antalya temizlik şirketleri
antalya haber haberler antalya rent a car elektroniksigara
antalya rent a car
Antalya temizlik firmaları Antalya temizlik şirketleri

policier

BD à mettre sous le sapin

Il est toujours difficile de faire une sélection de BD tant les titres sont nombreux.  Voici quelques idées. Ne pas hésiter à feuilleter d’autres découvertes en librairies. Bonnes fêtes à tous.

Pour ceux qui aiment le western…

undertaker-tome-4-l-ombre-d-hippocrateUndertaker aux éditions Dargaud

Difficile de passer à côte de cette série dont le 4ème tome vient de sortir et qui conclu un premier cycle de toute beauté. L’histoire d’un croquemort, ancien as de la gâchette, au prise avec les démons de son passé. Au programme: action, humour et graphisme spectaculaire. Une réussite. Une valeur sûre.

 

 

 

Pour ceux qui aiment l’aventure…

tango-tome-1-ocean-pierreTango aux éditions Le Lombard

Une nouvelle série avec un héros charismatique. John Tango tente d’oublier un passé trouble, planqué en Bolivie. Mais les cartels n’oublient jamais. Scénarisé par Matz (Le Tueur) et  dessiné par Philippe Xavier (Croisade, Conquistador), le premier album est un divertissement haut de gamme.  (cf article complet dans le blog Studio BD)

 

 

 

Pour ceux qui aiment l’histoire…

Couv_199950La guerre des Lulus,  t1 à 5 aux éditions Casterman

Un récit très attachant sur la Première Guerre Mondiale vue par les ados en 5 tomes (cycle complet). Suivez les pas de Lucas, Lucien, Luigi et Ludwig, quatre pensionnaires d’un orphelinat, surnommés les Lulus. Oubliés lors de la débâcle, ils vont devoir survivre en territoire inconnu. Une belle façon d’aborder cette période sans caricature.

 

 

 

Pour ceux qui aiment la SF…

TerTER, t1 et 2 aux éditions Daniel Maghen

Une série de SF qui se démarque des autres. Un homme surgit de nulle part trouble les fondements d’une société à la dérive. Enfant puis homme, il apprend à parler et se révèle intelligent car si sa mémoire lui fait défaut, il est incroyablement doué pour réparer toutes les mécaniques fatiguées.  Les surprises ne font que commencer. Graphisme et scénario soigné.

 

 

 

Pour ceux qui aiment l’humour…

le-loup-en-slip-tome-2-le-loup-en-slip-se-les-gele-mechammentchatLe loup en slip, t2 aux éditions Dargaud

Un vrai délire qui plaira aux petits et aux grands. A la fois BD et livre, cet album se lit en famille car « on se les gèle! » .  C’est donc l’histoire d’un loup en slip mais pas que…

Chacun son chat, t21  aux éditions Casterman

Une fois encore Philippe Geluck ne perd pas son mordant. De l’humour corrosif et jouissif qui fait du bien.

 

Pour ceux qui aiment l’heroic fantasy…

indexSangre t1 et 2 aux éditions Soleil

Une belle surprise que cette nouvelle série. Le duo Arleston/Floch connait parfaitement les codes du genre.  Le lecteur se retrouve happé par le terrible destin de Sangre. Après l’enlèvement de sa mère par la compagnie des Sombres Écumeurs., elle va devenir une guerrière sans pitié. Graphisme spectaculaire pour un récit haletant.

 

 

 

Pour ceux qui aiment les intégrales…

9782344025130-X-768x1024Silas Corey, cycle 1 et 2 aux éditions Glénat

L’histoire d’un escroc qui vend ses services au plus offrant mais qui joue souvent l’espion au service de la France. Une sorte d’Arsène Lupin dandy qui navigue en eaux troubles après la Première Guerre Mondiale. Grand spectacle, action, humour: une série portée par des séquences d’une très grande puissance visuelle et des dialogues savoureux.

 

 

 

Pour ceux qui aiment les histoires de fesses….

2256_couvExtases aux éditions Casterman

Explorer l’intime sans tabou mais avec humour. L’auteur Jean Louis Tripp raconte sa sexualité de son adolescence à sa vie d’adulte avec sincérité. Du petit détail trivial à l’échangisme joyeux, tout y passe mais sans mauvais goût.

D’Encre et de Sang: une héroïne sensuelle sous l’Occupation

Par srosenfeld dans Historique, policier, Seconde Guerre mondiale, sexy, suspens , le 21 mars 2016 16h14 | Ajouter un commentaire

encre« Nous avons fait le tour des éditeurs avec ce projet pour finalement intégrer la plateforme de crowfunding Sandawe » m’explique Gihef dans mon Studio Bd. Le scénariste d’Encre et de Sang m’avoue que c’était une première expérience. Et s’il en retient une chose, c’est la patience. Car il faut du temps pour récolter les milliers d’euros nécessaire à la réalisation et la commercialisation d’un album. Et le meilleur moyen d’y arriver reste un bon scénario et des dessins qui font fantasmer les lecteurs.

Et justement. Gihef sait concocter des récits haletants dans des univers très différents. Ici, l’histoire se passe dans les derniers mois de l’Occupation à Bruxelles. Une période trouble où les occupants et les collaborateurs sentent le vent tourné.  Nous suivons Katja, une sensuelle journaliste d’origine autrichienne  qui vient prêter main forte à l’équipe de rédacteurs du Soir.

Le quotidien est dirigé par des sympathisants nazis et Katja qui est en réalité une espionne à la solde des alliés doit faire attention. Sa véritable mission est de débusquer Léon Dregrelle pour organiser son assassinat. Alors que le chef de la SS Wallonne  s’avère difficile à localiser, notre belle enquêtrice tente d’élucider une série de meurtres atroces de jeunes femmes. L’héroïne risque à tout instant de perdre la vie….

Dès la couverture, le trait du dessinateur Renaud est immédiatement reconnaissable. La créateur de Jessica Blandy n’a rien perdu de sa verdeur pour offrir au public une femme d’une très grande sensualité. Un coup de crayon qui a sûrement joué dans l’enthousiasme des édinautes…Mais il y a aussi une histoire bien construite, efficace et divertissante.

« Je ne pense que je recommencerai » m’avoue Gihef « car avec le crowfunding, il faut être très présent sur internet, rendre compte à des centaines de personnes plutôt qu’un éditeur, en résumé, c’est pas pour moi ».  Malgré ces difficultés liés à un mode de production original et exigeant, le scénariste et le dessinateur sont fiers de leur diptyque. Avec raison. Le plaisir est là, de page en page.

D’encre et de sang, t1 et 2 aux éditions sandawe

Scénario: Gihef

Dessin: Renaud

 

Le crime qui est le tien: sensuel et vénéneux

Par srosenfeld dans Aventure, polar, policier, suspens , le 5 novembre 2015 15h21 | Ajouter un commentaire

Electre_978-2-505-06343-8_9782505063438« Il y a une atmosphère assez poisseuse dans cette histoire » me révèle Philippe Berthet. Et c’est vrai, que l’ambiance est un personnage à elle seule, dans ce polar à la sauce australienne. Le lecteur se retrouve dans un patelin paumé du bush où un homme humilié par une femme nymphomane tente de trouver une forme de rédemption.

Cela fait 27 ans, que Greg est en cavale. Il vit reclus du monde parmi ses moutons, accusé du meurtre de son épouse qui l’a fait cocu tant de fois. Une femme qui vit toujours en lui, un fantôme qui le provoque lors de fréquentes hallucinations.

Mais voilà que son frère lui donne une chance de refaire sa vie. Sur son lit de mort, il se dénonce comme l’assassin de la belle. Greg peut revenir… mais le peut-il vraiment?

Le scénario de Zidrou crée une mécanique addictive. Sa lenteur n’est qu’un leurre. Le récit joue avec les codes du polar avec comme rôle clé la femme fatale. La couverture de l’album donne le ton. Une femme ensanglantée, sensuelle, un mouton à la main, interroge du regard. Qui est-elle? Sa mort est atroce. Mais pourquoi? Philippe Berthet explique d’ailleurs que dessiner cette scène de meurtre l’a mis en « transe »…

Dans cette histoire, ce n’est pas l’action mais la psychologie des protagonistes qui dynamise les pages. Une belle réussite.

Le crime qui est le tien aux éditions Dargaud

Scénario: Zidrou

Dessin: Philippe Berthet.

Holly Ann: une enquêtrice envoûtante

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique, policier, sexy , le 4 février 2015 17h18 | Ajouter un commentaire

Elle s’appelle Holly Ann, elle est métis, d’une beauté sensuelle et mystérieuse grâce au dessin de Stéphane Servain et elle risque de nous envoûter pendant un bon moment. Ce premier album très prometteur commence une série qui nous embarque dans l’atmosphère toute particulière de la Nouvelle Orléans.

A l’origine de cette histoire, le scénariste Kid Toussaint qui s’inspire de son expérience lors d’un voyage dans la ville de Louisiane en 2011. « J’ai tout de suite été séduit par cet endroit notamment le quartier français » me dit-il dans mon studio bd. Tout naturellement, il s’intéresse au vaudou mais comprend très vite que cela ne représente aujourd’hui qu’un folklore pour touristes en mal de sensations. Reste une ambiance unique que l’auteur tente de restituer dans ce titre intrigant « la chèvre sans cornes ».

Cela fait référence en language vaudou au meurtre rituel d’un enfant blanc. Et précisément, le fils d’un riche propriétaire de plantation a disparu.  Nous sommes au 19ème siècle où les progrès techniques dans les enquêtes de police font un bond spectaculaire mais rien ne remplace l’instinct. Holly Ann possède plus que ça, elle semble doter de pouvoirs surnaturels qui lui permettent de réussir là où les autres échouent. Et justement un enfant noir est aussi manquant…

« Je voulais faire un Sherlock Holmes au féminin » m’avoue Kid Toussaint. Et voilà, Holly Ann, un personnage qui va continuer selon le scénariste à s’étoffer au fur et à mesure de la série. 3 tomes sont déjà en route et tant mieux car cette enquêtrice a tout pour séduire le public. Epaulé par un graphisme puissant, cet album constitue une belle entrée en matière. Bravo.

Holly Ann, t1 aux éditions Casterman

Scénario: Kid Toussaint

Dessin: Stéphane Servain

 

 

La main de Pangboche: sur les traces du Yéti

Par srosenfeld dans action, Aventure, contemporain, polar, policier, voyage , le 13 janvier 2015 16h29 | Ajouter un commentaire

Nouveau départ pour André Taymans. L’auteur abandonne son héroïne fétiche, Caroline Baldwin, pour une autre femme de tempérament, Roxane. L’occasion de retrouver, à travers ce personnage féminin, le Népal au cœur de nombreuses légendes dont la plus célèbre est le Yéti!

Pour cela, rien de mieux, que de s’appuyer sur une histoire vraie et pourtant farfelue: le vol d’un doigt momifié d’un « Yéti » par le chef d’une expédition américaine confié à l’acteur James Stewart qui le cache dans les sous-vêtements de sa femme… avant d’être retrouvé en 1990 au British Museum!

Et nous voici aujourd’hui, à Katmandou, aux côtés de Roxane Leduc, une jeune femme spécialiste des antiquités, qui assiste  à l’accident mortel d’un homme qui venait de lui confier les secrets de la « main de Pangboche ».

Aux côtés d’un policier qui enquête sur le vol de la relique, nous retrouvons notre curieuse aventurière aux portes du parc national du Langtang, le « royaume des trekkeurs » bien décidée à percer les mystères qui l’entourent….

« Je suis allé au Népal faire un voyage avec mes enfants et à mon retour j’avais toute mon histoire » m’explique André Taymans. La marche à plus de 4000 mètres laisse, en effet, le temps de la rêverie…

D’une facture classique, cet album propose un graphisme élégant avec des couleurs directes (une première pour le dessinateur). Un choix payant qui apporte beaucoup à ce polar des montagnes envoûtant.

Seul petit bémol, ses personnages notamment Roxane manque un peu de finesse de trait… Un détail tant cette première partie de diptyque reste attachante avec en toile de fond un petit air de Tintin au Tibet. Un bon bol d’air frais en ce début d’année.

La main de Pangboche, t1 aux éditions Paquet.

Scénario et dessin: André Taymans.

 

Largo Winch: complot, séduction et grand plongeon!

Par srosenfeld dans action, ados, Aventure, contemporain, graphisme, policier , le 19 novembre 2014 15h43 | Ajouter un commentaire

« Cela aurait été assez élémentaire, un complot, une bombe, comment aller la poser…. et bien ce n’est que pas vraiment ça, c’est le principe avec Largo Winch, derrière les apparences, il y a toujours une réalité que j’espère inattendue » me lance Jean Van Hamme.

En vieux routier de la bd, le scénariste de l’aventurier milliardaire, sait que son défi est de surprendre le lecteur. Créer de la nouveauté et du désir dans un univers déjà bien balisé.

Et ce 19ème album, « Chassé-Croisé » remplit parfaitement son contrat. Comme toujours, il s’agit de la première partie d’un diptyque dont l’action se déroule au cœur de la City.

Et dès les première pages se tisse la toile d’un intrigue où des personnages emblématiques comme, la  secrétaire du groupe W, Miss Pennywinkle ou  le numéro 2 Dwight Cochrane tombent dans les griffes de séducteurs professionnels.

Et notre Largo dans tout ça? Le voilà pris pour cible à cause de sa vision idéale d’un capitalisme à visage humain. Mais surtout, lui aussi, cède au coup de foudre. La belle Saïdée lui procure un sentiment oublié… un sentiment qui pourrait le conduire à sa fin…

« Sans femme, Largo Winch serait un récit de militaire » m’explique pince-sans-rire Jean Van Hamme. Celles-ci sont, une fois de plus, au cœur du récit.

Un récit qui bénéficie du graphisme méticuleux de Philippe Francq. Le dessinateur fait preuve d’une véritable maestria pour donner du rythme et de l’intensité dans chaque scène.

Le 18 novembre, je le retrouvais d’ailleurs sous l’eau à Némo 33 (la fosse la plus profonde du monde) pour découvrir les 33 planches de l’album à 10 mètres sous l’eau… Une expérience que je vous invite à découvrir plus bas.

Largo Winch, t19, chassé croisé

Scénario: Jean Van Hamme.

Dessin: Philippe Francq

Les Merveilles: l’Antiquité revisitée

Par srosenfeld dans Aventure, graphisme, Historique, policier , le 22 juillet 2014 10h54 | Ajouter un commentaire

 » En une semaine, j’avais tous les récits en tête » m’avoue Luca Blengino. Le scénariste féru d’histoire aime plus que tout se plonger dans sa passion.

Cette série concept autour des 7 merveilles du monde pendant l’Antiquité est partie d’une envie:  raconter les jardins suspendus de Babylone. « Pour moi, c’est l’occasion de faire jouer mon imagination, car nous n’avons pas de description de cette merveille » me précise l’Italien.

Un premier essai qui donne envie à l’éditeur d’élargir finalement la thématique pour le plus grand bonheur de l’auteur.

Le premier tome se concentre sur la statue de Zeus à Olympie. Son créateur, le sculpteur Phidias, cache à l’intérieur un secret. Mais lequel? Alors que les jeux commencent deux athlètes se retrouvent au cœur d’une mystérieuse intrigue: le noble Kionis et Aurelios de Mykonos, le guerrier qui pleure.

Dans le second tome nous suivons le destin  Hesediel, dont les exceptionnelles connaissances en botanique vont faire de lui le jardinier des jardins suspendus de Babylone en 585 avant JC.  Nabuchodonosor, le roi fou,  lui lance un défi mortel. Il a un an pour faire éclore une fleur légendaire. S’il échoue, lui et 99 autres esclaves seront tués.

Voici les deux premières évocations des Merveilles, les autres sortiront dans les prochains mois.  Avec la statue de Zeus, Luca Blengino démontre son savoir-faire en construisant un divertissement entre mythe et réalité. « Je voulais ancrer mes récits dans l’époque  » me dit-il.

Il faut imaginer ce que représentait le monument pour la population: un géant (un Zeus de plus de douze mètres fait d’un mélange d’or et d’ivoire). La sueur et le  sang à Olympie d’un côté, l’élégance des jardins de Babylone de l’autre, le lecteur voyage sans se lasser. Avec son graphisme classique et ses couleurs chaudes, cette plongée dans l’Antiquité séduira les amateurs de bd historique.

Les Merveilles, t1 et 2 aux éditions Delcourt.

Scénario: Luca Blengino.

Dessin: Stefano Andreucci, Roberto Ali.    

 

Les mystères de la République: 3 flics, 3 époques

Par srosenfeld dans action, Aventure, contemporain, Historique, policier , le 2 avril 2014 15h24 | Ajouter un commentaire

 » Je suis Belge et je peux évoquer avec recul certaines pages  sombres de l’Histoire de France comme la guerre d’Algérie «  me lance Philippe Richelle. Le scénariste qui voue une passion aux petits et aux grands événements propose un projet longtemps mûri.

Sa série se construit sur plusieurs décennies avec comme marqueur de temps:  la IIIème, la IVème et la Vème République. A chaque fois, un dessinateur différent s’approprie sa période avec son univers personnel. Philippe Richelle orchestre le tout et donne à chacun un héros, une « gueule », un flic ordinaire mais tenace.

Que ce soit dans les années 30 au cœur des mouvements d’extrême droite ou à Marseille chez les dockers de la CGT en 1950 ou en 1959 sur fond de guerre d’Algérie, des policiers tentent de trouver des réponses à des morts violentes ou suspectes. Chaque enquête permet de plonger dans la société française de l’époque sur le plan social et politique.

« Ce qui m’intéresse c’est de restituer les enjeux, le climat » m’explique Philippe Richelle. L’auteur est sensible à l’atmosphère du moment. Ces récits policiers ne sont jamais les mêmes et utilisent plusieurs ressorts dramatiques pour varier les points de vue.

Un travail de précision qui donne toute sa force à cette série aussi audacieuse que séduisante. Si chaque dessinateur apporte sa touche, l’ensemble forme une famille graphique cohérente. Une bd incontournable pour les férus d’histoire.

Les mystères de la République, IIIème, IVème et Vème République.

Scénario: Philippe Richelle

Dessin: Wachs, Buscaglia,   Ravard.

 

Perico: du polar comme on aime signé Berthet

Par srosenfeld dans action, Aventure, graphisme, Historique, mafia, polar, policier, thriller , le 27 mars 2014 18h03 | Ajouter un commentaire

Le dessinateur de Pin Up se lance dans un véritable défi. Devenir le chef d’orchestre d’une nouvelle collection de bd dédiée au polar avec une seule signature graphique, la sienne. « Jusqu’ici, c’étaient les scénaristes  qui écrivaient des histoires différentes avec plusieurs dessinateurs, là c’est l’inverse, et je crois que je suis le premier » m’avoue Philippe Berthet.

Avec ses couleurs jaune et noire en référence aux  livres de la « série noire« ,  voici donc Perico, premier album de la Ligne Noire dédiée au polar.

Le récit s’ouvre sur le meurtre d’un Américain à la sortie d’un casino de La Havane, à Cuba.  Un meurtre lié aux affaires du chef de la pègre locale, Santo Trafficante et du président Batista.  De quoi agiter l’île. Sans le savoir, en aidant son frère en cavale, le jeune Joaquin, va se retrouver dans les pires ennuis.

Avec une valise de billets et un flingue, le serveur naïf rêve d’une autre vie. Pourquoi pas avec l’envoutante  Livia, propriété de Santo Trafficante? L’improbable duo s’enfuit alors aux États-Unis avec à leurs trousses des truands sans pitié.

Ce premier volet du diptyque Perico  scénarisé par Régis Hautière comporte tous les ingrédients du polar : corruption, mafia, jolies filles et suspense. Une belle entrée en matière qui se déguste avec avidité tant le graphisme de Philippe Berthet est travaillé. Couleurs chaudes, cadrages efficaces, jeux d’ombres et ligne claire: du très beau dessin. « Vous allez voir ce que vous allez voir » me lance amusé l’auteur qui sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur. Bravo. Jusqu’ici, c’est un sans faute.

Perico, t1 aux éditions Dargaud.

Scénario: Régis Hautière

Dessin: Philippe Berthet.

 

Le Dahlia noir: femmes fatales

Par srosenfeld dans action, Aventure, graphisme, mafia, polar, policier, sexe , le 5 décembre 2013 18h41 | Ajouter un commentaire

L’adaptation du célèbre roman noir de James Ellroy est un pari audacieux voir périlleux. Une inquiétude vite oubliée dès les premières pages tant le graphisme de Miles Hyman  ébloui par sa qualité et sa force d’attraction. Le dessinateur francophone d’origine américaine réussit avec  le scénariste Matz (aidé par le cinéaste David Fincher) une plongée envoutante dans le Los Angeles de l’après-guerre avec ses flics à moitié ripoux, ses femmes fatales, le tout sous une épaisse fumée de cigarettes parfumée au whisky.

Commençons par le début, l’histoire. Nous sommes le 15 janvier 1947, les journaux font leur Une sur une macabre découverte: un cadavre atrocement mutilé, celui de Betty short, surnommée le Dahlia noir. Deux anciens boxeurs devenus flics à la crime, Dwight Bleichert dit « Bucky », et Leland Blanchard surnommé « Lee », tentent de retrouver l’assassin.

Une quête qui vire à l’obsession nourrissant une fascination morbide pour la jeune Betty Short. Une investigation qui les plonge dans un monde faux-semblants. « Tous les personnages se mentent du début à la fin » m’explique Miles Hyman.

Le duo réussit à rendre lisible et haletant la puissance de ce roman noir. Le scénariste Matz arrive à intégrer l’essentiel de l’écriture de l’écrivain en y ajoutant des éléments pour mieux lier l’ensemble et en garder sa force brute.  Miles Hyman, adoubé par James Ellroy, construit chaque page comme des tableaux vivants. « J’ai élargi la gamme des couleurs pour que l’on soit ébloui et  que cela soit aussi menaçant que les ombres » me dit-il.

Son travail qui a duré deux ans retranscrit parfaitement l’ambiance de cette époque. « C’est bien d’avoir ce fond d’images presque inconscientes lorsque l’on aborde un tel projet » m’avoue le dessinateur qui a longtemps vécu à Los Angeles. Une réinterprétation magistrale. Sans nul doute, une des très grandes BD de l’année. Ne pas rater l’exposition à la galerie Champaka à Bruxelles jusqu’au 9 décembre.

Le Dalhia noir aux éditions Casterman

Scénario: Matz

Dessin: Miles Hyman.