Seconde Guerre mondiale

L’héritage du diable: un magnifique cocktail d’aventures

Par srosenfeld dans Aventure, BD, ésotérisme, Historique, Seconde Guerre mondiale , le 23 août 2016 20h01 | Ajouter un commentaire

Couv_281689« Des sociétés secrètes, des trésors, des abbayes en ruine, tout ça, c’est le souffle de l’aventure » me lance enthousiaste le scénariste Félix Jérôme. Nul doute, la volonté de cette bd est d’en mettre plein la vue et ça marche ! C’est dense, intense, mystérieux, accrocheur. Un divertissement haut de gamme mis en valeur par de grandes qualités graphiques.

Tout commence par un rêveur: Constant. Il ne pense qu’à une femme rencontrée une nuit et disparue depuis. Son chemin va le conduire à un tableau mystérieux où sa muse apparait. Un secret semble caché dans la toile. Et voilà notre héros, un naïf, face à des ennemis redoutables. A leur tête, la troublante cantatrice Emma Calvé. Elle croit à un pouvoir hérité du diable en personne. Ses alliés nazis y croient aussi. La réponse est peut-être dans un village isolé du Languedoc, Rennes-le-Château.

Ce n’est que le début de nombreux rebondissements où se croisent de multiples personnages : voleuse amoureuse, écrivain curieux, cardinal manipulateur. Tous sont bien décidés à résoudre le mystère.

Cette série débuté en 2009 se termine sur un quatrième tome qui ne déçoit pas. Impossible de résumer l’ensemble de ce récit à la fois ludique et dynamique. Les auteurs y mélangent tous les ingrédients qui font le succès de ce type de quête: ésotérisme, messages codés etc..

« J’avais lu le Da Vinci Code, à l’époque et j’avais envie de créer une bd dans le même esprit » me raconte Paul Gastine. Cela tombe bien car son professeur d’atelier d’écriture et de bd aime aussi ça. Le début d’une belle histoire.

« Lorsque j’ai rencontré Paul, c’était un adolescent, avec un énorme talent » m’explique Félix Jérôme.  Cette bd est leur première collaboration. A travers elle, le dessinateur démontre que son coup de crayon est l’un des meilleurs de sa génération.

« L’héritage du diable » s’inscrit dans la lignée des grandes bd d’aventures. « J’avais envie de mettre tout ce qui me faisait rêver quand j’étais enfant «  m’explique le dessinateur. Pari réussi.

L’héritage du diable aux éditions Bamboo

Scénario: Félix Jérôme

Dessin: Paul Gastine

D’Encre et de Sang: une héroïne sensuelle sous l’Occupation

Par srosenfeld dans Historique, policier, Seconde Guerre mondiale, sexy, suspens , le 21 mars 2016 16h14 | Ajouter un commentaire

encre« Nous avons fait le tour des éditeurs avec ce projet pour finalement intégrer la plateforme de crowfunding Sandawe » m’explique Gihef dans mon Studio Bd. Le scénariste d’Encre et de Sang m’avoue que c’était une première expérience. Et s’il en retient une chose, c’est la patience. Car il faut du temps pour récolter les milliers d’euros nécessaire à la réalisation et la commercialisation d’un album. Et le meilleur moyen d’y arriver reste un bon scénario et des dessins qui font fantasmer les lecteurs.

Et justement. Gihef sait concocter des récits haletants dans des univers très différents. Ici, l’histoire se passe dans les derniers mois de l’Occupation à Bruxelles. Une période trouble où les occupants et les collaborateurs sentent le vent tourné.  Nous suivons Katja, une sensuelle journaliste d’origine autrichienne  qui vient prêter main forte à l’équipe de rédacteurs du Soir.

Le quotidien est dirigé par des sympathisants nazis et Katja qui est en réalité une espionne à la solde des alliés doit faire attention. Sa véritable mission est de débusquer Léon Dregrelle pour organiser son assassinat. Alors que le chef de la SS Wallonne  s’avère difficile à localiser, notre belle enquêtrice tente d’élucider une série de meurtres atroces de jeunes femmes. L’héroïne risque à tout instant de perdre la vie….

Dès la couverture, le trait du dessinateur Renaud est immédiatement reconnaissable. La créateur de Jessica Blandy n’a rien perdu de sa verdeur pour offrir au public une femme d’une très grande sensualité. Un coup de crayon qui a sûrement joué dans l’enthousiasme des édinautes…Mais il y a aussi une histoire bien construite, efficace et divertissante.

« Je ne pense que je recommencerai » m’avoue Gihef « car avec le crowfunding, il faut être très présent sur internet, rendre compte à des centaines de personnes plutôt qu’un éditeur, en résumé, c’est pas pour moi ».  Malgré ces difficultés liés à un mode de production original et exigeant, le scénariste et le dessinateur sont fiers de leur diptyque. Avec raison. Le plaisir est là, de page en page.

D’encre et de sang, t1 et 2 aux éditions sandawe

Scénario: Gihef

Dessin: Renaud

 

Dilemma: que faire lorsque l’avenir est écrit d’avance

Par srosenfeld dans ¨Platon, antiquité, Aventure, Historique, Seconde Guerre mondiale , le 12 février 2016 18h11 | Ajouter un commentaire

dilemmaEt si notre avenir n’était pas le fruit du destin mais bien le résultat d’une trajectoire conçue à l’avance par les plus grands penseurs de la Grèce Antique. Ce postulat a de quoi susciter la curiosité. Et c’est bien le but de Clarke  qui propose une bd audacieuse.

L’auteur, qui a fait du grec ancien, a toujours baigné dans la culture de philosophe tel que Platon. Mais jusqu’ici, comme il me le concède, ses « délires » ne faisaient rire que lui.

Mais voilà que Clarke a une soudaine révélation, il y a 3 ans alors qu’il lit un livre sur la bureaucratie nazie. Pourquoi ne pas tisser des liens entre la folie du IIIème Reich et les plus grands penseurs de l’Antiquité.

Tout commence donc en Grèce en 1934. Un jeune archéologue allemand découvre des manuscrits anciens au fond d’une grotte. Ils se rend compte qu’ils sont rédigés par les plus grand penseurs comme Platon, Aristote ou Diogène sur le thème du déterminisme.

Par jeu, ils ont tenté de prévoir l’avenir du monde en se basant sur les éléments qu’ils connaissaient. Avec succès. Que faire quand on a dans les mains, les clés, pour faire perdre ou gagner une guerre à venir ? Peut-on rester un patriote dans un pays dirigé par les nazis ? Notre héros est au cœur d’un dilemme.

Clarke propose un récit qui mélange intelligence et action, réalité historique et fiction. De multiples personnages se télescopent dans une histoire ludique ponctuée de course-poursuites.

« Cet archéologue, plongé dans ses manuscrits, geek avant la lettre n’est jamais que le reflet de mon métier » m’explique-t-il dans mon studio BD. « Je fais quatre fois le tour du monde en restant sur une table et en dessinant ».

Ce one-shot de 136 pages se dévore sans difficulté. A la fois scénariste et dessinateur, Clarke maîtrise son projet de bout en bout avec un graphisme soigné. Une bd qui propose deux fins et laisse le lecteur rêveur une fois l’album terminé.

Dilemma aux éditions du Lombard

Scénario et dessin: Clarke