On a testé la tablette officielle de Google: faut-il craquer ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 21 janvier 2015 17h46 | Ajouter un commentaire

Cette fois, c’est HTC qui s’y colle. Le constructeur taïwanais, qui voit enfin ses comptes revenir dans le vert, a construit la Nexus 9, la tablette « officielle » de Google, tournant sous la version standard du dernier Android, Lollipop.

htc1

C’est HTC qui a eu l’honneur de fabriquer la « tablette officielle » annuelle de Google, baptisée Nexus 9. Il s’agit surtout pour le géant californien du web de montrer une version épurée de son nouveau système d’exploitation, baptisé Lollipop.

La version 5.0 d’Android, le système d’exploitation mobile le plus utilisé dans le monde, reçoit avec la Nexus 9 un écrin esthétiquement simple, mais avec des caractéristiques haut-de-gamme: écran 8,9″ de 2048×1536 pixels, grosse puce Nvidia Tegra K1 64-bits cadencée à 2,3 GHz, 2 Go de RAM, 16/32 GB de stockage interne, Wi-Fi, Bluetooth 4.0, NFC, GPS et 4G (en supplément à 80€).

Vous l’avez compris, Google a sauté un cran au niveau de la configuration, et du prix. Il faut débourser 399€ minimum pour sa tablette « officielle », alors que le positionnement était plutôt milieu de gamme les années précédentes.

La prise en main est agréable, même si on cherche un peu les boutons (volume et alimentation), cachés sur la tranche. Plastique mat, cerclage en alu, dalle en verre… on est bien dans le haut-de-gamme. Seul le petit capteur photo, hérité d’un smartphone entrée de gamme de la marque, est décevant.

htc2

Alors, Lollipop ?

L’intérêt de cette tablette, c’est surtout qu’elle nous fait découvrir Lollipop, la cinquième et dernière version du célèbre système d’exploitation mobile Android, développé par Google. Cet OS, commun pour les smartphones et les tablettes, est « en cours de déploiement » sur certains modèles (mais les constructeurs sont rarement pressés de faire ses mises à jour qui leur demandent beaucoup de travail).

Parmi les plus notables nouveautés, on note un design coloré et épuré, baptisé « flat design ». Il y a également une meilleure gestion des écrans de notifications et de raccourcis, que l’on fait apparaitre en glissant le doigt du haut vers le bas de l’écran.

Le multitâche, la manière de passer d’une application ouverte à l’autre, a également été refondu. D’une liste de vignettes, on passe à affichage d’onglet à la verticale. Utile également (ça existait déjà chez LG et Nokia): la sortie de veille de la tablette en tapotant deux fois l’écran.

On peut désormais avoir plusieurs comptes sur une tablette. Vu que c’est un objet familial dans de nombreux cas, il est important d’avoir des sessions différentes, y compris une « invité » pour un usage limité et temporaire.

Le menu des réglages a également été revu en profondeur, mais c’est plus pour les initiés qui aiment trifouiller dans les entrailles de leur machine.

Et avec la configuration qu’elle affiche, comptez sur la Nexus 9 pour être d’une fluidité exemplaire en toutes circonstances (jeu, vidéo haute résolution, multitâche, traitement photo, etc).

htc3
Conclusion

Rapide, efficace, bien finie… la Nexus 9 de HTC est certainement une tablette qu’on vous recommande, et l’un des premiers appareils disponibles tournant sous une nouvelle version rafraichissante d’Android, Lollipop (5.0)

Un seul bémol: son niveau de prix (minimum 399€) la place dans la catégorie des tablettes haut-de-gamme: l’iPad Mini 3 est au même prix, avec toutes les qualités qu’on lui connait. Le splendide iPad Air 2 démarre lui à 499€, tandis qu’on trouve l’excellente Samsung Galaxy Tab S à 379€ chez Krëfel (avec le « vieil » Android 4.4).

De plus, il existe une très grande diversité de tablettes Android, les prix allant de 50 à 500€. Difficile de se faire remarquer, donc, même si on est un excellent produit… à moins de mettre en place la machine marketing comme Samsung. Mais ce n’est pas prévu par HTC et Google en Belgique.

Nouvelles technologies: ce qu’il faut retenir du salon de Las Vegas

Par Mathieu Tamigniau dans Divers, Images et son, Mobilité, Pratique , le 12 janvier 2015 08h35 | Ajouter un commentaire

Le salon d’électronique grand public de Las Vegas, International CES, est déjà terminé. Voici 10 tendances à retenir de cette édition 2015:

Une télévision ultra-haute définition

Des écrans géants, incurvés pour une vision panoramique, et surtout toujours plus haute définition avec en particulier une poussée du format « 4K », de qualité quatre fois supérieure à la HD actuelle: les groupes d’électronique ont sorti les grands moyens pour convaincre les consommateurs de changer leurs téléviseurs.

Des voitures sans conducteur

Les grands constructeurs automobiles ont amené à Las Vegas des véhicules hyper-connectés, et n’ayant pour certains même plus besoin d’un conducteur.

Mention spéciale pour l’allemand Daimler et son prototype futuriste très poussé, totalement autonome avec un espace intérieur réinventé pour créer un salon roulant où l’on peut discuter, travailler ou se relaxer en tournant le dos à la route.
 
Des transports roulants écolos

A côté des voitures, un tas d’appareils légers, équipés de une à parfois cinq roues et inspirés du scooter, du segway, voire du skateboard et des patins à roulettes, sont venus au CES avec l’ambition de s’imposer comme un nouveau mode écologique de déplacement urbain.

Des drones partout
 
Le CES leur a pour la première fois consacré un espace dédié, preuve de l’usage croissant de ces mini appareils volants sans pilote embarqué, initialement à usage militaire mais qui trouvent des applications croissantes dans l’industrie, l’agriculture ou la vidéo.

Des « selfies » vus d’en haut

Marre de vous prendre en photo en tendant votre smartphone à bout de bras ? Prenez une autre perspective, celle des airs, en utilisant votre drone auto-suiveur pour faire votre « selfie ». Ou encore un « bras à selfie » télescopique, un accessoire qui a rencontré du succès parmi les visiteurs du salon.

La réalité devient virtuelle

Une autre perspective, c’est aussi ce que promettent des technologies toujours plus immersives. Avec des images et du son en trois dimensions plus vrais que nature, la création d’univers virtuels apparaît de moins en moins comme de la science-fiction.

L’un des sociétés phares du secteur, Oculus (Facebook), faisait tester au CES la dernière version de son casque prototype. Au-delà d’applications évidentes dans le cinéma et les jeux vidéo, certains imaginent déjà de s’en servir dans les communications, l’éducation, ou l’entraînement des militaires et des chirurgiens.

Des « coachs » connectés et vraiment portables

Les objets connectés ne se contentent plus de compter vos pas ou vos battements de coeur, ils donnent des conseils au sportif amateur et surveillent l’état de santé en connexion le cas échéant avec le médecin, avec l’espoir de jouer un rôle préventif.

Bracelets, montres, lunettes: l’électronique devient particulièrement prête-à-porter dans les « wearables », en plein essor. Mais elle cherche aussi de plus en plus à se faire oublier pour séduire au-delà des « geeks », avec des bracelets d’activité ressemblant à de vraies montres, ou des fils conducteurs tissés directement dans le textile.
 
La puce « bouton » d’Intel

Intel a présenté une nouvelle puce de la taille d’un bouton. Baptisée Curie, elle est censée lui permettre de se positionner dans les « wearables ».

Des robots plus humains

Plusieurs exposants montraient des robots d’assistance au CES. Mais la star a été Chihira Aico, la Japonaise plus vraie que nature de Toshiba dont le visage au grain de peau hyperréaliste offre les mêmes expressions faciales qu’un humain: elle chante, parle, sourit, cligne des yeux, et ambitionne d’aider les visiteurs des jeux Olympiques de 2020 à Tokyo.

Une maison connectée

Le CES a permis d’exposer un tas d’appareils et de dispositifs anticipant les besoins des habitants de la maison, de la sonnette qui observe les visiteurs approcher à l’électroménager qui détecte la présence.

(Avec AFP)

Cette application a permis d’ouvrir 10.000 boutiques en une nuit

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Pratique , le 6 janvier 2015 17h18 | Ajouter un commentaire

Actuellement, la grande majorité du commerce en ligne s’effectue via un ordinateur. Mais à l’heure où le smartphone est en train d’accomplir de plus en plus de tâches de la vie de tous les jours, il se pourrait bien qu’il devienne le moyen de paiement numérique N.1 dans les mois (années?) à venir. Explications et interview d’un Belge impliqué dans un projet très ambitieux.

Un constat empêche tous les e-commerçants de dormir depuis plusieurs années: 70% des gens qui sélectionnent des produits sur des sites marchands comme Amazon.fr, ne valident pas leur panier.

La plupart des gens passent donc beaucoup de temps à chercher et choisir quelque chose qu’ils souhaitent acheter, mais pour différentes raisons, annulent tout lors du paiement. Indécision, manque de confiance dans les moyens de paiement du site (on hésite parfois à laisser trainer ses coordonnées bancaires), etc… Ou tout simplement, votre carte de crédit est dans votre portefeuille, et vous avez la flemme de vous lever pour aller la chercher.

Seuls les mastodontes du secteur, comme Amazon et Zalando (les deux plus importants webshops en Belgique, selon la récente publication BeShopping), peuvent se permettre d’avoir une application mobile et des structures informatiques suffisamment efficaces pour amener les gens à utiliser leur smartphone afin de trouver puis acheter effectivement des produits chez eux.

Pour les autres, il faut se contenter des 30% qui valident le panier…

 

Un intermédiaire puissant

Mais il y a peut-être une solution intelligente qui est en train de se mettre en place, et dont le potentiel est immense. Son nom: PowaTag. Son crédo: « Libre d’acheter où vous voulez, quand vous voulez ».

Le principe semble pourtant déjà vieux: un code QR (ces petits carrés noirs et blancs) scanné avec un smartphone lance une action, la plupart du temps un site web via le navigateur. En un sens, PowaTag est comme Apple: il prend un concept qui existe déjà, le repense complètement et le rend facile et agréable à utiliser.

L’idée de base est de servir d’intermédiaire entre l’acheteur potentiel et le magasin en ligne. Au lieu qu’un code QR vous renvoie vers le site web souvent mal foutu où vous devrez entrer votre adresse et les détails de votre carte de crédit, les « tags » de PowaTag se font à partir de l’application.

 

Pas de perte de temps

Et celle-ci ouvre directement la page du produit désiré. S’il s’agit d’un vêtement, il reste à choisir la taille et ensuite, on achète, toujours via l’application qui a enregistré lors de l’inscription votre adresse et les détails de votre carte de crédit.

« L’acheteur gagne beaucoup de temps. D’habitude, avec un code QR, on est envoyé sur un site marchand, où il faut s’inscrire et entrer de nombreuses données, toujours les mêmes en plus. Avec Powatag, tout est simplifié et transparent« , nous a expliqué Geert Berckmans, le Belge qui est responsable de l’entreprise pour l’Europe et le Moyen-Orient.

Et il s’agit bien d’un intermédiaire car le paiement se fait directement sur le compte du commerçant, l’application n’étant qu’une interface différente et simplifiée du site ciblé.

 

« Plus de 10.000 boutiques ouvertes en une nuit »

L’idée plait tellement aux distributeurs que la chaîne française « Comptoir des cotonniers », qui vend des vêtements et des accessoires de mode, a servi de projet pilote.

« Ils ont fait toute une campagne d’affichage ou chaque panneau dans la rue était une boutique. Leur slogan était : ‘Plus de 10.000 boutiques ouvertes en une nuit’. Car sur chaque publicité, il y avait des produits et des tags de PowaTag, qui permettaient aux clients qui scannaient d’acheter dans la rue, dans la station de métro, en quelques secondes. On a appelé cela le fastshopping ».

Les commerçants traditionnels n’ont donc visiblement pas peur de vider leur boutique pour envoyer tout le monde sur l’e-commerce… « Ils vivent avec leur temps, et constatent les habitudes changeantes des clients ».

 

Eduquer les gens

On a tous compris l’idée, et elle est bonne. Elle nous ferait indéniablement gagner du temps, « et pour les entreprises, c’est un incroyable moyen de collecter des statistiques sur ses clients (qui a acheté quoi, où, quand, comment) ».

Reste à convaincre les gens de télécharger l’application, et les commerçants d’utiliser le concept. Tout se met en place depuis quelques mois. « La télévision italienne RAI, par exemple, va faire la promotion pour nous auprès de leurs annonceurs ; et récemment, en France, Carrefour a utilisé notre système pour que les gens puissent faire un don au Telethon dans leur magasin – ça simplifie tellement la procédure pour ceux qui veulent donner« .

 

Conclusion

PowaTag est à la fois brillant et effrayant. Il facilite grandement le paiement via smartphone – des appareils de plus en plus utilisés – mais il surfe également, sans se cacher, sur notre propension à être des acheteurs compulsifs.

« Clairement, on joue sur l’impulse« , reconnait l’entreprise. C’est d’ailleurs son argument principal auprès des marques: il faut profiter de l’effet immédiat d’une publicité pour faire passer le consommateur à la caisse. On pousse donc à l’achat impulsif, celui qu’on regrette parfois quelques minutes plus tard. « Mais il y a des législations en Europe qui garantissent un droit de rétractation« , argumente-t-on chez PowaTag. Sauf qu’on n’annulera pas l’achat, car au fond, on en a vraiment envie, même si ça n’est pas raisonnable. On se contentera de regretter…

On ne doute donc pas du succès de PowaTag en 2015. « Le patron, Dan Wagner, très connu en Angleterre, a levé 125 millions de dollars d’investissement aux Etats-Unis« . Ce qui est généralement la garantie d’un certain succès.

Il est vrai que le projet peut rapporter beaucoup d’argent: « pour chaque tag qui donne lieu à une transaction, on reçoit 30 centimes environ« , a conclu M. Berckmans.

Les étiqueteuses aussi deviennent intelligentes

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Pratique , le 23 décembre 2014 17h32 | Ajouter un commentaire

Attention, produit de niche. Leitz, le spécialiste des fournitures de bureau, a sorti une imprimante à étiquette digne de son temps. Son petit nom: Icon.

Certes, tout le monde n’en a pas besoin. Mais si c’est votre cas, vous serez heureux d’apprendre qu’il existe désormais une étiqueteuse Wi-Fi, qui de plus peut se contrôler avec un smartphone, un ordinateur ou une tablette.

Après une configuration manuelle pour la connecter à votre réseau local, il faudra mettre en place la bobine d’étiquettes, ce qui n’est forcément évident (nous avons rencontré quelques difficultés).

 

Plusieurs applications

Ensuite, à l’aide de l’application dédiée, vous créez vos propres étiquettes et vous les imprimez directement à partir votre smartphone. Il existe aussi, bien entendu, des applications pour Windows et Mac.

Différents formats, différentes orientations, découpe adaptée, sur plastique, carton ou papier (les recharges sont à acheter à part, bien entendu, environ 20€ pièce)… c’est un appareil avec de nombreuses options, destiné aux professionnels, mais à un prix relativement abordable (environ 199€).

En option, il existe également un bloc-piles externe pour disposer d’une autonomie pouvant atteindre douze heures.

 

CarAmigo: comment fonctionne ce nouveau concept de partage de voiture ?

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité , le 18 décembre 2014 12h37 | Ajouter un commentaire

Vous n’utilisez pas votre voiture tous les jours ? Elle traine dans la rue ou dans votre garage ? Depuis peu, une plateforme belge existe pour la louer à des particuliers, pour quelques heures ou quelques jours. Assurance, assistance: tout est prévu pour que cela se passe dans les meilleures conditions. Explications avec l’un des fondateurs de CarAmigo.be.

Mobilité, prix des carburants, pollution… se déplacer en voiture, en 2014, n’a plus rien à voir avec la situation d’il y a 20 ans.

Si les transports en commun sont sans doute l’inévitable solution, force est de constater qu’en Belgique, ils ne sont actuellement pas assez performants que pour être une alternative permanente à la voiture.

Mais on n’arrête pas le progrès: des solutions innovantes fleurissent depuis plusieurs années, principalement grâce aux nouvelles technologies.

Sites web et applications pour smartphone ont effet révolutionné notre manière de communiquer et d’interagir avec des entreprises, des bases de données ou d’autres personnes.

 

Location de voiture entre particuliers

CarAmigo est un bel exemple de cette nouvelle manière d’envisager la mobilité. Ce site belge a vu le jour à la fin du mois de novembre 2014, et se base sur l’idée d’un partage (payant) de voiture: des propriétaires particuliers louent leur véhicule à ceux qui en ont besoin, pour quelques heures ou quelques jours.

Ces propriétaires gagnent quelques dizaines d’euros par jour, et leur voiture est assurée (omnium) durant le prêt. Ceux qui empruntent le véhicule doivent bien entendu payer, et ils bénéficient d’une assistance dépannage de Touring.

Pour mettre ces deux catégories de personne en relation, il y a un site web, disponible également sur mobile, qui référence les voitures disponibles par lieu et par date. Une fois que le locataire a fait son choix, il entre en contact, avec le propriétaire. Puis il y règle sa note.

 

Comment les propriétaires sont-ils payés ?

« Nous avons une grosse base de données de voitures, et nous conseillons donc un montant au propriétaire, mais au final, c’est lui qui fixe le prix« , nous a expliqué Alex Gaschard, un des fondateurs de CarAmigo.

Dans le prix est prévu « 100 km par jour », et ensuite « on conseille au propriétaire de demander 30 centimes par kilomètre supplémentaire ». Mais à nouveau, c’est au propriétaire de mettre ses conditions.

Par exemple, sur les 22 voitures disponibles actuellement (c’est la phase de test avant le lancement des réservations en février prochain), il y a à Ixelles cette petite Peugeot 206+ de 2010, à 25€ par jour (mais tout ne va pas dans la poche du propriétaire, vous allez le voir).

Les conditions requises par CarAmigo sont mises en évidence sur le site. « Avoir 23 ans et 3 ans de permis minimum ; Avoir une carte de crédit au nom de la personne effectuant la réservation ; Faire un usage privé (non professionnel) du véhicule ; Rester en Belgique et dans les pays limitrophes (hors Royaume-Uni) ».

 

Un système d’étoiles et de commentaires

Pour ne pas tomber sur des conducteurs malveillants, « CarAmigo oblige les propriétaires à noter les conducteurs« , sinon ils ne reçoivent pas l’argent de la location. Il faut attribuer des étoiles et on peut laisser un commentaire, pour être plus précis.

Il est en effet essentiel que les locataires soient des gens soigneux et respectueux, sinon le système s’écroule.

« C’est comme pour AirBnB, quand on quitte l’appartement qu’on a loué à un particulier, on le laisse nickel« , a poursuivi M. Gachard. Sur cette célèbre application mobile qu’est AirBnB, on peut louer l’habitation d’un particulier, et il y a un système de notation à la sortie.

Car certes, il y a une assurance omnium. Mais si la voiture est couverte de boue au retour, ou si le locataire se présente avec une heure de retard aux rendez-vous… il n’y a pas grand-chose à faire.

Quant au modèle économique de CarAmigo, qui sert donc à mettre en contact des gens qui n’utilisent pas leurs véhicules tous les jours, avec ceux qui ont besoin occasionnellement d’une voiture, il est basé sur une petite commission. « Si la transaction est de 100€ sur deux jours, par exemple, celui qui prête son véhicule touche 70€, nous prenons 15€ et il reste 15€ pour l’assurance et l’assistance Touring ».

 

Le partage de voiture, une vieille histoire

Le « car-sharing » (partage de voiture ou « autopartage ») est assez vieux dans le principe, mais depuis les années 2000, il se généralise un peu partout dans le monde. Le leader mondial est Zipcar, qui comptait en 2012 730.000 membres, utilisant  11.000 voitures à travers les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Autriche et l’Espagne. En 2010, cela représentait 80% du marché de l’autopartage aux Etats-Unis, et environ 50% des utilisateurs mondiaux.

Son principe est plus proche d’une location intelligente de voiture que d’un réel partage. Vous payez un abonnement et vous recevez une carte magnétique. Vous réservez votre voiture à l’aide d’une application, qui sait où vous êtes et vous indique où sont les voitures les plus proches (l’idée est de s’y rendre à pieds ou en transport en commun).

Une fois que vous avez trouvé la voiture, elle s’ouvre à l’aide de votre carte magnétique, qui permet de savoir à la voiture que c’est bien vous qui l’avez réservée. Vous êtes ensuite facturé à l’heure d’utilisation (à partir de 10$), avec 180 miles gratuits.

 

En Belgique, il y a Cambio

Zipcar n’est pas (encore) disponible dans notre pays. Mais il y a des alternatives. La plus semblable est Cambio, où il y a également des frais fixes (abonnement) et des frais d’utilisation (à l’heure et au kilomètre).

Cambio est une initiative privée, mais soutenue par des partenariats solides avec les transports en commun. « Le projet pilote est né en 2002 à Namur, c’était une ASBL à la base, puis il y a eu des partenariats avec les transporteurs publics, qui sont désormais des actionnaires », nous a confié Frédéric Van Malleghem, directeur de Cambio Bruxelles.

Et ça fonctionne bien. « Nous sommes présents en Wallonie, à Bruxelles, en Flandre et en Allemagne. Et oui, nous sommes une société bénéficiaire, avec une croissance annuelle de 15 à 16%« .

Concrètement, les « 600 voitures présentes dans 30 villes » appartiennent à Cambio, et pour que « les 15.000 utilisateurs » puissent les réserver, « il y a un site web et des applications, qui permette également de localiser ou de signaler les dégâts« .

La concurrence de Cambio est à chercher dans plus directions. « C’est la petite citadine à moins 10.000€, qui pourrait faire réfléchir nos utilisateurs en ville. C’est l’arrivée de Uber, qui est aussi une alternative à la possession de voitures« , a conclu M. Van Malleghem.

Et bien, entendu, il y a désormais CarAmigo. Ce dernier ayant un gros avantage: les voitures sont chez les propriétaires (qui se trouvent un peu partout en Belgique), alors que celles de Cambio sont disponibles à des endroits stratégiques, et donc principalement dans les grandes villes.

Faut-il offrir une « smartwatch » à Noël ? On a essayé trois modèles récents

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Pratique, Test , le 15 décembre 2014 10h15 | Ajouter un commentaire

Après les smartphones et les tablettes, les montres intelligentes seraient le nouvel ordinateur miniature indispensable… d’après les départements marketing des géants de l’électronique. On a testé trois modèles qui couvrent bien l’offre actuelle. Voici notre verdict.

Elles existent depuis quelques années mais on peine à leur trouver une réelle utilité: les « smartwatch », ces montres intelligentes et connectées, se multiplient en cette fin d’année 2014. Les fabricants, de plus en plus nombreux, comptent bien en vendre pour les fêtes et les traditionnels cadeaux.

Alors, devez-vous vous laisser tenter ? La technologie est-elle déjà au point ou faut-il attendre l’arrivée de la fameuse Watch d’Apple ? On a testé trois modèles récents et surtout, disponibles en Belgique…

 

SONY SMARTWATCH 3 ET ANDROID WEAR

Le dernier modèle de montre intelligente de Sony tourne sous Android Wear, le système d’exploitation mis au point par Google et destiné à tout ce qui est « portable ». C’est ce qu’on appelle le « wearable »: pour l’instant, il s’agit des montres uniquement. Mais cela pourrait évoluer.

Cet OS a de nombreux avantages, le premier étant d’être commun à plusieurs fabricants (LG, Samsung, Motorola, etc). Cela encourage(ra) les développeurs à proposer des (mini) applications, vu que le public s’élargit de jour en jour.

La principale tâche de votre montre sous Android Wear est d’afficher toutes les notifications de votre smartphone (uniquement Android, mais toutes les marques sont concernées). L’écran de 4 cm, pas très brillant (cela préserve la batterie), est tactile. Il faut donc effectuer des gestes vers le haut ou le bas pour faire défiler les « cartes » de notifications, et vers la gauche ou la droite pour effectuer une action sur ces notifications.

 

Une notification Facebook

Exemple: quelqu’un a mis une photo de vous sur Facebook. Votre montre vibre, vous voyez un bout de la notification sur le bas du cadran (le reste étant l’affichage de l’heure – hé oui, ça reste une montre). En faisant un geste du bas vers le haut, vous affichez l’entièreté de la notification (uniquement du texte). Puis viennent les options, avec un geste de droite à gauche. L’unique option est « afficher sur le téléphone ». Reste à prendre son smartphone pour voir la suite, l’application Facebook étant déjà lancée sur la bonne page.

Il est bien entendu possible de lire entièrement les SMS et les messages Whatsapp, par exemple.

Certaines notifications peuvent être « lues », comme celles de Gmail. En appuyant sur l’e-mail, vous pouvez lire son contenu mais aussi y répondre grâce à la reconnaissance vocale. C’est plutôt efficace, mais pas très discret si vous êtes en société.

La plupart des notifications sont assez limitées, avouons-le, et se limitent à la lecture.

Si vous utilisez Google Now, dont l’affichage d’Android Wear s’inspire beaucoup, vous afficherez les scores de vos équipes de foot préférées et l’état de la route maison-travail, toujours sous forme de « cartes ».

 

Une montre autonome

La montre a heureusement son fonctionnement propre. En appuyant une seconde sur l’écran verrouillé, on lance la commande vocale. Vous pouvez alors mettre une alarme ou envoyer un SMS avec votre voix. C’est assez intuitif, même si on n’a pas le côté « conversation » de Siri, sur iPhone.

Il est également possible de lancer quelques applications à la main, comme le minuteur (préinstallé). Mais tout l’intérêt d’Android Wear réside dans un magasin d’applications de plus en plus étoffé. Il faut pour cela passer par l’application « Wear » sur votre smartphone.

Le processus d’installation est un peu confus, selon nous: il n’y a pas vraiment de rayon « wear » sur le Google Play Store. Il faut chercher dans le Google Play Store de base.

On a du taper « Nest Wear » pour trouver une mini application qui contrôle notre thermostat Nest. Heureusement, ça a fonctionné !

 

Compagnon de vie

Bien entendu, il y a le volet « compagnon de vie ». La Smartwatch 3 va compter vos pas et enregistre tout ce que vous faites. C’est ce qu’on appelle le « LifeLog » de Sony. Il permet aux utilisateurs de mémoriser différentes étapes de leur journée, de géolocaliser un restaurant où vous êtes allé, de savoir quels morceaux vous avez écoutés ou quelles photos vous avez prises, tout ça en les inscrivant dans une ligne du temps de la journée.

La SmartWatch est assez autonome, car elle intègre 4 GB de mémoire interne, et vous pourrez y stocker de la musique pour aller courir. Il faut passer par l’application Wear, configurer Google Music, et tout transférer via Bluetooth. C’est fastidieux mais ça fonctionne. Pour écouter cette musique, il faudra un casque Bluetooth, lui aussi.

Sachez enfin que le GPS intégré permet de faire son jogging sans son smartphone, la montre (waterproof) pouvant enregistrer vos déplacements.

Pas de miracle au niveau de l’autonomie: on reste limité à deux jours environ. La recharge se fait avec un simple câble micro-USB.

Environ 220€

 

SAMSUNG GEAR S: LE SMARTPHONE AU POIGNET

Le géant coréen a déjà sorti six modèles de smartwatch en un an, chacune ayant son propre style. Pour reprendre les mots de nos confrères d’Engadget, on a l’impression que la stratégie de Samsung en matière de « wearable » est « Jeter tout sur un mur et voir ce qui colle ». Ses montres, il les appelle « Gear ».

Le modèle le plus dingue et le plus performant est le Gear S, qui vient tout juste d’être disponible en Belgique, et qui atterrit en avance à la rédaction de RTL info.

Cette montre est nettement plus grosse que les autres, et c’est bien normal: il y a un magnifique écran incurvé OLED de 5 cm (plus grand, avec plus de pixels et nettement plus brillant que celui de la Sony), un emplacement pour carte SIM (!), le Wi-Fi, le GPS, le Bluetooth et même un capteur de pulsations. Rien que ça.

Cette montre, au contraire de la Gear Live (sous Android Wear), fonctionne sous un OS maison de Samsung: Tizen. Il y aura donc a priori moins d’applications disponibles.

 

Passer par un smartphone… uniquement au début

Pour initialiser la Gear S et y installer des applications, il faut un smartphone Android de la marque Samsung (avec l’application Gear qu’on ne trouve que via un magasin d’applis spécial de Samsung).
Mais après, c’est tout: vu le Wi-FI et l’emplacement pour carte (nano) SIM, la montre est complètement autonome pour se connecter au réseau, alors que la Sony est entièrement liée au smartphone pour tout ce qui est « données ». L

a Gear S peut donc recevoir toutes vos notifications et lancer toutes les applications, même si le téléphone est dans la voiture et que vous êtes en plein jogging. Ou simplement si vous décidez de l’utiliser de manière totalement autonome, d’en faire un smartphone accroché au poignet.

 

Tactile mais avec un bouton

Cette montre intelligente est bien entendu également tactile, même s’il y a un bouton dans le bas. Une pression verrouille ou déverrouille. Deux pressions lancent la commande vocale « made in Samsung », moins performante que celle de Google.

Le reste de la navigation est une histoire de mouvement.

L’horloge est affichée sur la page principale de l’écran d’accueil. Ensuite, c’est un peu comme sur un smartphone Android, on passe d’écran en écran.

Ceux de gauche sont les notifications que vous avez reçues: mail, Facebook, SMS, etc. Vous pouvez lire ces notifications ou ces messages, les effacer ou les afficher sur votre smartphone (Samsung uniquement…).

 

Widgets et applications

Ceux de droite sont des « widgets » à choisir: contrôle de la musique du smartphone, résumé de votre activité du jour (pas, sommeil, rythme cardiaque,…), évènement à venir du calendrier, météo, contacts favoris (une pression et vous l’appeler), etc…

L’inspiration d’Android se fait bien sentir, au niveau du principe et des écrans. C’est plutôt une bonne idée, a priori.

Parmi le magasin d’applications, vous trouverez quelques trucs intéressants. Si vous installez le mini navigateur Opera comme nous, il vous sera possible de surfer, même si pour entrer une adresse, il faut utiliser le clavier AZERTY (attention, ça n’est pas évident de taper sur son poignet avec un doigt), ou la reconnaissance vocale (parfois délicate aussi).

 

On peut téléphoner avec la Gear S, et sans oreillette…

Le plus dingue avec la Gear S, c’est qu’elle peut être un téléphone à part entière. Téléphone dans le premier sens du terme: recevoir et passer un appel.

On vous conseille l’oreillette Bluetooth, mais elle n’est pas indispensable, car il y a un petit haut-parleur et un micro. On se rapproche des conversations entre Michael Knight et KITT dans K2000…

Mais l’expérience s’est avérée concluante, des deux côtés de la conversation. Vous aurez l’air bête (c’est le lot des tous les pionniers, rassurez-vous).

Enfin, sachez que malgré l’écran et les connectivités plus nombreuses, la Gear S devrait tenir deux jours (maximum), grâce à une batterie plus performante. La montre résiste à l’eau, et se recharge uniquement à l’aide d’un petit support en plastique, qui a l’avantage d’intégrer une petite batterie de 350mAh.

Environ 350€.

 

PEBBLE WATCH: LA PLUS SIMPLE

A l’opposé des deux premiers ténors de l’électronique, on retrouve Pebble. Un petit projet californien né grâce au « crowd funding » en 2013.

L’écran est plus petit, non tactile et en noir et blanc. Il faut appuyer sur des boutons pour interagir.

Pebble affiche, comme la Sony et la Samsung, les notifications du smartphone connecté (Android ou iPhone).

On y retrouve par ailleurs toutes les fonctions de base (musique, chrono, etc), et la montre se configure également via une application sur le smartphone, obligatoire.

Cette application Pebble permet de télécharger des mini applications (météo, contrôle du thermostat connecté, check-in avec Swarm, etc…).

Tout est plus simple et moins ambitieux, mais du coup nettement plus facile à apprivoiser et à utiliser au jour le jour. C’est aussi beaucoup plus discret de la Samsung Gear S.

Mais surtout, la Pebble a une autonomie plus digne pour une montre: entre 5 et 7 jours d’utilisation normale.

 

 

CONCLUSION

Après des semaines de test, et trois modèles différents, il est difficile de trancher… On a cette impression permanente que les constructeurs essaient de créer un besoin, et qu’ils essaient de nous convaincre: « Si, si, je vous jure, c’est utile une smartwatch ». Un matraquage qui n’a pas été nécessaire pour le smartphone, et a priori pas pour la tablette.

La smartwatch de Sony est une bonne approche d’Android Wear, un projet de Google plein de bon sens. Celle de Samsung, un peu dingue, est très encombrante et trop ambitieuse que pour être pratique au quotidien. Enfin, la Pebble, plus modeste, est le compromis idéal pour une première approche de la montre connectée.

Mais on ne peut s’empêcher de se dire que la smartwatch n’a du sens qui si votre smartphone n’est pas accessible, coincé dans votre poche. Ou si vous faites du vélo, et que vous voulez vérifier que le SMS, mail ou appel vaut la peine de s’arrêter.

Et si vous le faites, vous prendrez votre smartphone, car c’est tout de même nettement plus facile…

Reste une catégorie de personnes intéressées: celles qui veulent un « compagnon de vie », qui mesure le nombre de pas quotidiens ou vos pulsations, pour vous rappeler, au cas où vous l’ignoreriez, que vous n’avez pas assez bougé aujourd’hui.

Le plus prudent serait sans doute d’attendre l’arrivée de la Watch d’Apple, pour se faire une idée plus précise de son fonctionnement. Elle débarque au printemps et il est probable qu’à nouveau, Apple parte d’une feuille blanche pour rendre populaire un concept qui existe déjà.

Vous quittez l’Europe cet hiver ? N’oubliez pas cette prise !

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 12 décembre 2014 11h01 | Ajouter un commentaire

Qui ne s’est jamais retrouvé sans batterie cause d’une différence de prise à l’étranger ? La plupart des touristes ou des travailleurs se déplaçant régulièrement. Pour ceux-là, on a la solution…

Vous quittez l'Europe cet hiver ? N'oubliez pas cette prise !

Tous ceux qui ont déjà quitté le continent européen ont déjà fait ce désagréable constat: le monde entier ne s’est pas entendu pour uniformiser les prises de courant. Royaume-Uni et Etats-Unis, pour ne prendre que ces deux destinations connues des touristes, utilisent leur propre format de prise. Trois pattes épaisses pour les premiers, deux petites pattes pour les seconds.

Ces différences avec l’Europe sont très peu pratiques, et bien souvent, un adaptateur est la dernière chose qu’on songe à mettre dans ses bagages. Du coup, arrivé à destination, et parfois même à l’aéroport ou à l’hôtel, on passe à la caisse.

Ces deux établissements ont la malhonnêteté de profiter de votre distraction ou de votre ignorance, pour gonfler les prix. A New-York, dans un bel hôtel, il vous en coutera facilement 25$ pour un simple adaptateur Europe -> USA.

 

Dans 150 pays…

Skross, un fabricant suisse, a eu l’intelligence de sortir un adaptateur universel, qui fonctionne « dans plus de 150 pays dans le monde ». De quoi voyager sans stress.

Ce « World Adapter Pro+ USB » est construit intelligemment: il suffit de faire clisser les pattes dont vous avez besoin pour l’utiliser dans le pays correspondant. Les six fiches différentes supportent une puissance maximale de 2.500 W.

De plus, comme son nom l’indique, il permet de fixer un petit adaptateur supplémentaire pour un faire un double chargeur USB, de quoi s’occuper d’un smartphone et d’une tablette en même temps, par exemple.

Son prix indicatif est de 20€, mais on vous déconseille de l’acheter dans un aéroport ou un hôtel.

Epson EcoTank: l’imprimante qu’on devrait tous acheter, mais on ne le fera pas…

Par Mathieu Tamigniau dans Pratique, Test , le 8 décembre 2014 12h14 | Ajouter un commentaire

Le fabricant japonais Epson a volontairement fixé un prix très élevé pour sa nouvelle imprimante qui utilise des récipients rechargeables à l’aide de bidon d’encre bon marché. On a tenté de comprendre pour quelles raisons le grand public va sans doute passer à côté d’un produit qui devrait pourtant remplacer toutes nos imprimantes…

Le petit monde de l’impression sur papier n’est pas forcément le plus remuant et le plus innovant. Et pourtant, depuis des dizaines d’années, la plupart des ménages se doit d’en posséder une. Pour imprimer un billet d’avion ou une recette, pour les devoirs des enfants, pour l’envoi d’un colis, etc…

Et il est probable que, au regard de votre faible usage (« quelques pages par mois »), vous ayez opté pour une solution bon marché: une imprimante jet d’encre couleur à 50€ environ, que l’on branche quand on en a besoin. Les plus à la pointe d’entre vous, ou ceux qui consomment davantage, ont sans doute opté pour un modèle « laser » équipé du Wi-Fi (environ 100€), qui permet d’imprimer plus sans changer de cartouche, et sans devoir relier le câble USB.

Vous pensez tous faire, plus ou moins, une bonne affaire. Et bien détrompez-vous…

 

Les consommables, un gouffre financier

Car, vous l’avez remarqué, quand il s’agit de remplacer ses cartouches, on tire souvent une drôle de tête. « 15€ pour un petit bout de plastique rempli d’encre ? », « 40€ pour un toner (imprimante laser) qui promet 1.000 pages mais n’en fait que 400? ». Bref, on a l’impression de se faire avoir. Et la vérité n’est pas loin.

Beaucoup de constructeurs ont volontairement baissé le prix des imprimantes (qui, sans doute, à frôler la perte), sachant qu’ils allaient très bien gagner leur vie sur les consommables, ces précieuses cartouches d’encre. Et comme les gens n’ont pas le choix, et que certains commencent à avoir une conscience écologique qui les empêche de se débarrasser d’un appareil en parfait état de marche, ils passent à la caisse, et hurlent sur les enfants qui impriment une photo.

 

Des réservoirs et des bidons, tout simplement

Epson ne se cache pas: le constructeur japonais, dont les imprimantes et les projecteurs représentent le marché principal, vend aussi des modèles à (très) bas prix, se rattrapant sur les cartouches.

Mais si on évoque ce fabricant, c’est parce qu’il a un sacré lapin dans son chapeau. Son système « EcoTank » pourrait vous faire gagner beaucoup d’argent. Il est pourtant d’une simplicité étonnante.

Au lieu d’avoir des cartouches, il y a des réservoirs. Et au lieu d’aller acheter de nouvelles cartouches, vous les remplissez avec les bidons fournis (un bleu, un rouge, un jaune et un noir). « De quoi tenir au moins deux ans pour un ménage avec une consommation normale », nous a expliqué Dominic Schouterden, un des managers d’Epson Belux, lors d’un point presse en banlieue bruxelloise.

Pour être concret, vous pourrez imprimer 4.000 pages en noir, 6.500 pages en couleur. Et après deux ans, pour tout remplir, il suffit d’acheter des bidons à 10€ pièce.
Selon le communiqué de presse d’Epson, cela équivaut à une économie de 65% par rapport aux traditionnelles cartouches.

 

Il y a un mais…

En voilà une bonne nouvelle. On va tous pouvoir faire des économies, alors ? Non, hélas, car les deux modèles d’imprimantes présentés (la L355, avec un simple scanner par-dessus, et la L555, avec fax et avaleur supplémentaires) sont très chers. 299€ pour le petit modèle, 399€ pour le grand. « Un investissement rentabilisé très rapidement à partir de 100 pages par mois, et qui est écologique: pas de cartouches à recycler, pas de trajet au magasin, etc« , selon Epson.

Mais ces arguments vont-il suffire pour vous convaincre à passer à la caisse ? Pas sûr… D’autant qu’il faudra les trouver, ces imprimantes. « On va les mettre dans les magasins spécialisés, comme Selexion, pour que les vendeurs puissent prendre la peine d’expliquer la différence de prix ».

 

Des copies-conformes

Car en effet, ces imprimantes sont des copies-conformes des modèles à bas prix d’Epson. Ce qui ne plaidera pas à leur faveur dans les rayons…

« Si le client voit une imprimante à 50€ et une à 299€, dont la seule différence visible est le réservoir d’encre et les bidons, on sait laquelle il va acheter », a directement avoué M. Schouterden. Il a sans doute raison: même si vous savez qu’après quelques centaines de pages, vous êtes gagnant, il est difficile de débourser 300€ pour une « bête » imprimante. A la limite, le modèle avec fax et avaleur a plus de chance de réussir, car il se rapproche d’un « multifonction » haut-de-gamme.

 

Pas plus cher à fabriquer !

Epson a été honnête: l’imprimante avec bidon ne coûte pas plus cher à produire que celle avec les cartouches. La technologie est globalement la même, et d’ailleurs, après l’avoir examinée à la rédaction durant quelques jours, le fonctionnement est identique, tout comme la qualité d’image (d’ailleurs relativement moyenne si on regarde de près).

Au lieu d’avoir un rac de cartouches fermées à usage unique, c’est un rac des cartouches reliées à des réservoirs disposés sur le côté, et que l’on remplit dès qu’ils sont vides.

 

De l’auto-concurrence

Mais alors, pourquoi cette imprimante coute-t-elle 6 fois plus cher ? C’est une question de stratégie, tout bêtement. Epson ne peut pas se tirer une balle dans le pied en proposant un produit qui concurrencerait, voire anéantirait immédiatement, les ventes de ses autres propres produits. Du coup, il le vend nettement plus cher.

Cela vaut pour les petites imprimantes pour particuliers, les moyennes pour les PME et les grosses pour les entreprises, ces dernières ayant d’immenses réservoirs d’encre.

 

Epson est prêt…

Mais alors, si les petites cartouches traditionnelles d’Epson rapportent plus, pourquoi mettre au point une technologie qui risque de bouleverser le marché ?

La première réponse que l’on a pu déduire de la conférence de presse, c’est qu’Epson est prêt au cas où la concurrence propose ce genre de produit. Et c’est lui qui l’a inventé, donc il gardera sans doute un coup d’avance. Mouais, sans doute

L’autre réponse, et celle-là est plus une devinette, c’est que HP détient 50% du marché belge, et Canon 25%, tout comme Epson. Ces petits bidons seraient, à notre avis, un sacrément bon moyen de faire voler en éclat un marché qu’il ne domine clairement pas. Et pour cause : Epson a « boudé » la Belgique durant quelques années, quand il a fallu inclure une taxe Reprobel dans chaque imprimante vendue.

Qui sait si le Japonais ne prépare pas une grosse offensive ? En tout cas, elle serait payante, soutenue par une bonne campagne publicitaire.

Terminons sur une notre positive, de la bouche d’un des managers d’Epson: « Si le marché évolue, si la concurrence fait la même chose, les prix pourraient baisser« . On n’attend que ça.

HTC Desire 816: une bonne phablette à moins de 300€

Par Mathieu Tamigniau dans Mobilité, Test , le 24 octobre 2014 12h01 | Ajouter un commentaire

Le taïwannais investi dans le segment du milieu de gamme avec une bonne phablette que l’on trouvé déjà à moins de 300€ sur le web. En vaut-elle la peine ?

Quand on pense à HTC, on voit le magnifique One (M8), un smartphone haut-de-gamme en métal brossé et aux bonnes performances.

Mais comme nous l’avait confié le responsable de HTC pour la Belgique et le Luxembourg, il y a du nouveau dans le rayon milieu de gamme du constructeur taïwanais.

Car les chiffres le confirment: les gens achètent de plus en plus de téléphone entre 200 et 300 euros.

D’où la sortie du Desire 816, une phablette de 5,5 pouces (14 cm) avec un cadre en plastique brillant, que l’on trouve déjà à 300€ environ sur le web.

 

Où sont faites les économies ?

On est donc très loin des 600 € du One, et il y a forcément quelques concessions qui sont faites:

La finition, bien entendu, puisqu’on est sur du plastique de base, qui confère un look très « moyen de gamme ». De plus, et c’est ennuyeux, le bouton de verrouillage/déverrouillage est situé tout en haut sur la tranche gauche. Impossible de l’atteindre facilement de la main droite.

La taille est également importante. Il y a de fameux bords au-dessus et en dessous de l’écran. Il a la même taille que le LG G3, mais le cadre encombrant étant nettement plus grand, il parait gigantesque à côté.

La mémoire interne est limitée à 8 GB, ce qui est parfois limite pour ceux qui installent beaucoup d’applications, la plupart d’entre elles ne pouvant pas fonctionner sur la carte microSD.

Enfin, la définition de l’écran est limitée à 1280 x 720 pixels, ce n’est donc pas le Full HD des modèles plus chers. Mais à l’œil nu, honnêtement, ça ne se remarque pas trop, car les écrans de HTC ont toujours été de très bonne qualité, très agréables à regarder et à toucher.

 

Conclusion

Ces petites « économies » faites par HTC pour proposer un bon produit à moins de 300€ ne vous effraient pas ?

Alors si vous cherchez un grand téléphone rapide et réactif (Snapdragon Quad Core 1,6 GHz), qui fait des bonnes photos (13 MP) et qui embarque l’excellente surcouche HTC Sense (avec notamment l’écran BlinkFeed qui rassemble tous les contenus qui vous intéressent sans devoir lancer d’application), le Desire 816 est l’objet idéal, à moins 300 € sur Amazon.

Si c’est encore trop cher pour vous, sachez qu’il faut passer aux constructeurs chinois. Mais vous serez sans doute déçus par la différence de finition et de surcouche Android, pratiquement inexistante, alors que vous n’économiserez qu’une cinquantaine d’euros.

 

Nikon S6900: un appareil photo spécial « selfie » a-t-il du sens ?

Par Mathieu Tamigniau dans Images et son, Test , le 8 octobre 2014 20h37 | Ajouter un commentaire

Il joue dans la cour des très grands avec des reflex pour professionnels, mais Nikon a besoin de vendre et de toucher une clientèle plus jeune et moins fortunée. D’où l’intérêt de ce dernier appareil photo compact, le S6900, que l’on peut tout-à-fait qualifier de « spécial selfie ».

Le célèbre constructeur japonais d’appareil photo, Nikon, n’est pas spécialement à la fête depuis l’avènement des smartphones, qui prennent des photos de plus en plus convenables.

Il n’est pas faux de dire que les meilleurs modèles remplacent aisément les appareils photos compacts entrée de gamme. Certes, il leur manquera toujours un zoom physique pour concurrencer la photographie classique. Mais le fait qu’on ait toujours son smartphone à portée de main, et qu’il y ait toutes les applications derrière pour éditer et partager les photos, est un plus indéniable.

Un plus qui est en train de couler un marché, lentement mais sûrement. « On constate des baisses des ventes au niveau belge de 26% sur les compacts. Les reflex sont également en baisse. Quant aux hybrides (les compacts à objectifs interchangeables), c’est un marché difficile en Europe« , nous a confié Laetitia Henry de Frahan, product manager chez Nikon Belux.

 

Qui veut des (beaux) selfies ?

Pour « élargir sa gamme » et essayer de « conquérir un public plus jeune« , Nikon vient de sortir le S6900, un appareil photo compact spécial selfie, des autoportraits très à la mode qu’il est inutile de définir. Le constructeur a même lancé un concours de selfie sur sa page Facebook.

Il est donc forcément un peu spécial, car l’idée est de prendre des (belles) photos de soi et non de paysage (même s’il sait le faire aussi correctement).

L’appareil photo est donc équipé d’un écran tactile amovible, que l’on peut bien entendu orienter dans tous les sens, de telle manière à voir la photo que l’on va prendre à bout de bras.

Il y a également un bouton déclencheur en façade, l’idée étant d’appuyer dessus avec le pouce alors que vous tenez l’appareil d’une main.

 

Un peu plus loin

C’est la base pour réussir un bon selfie sans faire trembler l’appareil. Mais heureusement, Nikon a été un peu plus loin, en incorporant un petit trépied pour déposer l’appareil et déclencher à distance. Comment ? Grâce à la reconnaissance de mouvement. Si vous passez la main dans un coin de l’écran, même à deux mètres de distance, un minuteur va se déclencher pour prendre la photo quand vous serez prêt.

Si ça ne vous suffit pas, il y a également l’application WMU (pour Wireless Mobile Utility) de Nikon, disponible pour Android et iPhone. Elle permet, à distance à partir de votre smartphone, de cadrer, zoomer et prendre une photo avec le S6900 (et bien d’autres appareils de la gamme, par ailleurs). Cette application permet également de transférer rapidement une photo vers le smartphone, pour la retoucher et/ou la partager immédiatement.

Ajoutez à cela quelques effets et décoration de photos intégrés dans l’interface minimaliste de l’appareil, et vous avez le compact idéal pour une jeune génération qui n’a pas forcément les moyens de s’offrir les smartphones haut-de-gamme, les seuls qui permettent de prendre jolis selfies.

 

Conclusion

Sans être révolutionnaire, le S6900, l’appareil photo le plus « selfie » que Nikon n’ai jamais mis sur le marché, a quelques bonnes idées pour convaincre. Notamment le trépied et le bouton en façade.

Sa connectivité (Wi-Fi et NFC) permet de le relier directement à un smartphone pour partager son selfie (car c’est un peu le but du jeu) sur les réseaux sociaux.

Certains diront qu’avec les 229€ que coute cet appareil, il vaudrait mieux s’acheter un meilleur smartphone. Ils ont en partie raison, mais le S6900 a un zoom 12x, lui…

 

Alors au final, un appareil photo spécial selfie a-t-il du sens en 2014 ?

Oui, car vous ferez de plus beaux selfies que la plupart de vos amis Facebook. Et que vus les prix des smartphones haut-de-gamme capables de faire de belles photos, 229€, ça n’est pas grand chose.

Non, car on imagine mal transporter un appareil photo compact d’une certaine dimension à chaque sortie ou chaque soirée, alors que le selfie est un concept souvent « improvisé ». D’où son succès sur smartphone. Ce qui importe avec le selfie, c’est avant tout le partage en image d’une rencontre, d’un moment ou d’une émotion, et non la qualité de la prise de vue…