SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

fantastique

Le Horla: la peur au corps

Par srosenfeld dans conte, fantastique, graphisme, Historique, Non classé , le 7 mai 2014 13h11 | Ajouter un commentaire

« J’ai lu la nouvelle de Maupassant lorsque j’avais 12 ans, je vivais sur le lieu de la nouvelle, à quelques centaines de mètres de la forêt dont il est question » m’explique Guillaume Sorel. Autant dire que l’histoire du romancier est un récit ancré dans l’imaginaire de l’auteur. En l’adaptant, le scénariste et dessinateur, réalise un vieux projet qui lui tient à cœur. L’occasion de s’aventurer dans l’univers de l’épouvante.

Le récit débute avec le narrateur qui mène une vie tranquille dans sa maison au bord de la Seine. Il raconte que soudain d’étranges phénomènes commencent à se produire. Des objets  disparaissent ou se brisent, une fleur s’envole cueillie par une main invisible, une carafe d’eau se vide … Pour notre homme, peu à peu une certitude se fait jour: un être surnaturel et immatériel vit chez lui et se nourrit de ses provisions. Il le baptise le Horla….

Ce conte fantastique de Maupassant invite le lecteur dans  un monde surnaturel. A l’époque, le romancier sombre lui aussi peu à peu dans la folie.  Guillaume Sorel en donne toute la puissance grâce à une économie de mots et une maîtrise graphique impressionnante. « La créature est née par hasard au fur et à mesure de mon dessin lors des différentes étapes du passage à la couleur, dans un intermédiaire, une semi-transparence » me raconte l’artiste.  Au final cette adaptation rend parfaitement l’ambiance de la nouvelle. La bd joue avec nos nerfs tout en traitant de la solitude, du suicide et de la peur de l’invisible. Une réussite.

D’autres révélations dans son interview ci-dessous.

Le Horla aux éditions Rue de Sèvres

Scénario et dessin: Guillaume Sorel.

 

Kraa: le chamanisme plane

Par srosenfeld dans Aventure, ésotérisme, fantastique , le 3 mars 2014 15h45 | Ajouter un commentaire

Sokal, l’auteur de « Canardo » n’aime pas rester dans les sentiers battus.  Le succès de sa série phare ne l’empêche pas d’explorer des ailleurs. Scénariste et dessinateur, il est un touche à tout. Avec « Kraa », il s’intéresse à la relation particulière qui lie l’homme à la nature. Un rapport souvent conflictuel.

A travers le destin tragique d’un indien qui voit sa famille massacrée au nom de la modernité, il crée un récit hypnotique en emmenant le lecteur dans l’esprit d’un aigle géant. Yuma et le roi des montagnes vont s’unir par l’esprit pour ne faire qu’un et se venger d’un monde qui détruit les équilibres anciens.

Le jeune Emily va tenter de ramener Yuma sur le chemin de la raison mais l’amour a quelque fois ses limites face au surnaturel.

« Je suis fasciné par le chamanisme et ce que cela implique » me raconte Benoît Sokal. L’auteur, grand voyageur, a étudié différents peuples où la transe fait partie d’une culture ancestrale.

« J’aime l’idée d’une perméabilité totale entre la vie et la mort » m’explique l’auteur. Avec cette trilogie, il réussit à évoquer le sujet sans tomber dans l’excès, toujours collé à ses personnages, dans une farandole macabre. Son dessin est magnifique. Chaque case est un plaisir des yeux. De la grande bd.

Kraa, t3 aux éditions Casterman

Scénario et dessin: Benoît Sokal.

 

Zombillénium: liquidation monstre

Par srosenfeld dans action, fantastique, graphisme, science fiction, vampire , le 22 décembre 2013 19h00 | Ajouter un commentaire

Arthur De Pins continue avec délice à dénoncer les ravages du capitalisme financier version zombie. Son terrain de jeux est un parc d’attraction pas comme les autres, qui sous couvert de faire peur aux humains, abritent de véritables monstres. Jusque là, le patron, le vampire bienveillant Francis, évitait que soit versé la moindre goutte des sang… Erreur.

Le directeur ne remplit plus les objectifs de ses actionnaires. Ils lui envoient Bohémond Jaggar de Rochambeau, chargé de mettre de l’ordre.

Behemoth  attend son comptant d’âmes. Francis, obligé de courber l’échine devant ce consultant tout-puissant se retrouve en burn out.

« Cette bd illustre ce qu’a vécu mon père, un directeur plutôt paternaliste, qui s’est retrouvé licencié du jour au lendemain pour ne pas avoir été assez offensif » m’explique Arthur De Pins.

L’auteur n’hésite pas à critiquer les dérives de l’économie actuelle qui jette les employés comme des mouchoirs. Une critique mais pas une leçon de morale. L’humour et la légèreté sont toujours là pour illustrer le propos. Cet album reste un divertissement.

La technique de dessin d’Arthur De Pins (sorte de patchwork sur ordinateur) permet de créer des scènes spectaculaires et décalées. « Il y a un côté intellectuel mais c’est quelque chose que je fais avec les tripes plutôt qu’avec le cerveau » précise le scénariste. Et le résultat ne déçoit pas. A suivre.

Zombillénium t3 aux éditions Dupuis.

Scénario et dessin: Arthur De Pins.

 

 

Elric: un anti-héros aux sources du genre fantasy

Par srosenfeld dans anticipation, Aventure, fantastique, Heroïc Fantasy, Historique, Non classé , le 5 juillet 2013 09h14 | Ajouter un commentaire

Elric est une adaptation bd d’un des plus grands classiques de la fantasy écrite par le britannique Michael Moorcock en 1972. L’auteur invente alors un personnage étonnant très éloigné des standards des héros calqués sur les dieux antiques. Elric est albinos qui souffre d’un sang malade, un être à l’apparence faible et mélancolique. Il est le dernier empereur de Melniboné, un royaume décadent, à la fois sanguinaire et esthète.

Le lecteur plonge dans ce premier tome au milieu d’un coup de force.  Elric, roi souffrant, combattant au passé héroïque, ne quitte presque plus son trône de rubis. Il a fait le choix de la paix pour son peuple et profite comme il peut du temps qui passe avec sa compagne. Son cousin Yyrkoon, prince jaloux évincé du pouvoir, en profite pour contester avec brutalité son autorité alors qu’un nouvel ennemi est aux portes de la cité…

« Je voulais créer un personnage qui ne soit pas noir et blanc, un être ambigu » m’explique Michael Moorcock dans mon studio. L’auteur britannique fait la promotion de cette nouvelle adaptation de son œuvre en BD. Un véritable travail collectif avec à la baguette de chef d’orchestre  Julien Blondel, fan de la première heure.

Le scénariste intègre des éléments supplémentaires à l’histoire originale avec la bénédiction de l’écrivain afin de renforcer son récit. « Ce qu’à fait Julien est formidable, il a ajouté des détails auxquels je n’avais jamais pensé qui améliore encore l’histoire » explique enthousiaste Michael Moorcock. Un récit aux dialogues ciselées mis en valeur par une superproduction graphique digne d’un  film hollywoodien: trois dessinateurs!

Elric a tout du grand succès public. A ne pas manquer l’interview exclusive de Michael Moorcock!!!

Elric, le trône de rubis, t1 aux éditions Delcourt.

Scénario: Julien Blondel.

Dessin: Poli, Recht, Batide.

 

Billy Brouillard: le héros qui résonne en nous

Par srosenfeld dans Aventure, Enfants, fantastique, graphisme, Humour , le 11 novembre 2012 15h10 | Ajouter un commentaire

« Billy Brouillard » est une série hors du commun qui invente un nouveau lexique graphique pour vous emporter dans son imaginaire. Guillaume Bianco, son auteur, cache, derrière sa nonchalance affichée, un esprit vif et un savoir encyclopédique qui trouve dans le 9ème art une nouvelle forme d’exutoire. Il faut avoir dans les mains un de ses « objets » (la bd fait près de 130 pages) pour comprendre que l’on a à faire à quelque chose de très spécial. « Il n’y rien de plus triste que de perdre son imaginaire » m’explique l’auteur. « La vie est faite d’expériences visibles ou invisibles » ajoute-t-il.

Billy Brouillard n’est pas un garçon comme les autres. Lorsqu’il enlève ses lunettes, il voit des choses extraordinaires que ne perçoivent pas les adultes, il a un don de « trouble vue ». Une faculté qui l’empêche quelque fois de vivre sa vie comme les autres, alors dans ce troisième opus, il préfère remettre ses lunettes.  L’occasion pour lui de profiter pleinement de ses vacances  au bord de la mer chez Mémé Sardine. Il fait une rencontre curieuse avec une fillette de son âge au caractère bien trempé qui se prétend une sirène! Elle s’appelle Prune et ne cesse de vouloir réveiller l’imaginaire de Billy, jusqu’ici en vain. Mais voilà que Prune est enlevée par des monstres aquatiques ! Retenue prisonnière dans les abysses infernaux, ses heures sont comptées… Billy commence à ressentir un « je ne sais quoi » pour la belle, un sentiment qui s’appelle l’amour. De quoi vous donner envie de redevenir un héros.

Le chant des sirènes se lit de plusieurs façons. Soit de la première à la dernière page, soit en le feuilletant au hasard, soit en choisissant des thèmes graphiques. Car cet album est aussi bien un conte illustré qu’une bd classique. Guillaume Bianco alterne les histoires courtes avec de petites anecdotes, des fiches pratiques, des extraits de journaux, diverses informations sous forme de planches explicatives (séduire une fille…) et des poèmes. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce mélange hétéroclite possède une véritable cohérence et a le mérite de faire fonctionner les méninges. « J’essaie de garder l’émerveillement de l’enfance dans mon quotidien ».  Billy Brouillard résonne comme le héros qui sommeille en vous (en nous), lointain (proche) souvenir de notre enfance.

 Billy Brouillard, t3 aux éditions Soleil.

Scénario et dessin: Guillaume Bianco.

La Complainte des Landes Perdues: une réussite de la première à la dernière page

Par srosenfeld dans action, Aventure, fantastique, graphisme, Heroïc Fantasy, Historique , le 5 juillet 2012 15h26 | Ajouter un commentaire

9782505013877-couv-i400x523Cela fait 4 ans que les fans attendent avec impatience la suite du deuxième cycle de la « Complainte des Landes Perdues« . Et leur attente ne va pas être déçue. « C’était no limit au niveau de l’imagination » me raconte le dessinateur Philippe Delaby avec malice. De l’aventure donc avec un grand A.

Nous avions laissé notre héros, le jeune Seamus en pleine transformation, le novice était devenu par la grâce de la Fée Sanctus un Chevalier du Pardon. Mais cela avait conduit au sacrifice de celle-ci qui semble s’être réincarnée ailleurs mais où. La quête se poursuit donc pour Seamus alors que ses compagnons tentent de leur côté de comprendre quelles sont les forces du Mal qui tentent de reconquérir leurs territoires sauvages. L’un des plus dangers se nomme le Guinea Lord, un être sanguinaire et sans faille… La lutte prend désormais une dimension épique.

En reprenant la suite de son univers crée au départ avec Rosinski, Jean Dufaux tentait le pari de maintenir la qualité exceptionnelle qui avait fait le succès du premier cycle de la « Complainte des Landes Perdues » avec son héroïne Sioban. Un défi qu’il avait décidé de relever avec son complice Philippe Delaby, le dessinateur de Murena, son autre série phare. Plus riche, plus sombre, plus complexe, l’intrigue a gagné en intensité. Le graphisme est de toute beauté aussi bien dans les détails des visages des personnages (hommes, fées ou monstres) que dans la richesse des décors des nombreux paysages. Le rythme est intense et il est clair que des questions sont sans réponse même si des clés apparaissent peu à peu. « Nous sommes comme deux ados » m’avouent le dessinateur qui dit avoir eu un plaisir fou sur cet album. Un enthousiasme qui transparaît à chaque page de ce tome 3 qui est une réussite de la première à la dernière page.

La Complainte des Landes Perdues, t3, la Fée Sanctus aux éditions Dargaud.

Scénario: Jean Dufaux.

Dessin: Philippe Delaby.

De Cape et de Crocs: tombé de rideau

Par srosenfeld dans action, Aventure, fantastique, voyage , le 13 mai 2012 15h56 | Ajouter un commentaire

t10Dernier acte de la série « De Cape et de Crocs » dont le succès ne se dément pas au fil des ans. Et pourtant, lorsque le premier album sort en 1995, le pari est pour le moins risqué: inventer une nouvelle forme de BD qui s’inspire du théâtre classique. « Nous étions parti pour faire une histoire en trois tomes comme dans une pièce » me raconte Alain Ayroles et puis « nous nous sommes rendus compte que cela ne suffirait pas ». Il faut dire, qu’en plus de nos deux héros, un loup andalou et un renard, la galerie de personnages est particulièrement riche et iconoclaste à l’image du lapin Eusèbe.

Sans revenir sur toute l’histoire, disons que tout commence avec une chasse au trésor, se poursuit dans des geôles puis vogue de galère en galères jusque sur la Lune! Dans ce tome 10, les aventuriers Don Lope, Maupertuis et Eusèbe croisent de nouveau la route de l’ignoble Mendoza. Amour, rebondissements, coups de théâtre et duels sont au rendez-vous. Nos gentilshommes vont devoir aller au bout d’eux mêmes.

Toujours aussi dense, ce récit maintient son rythme infernal comme dans les grandes pièces de Comedia del’arte. L’inventivité graphique de Jean-Luc Masbou fait merveille.  « Nous avons fait en sorte que ce soit le plus fluide possible » me précise Alain Ayroles. Et cela fonctionne.  Ce tombé de rideau ne déçoit pas et conclu une des séries les plus abouties de ces dernières années. Les auteurs prévoient de publier une dernière aventure indépendante consacré au lapin Eusèbe et puis ce sera le point final de cette épopée.

De Cape et de Crocs, t10 aux éditions Delcourt.

Scénario: Alain Ayroles.

Dessin: Jean-Luc Masbou.

Quelques pas vers la lumière: une femme prédestinée à l’aventure

Par srosenfeld dans action, Aventure, fantastique, policier , le 28 avril 2012 08h43 | Ajouter un commentaire

72736525Bruno Marchand signe le grand retour de son étrange héroïne découverte dans sa première trilogie. Une jeune femme sensible aux « signes » qui vous entraîne dans les aventures les plus extraordinaires. Et un fois encore, son père disparu sert de détonateur à un nouveau cycle.

Tout commence en 1939. L »archéologue Stuart Flint, découvre de magnifiques cristaux dans les profondeurs glacées des cavernes du Groenland. Il les confie à un bâtiment qui vogue vers l’Angleterre, adressés à plusieurs confrères, dont Simon Bell, le père de Marianne, pour en étudier les singulières propriétés. Mais à la veille de l’entrée en guerre du Royaume Unis avec l’Allemagne, tous les hommes sont immédiatement mobilisés. Flint, affecté à la Royal Navy, sombre peu après avec son bâtiment éventré par une torpille, alors qu’il tentait de sauver d’autres cristaux cachés dans sa cabine….

« Pour le premier cycle que j’ai mis 16 ans à éditer, tout était déjà détaillé dans un storyboard complet, mais là  je n’ai rien écrit, tout est dans ma tête » m’explique Bruno Marchand dans mon studio. L’auteur n’en revient pas de pouvoir poursuivre les aventures de Marianne sans contrainte après des années de galère. Avec son dessin « à la ligne clair » dans l’esprit d’un Edgar P. Jacobs , il poursuit son œuvre avec élégance. Son personnage principal est une femme curieuse et moderne plongée dans des années 50 fortement marquées par la Seconde Guerre Mondiale. Avec son compagnon de route (ancien ami de son père, pilote et héritier qui gère en dilettante sa fortune), Marianne continue de voyager à travers le monde. En toile, il y a toujours cette obsession de Bruno Marchand pour la quête qu’elle soit intérieure, spirituelle ou semi-fantastique.

« J’ai voyagé pendant 20 ans pour trouver quelqu’un afin d’avoir une réponse à une question » et « je l’ai trouvée » me dit le scénariste. Une recherche personnelle proche de celle de Marianne. L’homme croit à l’existence d’éléments étranges qui peuvent faire basculer un destin. Dans ce quatrième tome, il emmène le lecteur jusqu’à Moscou. « J’ai pris le transsibérien, il y a des années et cela m’avait fortement marqué » m’avoue-t-il. Cette BD se lit avec plaisir. La densité des textes ne gêne pas l’avancée du récit qui mélange scènes de guerre et d’autres plus intimistes. Une réussite.

Quelques pas vers la lumière,t4 aux éditions Soleil.

Scénario et dessin: Bruno Marchand.

Nu-Men: un super héros dans une Europe ultralibérale

Par srosenfeld dans action, fantastique, graphisme, policier, science fiction , le 30 mars 2012 15h21 | Ajouter un commentaire

album-cover-large-14974L’Europe de demain sera-t-elle celle de « Nu Men »?  Espérons que non mais le doute est là. Nous sommes au environ de 2050. Des bouleversements climatiques ont rayé de la carte l’Amérique du Nord et ont ravagé l’Afrique.  Le néolibéralisme s’est imposé comme la seule doctrine politique mondiale, creusant de façon démesuré l’écart entre riches et pauvres. La colère gronde et les manifestations de la population se multiplient. Appelée pour contenir une émeute urbaine, la brigade d’intervention du sergent Anton Csymanovic doit faire face à l’effondrement d’un immeuble vétuste.

Alors que le soldat de l’armée européenne sauve une jeune fille in extremis, un objet lumineux apparaît au-dessus des ruines. Tous ceux qui ont été irradié par les rayons sont enlevés par une officine gouvernementale et emmenés dans un bunker isolé. Anton Csymanovic devient une attraction médiatique. Il en vient à penser que cette effervescence politique et ces troubles sociaux masquent en fait une étrange affaire dans laquelle il est désormais directement impliqué…

« Le monde Nu-Men est simplement le monde que j’observe » m’explique Fabrice Néaud. Une façon de bien rappeler que cette BD, qui joue sur les registres classiques de la SF, du complot gouvernemental et des nouvelles technologies, est avant-tout une critique acerbe des dérives de notre quotidien. Un univers d’une grande densité où les références pullulent: des super héros aux séries télévisés anglo-saxonnes en passant par l’esthétique « queer ».

Mais l’auteur n’oublie pas que pour conquérir, il faut séduire. Son monde « barré » est amplifié par un graphisme puissant avec des scènes spectaculaires. Néaud s’amuse à faire de son héros une caricature. Look de  bodybuildeur et visage de nounours.  Il semble traduire physiquement l’impression de perte de sens qui existe aujourd’hui dans notre société.

« Je m’amuse en intérieur de couverture à donner le programme politique d’un parti qui ressemble à celui du FN » me dit Fabrice. Un choix pensé par l’auteur pour encadré son récit. Car au-delà de l’enquête sur la création de surhomme, Nu-Men parle de nationalisme, d’homophobie, de racisme, et de dérive sécuritaire. « L’idée d’une prédestination à la wasp à l’américaine me terrifie » ajoute le scénariste. Avec ses dialogues ciselés et son ton résolument offensif, Nu-Men est une BD qui séduit autant qu’elle dérange. Une seconde lecture est nécessaire pour bien maitriser les enjeux du premier tome de cette ambitieuse série.

Nu-Men aux éditions Soleil

Scénario et dessin: Fabrice Néaud.

Une bien belle nuance de rouge: conte gothique

Par srosenfeld dans action, Aventure, contemporain, fantastique, vampire , le 30 mars 2012 15h12 | Ajouter un commentaire

une-bien-belle-nuance-de-rouge-1« Au départ j’avais envie de faire une histoire entre une ado mal dans sa peau et un vampire et puis ça a vachement évolué » m’avoue Mauricet. Et tant mieux. Car l’auteur habitué à la BD comique se lance ici dans une aventure très personnelle et donne le meilleur de son talent. Dès la première page, on est séduit par son graphisme élégant. Et pourtant notre héroïne est loin d’être un « canon ».

Garance est un peu ronde et comme toutes les filles de 16 ans, elle se sent moche. Mais ce qui l’affecte le plus, ce n’est pas son physique mais le manque d’affection de son père . Depuis la mort de sa mère, Garance est en effet livrée à elle-même, son père étant souvent absent et ne cherchant pas à comprendre ses états d’âmes. Avec son look gothique, Garance tente de donner le change.  Mais sa rencontre, dans un cimetière, avec un homme beaucoup plus âgé, au teint blafard et vêtu d’un long manteau noir, va faire basculer son destin…

Loin de tomber dans les clichés des mauvais films d’épouvante, Mauricet  joue avec ses codes. Garance ne part pas en courant à la vue d’Ambroise (l’homme étrange) mais au contraire trouve chez lui « un quelque chose de spécial plutôt séduisant ». Mais attention pas de bluette à la « twilight », le scénariste veut surtout à travers son histoire rendre hommage à son goût pour le gothique.

« J’aime le romantisme noir » m’explique l’auteur dans mon studio. Grand amoureux de Stendhal, il intègre tout au long de son récit des extraits du roman « Le Rouge et le Noir ». Si l’histoire de Garance est sombre, il y a régulièrement tout au long du récit, des petites touches sarcastiques  qui évitent de plomber l’ambiance. Le coup de crayon de Mauricet donne à « cette bien belle nuance de rouge » un décor spectaculaire. Une belle surprise.

Une bien belle nuance de rouge aux éditions Bamboo.

Scénario et dessin: Mauricet.