En ce moment

God of War III se rapproche du jeu parfait

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 26 mars 2010 14h09 | Un commentaire>

gowIl y a quelques jours, je vous avais conseillé la démo de God of War III. La version définitive vient d’arriver dans un beau coffret destiné à la presse, avec plein de petits trucs de geeks. Heureusement, il y a l’essentiel: le disque du jeu. Et quel jeu ! Quel spectacle ! God of War III, le premier de la série a débarqué sur console de nouvelle génération (uniquement la PS3), frise la perfection. Kratos est de retour, plus assoiffé de vengeance que jamais. C’est le seul point noir, donc je commence par là : le scénario se répète au fil des épisodes et forcément, on commence à le comprendre que Kratos, il est très méchant, il a très envie de se venger des Dieux qui l’ont trahi et d’ailleurs, il va le faire. Même si la trame, je tiens à le préciser, est plus profonde que les précédents opus.

Le reste, c’est de l’ordre du génial. La réalisation est à couper le souffle et exploite – enfin ! – tout le potentiel de la console, et de son fameux processeur dont on loue les capacités depuis si longtemps. Pour ceux qui ne connaissent pas notre ami Kratos, il s’agit d’un ancien commandant spartiate qui a beaucoup d’ennuis avec les Dieux de l’Olympe. Ce pure « beat’em all » (voir photo) se déroule donc dans la Grèce antique, avec des aller-retours réguliers dans la mythologie.

Mise en scène immersive

Au-delà des graphismes époustouflant, il y a la mise en scène qui, à l’image d’un Uncharted 2, se rapproche du cinéma. Quand l’action s’intensifie, il y a des changements de plan fréquents qui donnent un côté très spectaculaire au jeu. Ultra-violent également (pour achever certains adversaires, vous tranchez des gorges, arrachez des têtes, crevez des yeux, etc), GOW III est un défouloir incomparable, beau, émouvant, immersif, prenant. Les nouvelles armes et les nouveaux pouvoirs, sans être bouleversant, ajoutent une touche d’originalité à l’ensemble.

Bien équipé (TV et ampli 5.1), vous allez en prendre plein les yeux et les oreilles. Car même la musique est à la hauteur du spectacle, toujours le bon rythme au bon moment et avec la bonne énergie. God of War s’impose donc comme une des meilleures licences du marché vidéoludique. Affichant des qualités techniques indiscutables, une mise en scène à couper le souffle et une aventure ressemblant à un gigantesque morceau de bravoure, cette troisième aventure de Kratos est une grosse gifle à tout ce qui a été fait en matière de « beat’em all ». Oubliant parfois l’originalité au profit d’une maîtrise parfaite du fond et de la forme, GOW III est un nouveau palier à franchir pour qui oserait s’attaquer la création de Sony.

Comptez 69 euros minimum, uniquement sur PS3.

Laisser un commentaire