SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Archives du novembre, 2010

Quelle est la meilleure offre de chaînes pour les décodeurs TV ?

Par Mathieu Tamigniau dans Comparatif, Images et son , le 27 novembre 2010 15h58 | 18 commentaires

Avec l’arrivée de Mobistar TV, les acteurs à se partager les TV de nos salons ont augmenté. Ils sont désormais 7 à être disponibles en Wallonie et/ou à Bruxelles : Belgacom TV, Voo, Numericable, Billi, Telenet, Mobistar TV et Telesat.

L’un des meilleurs arguments de vente, même s’il n’est pas souvent mis en avant, c’est le nombre de chaînes (intéressantes) disponibles. J’ai donc fait un petit tour des offres en me concentrant sur l’abonnement de base.

Billi et Telesat sortent du lot

Tous ont une offre de base plus ou moins similaire, mais on remarque que certaines chaînes sont gratuites chez l’un, et payantes chez l’autre. Billi, qui se développe doucement en Wallonie pour sa TV (une partie de Liège), est surtout disponible à Bruxelles. C’est le plus intéressant au niveau de l’offre de base.

Plusieurs chaînes de son offre de base sont payantes (inclues dans des bouquets) chez les autres opérateurs. Comme Ushuaia TV, Eurosport 2, Mangas, Animaux, Chasse et Pêche, TCM (VO sous titré), etc. La HD débarque doucement chez Billi, mais ce n’est pas sa priorité. Les chaînes de la RTBF le seront bientôt, pas celles de RTL ni les françaises (TF1 et France 2), comme c’est le cas chez Belgacom et Voo, notamment.

Telesat se démarque également dans son offre de base :

2 chaînes pour adulte (Dorcel TV, Hustler TV)
10 chaînes musicales (tous les MTV et Direct Star)
8 chaînes pour enfants (Disney Channel (et +1), Gulli, Nickelodeon, Cartoon Network, Manga, Boomerang, Ketnet)
2 chaînes 100% sport (ESPN America, AB Moteurs)
1 chaîne 100% cinéma (TCM)

Voo offre 13e Rue en HD dans son abonnement de base, et cette chaîne n’est pas chez Billi.

Voici un comparatif des chaînes disponibles dans l’offre de base chez Billi, et qui sont payantes chez les autres opérateurs (source: Billi, corrigée par mes soins) :

bonc1

Mobistar et Telesat sont des cas à part. Grâce au satellite, ils offrent des centaines de chaînes étrangères, mais pas spécialement plus de « bonnes » chaînes.

Vérifiez vous-même

PS: il y a peut-être des erreurs, des mises à jours, des abonnements spéciaux, etc… N’hésitez pas à me corriger en laissant un commentaire !

Consoles de jeu: tous les packs de fin d’année

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 26 novembre 2010 11h50 | 6 commentaires

Qui sait ? Certains petits veinards vont peut-être se faire offrir une console pour la Saint-Nicolas, Noël ou la Nouvelle Année… Pour ceux qui souhaitent faire ce cadeau, voici un comparatif des packs de fin d’année des trois grands constructeurs de console: Microsoft, Sony et Nintendo.

Nintendo

wiirouge-mario

Wii / Super Mario Bros: la Wii se pare d’une jolie robe rubis, pour les 25 ans du plombier de service, Mario. En plus de New Super Mario Bros. Wii et de Wii Sports, ce pack comprendra l’édition originale de Donkey Kong préinstallée sur la Wii en hommage à la toute première apparition de Mario. Prix: 199 euros


wiinoir-fit

Wii / Wii Fit: pour les sportifs, la Wii Balance Board est disponible en noir dans ce pack qui sort le 3 décembre. Vous trouverez dans ce pack le nouveau jeu Wii Fit, une belle planche toute noire (une exclusivité) et Wii Sports. Prix: 249 euros


wiinoire-kart

Wii / Mario kart: ceux qui préfèrent faire du sport dans leur divan, et qui sont fans du mythique Mario Kart, se rabattront sur ce pack sympathique. Il est livré avec le jeu de course très arcade, Wii Sports et un volant noir Nintendo pour insérer votre Wiimote. Prix: 199 euros.


dsrouge_mario

DSi XL / Super Mario Bros: la Wii n’est pas la seule console a avoir droit à une belle parure rouge « Mario ». La grande DSi est également disponible en pack avec le version portable du jeu New Super Mario Bros. Prix: 185 euros.


PlayStation 3

gt5

PlayStation 3 / Gran Turismo 5: la simulation de voiture hyper réaliste et hyper complète de Sony a été tellement attendue qu’elle sera en pack pour la fin de l’année. Des packs qui devraient partir comme des petits pains, tant ce mythe de Sony fait vendre des consoles depuis son premier opus (1997). Prix: 349 euros.


move

PlayStation 3 / Move: L’autre grosse sortie 2010 chez Sony, c’est la Move. Cette manette, qui permet de jouer en mouvement (très proche du système de la Wii), requiert la caméra EyeToy, à brancher sur la PS3. D’où l’intérêt d’un pack qui reprend le tout (manette, caméra et disque de démo). Il faudra acheter un jeu compatible, pour bien faire. Prix: 349 euros.


Microsoft

250

Xbox 250 GB / Kinect: ce n’est pas une surprise, les packs Microsoft de fin d’année sont liés au kinect, le nouveau système de jeu sans manette, et en mouvement, de la Xbox. Pour 349 euros, pour aurez votre console en version 250 GB, avec la fameuse caméra et le jeu « Kinect Adventures ». La console normale coûtant normalement 249 euros et le kienct 149 euros, vous économisez 50 euros. Prix: 349 euros.


4g

Xbox 4 GB / Kinect: même principe que la version « gros disque dur », mais avec un mini espace de stockage. Vous économisez 50 euros mais vous perdez 246 GB. Pas forcément intéressant… Prix: 299 euros.

Mubi: que vaut la VOD sur PlayStation 3 ?

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Test , le 24 novembre 2010 17h55 | Ajouter un commentaire

muSony en parlait depuis un certain temps: la VOD débarque dans le salon via notre console, parallèlement au décodeur TV (et aussi aux TV elles-mêmes, en fait). Depuis quelques semaines, les possesseurs de PlayStation 3 raccordés (gratuitement) au PlayStation Network peuvent télécharger (toujours gratuitement) Mubi. Une application qui oscille entre site communautaire sur le cinéma et plateforme de « vidéos à la demande ». J’ai vidé mon compte PlayStation Store pour m’offrir un mois de visionnage intégral (12,99 euros). Car à la demande, c’est 3,59 euros par film pour 7 jours de location.

Socialisation

Les réseaux de socialisation, c’est tendance. Si l’intérêt principal de Mubi (anciennement, le site s’appelait « the auteur ») est de proposer le visionnage en streaming (pas de téléchargement, donc) d’une sélection de films, on peut également dire qu’on les a aimés, leur donner une cote et partager des impressions (via Facebook, par exemple).

Une fonction « socialisation » qui est surtout intéressante pour les notes (étoiles) données, vu que la plupart des films ne sont pas connus du commun des mortels. En s’y référant, on peut se faire une idée de la popularité des œuvres.

Quelle qualité ?

Pas de HD (raisons techniques), mais une image très retravaillée « cinéma ». Et au final, même sur un grand écran, c’est tout-à-fait regardable pour les films récents. De toutes façons, vous n’y trouverez pas (encore) les derniers blockbusters américains.

Belgique oblige: la moitié des films étrangers est sous-titrée en flamand, l’autre en français. Car il y a très peu d’options durant la lecture: « pause », « chapitre suivant/précédent » et « avance/recul rapide » (qui ne fonctionne pas toujours très bien).

Un catalogue varié

605 films disponibles en Belgique, dont 341 en français et néerlandais. Mubi a pris la voie risquée du cinéma « d’auteur ». Des deals locaux ont été conclus avec Cinéart, FilmFreak et Wild Bunch Benelux. Mais il y a des films à la Une comme « Eternal Sunshine of the Spotless Mind », « Magnolia », « Donnie Darko », « Dancer In The Dark », « Elephant » et de très bons Woody Allen au casting étonnant (« Cassandra’s Dream », « Scoop », « Le Sortilège du Scorpion de Jade ») que j’ai pris grand plaisir à regarder. Il y a aussi des grandes productions (Seigneur des Anneaux), mais qui datent de quelques années. D’ici 2011, Sony me l’a confirmé, la VOD « classique » sera là, avec les blockbusters.

Votre inscription fonctionne aussi sur le site internet. Sur http://mubi.com/watch, vous avez accès à tous les films également si vous avez pris l’abonnement mensuel.

Conclusion

Mubi est vraiment sympa. Une bonne sélection de films (pas celle qu’on retrouve à la vidéothèque du coin, par exemple), une qualité d’image « cinéma » qui donne bien malgré l’absence de HD, une interface simple et conviviale… seuls les prix rebuteront certains: 12,99 euros par mois pour un accès illimité sur votre PS3 et sur un PC. 3,59 euros pour un film à regarder en une semaine maximum.

Pingping, le remplaçant de Proton: comment ça marche ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Pratique , le 23 novembre 2010 17h54 | 9 commentaires

tagPingPing se développe en Belgique, et son dernier contrat avec Coca-Cola devrait logiquement le faire connaître au grand public francophone. Rappelons le principe: se débarrasser de l’argent liquide. C’est le remplaçant de Proton, dont la mort -  courant 2011 – a été annoncée et confirmée. Il est plus simple et plus souple, et ses possibilités sont alléchantes (sur le papier).

Soyons clair

PingPing est un système de micropaiement consistant en un porte-monnaie électronique (à charger par virement, par exemple) associé à un numéro mobile. PingPing permet donc d’effectuer des petits paiements (jusqu’à 25 euros) sans devoir sortir sa monnaie ou ses billets, ni sa carte de banque. Ce système est mieux implanté en Flandre (bus De Lijn, parkings) qu’en Wallonie.

Les paiements PingPing se font de trois façons :

  1. Via un badge NFC (communication en champ proche) : il s’agit d’un autocollant muni d’une puce électronique que l’on colle au dos du GSM, par exemple (pas obligatoire: votre « code » est contenu dans l’autocollant, pas dans votre téléphone). Pour payer, il suffit de passer le badge à la « caisse ».
  2. Via SMS, envoyé vers un numéro à quatre chiffres. C’est le cas des parkings en Flandre, mais si vous devez de l’argent à un ami « pingping », vous pourrez charger son compte en déchargeant le votre.
  3. Via le site web d’un commerçant proposant l’option de paiement PingPing.

Avec Coca, ça ira mieux

Après avoir lancé un projet pilote en avril 2009, PingPing et Coca-Cola ont conclu cette semaine un accord de partenariat pour équiper les distributeurs automatiques de boissons en Belgique et au Luxembourg. Cela concerne tout de même 5.000 machines. Coca a préféré l’option de paiement 1, avec un badge NFC, devant lequel vous passerez l’autocollant apposé, par exemple, au dos de votre GSM.

Intéressé ? Inscrivez-vous sur www.pingping.be

Les Lapins Crétins : retour vers le passé (bande annonce)

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 23 novembre 2010 16h03 | Ajouter un commentaire

Après avoir conquis la lune, les Lapins Crétins sont de retour pour une nouvelle aventure à travers le temps. Ils veulent changer notre histoire et vont donc visiter différentes époques. Le test complet dans quelques jours. Voici le trailer pour patienter.

Gran Turismo 5 sort mercredi : à quoi s’attendre ?

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 23 novembre 2010 15h48 | 2 commentaires

Gran Turismo 5 sort mercredi. AFP a fait un joli résumé de la situation. De quoi attendre avant une première prise en main, cette semaine j’espère.

amg

Quelque 1.000 voitures, plus de 70 circuits et une année de retard: la simulation automobile « Gran Turismo 5″ joue la carte de l’exhaustivité et du réalisme, après une gestation mouvementée. Depuis le premier épisode paru en 1997, cette série s’est imposée comme l’une des plus populaires du monde du jeu vidéo, avec plus de 60 millions d’exemplaires vendus au total. Edité par Sony exclusivement pour sa Playstation 3, ce nouveau volet du studio japonais Polyphony Digital est prévu pour mercredi en Europe et en Amérique du Nord, puis pour jeudi au Japon, après avoir connu moult reports.

Surnommé ironiquement l’Arlésienne de la PS3, ce jeu est le concurrent direct du « Forza Motorsport 3″ de la Xbox 360 de Microsoft: il mise sur des graphismes très détaillés et sur une physique des voitures qui colle au plus près de leurs vrais comportements.

Encore plus réaliste

Manette en main, cette production, également compatible avec de nombreux volants, offre davantage de réalisme que ses devancières. Pour y parvenir, plusieurs ajouts sont de la partie comme l’arrivée de vues à l’intérieur du cockpit et des dégâts pour certains véhicules. Une option permet par ailleurs d’afficher le jeu en 3D à condition d’avoir un téléviseur compatible.

Pour les possesseurs du Playstation Eye, la petite caméra de la console, un système de « head tracking » a aussi fait son apparition : en bougeant sa tête, le joueur fait aussi pivoter celle du pilote virtuel dans son habitacle lui permettant de modifier son angle de vue.

Les plus belles voitures

Les plus grands constructeurs mondiaux, américains, asiatiques ou européens, proposent leurs modèles les plus célèbres mais aussi quelques prototypes, qu’il est possible de piloter sur des circuits connus comme celui des 24 heures du Mans ou du Nürburgring en Allemagne.

D’autres tracés prennent notamment place dans les rues de Rome ou Londres. Attendue pour la fin 2009, la sortie du jeu avait, ces derniers mois, été annoncée pour mars puis pour début novembre avant d’être, une dernière fois, repoussée de quelques semaines.

La longueur du développement et la richesse du contenu expliquent en grande partie le coût du jeu, estimé à plus de 50 millions de dollars, une somme qui le situe parmi les plus chers jamais créés. En conséquence, Sony a des objectifs élevés concernant les chiffres de vente de « Gran Turismo 5″. (AFP)

Nokia voit rouge: son N8 a un souci de batterie

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 19 novembre 2010 13h20 | Ajouter un commentaire

nokia1Fort critiqué pour son manque d’innovation en matière d’OS pour smartphone, Nokia doit en plus faire face à un problème de batterie sur certains modèles de son N8, sa dernière star du multimédia (vidéo HD et capteur 12 MP). Certains smartphones s’éteignent inopportunément et sont impossibles à rallumer tandis que d’autres ne s’allument pas du tout. Des clients se sont plaints sur les forums et les sites spécialisés.

Réactions

« Cela concerne un nombre très limité de téléphones, nous n’avons pas de chiffres exacts« , a déclaré à l’AFP un porte-parole de Nokia. Le big boss a diffusé une vidéo sur le site. La firme rassure en expliquant que les modèles défectueux seront remplacés et que le problème est pris au sérieux. Un problème qui serait du à un mauvais assemblage de la batterie.

Conséquences

Il n’empêche, Nokia n’arrange pas son image, alors que le N8, et son OS Symbian 3 que j’ai testé ici, sont supposés relancer la marque au niveau des téléphones haut de gamme. Les conséquences au sein des agences de notation financières sont directes. Jeudi, Fitch a dégradé d’un cran la note de la dette à long terme de Nokia, de A- à BBB+, en raison « des pressions accrues auxquelles fait face l’entreprise sur plusieurs fronts« , selon l’AFP à nouveau.

Exclu: test de Assassin’s Creed Brotherhood

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 16 novembre 2010 17h30 | 3 commentaires

a1Il est rare de pouvoir tester complètement un jeu avant sa date de sortie. J’ai pourtant reçu Assassin’s Creed Brotherhood (Xbox) lundi, soit trois jours avant son lancement officiel, le jeudi 18 novembre. Basé sur le même moteur graphique que le deuxième volet, ACB se présentait au départ comme une suite, une grosse extension dans une autre ville d’Italie. A savoir Rome, où l’on avait laissé Ezio au cœur du mystère, lors de la bataille finale (victorieuse) dans la chapelle Sixtine.

On le retrouve donc logiquement à la tête de la cité. Mais Ezio a muri, et s’impose en maître dans une Rome de la Renaissance. Rapidement attaqué, il va devoir poursuivre son combat contre les Templiers, en ralliant à sa cause les guildes des voleurs, des mercenaires et des courtisanes. Et bien entendu, en recréant celle des assassins. Je ne vous en dirai pas plus mais sachez que toutes les intrigues ne seront pas dévoilées. Il s’agit de garantir les suites qui sont certainement déjà en préparation.

a2Jouabilité améliorée

Les habitués de la série ne seront pas perdus: le gameplay est identique et a subtilement évolué, pour ne pas ennuyer le joueur ni le perdre dans de nouvelles manipulations. Les assassinats, qui restent la base du jeu, ont gagné en fluidité et en intelligence. Et en nombre: car au delà des combos, vous pouvez, en étant précis, enchaîner les coups mortels uniques. Très puissant.

L’autre grande nouveauté est le recrutement d’assassins, pour des missions diverses. D’où le nom « Brotherhood », fraternité en français. Vous la dirigez, et pouvez envoyer vos sbires effectuer vos tâches ingrates si vous préférez tuer en solo. Mais rapidement, leur aide sera la bienvenue : les batailles en seront d’autant plus épiques.

Beau et « classe »

La réflexion se mêle donc intelligemment à l’action. C’est la grande force de AC en général: l’environnement très soigné, la profondeur des personnages et la fluidité parfaite des mouvements font que le jeu ne tombe jamais dans la tuerie basique, dans le bain de sang gratuit. Et pourtant, de nombreuses âmes périront à nouveau dans ce troisième volet.

a1Tant qu’on parle d’environnement, évoquons Rome. Si comme moi dans Assassin’s Creed II, vous avez été subjugué par la beauté et la fidélité de la Toscane (Florence, San Gimignano surtout), vous serez ébloui par celle de Rome, la Ville éternelle. Forcément plus grande que la cité florentine et que Venise, Rome est d’une rare finesse. La qualité graphique est semblable, mais j’ai vu plus de détails dans les bâtiments. C’est renversant et vous risquez, entre deux missions, de prendre du plaisir en flânant simplement, en écoutant les gens parler, vivre… Arpentez le Colisée et vous aurez l’impression d’avoir voyagé dans le temps. Cette ville a une âme, en vrai comme dans ce jeu presque historique (l’histoire est romancée mais repose, comme dans AC II, sur des faits réels).

Multijoueur

Vous vous en doutez, le mode multijoueur d’AC n’est pas une boucherie et une course aux « frags » (nombre de victimes). A nouveau, c’est plus subtil, et vos talents de dissimulation et de discrétion vous serviront plus que vos armes. La forme: rassemblez des dizaines d’assassins dans une ville, et mettez un contrat sur chacun d’eux. Il ne reste plus qu’à identifier votre cible (pas toujours évident) puis à lui faire un sort avant que celui à vos trousses n’en fasse de même. Cela apporte une certaine durée de vie, mais ce n’est pas l’essence même du jeu à mes yeux.

Conclusion

Beau, subtil et prenant, Assassin’s Creed Brotherhood transcende son prédécesseur. Sans être bouleversée, la jouabilité est finement améliorée et offre une expérience de jeu magnifique. Si vous foncez, vous terminerez le jeu en 15 heures. Comptez le double en finissant les missions annexes. Sans compter le multijoueur.

Le mode multijoueur en vidéo :

Lire la suite

Facebook met sa messagerie à jour: démêlez le vrai du faux

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 16 novembre 2010 10h48 | 2 commentaires

faceFacebook annonce une nouvelle messagerie. Il a les moyens financiers et n’a pas peur de s’attaquer à Google et Microsoft par exemple. Tous les médias s’empressent de sortir les gros titres, sans prendre la peine de creuser. « Tueur de Gmail »… Relativisons : Facebook fait avant tout une mise à jour importante de son application « Messages » que tout le monde utilise déjà. Avant de s’exciter, les médias devraient d’abord écouter Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook:  « Le courriel est l’une des façons dont les gens utiliseront ce système. C’est vrai que les gens pourront avoir des adresses email @facebook.com, mais ce n’est pas du courriel« .

Quoi de neuf ?

L’utilisateur Facebook pourra envoyer des messages à tous ses contacts, même ceux n’étant pas membres du réseau, sans quitter la page du site. C’est la grosse nouveauté. A un ado ne pratiquant que le sms, on pourrait envoyer un message direct sur son téléphone portable. A un réfractaire au réseau social, on pourrait envoyer un courriel presque classique (mais sans ligne de sujet), visiblement à l’aide de la nouvelle adresse @facebook.com proposée par le site à ses utilisateurs.

Comment ça marchera(it) ?

C’est la bonne question… sur le papier, c’est alléchant. Facile de contacter les amis Facebook, peu importe le moyen. Mais vouloir joindre quelqu’un qui n’est pas sur Facebook en lui faisant parvenir un sms ou un mail, ça me semble plus compliqué. Comment cela pourrait-il fonctionner ? Facebook ne connait pas les numéros de téléphone ni les emails des personnes qui ne sont pas inscrites sur son réseau. Dès lors, je devrais ajouter un contact et ses détails dans mon carnet d’adresses Facebook. Mais est-ce bien autorisé ? Facebook peut-il envoyer des sms à un de mes contacts sur Facebook, avec le risque que ce numéro soit exploité commercialement par ailleurs ? La question est ouverte, mais je ne vois pas d’autres moyens…

D’autant plus qu’il sera certainement possible que Facebook importe vos contacts Gmail, par exemple. Qui, chez moi, comprennent les numéros de téléphone (utile pour Google Android pour smartphone). Dès lors, en effet, Facebook, via les contacts Gmail, pourrait envoyer des sms ou des mails, à partir de Facebook. J’ai déjà demandé un essai (faites-le sur http://www.facebook.com/about/messages/) pour préciser tous ces détails techniques.

Tueur de Gmail ?

Comme dit un analyste cité par AFP: « Facebook dit que (son système de messagerie unifié) n’est pas un ‘tueur de Gmail’, mais cela n’est ni tout à fait juste ni tout à fait faux« , estime Augie Ray, venu à San Francisco assister à la présentation. « Tout ce qui facilite les communications et enlève de l’attention portée à Gmail est ‘tueur de Gmail‘ », ajoutait-il.

Autopromotion

La nouvelle messagerie deviendrait par ailleurs un outil de promotion pour Facebook : le correspondant reçoit un message assorti de la photo du profil de l’internaute, et peut cliquer dessus pour accéder à certaines de ses informations, obtenant ainsi un avant-goût de ce qu’offre le site communautaire. Pas bête…

Les autres nouveautés concernent un filtre des messages et un historique complet des communications, qui semble costauds.

Windows Phone 7 : Microsoft propose enfin un « smart » phone

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 15 novembre 2010 14h52 | 4 commentaires

lgA la traîne depuis des années en matière d’OS pour smartphone, Microsoft est parti d’une copie vierge pour imaginer Windows Phone 7. Qui, c’est une bonne nouvelle, laisse de côté l’interface du très archaïque Windows Mobile 6.5. C’est neuf, mais est-ce que c’est bien ?

On le sent dès la prise en main: Microsoft a fait un gros travail sur l’interface, repensée en termes d’accessibilité et d’ergonomie. Des gros carrés vous permettent dès l’écran d’accueil d’accéder à tout ce qu’un smartphone doit offrir: les mails, la navigation, les contacts. Mais WP7 le fait bien.

Une interface stylée

Le design de l’OS est original et très stylé. Un fond noir et une police blanche, le tout en minuscule. Certains titres sont expressément tronqués, ce qui indique qu’il y a d’autres écrans sur la droite et la gauche qui contiennent d’autres informations. Un bel effet de style qui rend la navigation plus efficace. C’est rarement le cas, c’est osé mais c’est réussi. Les icônes sont des gros carrés verts (couleur à choisir) avec des symboles et du textes.

Fusion des contacts

Si comme moi, votre boîte hotmail est votre boîte poubelle, vous serez heureux d’apprendre que WP7 ne se limite pas aux données de contact de sa messagerie historique. La synchronisation est rapide et immédiate avec les contacts Facebook et Gmail (dans mon cas), qui sont fusionnés dans le « hub » contact. L’icône contact cache donc une application qui met à jour les profils Facebook de vos amis et qui vous permet d’interagir avec eux. Par exemple, vous cliquez sur l’un de vos contacts et on vous propose de l’appeler, de lui envoyer un sms, d’écrire sur son mur Facebook ou de lui envoyer un mail. Vous voyez également son statut Facebook. Une excellente trouvaille de Microsoft. Ce que j’ai pu voir, sur certaines surcouches sur Androïd, n’atteint pas cette fusion totale (mail, téléphone, réseaux sociaux) des données des contacts.

Multimédia: PC obligatoire

Pour la musique et les vidéos, il faut télécharger le logiciel Zune, du nom du lecteur multimédia de Microsoft qui n’a jamais franchi l’Atlantique. Ce logiciel n’est pas compatible Mac. Vous devrez l’utiliser pour gérer votre médiathèque, même si iTunes vous convenait très bien. Pour le reste, c’est à nouveau très bon: le bouton « photo » affiche celle prise avec le téléphone mais également celles de votre compte Facebook. La qualité des photos dépendra de celle du téléphone. Avec le logiciel gratuit « Play To », une exclusivité LG, vous pouvez choisir de diffuser ce contenu sur votre téléviseur compatible DLNA. C’est automatique, pas besoin de configuration compliquée. Android le fait aussi dans sa version 2.2 sur le HTC Desire HD notamment.

Et les applications ?

Il faut utiliser « Market Place ». Une boutique simple et fonctionnelle. Difficile d’évaluer la quantité et la qualité des applications mais elles sont nombreuses (même si on est loin de l’AppStore de l’iPhone), et semblent variées. Parmi les jeux, il y aura des interactions avec ceux de la Xbox, et simplement des « petits jeux », comme sur les autres plateformes mobiles. Vous pouvez chaque fois essayer gratuitement les applications, même si elles sont payantes au final.

Plusieurs terminaux: positif ou négatif ?

WP7 est un OS pour smartphone. Il peut donc se retrouver théoriquement sur toutes les marques. HTC, Samsung et LG l’utilisent déjà. Nokia pourrait (devrait…) le faire aussi. L’avantage: des configurations et des prix différents, selon vos besoins. L’inconvénient, même si l’OS est figé (très peu modifiable par les constructeurs) : des risques de bug, de dysfonctionnement, d’incompatibilité, etc. L’iPhone est construit autour d’iOS, et iOS est construit autour de l’iPhone. Un gage optimal de stabilité. Ce n’est pas le cas avec les téléphones Android et WP7. Mais je n’ai rien marqué sur le LG -E900 (Optimus), qui m’a servi de base d’essai.

Conclusion

Mission réussie pour Microsoft. L’entreprise américaine, qui vivait (et vit encore) sur le monopole de Windows sur le marché des PC, était obligée de réagir. Elle le fait très bien avec ce Windows Phone 7, une vraie (et bonne) alternative à l’iPhone 4 et aux téléphones récents tournant sous Android. Ce que j’ai préféré:

  • son interface simple, ou tout ce qui n’est pas nécessaire n’est pas affiché.
  • son agrégation de contenu social, très réussie, sous les « hubs » contact et photo.
  • son ergonomie dans les menus, enfin clairs et « user friendly ».

Un adjectif que je ne pensais jamais dire en faveur d’une production de Microsoft. Après le Kinect sur Xbox, le géant de l’informatique redore son blason, et se pose à nouveau en vrai concurrent sur le vaste marché des smartphones et des jeux vidéos.