En ce moment

Archives du janvier, 2010

Astro, le petit robot, en jeu vidéo: ça donne quoi ?

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 29 janvier 2010 18h46 | Ajouter un commentaire

astro« Toujours là, quand il faut, c’est Astro, le petit robot« . Tous les plus de trente ans se souviennent peut-être du générique du dessin animé « Astro, le petit robot ». L’origine de ce dessin-animé en français est un manga: Tetsuwan Atomu, publié en 1952. Ce fut également, pour la petite histoire, la première série d’anime japonaise, diffusée en… 1963.

Le jeu vidéo du jour met en vedette notre petit robot. L’histoire est celle, légèrement adaptée, du film d’animation made in US datant de 2009. D’où le nom du jeu: « Astro Boy: The Video Game« . A la mort accidentelle de son fils, un grand scientifique parvient à créer un robot à son image, en le dotant de pouvoirs pour se défendre. Se rendant compte qu’il ne remplacera jamais l’être cher, il le renie. Là commencent les aventures d’Astro, le petit robot…

J’ai testé la version Wii, mais il existe une version PS2, DS et PSP. Comme beaucoup de jeux à licence (exploitant la sortie d’un film, en général), Astro Boy souffre d’une réalisation moyenne et d’une originalité limitée. Les environnements sont assez variés, mais le graphisme général est pauvre, adapté en réalité aux consoles de la génération précédente. Sur votre LCD de 40 pouces, ça sent le vintage.

Mi shoot’em up, mi beat’em allastro2

Il y a deux types de jeu: le beat’em all et le shoot’em up. L’occasion d’expliquer, pour ceux qui l’ignorent, la signification de ces termes. « Beat’em all« : jeu de combat au cours duquel le personnage affronte une multitude d’ennemis au fur et à mesure qu’il progresse dans les niveaux (un style assez courant, donc, à l’image d’un God of War). Le « shoot’em up » est un genre assez ancien: il s’agit d’un jeu d’action consistant à éliminer des vaisseaux dans le ciel, en 2D, en leur tirant dessus de manière presque continue tandis que l’écran défile à vitesse constante.

Astro Boy évolue donc entre ces deux eaux. Ma préférence va au shoot’em up, plus varié et moins répétitif que les phases de plateformes classiques, où la jouabilité fait défaut: notre petit robot se fige quand il donne un coup, et se fait dès lors botté le train par les autres ennemis. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres agaceries du genre. Dommage, l’histoire tient encore la route et les possibilités de gameplay sont nombreuses, mais mal exploitées.

Réservé aux fans de la série, qui ont toujours rêvé de faire voler Astro. Il y en a…

L’iPad d’Apple a-t-il sa place sur un marché saturé ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 28 janvier 2010 05h35 | 6 commentaires

appkle1Une fois n’est pas coutume, Apple ne m’a pas surpris. Et m’a presque déçu. Simplement parce que d’habitude, j’ai envie d’acheter ses nouveaux produits. Certes, sa tablette baptisée iPad sera certainement la plus ergonomique de sa catégorie. C’est sur la pertinence du produit que je m’interroge. L’iPad, qui se situe lui-même volontiers entre l’iPhone et le Mac, occupe-t-il un segment nécessaire ? Ou Apple a-t-il sorti « son » ebook, face à une concurrence qui a une longueur d’avance ?

Autant l’iPhone a tout son sens: une mobilité parfaite et une ergonomie adaptée à son format. Le tout couplé à une fonction de téléphonie mobile classique. C’est l’outil parfait des nomades. Le Mac est aussi un exemple dans sa catégorie, et ses qualités ne sont plus à prouver.

Un marché saturé ?

Entre les deux, Apple sort un iPad. Sur un marché tout de même saturé, ou tous les appareils (TV, console, baladeur…) – ou presque – proposent un accès au web. Pour ceux qui ont l’iPhone et le Mac, je n’en vois pas vraiment l’intérêt. Bien sûr, la version Safari embarquée, le navigateur web d’Apple, sera plus à même, sur son écran de 1024×768 pixels, de proposer une navigation optimale, presqu’égale à celle d’un ordinateur portable classique. Et, pour tout ceux qui s’impatientait d’acheter un ebook, l’appareil d’Apple offrira bien plus qu’un livre électronique.

C’est sans doute là que se trouve la clé du succès de cet iPad: la réussite commerciale de l’ebook, baptisé iBooks (sa nouvelle plateforme de vente de « livres ») par la marque à la Pomme. Si l’on retire cet aspect « livre électronique », facturé tout de même entre 8 et 15 dollars (autant en euro, comme d’habitude), l’iPad me semble occuper un créneau inutile.

En effet, pour moi, ce sera un iPhone ou un Mac. Pas un iPad… Mais tous les analystes savants prédisent le contraire !

Assassin’s Creed II sur PC au printemps

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 26 janvier 2010 16h19 | Ajouter un commentaire

assLe blockbuster de la fin 2009 sur console, Assassin’s Creed II, débarque sur PC après quelques mois de retouche de la part des développeurs. La sortie est prévue le 4 mars prochain. Il faudra être armé pour faire tourner le jeu sur des diagonales d’écran importantes.

Ubisoft recommande en effet un processor Intel Core 2 Duo E6700 2.6 GHz ou un AMD Athlon 64 X2 6000+. Et une bonne carte graphique, type GeForce 8800 GT ou ATI Radeon HD.

La version standard du jeu sera vendue à 50 euros, mais des éditions White (55 euros) et Black (75 euros) seront disponibles, incluant 1 ou 3 missions supplémentaires.

Le petit boitier de Sony: il fallait y penser !

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Mobilité , le 22 janvier 2010 14h26 | Ajouter un commentaire

Sony a récemment dévoilé, au Japon, un petit boîtier Bluetooth qui pourrait intéresser le geek qui sommeille en chacun de nous. Le DRC-BT60P se connecte sans fil à un GSM ou à un baladeur numérique compatible et est équipé d’un connecteur jack.

Vous pouvez donc brancher un casque ou un kit main libre pour profiter de la musique ou prendre un appel sans avoir à sortir ni le téléphone, ni le baladeur. Le boîtier propose en outre un tuner FM et Sony lui confère une autonomie de 9 heures. A voir, mais ce n’est pas pour demain: sa disponibilité est pour l’instant limitée au Japon.

sony1

Internet en voiture: 1.200 euros chez Mercedes

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 22 janvier 2010 11h53 | 5 commentaires

mercoÇa devait arriver… Dans les nouvelles voitures, surtout celles bardées d’options par leur propriétaire, on peut tout faire. Voir derrière son véhicule (caméra de recul), ne plus devoir s’occuper des phares, regarder des DVD, téléphoner avec Bluetooth, chauffer ses sièges, écouter sa musique, naviguer de manière très précise, voir les panneaux de circulation sur son pare-brise… la liste est longue.

Ce qui manquait, en revanche, c’est un accès internet intégré. Mercedes, au Salon de l’auto de Bruxelles (jusqu’au 24 janvier, pour ceux que ça intéresse), propose cette option pour 1.200 euros. Il s’agit simplement d’un modem 3G intégré, dans lequel il faudrait utiliser une carte SIM.

Dès lors, vous aurez un point d’accès web dans votre voiture et la possibilité de surfer via votre ordinateur portable ou votre GSM, à l’arrière. Une bonne idée, facturée tout de même 1.200 euros par Mercedes. Alors qu’un stick/modem 3G coute une centaine d’euros chez les opérateurs actuels.

Espérons que cela donne des idées à tous les constructeurs, qui devraient proposer des solutions plus abordables.

GT Academy: sauvez la Belgique !

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 21 janvier 2010 15h55 | 2 commentaires

nissan1Je viens de recevoir un communiqué de Sony, qui se félicite du succès de sa GT Academy. Hélas, il donnait le classement de son concours par pays. La Belgique pointe à la 12e place, sur 17. J’en appelle à votre bon cœur, possesseur d’une PS3 connectée au web.

Pour rappel, c’est entièrement gratuit. Il suffit de télécharger « Nissan GT Academy » sur le PlayStation Store. Puis de faire les meilleurs chronos possibles sur le circuit, avec deux Nissan 370Z (une de route et une de course). Vous avez jusqu’au 24 janvier à 23h59 GMT (donc à 0h59 en Belgique) pour améliorer cette triste performance.

Ce qui est en jeu a de quoi faire rêver tous les pilotes en herbe : troquer sa manette PlayStation contre le volant d’une véritable voiture de course (une Nissan, forcément) et de participer durant toute une saison à la Coupe européenne GT4 (dans la vraie vie).

Comment ça marche ?

A la fin des essais chronos, les détenteurs des meilleurs temps dans chaque pays se mesureront lors de la finale de la compétition nationale pour gagner leur place à la GT Academy 2010. Ce « boot camp » pour pilotes aura lieu au circuit de Silverstone, en Angleterre : les participants pourront y suivre des cours intensifs de pilotage dans des conditions réelles de course.

Leurs aptitudes mentales et physiques au pilotage seront également évaluées. Il en sortira deux gagnants qui seront appelés à aiguiser encore davantage leurs talents en suivant un programme intensif de pilotage afin d’obtenir une licence internationale officielle de pilote de course. Mais un seul vainqueur aura la chance de piloter la Nissan 370Z pendant toute une saison de la Coupe européenne GT4.

Je me charge d’améliorer mon chrono ce week-end, je le mettrai en commentaire…

La tablette d’Apple, future réference d’un nouveau segment ?

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Mobilité , le 19 janvier 2010 11h32 | Un commentaire>
tablet

La probable future "ardoise" d'Apple

Je vous le disais début de ce mois, les « tablettes PC » devraient être les stars high-tech de l’année. Microsoft a présenté récemment une tablette de HP conçue pour exploiter au mieux les capacités tactiles de Windows 7. Apple devrait présenter, selon les meilleurs sites de rumeurs concernant la marque (et il y en a quelques uns), son iSlate très prochainement (« Slate » signifiant « Ardoise » en français).

Prévoir les annonces d’Apple est devenu un vrai jeu pour certains médias. Cette attraction est causée par un élément récurrent: Apple annonce toujours ses évènements, au cours desquels il présente une nouveauté. Le plus bel exemple de cette stratégie marketing bien huilée est la sortie de l’iPhone en 2007. La marque à la Pomme ferme intelligemment ses Apple Store (boutiques en ligne, une par pays) pour les mettre à jour et pour… exciter les fans.

« Special event » le 27 janvier

Steve Jobs, le grand patron, a confirmé qu’un « special event » aurait bien lieu le 27 janvier prochain. Pour tous les observateurs, et ceux qui ont obtenu quelques confidences « de bonnes sources », la présentation d’une tablette d’Apple ne fait aucun doute.

Une tablette, rappelons-le, est un ordinateur portable d’une taille de 10 pouces environ (25 centimètres), entièrement tactile. L’écran occupe toute la surface de l’ordinateur, qui n’a plus de clavier et donc, qui se compose d’un seul bloc (fini la « farde » à ouvrir). Un iPhone géant, en quelque sorte.

La fin du livre électronique ?

L’arrivée massive de ces « Tablet PC » pourrait signer l’arrêt de mort du livre électronique, qui n’aurait pas vécu longtemps (pas assez pour arriver chez nous). Logique: il se limite à la lecture de livres (bien que son écran affiche de l’encre électronique, agréable pour les yeux), là où les tablettes devraient l’intégrer dans un outil proche d’un ordinateur portable.

Pour preuve: HarperCollins, la plus importante maison d’édition américaine, serait actuellement en négociations avec Apple, selon un récent article du très sérieux Wall Street Journal. La preuve que les tablettes feront office de livre électronique ? Sans doute…
Mieux: l’iSlate pourrait embarquer un format permettant d’avoir des livres interactifs avec des vidéos. Un nouveau genre de « bouquins » sans doute vendu plus cher qu’une version classique. L’avantage d’Apple est de disposer d’une plateforme de vente de contenus multimédia bien rodée (iTunes Store), et au catalogue bien rempli. Qui propose de la musique, des jeux, des vidéos et bientôt, peut-être, des « livres ».

Si l’iSlate a le même effet de mode que l’iPhone, l’évènement d’Apple du 27 janvier s’annonce mémorable. Je ne manquerai pas de vous tenir informé…

Un Nokia fonctionnant au Coca-Cola

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 18 janvier 2010 13h54 | 2 commentaires

nokia1La tendance écolo n’a pas de limite au niveau commercial.  Tous les constructeurs, de la voiture au baladeur multimédia, de l’immeuble de bureau à la télévision, avancent l’argument « écolo ». Et ça marche. Ce n’est plus un secret: le vert fait vendre.

Du coup, il s’agit de faire preuve d’originalité et d’ingéniosité pour sortir « la » nouveauté qui fera mouche. A ce petit jeu, Nokia vient de frapper un grand coup (de pub), avec un GSM fonctionnant au… soda ! Votre dernier coup de fil urgent doit attendre parce que votre téléphone est plat ? Versez-y une rasade de Coca-Cola (du « gras », pas du « light ») et appelez votre patron pour lui dire que vous serez en retard.

C’est une designer chinoise qui a été chargée du développement de l’appareil, qui reste à l’état de prototype. Ce « Nokia green phone » est équipé de piles à combustible capables de produire de l’énergie électrique à partir du glucose contenu dans les sodas.

Le principe: la décomposition du soda par des enzymes afin d’en extraire des atomes d’hydrogène dont les électrons sont utilisés pour parcourir un circuit créant le courant nécessaire au fonctionnement de l’appareil.

coca

D’après le concepteur, qui s’exprime sur son site www.daizizheng.com, la batterie, qui ne rejette que de l’eau et de l’oxygène, aurait une autonomie trois à quatre fois supérieure à la moyenne actuelle.

Ce genre de gadget est bien mignon, mais il faudrait qu’il passe à la production. D’autres constructeurs ont déjà fait une belle annonce du genre (baladeur au jus de fruit, téléphone à la sueur humaine…). Les coûts de production sont sans doute trop élevés. Dommage…

Sony repousse « sine die » la sortie de Gran Turismo 5

Par Mathieu Tamigniau dans Jeu vidéo , le 14 janvier 2010 11h56 | 6 commentaires

ferrariSony et Polyphony Digital aiment faire désirer leur bébé Gran Turismo. Souvent, ils ont raison. Cette simulation de conduite ultra-réaliste, dont les qualités graphiques exploitent au mieux les capacités de la PlayStation (la 1, la 2 et maintenant la 3), peut se permettre de faire languir les amateurs.

Gran Turismo 4, déjà, avait eu droit à une version « Prologue » destinée à faire patienter les plus grands fans. Et à remplir les caisses d’un budget développement impressionnant (souvent plus de 3 ans, mais à quel rythme ?).

Un trop long « prologue »

Gran Turismo 5 a donc eu droit, lui aussi, à une version « prologue » magnifique au niveau graphique, bien plus qu’au niveau jouabilité (toujours pas de gestion de dégâts, des concurrents pas très futés). Sans parler du principe même du « prologue », qui consiste à sortir une (grosse) démo payante (40 euros début 2008).

Mais alors que la version définitive du 4e épisode était sortie 10 mois après la version prologue (en mars 2005), le « vrai » Gran Turismo 5 n’est toujours pas dans les bacs, près de 22 mois après la version prologue.

Une report « sine die »

Pire, le géant japonais a annoncé, ce jeudi 14 janvier, le report sine die de son blockbuster de l’année… Alors que la sortie au Japon était prévue en mars prochain, soit pile 2 ans après la sortie de la version prologue.

Dans un communiqué laconique, Sony évoque des raisons liées à la production « qui ne seront pas dévoilées« . Espérons qu’il s’agisse de vraies améliorations, comme la gestion des dégâts (présente chez la concurrence), la multiplication des voitures et des circuits, la diversité des courses et des carrières.

Sinon, les joueurs pourraient être très durs avec la fameuse licence de Sony développée par Polyphony Digital. Une licence vendue à plus de 53 millions d’exemplaires dans le monde depuis le lancement de la première version en 1997, sur PS One.

Un réseau GSM gratuit, dans votre maison: le « magicJack »

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 11 janvier 2010 12h14 | 13 commentaires

magicLe concept est étonnant et pas vraiment nouveau, mais une petite société américaine fait trembler les grands opérateurs. YMAX va sortir au printemps prochain sa « magicJack », ou « prise magique ». Pour 40 dollars, cette grosse clé USB, reliée à votre ordinateur, offrira une couverture réseau (2G) pour vos GSM dans votre maison (rayon d’action de la « prise magique »: environ 10 mètres).

Concrètement, votre GSM ne captera plus Mobistar, Proximus ou Base, mais un nom de réseau cellulaire qui vous serait propre (exemple: DupontGSM). Vos appels avec votre téléphone ne passeraient plus par votre opérateur mais directement via le web. Ils seraient donc « gratuits » et fonctionnerait un peu comme Skype.

« Gratuit » entre parenthèses car, aux Etats-Unis où il devrait être commercialisé au printemps 2010, un abonnement de 20 dollars annuel sera demandé par YMAX. Il vous permettrait d’alléger votre facture GSM et donc, de rentabiliser rapidement les 20 dollars.

Les « femtocell » légales ?

La technologie utilisée (femtocell) était contenue jusqu’à présent dans un appareil ressemblant à un modem ou un routeur (c’est le cas de SFR en France). Il se connecte au réseau de l’opérateur via une connexion internet haut débit, et peut supporter 2 à 4 communications simultanées. Pour l’instant, à 200 euros, SFR le propose en tant que solution pour une couverture réseau optimisée, mais facture les communications comme si elles étaient passées de manière classique, via leur réseau d’antenne GSM.

La solution d’YMAX serait indépendante des opérateurs. Mais, comme il s’agit d’une clé USB, elle nécessite une ordinateur allumé et relié à internet. Et il y a un autre problème, plus important : cette alternative alléchante ne serait pas légale, car elle utiliserait des fréquences sans autorisation. D’un point de vue technique, il est facile d’émettre sur des fréquences non attribuées. Cela ne signifie pas que ce soit légal. Il faudra donc trouver une parade mais la technique semble tout à fait au point, au grand dam des opérateurs téléphoniques qui pourraient perdre une partie de leur recette. A moins que ceux-ci ne mettent le grappin sur ce marché, en rachetant magicJack par exemple…