SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

manga

Big K: ça va saigner!

Par srosenfeld dans action, manga, polar , le 5 février 2012 19h09 | Ajouter un commentaire

big-k-tome-1-l-appel-du-sangLorsque vous êtes animé par des pulsions de meurtres, que vous reste-t-il à faire? Trouver une planque pour assumer vos envies sans trop attirer l’attention. Et dans les années 70, l’endroit idéal, s’appelle la mafia. Big K est son arme la plus redoutable. Un tueur à gages froid, impassible, la noirceur incarnée. La terreur des mauvais payeurs. Mais derrière son physique, il cache une petite part d’humanité. Et lorsqu’il s’aperçoit qu’un des dealers qu’il doit juste « secouer » prostitue des enfants, sa réponse est expéditive…

« Big K » se veut un polar à la violence assumée. Une BD qui s’inspire librement de  Richard Kuklinski qui travailla pour plusieurs familles mafieuses et avoua avoir tué au moins 200 personnes! « Un bon terroir pour raconter une histoire » m’explique le scénariste. Et dès les premières pages, le ton est donné. Le personnage principal exécute un contrat avec une clef anglaise… Ça saigne. De quoi mériter amplement le titre de ce premier tome: « l’appel du sang« .  Et ce n’est qu’un début. Accroché aux basques de « Big K « , le lecteur plonge dans les bas-fonds. Mais le récit ne se contente pas de décrire un monstre. A l’aide de flashbacks et d’une voix off, Fabian Ptoma construit un serial killer plus complexe qu’il n’y paraît.

« J’aime cette époque des années 70 avec ses bagnoles cabossée et ses vêtements avec des cols pelle à tarte » me lance Nicolas Duchêne dans mon studio BD. Le dessinateur avoue prendre un énorme plaisir à croquer des « gueules » et un univers si particulier. La graphisme qui s’appuie sur des crayonnés  très marqués donne une ambiance plutôt réussie. Il est étonnant d’ailleurs de voir ces deux gars si calmes s’amuser à raconter leur « fascination » pour ce type de personnage « déviant ». Un  enthousiasme payant car ce « Big K » séduit autant qu’il fait peur. A suivre sauf pour les âmes sensibles…

Big K, t1 aux éditions Casterman

Scénario: Fabian Ptoma.

Dessin: Nicolas Duchêne.

Europe Japon: au source du manga

Par srosenfeld dans action, Aventure, biographie, générationnel, Historique, manga , le 25 juillet 2010 15h45 | Ajouter un commentaire

japonLe manga est devenu depuis longtemps un phénomène de société. Au pays de Tintin, cela fait longtemps que les ventes des titres « made in Japan » battent des records. Mais loin de s’opposer le manga et la bd européenne sont de vieilles amies. Paul Herman propose de retracer leur histoire dans son livre « Europe Japon: regards croisés en bandes dessinées ». L’occasion de découvrir à travers de nombreuses illustrations à quel point les cultures japonaises et européennes se sont nourries l’une de l’autre. Des estampes japonaises du 19e siècle montrant l’arrivée des Occidentaux à la déferlante du manga dans les années 80, tout est dit ou presque.

J’ai invité Paul Herman dans Studio Bd pour évoquer avec lui ce lien étroit qui unit  Japon et Occident  en BD. C’est aussi et surtout l’occasion de mieux comprendre le « phénomène manga » auprès d’un spécialiste du genre.  Si les ados sont depuis longtemps friants du genre, de nombreuses personnes sont encore réticentes. Paul Herman explique que dans le manga « tout est codifié« . Il précise que chaque titre s’adapte à un public:  ados, adulte, fille, garçon etc.. Je vous conseille donc son interview et vous propose aussi quelques titres récemment sortis.

Europe Japon: regards croisés en bandes dessinées aux éditions Glénat de Paul Herman.

Frontier aux éditions Glénat. Thriller haletant assez violent.

Frontier aux éditions Glénat. Thriller haletant assez violent.

Freezing aux éditions Bamboo. Erotisme soft, action et SF.

Freezing aux éditions Bamboo. Erotisme soft, action et SF.

Dossier A aux éditions Delcourt. Intrigue à tiroir.

Dossier A aux éditions Delcourt. Intrigue à tiroir.

Syndrome 1866: naissance d’un tueur

Par srosenfeld dans action, contemporain, manga, plus de 16 ans , le 31 mars 2010 17h24 | Ajouter un commentaire

couv_106448Bienvenue dans l’univers étrange de ce manga japonais qui se veut une adaptation très libre de Crime et Châtiment, de Fédor Dostoïevski.  Le titre, Syndrome 1866, renvoie à l’année de parution de ce chef d’oeuvre de la littérature russe. Au départ de cette histoire, un jeune homme brillant et seul, Miroku. Il a cessé de suivre ses cours à l’université et survit grâce au peu d’argent que lui fait parvenir sa soeur. Le garçon vit enfermé dans un minuscule studio qui ne ressemble plus qu’à un dépotoir.  Un soir, sa route croise celle de Risa, une lycéenne se prostituant. Rapidement, Miroku s’attachera à la demoiselle en se rendant compte qu’elle se fait harceler et manipuler par une autre fille, Hikaru. C’est alors que naitra en lui pour la première fois une pulsion meurtrière…

Attention, ce manga s’adresse à des personnes âgées de plus de 16 ans. La violence (sans excès) dans ce manga japonais est typique de ce type de production. Un lecteur averti en vaut deux. Ceci étant, l’histoire permet d’évoquer plusieurs thèmes récurrents dans le Japon contemporain: la prostitution lycéenne, le phénomène « otaku » qui désigne des jeunes en marge de la société. Le graphisme très particulier de ce manga en noir et blanc peut surprendre. L’auteur joue sur des trames très sombre et des visages torturés. Pour les curieux et les fans.

Syndrome 1866 aux éditions Delcourt.

Scénario et dessin: Naoyuki Ochiai.