout compris). Cela vous en coûtera 249 euros (sans doute) pour le faire sur la 3DS… L’image est moins grande, certes. Mais l’effet est le même, je vous le promets. Et ça, c’est beau…

Quant à l’expclication de la technologie qui permet l’affichage en 3D, voici les mots de Veerle van der Jeugt, responsable PR de Nintendo Benelux: « La technologie Parallax Barrier permet à chaque œil de capter un ensemble de pixels différents, ce qui crée un effet en trois-dimensions. On pourrait comparer ceci avec des stores verticaux où l’on sait ajuster la quantité et l’orientation de la lumière entrant dans un endroit. En orientant les images séparées pour chaque œil, l’effet de profondeur en trois dimensions est créé« .

3ds

Le direct de la conférence de presse :

19h26: interview terminée, il nous reste à essayer les jeux disponibles en démo, dont le fameux Street Fighter dont nous a parlé le développeur en conférence, plus tôt dans la journée. Pour plus d’infos sur la 3DS, il y a le bilan ci-dessous et le direct de la conférence plus bas ! Vivement le 25 mars.

18h30: avant d’aller dans la « Developper Meeting Room », un premier bilan des impressions sur les jeux, ce qui est quand même le plus important. Mes premiers mots étaient : « ça marche ». Alors que je m’attendais à une pseudo 3D stéréoscopique, genre hologramme (!), en fait. Mais je me trompais. C’est de la 3D, du même style que celle que l’on peut voir sur une TV 3D à 1500 euros, avec des lunettes à 150 euros pièces. Ici, pas besoin de lunettes, mais juste de la console. J’ai déjà essayé PES, avec une vue « joueur ». Bluffant.

Il y a un bouton pour régler l’intensité de la 3D, car visiblement, certains y sont plus sensibles que d’autres. Globalement, chez moi, l’effet était optimal. Identique à celui que j’ai eu en testant les TV 3D de Sony et Panasonic.

Hélas, à la question « Comment ça marche ? », on a du se contenter d’un « On ne peut pas parler de ça ». Dommage, car atteindre une telle efficacité sans lunettes, c’est intriguant. Mais c’est une bonne nouvelle pour l’avenir des TV 3D. C’est donc bien possible sans lunettes, je peux maintenant vous l’affirmer.

16h15: fin de la conférence de presse. A retenir: une nouvelle console disponible le 25 mars à un prix qui doit encore être fixé. Ce sera plus qu’une console de jeux, mais un outil de divertissement complet, avec une interface préinstallée capable de surfer, d’utiliser la réalité augmentée avec des cartes spéciales, de prendre des photos en 3D (il y a 3 caméras en tout). Il y aura des partenariats cinéma et TV (Eurosport), le tout en 3D spécial. Il y a un nouveau système de jeu « en réseau ». Tout est nouveau: le StreetPass (vous combattez sans jouer vraiment, mais vos trophées acquis s’affrontent sans que la console ne soit allumée), le SpotPass (jeu en réseau et socialisation), l’interface avec applications intégrées, etc…

16h13: prix: pas encore fixé. Lancement: le 25 mars 2011. 25 jeux dispos d’ici juin.

16h07: L’interface du système préinstallée :

Marqueur d’activité (mouvement). Photo pour créer des Mii, automatiquement à partir de la photo. Ce sera plus marrant et plus facile.

Réalité augmentée. Ce sera donc un outil de divertissement complet.

Navigateur intégré, mise à jour en ligne, Nintendo eshop pour les download. Tous les vieux titres de game boy seront présents.

Nouveau jeu préinstallé. On peut lancer des trucs sur la tête des Mii.

15h58: Dead or Alive Dimensions, M. Hayashi (Team Ninja). Ce qu’on peut faire avec cette nouvelle console : « Depuis 1996, la série existe sur différente plateformes. Depuis quelques années, nous avons planifié un jeu d’un nouveau genre. Mais sans consoles, ces plans n’étaient pas concrétisés. Jusqu’à l’arrivée de la Nintendo 3DS. Nous sommes sures que c’est la bonne console pour la résurrection de la série Dead or Alive. Mouvements fluides, belles images. Compatible StreetPass. Mode coopératif, Internet Play ». Donc, à nouveau, une nouvelle dimension de battle modes.

15h44: d’autres développeurs de jeu présentent leur idée de la 3DS:

Yves Guillemot, le CEO de Ubisoft. « On a toujours été des fans des Nintendo. Lors des premières vues, on a été épatés par ce monde complètement nouveau. On a vite travaillé dessus. Les possibilités sont infinies. On a développé de nouvelles idées. On voudrait avoir 8 jeux pour la période de lancement. Rayman revient, Combat of Giants, Splinter Celle 3D, Asphalt 3D, Rabbids 3D, Ghost Recon, Driver Renegade, etc. Les capacités d’immersions sont énormes »

Konami (Enomoto, Hatsumi. PES entre autres). « Les capacités de la 3DS ont ouvert mes yeux sur toutes les possibilités. Peu de gens ont la TV 3D. Mais grâce à la 3DS, sans lunettes, la 3D va toucher plus de gens. Je voudrais réinventer les jeux Konami existant, et en créer des nouveaux. Le titre principal au lancement sera PES, Pro Evolution Soccer ».

15h31: Le producteur de Street Fighter (Ono de Capcom). « Au même moment, Nintendo America fait le même event. Mais j’ai choisi d’être ici à Amsterdam ».

« Avant, c’était des face to face, jouant l’un contre l’autre. Dans la version 3DS, il y a un nouveau mode de versus battle, qui vous permet de vous battre n‘importe quand, ou vous voulez »

Grâce au système de récompense par figurine. « Quand on les reçoit, on peut les mettre dans son StreetPass, fermez le système et mettez le dans votre poche et allez dans la rue. Un mode vous autorise à vous battre en sans jouer, mais par rapport aux gens que vous croisez, automatiquement ».

Il y aura évidemment des battle en WiFi contre n’importe qui dans le monde, en mode normal.

On pourra également assister aux battle des autres : « Channel Live ».

15h25: Ce ne sera pas seulement du jeu vidéo ! David Prixton (Aardman) monte sur scène. Il a réalisé Wallace et Gromit. Il va collaborer avec Nintendo. Contenu spécial développé : Shaun the Sheep, un nouveau contenu exclusif sur 3DS. Valable à la fin de l’année. Ce seront des épisodes de 7 minutes à acheter, sans doute. Les premières images font penser à quelque chose d’humoristique.

15h21: StreetPass : connexions entre Nintendo 3DS. Pour jouer et échanger du contenu. Il y a une icône de notification et tout un graphisme dédié à cette interactivité. Pas besoin de jeu, donc. Outil de socialisation, donc. Après le cinéma, la socialisation. On est loin d’une console pour geeks !

15h15: En plus de l’effet 3D entièrement paramétrable, il y a un accéléromètre dans la 3DS.

Il y a 3 caméras, dont 2 orientées vers l’extérieur qui permettent de prendre des photos 3D et de les partager.

SpotPass : il y aura des hotspot dans plusieurs lieux publics. La 3DS pourra recevoir des contenus variés. Europsport (vidéos 3D) fait partie des partenaires de contenus 3D. Sly est concerné en Grande Bretagne.

14h57: la conf va commencer dans quelques minutes. La salle est remplie: toute la presse européenne est présente.

Nous voilà à Amsterdam pour assister à la présentation européenne de la Nintendo 3DS, la remplaçante de la DSi qui promet des jeux en 3D sans lunette. La présentation débute à 15h mais nous pouvons déjà contempler la 3DS, qu’on a déjà vue lors de la présentation au Japon.

A l’arrivée dans la grande salle d’expo, Nintendo annonce la couleur: « 3D Without Glasses ». La 3D sans lunette, c’est l’argument principal du constructeur pour sa nouvelle console.

Premier coup d’oeil, derrière une vitrine, sur le futur des consoles portables selon Nintendo. En primeur, les premières photos de la 3DS (crédit: Sergio des Teknophiles)

nintendo3ds-vitrine-3

nintendo3ds-vitrine-1

Apple croule sous les… bénéfices !

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 19 janvier 2011 07h55 | Un commentaire>

imageglobe-24772606Communiqué de presse reçu mardi soir, qui confirme la très bonne santé financière d’Apple. Vente en hausse, bénéfices records… fin 2010 a été exceptionnel pour Steve Jobs.

Grâce aux ventes record de Mac, d’iPhone et d’iPad, la firme a réalisé les meilleurs chiffres de son histoire. Progression de 71 % pour le chiffre d’affaires et de 78 % pour les bénéfices (qui culminent à… 6 milliards de dollars). D’autres chiffres ?

Au cours du dernier trimestre 2010 (jusqu’au 25 décembre), Apple a vendu 4,13 millions de Mac, soit une augmentation de 23 % en volume par rapport au même trimestre de l’exercice précédent. Elle a vendu 16,24 millions d’iPhone, ce qui représente une progression de 86 % par rapport au même trimestre de l’exercice précédent. 19,45 millions d’iPod, (diminution de 7 %, mais c’est pas grave…). Quant aux iPad: le chiffre de 7,33 millions en trois mois est fièrement annoncé…

Rien à voir

Daniel Spitler, 26 ans, et Andrew Auernehimer, 25 ans, ont été arrêtés par des agents du FBI et accusés d’avoir piraté des serveurs de l’opérateur téléphonique AT&T (celui qui a l’exclu pour l’iPad, notamment). Ils ont été respectivement inculpés d’accession non autorisée à un système d’ordinateurs et de vol d’informations personnelles. S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à cinq ans de prison pour chaque chef d’inculpation et une amende de 250.000 dollars.

Au cours d’une conférence de presse à Newark mardi après-midi, le procureur Paul Fishman et le responsable du FBI de Newark, Michael Ward, ont précisé que le piratage avait permis de « voler les adresses électroniques et d’autres informations personnelles d’environ 120.000 utilisateurs d’iPad qui accédaient à internet à travers le réseau 3G d’AT&T« .

Test du Torch 9800: l’hybride tactile/clavier de BlackBerry

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 18 janvier 2011 11h22 | 3 commentaires

bbBlackBerry se met à l’hybride tactile/clavier, pour faire tourner la dernière version de son OS (appelé simplement BlackBerry 6). Après le Storm, entièrement tactile, place au Torch 9800. Mais – tradition « pro » oblige – il intègre un clavier coulissant avec un clavier AZERTY complet. Une double interface, donc, qui n’apporte pas grand chose. Pire: elle complique un peu la navigation.

Je m’explique. A mon sens, un OS est fait pour le tactile ou les touches, mais difficilement pour les deux. Au niveau ergonomique, sans vouloir chipoter, il y a un problème : le fait d’avoir deux ou trois moyens de faire la même action (« appuyer » sur le même bouton) apporte de la confusion et retire le côté intuitif de la chose. Idem pour la petite boule de défilement, qui fait double emploi avec l’écran tactile multipoint (théorique). Imaginez une porte avec deux poignées, un clavier avec deux touches « ESC », un téléphone avec deux touches 1, etc…

De plus, on le sait, un clavier coulissant, c’est fragile. C’est un peu comme une décapotable: ça diminue la rigidité et donc, la solidité. Attendez-vous à des « couinements » lorsque vous appuyez sur l’appareil. Agaçant pour les maniaques comme moi. Ceci étant dit, la plupart des utilisateurs de BlackBerry s’y retrouveront, eux qui sont habitués depuis le début à des petites touches très rapprochées.

BlackBerry 6

Pas de révolution dans l’OS de BlackBerry, qui évolue timidement. Les menus sont revus mais ils sont toujours à tiroir (il faut utiliser le bouton retour pour revenir en arrière), et pas d’une grande clarté. C’est assez sombre, et pas très « user friendly ». La bande de défilement horizontal pour choisir l’affichage des icônes est assez mal foutu. C’est un couche de trop.

Petite déception pour la plateforme de téléchargement de BalckBerry. Nettement moins claire et fonctionnelle que l’App Store, elle met en avant des applications dont on ne sait pas grand chose, et qui sont souvent payantes. Celles qui sont gratuites « veulent accéder aux informations du téléphone ». Si vous refusez, l’application est inutilisable. Or, l’application « Comment nouer une cravate » ne nécessite pas vraiment d’accès aux informations du téléphone.

Du côté des bonnes nouvelles, j’apprécie la station d’accueil horizontale, très élégante sur un bureau comme sur une table de nuit. Elle met automatiquement l’appareil en mode horloge « analogique ». En appuyant sur l’écran dans cette situation, vous configurez immédiatement le réveil.

L’application « flux sociaux » regroupe intelligemment les mises à jour Twitter et Facebook, et d’autres flux RSS si vous le configurez. Il y a aussi BlackBerry Messenger, pour chatter entre « BlackBerry ». Le surf est de bonne facture et est plutôt rapide, sans être d’une grande simplicité.

torch

Agaceries

En voulant trop faire, et en se détournant de ses fondamentaux « pro », BlackBerry est-il sur la bonne route ? Son OS n’est pas mauvais, mais je le trouve compliqué, trop fouillé. Et quelques « basiques » ne fonctionnent pas. L’application YouTube, par exemple, ne veut pas lire ses propres vidéos. Sans doute un petit bug, mais l’OS est à jour, et j’étais sur Wi-Fi. Il y a aussi quelques agaceries quand on tente d’appuyer sur un bouton « OK » trop petit. Sans réaction du BB, on appuie à nouveau dessus et du coup, on se perd dans les menus.

BlackBerry vante les qualités de son nouvel écran haute résolution. Il est bon, mais sans plus. Parlons du multipoint:  pour un photo, si on « pince » l’écran ou si l’on écarte les doigts, l’action n’est prise en compte qu’après la manipulation. L’effet de zoom/dézoom n’est pas direct. Perturbant et un peu « cheap » pour un appareil haut de gamme.

L’écran est assez difficile à faire coulisser. Avec le pouce, par exemple, j’ai du chaque fois m’y reprendre à plusieurs reprises pour glisser l’écran et accéder au clavier.

Conclusion

Annoncé à 699 euros, on le trouve déjà sur certains site à 579 euros, hors frais de port. Le Torch 9800 reste un bon appareil, avec des possibilités de configuration supérieures à la moyenne. Destiné aux professionnels, son écran tactile et ses capacités multimédias le font cependant boxer dans une catégorie différente, celle des smartphones « grand public » et hauts de gamme. Et à ce petit jeu, la concurrence de l’iPhone 4 et des bons Android Phones est impitoyable, et nettement plus « user friendly ».

Toutes les specs du BlackBerry Torch sur ce lien.

Un bon dock pour iPad à 150 euros

Par Mathieu Tamigniau dans Test , le 14 janvier 2011 14h25 | Ajouter un commentaire

alteclansing2Logiquement, les constructeurs de station d’accueil pour iPod/iPhone se mettent à la tablette. Et comme pour l’instant, la référence des tablettes, c’est l’iPad, ils se concentrent sur le produit d’Apple. Altec Lansing n’est pas le premier, mais son Octiv Stage – c’est son petit nom – se démarque par une simplicité et une discrétion exemplaires. Même dans un salon, il passera presque inaperçu.

Je ne sais pas vous, mais moi, j’aime quand c’est simple et que ça fonctionne. Simple car il n’y a que trois boutons sur le dock (allumer et modifier le volume). Sur la télécommande, il y a de quoi parcourir votre bibliothèque audio et vidéo, ni plus, ni moins.

Quant au dock lui-même, il est muni d’un bras orientable dans tous les sens, qui vous permet d’incliner votre iPad et de lui choisir une position verticale ou horizontale, pour visualiser les vidéos par exemple.

Sous la coque, il y a deux petits hauts parleurs d’une bonne qualité, largement suffisant pour un grand salon.

Son prix ? 150 euros maximum, ce qui est un prix raisonnable quand on regarde la concurrence: le Philips Fidelio à 259 euros.