Aventure

Streamliner: western mécanique et sexy

Par srosenfeld dans action, Aventure, BD, mécanique, western , le 15 mai 2017 15h23 | Ajouter un commentaire

Couv_300163« Je voulais faire quelque chose de rythmé, ma grosse bd mécanique ! » me lance Fane dans mon studio BD. Le dessinateur qui s’est fait un nom grâce à la série« Joe Bar team » qui raconte la vie d’une bande de motards délirants sait de quoi il parle.

Mais attention. Pas question ici, de proposer une énième histoire de bécanes. L’auteur recycle plutôt ses fantasmes de cinéma grand format dans une histoire épique à l’allure d’un bon vieux western.

Une route désaffectée en plein désert, une vieille station service… et au loin de la poussière. C’est Billy Joe. Cuir, santiags, carabine et Ford V8, le chef des Red Noses pousse la porte de chez les O’Neil. Son but: organiser loin des flics la plus grande course sauvage de tous les temps.

Le lieu n’est pas anodin. Le vieux pompiste est une vieille gloire oubliée de la course automobile. Sa fille, une belle brune avec un sacré tempérament, n’a pas le choix. Elle doit faire face à une bande qui bientôt devient une meute. Et voilà que s’ajoute un gang de filles, version amazones à moto.

Régressif à souhait, cette bd est une vraie récréation. Il n’est pas nécessaire d’être fan de bagnoles ou de motos pour aimer ( ce qui est mon cas) car il s’agit surtout d’un divertissement inspiré des références de l’auteur.  « C’est parti des fantasmes que j’avais depuis gamin notamment du Far West. Un univers baigné de légendes comme Billy the kid ou Calamity Jane » m’explique Fane.

Le récit joue avec les codes classiques d’un amour improbable entre une fille bien et un mauvais garçon sur fond de duels mécaniques. Ajoutez à cela, des cadrages inspirées, une histoire construite en épisodes et vous obtenez une bd grand public pour grands adolescents. Dans le genre, c’est de la dynamite!

Streamliner aux éditions Rue de Sèvres

Scénario et dessin: Fane.

Laowai: au cœur de la Guerre de l’Opium

Par srosenfeld dans Aventure, BD, Historique, voyage , le 17 avril 2017 14h41 | Ajouter un commentaire

Couv_295053« Lors d’un voyage avec ma femme en Chine, j’ai découvert la Guerre de l’Opium, un conflit souvent méconnu du grand public » me précise Didier Alcante. Pour le scénariste l’expédition militaire conjointement menée par la France et la Grande-Bretagne contre l’Empire chinois est un cadre idéal pour un récit d’aventure.

L’histoire se déroule en 1859 sous l’Empereur Napoléon III. François Montagne et Jacques Jardin, soldats et amis veulent à tout prix participer à la campagne militaire contre la Chine. Malgré le danger, les places sont chères pour faire partie des élus.

Ce premier tome se concentre en partie sur l’entrainement et la sélection des hommes destinés à défendre les intérêts commerciaux de la France. François Montagne, à l’allure, le physique et l’esprit guerrier nécessaire. Son compagnon, par contre a plus de mal mais a un talent: le dessin.

Le récit pose intelligemment les bases d’une histoire qui très vite intrigue le lecteur. Les cadrages et la mise en couleur créent des scènes dynamiques.  Le dessin de Xavier Besse progresse au fil des pages avec notamment un abordage en mer de Chine spectaculaire.

« Je travaille avec un dessinateur qui connaît le Chinois et est passionné par ce pays » me lance enthousiaste Didier Alcante dans mon studio BD. Une jeune femme chinoise, servant d’interprète, permet aussi d’apporter un regard différent sur les évènements.

Entre découverte, exotisme et rebondissements, ce premier album constitue une base solide pour développer une aventure qui s’annonce palpitante. A suivre…

Laowai t 1 aux éditions Glénat

Scénario: Didier Alcante       Dessin: Xavier Besse

A découvrir aussi du même auteur la série d’horreur Dark Museum aux éditions Delcourt. Le pitch: pour entrer au Dark Museum, une toile doit provoquer chez son observateur une impression morbide que seule une origine mystérieuse semble pouvoir expliquer.

 

Thorgal: la série mythique relancée

Par srosenfeld dans action, Aventure, BD, fantastique, Historique , le 13 décembre 2016 16h13 | Ajouter un commentaire

thorgal-tome-35-feu-ecarlatePas facile de reprendre la série mythique Thorgal surtout quand le dessinateur historique a ses exigences. Grzegorz Rosinski est très clair: « Je ne travaille qu’avec les meilleurs mais ils ne pas souvent libres ».

Malgré un emploi du temps chargé, Xavier Dorison accepte de relever le défi. Il prend le relais d’Yves Sente qui avait remplacé Jean Van Hamme en 2007. « Je compte garder l’identité de la bd en y ajoutant une touche plus adulte » m’explique le scénariste du « Troisième testament » et de « Long John Silver ». N’en doutons pas, il a le profil idéal pour redonner un second souffle à la saga.

Les deux artistes mettent donc un point final au « cycle des mages rouges ». Une façon de s’ouvrir de nouveaux horizons. « Nous sommes en train de nous apprivoiser » lance malicieusement Grzegorz Rosinski dans mon studio bd. A 75 ans, le dessinateur, longtemps affaibli par une maladie, signe son retour en force.

Dans « le feu écarlate » Thorgal retrouve son fils Aniel, enlevé par des sorciers. Son objectif est simple: sortir l’adolescent des griffes des mages rouges. Une mission suicide dans une Bag Dadh assiégée. L’album baigne dans la couleur rouge. « Cela est surtout lié au contexte » précise le scénariste.

« Je suis un non-violent mais Xavier m’a convaincu que cette fois, cela se justifiait » lance Grzegorz Rosinski. Une fois encore, notre héros démontre ses qualités guerrières pour sauver sa famille, thème central de la série.

Les valeurs morales sont essentielles pour le dessinateur. « Je suis ancien » dit-il. L’auteur polonais observe avec tristesse et inquiétude  « la montée du populisme en Europe ». Cette 35 ème aventure est une réussite avec son rythme enlevé et son graphisme puissant. Le duo a toutes les cartes en main pour faire des étincelles…

Thorgal, t35, aux éditions Le Lombard

Scénariste: Xavier Dorison

Dessinateur: Grzegorz Rosinski

Gai Luron: un retour réussi

Par srosenfeld dans Aventure, BD, Humour, Non classé , le 17 octobre 2016 11h47 | Ajouter un commentaire

gai-luron_nouvelles_aventures« A l’âge de 7 ans, je lisais Pif gadget et déjà à cet époque là je flashait sur Gai luron » me lance enthousiaste Pixel Vengeur. Le dessinateur reprend le flambeau d’un des personnages les plus emblématiques de Gotlib. Pas facile de succéder au « patron » mais l’auteur en a sous le crayon et maîtrise parfaitement les courbes arrondies du chien le plus amorphe du 9ème art.

Aidé de Fabcao au scénario, Pixel Vengeur réveille ce personnage délirant qui sait mieux que personnage prendre du recul sur les agitations du monde. Dès sa naissance en 1964, Gai Luron a su imposer sa marque dans l’esprit des lecteurs. Au côté de son ami, le renard Jujube, il tente continuellement de séduire Belle-Lurette et fait éclater de rires des générations d’enfants et d’ados jusque dans les années 80.

Pour cette renaissance, toute la bande est là, notamment la petite souris qui sort des cases pour une seconde lecture décalée et ludique. « Ah la souris » me dit malicieusement Pixel Vengeur. Les deux compères nous livrent une version truffée de clins d’œil à l’œuvre originale. Le voyage dans le temps avec la DeLorean de Marty McFly fait partie des histoires les plus délirantes.

Avec des gags aussi désopilants que ceux de Gotlib sur fond de modernité (speed dating…), ce Gai Luron version XXIème siècle est une réussite. Pour en savoir plus, écoutez l’interview de Pixel Vengeur, il dit tout ou presque sur cette renaissance.

Les nouvelles aventures de Gai Luron t1

Dessin: Pixel Vengeur

Scénario: Fabcaro

 

L’héritage du diable: un magnifique cocktail d’aventures

Par srosenfeld dans Aventure, BD, ésotérisme, Historique, Seconde Guerre mondiale , le 23 août 2016 20h01 | Ajouter un commentaire

Couv_281689« Des sociétés secrètes, des trésors, des abbayes en ruine, tout ça, c’est le souffle de l’aventure » me lance enthousiaste le scénariste Félix Jérôme. Nul doute, la volonté de cette bd est d’en mettre plein la vue et ça marche ! C’est dense, intense, mystérieux, accrocheur. Un divertissement haut de gamme mis en valeur par de grandes qualités graphiques.

Tout commence par un rêveur: Constant. Il ne pense qu’à une femme rencontrée une nuit et disparue depuis. Son chemin va le conduire à un tableau mystérieux où sa muse apparait. Un secret semble caché dans la toile. Et voilà notre héros, un naïf, face à des ennemis redoutables. A leur tête, la troublante cantatrice Emma Calvé. Elle croit à un pouvoir hérité du diable en personne. Ses alliés nazis y croient aussi. La réponse est peut-être dans un village isolé du Languedoc, Rennes-le-Château.

Ce n’est que le début de nombreux rebondissements où se croisent de multiples personnages : voleuse amoureuse, écrivain curieux, cardinal manipulateur. Tous sont bien décidés à résoudre le mystère.

Cette série débuté en 2009 se termine sur un quatrième tome qui ne déçoit pas. Impossible de résumer l’ensemble de ce récit à la fois ludique et dynamique. Les auteurs y mélangent tous les ingrédients qui font le succès de ce type de quête: ésotérisme, messages codés etc..

« J’avais lu le Da Vinci Code, à l’époque et j’avais envie de créer une bd dans le même esprit » me raconte Paul Gastine. Cela tombe bien car son professeur d’atelier d’écriture et de bd aime aussi ça. Le début d’une belle histoire.

« Lorsque j’ai rencontré Paul, c’était un adolescent, avec un énorme talent » m’explique Félix Jérôme.  Cette bd est leur première collaboration. A travers elle, le dessinateur démontre que son coup de crayon est l’un des meilleurs de sa génération.

« L’héritage du diable » s’inscrit dans la lignée des grandes bd d’aventures. « J’avais envie de mettre tout ce qui me faisait rêver quand j’étais enfant «  m’explique le dessinateur. Pari réussi.

L’héritage du diable aux éditions Bamboo

Scénario: Félix Jérôme

Dessin: Paul Gastine

Dilemma: que faire lorsque l’avenir est écrit d’avance

Par srosenfeld dans ¨Platon, antiquité, Aventure, Historique, Seconde Guerre mondiale , le 12 février 2016 18h11 | Ajouter un commentaire

dilemmaEt si notre avenir n’était pas le fruit du destin mais bien le résultat d’une trajectoire conçue à l’avance par les plus grands penseurs de la Grèce Antique. Ce postulat a de quoi susciter la curiosité. Et c’est bien le but de Clarke  qui propose une bd audacieuse.

L’auteur, qui a fait du grec ancien, a toujours baigné dans la culture de philosophe tel que Platon. Mais jusqu’ici, comme il me le concède, ses « délires » ne faisaient rire que lui.

Mais voilà que Clarke a une soudaine révélation, il y a 3 ans alors qu’il lit un livre sur la bureaucratie nazie. Pourquoi ne pas tisser des liens entre la folie du IIIème Reich et les plus grands penseurs de l’Antiquité.

Tout commence donc en Grèce en 1934. Un jeune archéologue allemand découvre des manuscrits anciens au fond d’une grotte. Ils se rend compte qu’ils sont rédigés par les plus grand penseurs comme Platon, Aristote ou Diogène sur le thème du déterminisme.

Par jeu, ils ont tenté de prévoir l’avenir du monde en se basant sur les éléments qu’ils connaissaient. Avec succès. Que faire quand on a dans les mains, les clés, pour faire perdre ou gagner une guerre à venir ? Peut-on rester un patriote dans un pays dirigé par les nazis ? Notre héros est au cœur d’un dilemme.

Clarke propose un récit qui mélange intelligence et action, réalité historique et fiction. De multiples personnages se télescopent dans une histoire ludique ponctuée de course-poursuites.

« Cet archéologue, plongé dans ses manuscrits, geek avant la lettre n’est jamais que le reflet de mon métier » m’explique-t-il dans mon studio BD. « Je fais quatre fois le tour du monde en restant sur une table et en dessinant ».

Ce one-shot de 136 pages se dévore sans difficulté. A la fois scénariste et dessinateur, Clarke maîtrise son projet de bout en bout avec un graphisme soigné. Une bd qui propose deux fins et laisse le lecteur rêveur une fois l’album terminé.

Dilemma aux éditions du Lombard

Scénario et dessin: Clarke

Hyver 1709: bd grand spectacle

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique, suspens , le 20 décembre 2015 17h39 | Ajouter un commentaire

501 HYVER 1709 T01[BD].indd« Nous étions en visite au château de Versailles quand notre guide nous a parlé du petit âge glaciaire et tout de suite des images me sont apparues immédiatement » me lance Philippe Xavier. A ce moment là, le dessinateur se trouve avec sa compagne Nathalie Sergeef, elle-même scénariste. Et voilà que le couple à la ville décide de se lancer dans un récit d’aventure original en conjuguant leurs talents respectifs.

Nous somme donc en 1709 en pleine hiver. Une vague de froid meurtrière frappe le Royaume de France épuisé par la guerre de succession d’Espagne. Les températures polaires détruisent les récoltes. La famine pousse certains à la sauvagerie. Le grain est désormais plus précieux que l’or.

Et voilà qu’un aventurier intrépide, Loys Rohan, propose aux conseillers du Roi de récupérer une cargaison de blé. Mais il faut faire vite. Une course contre la montre s’engage au cœur d’un paysage désolé où  notre héros fait face à de multiples obstacles dont un prêtre anthropophage!

Avec Hyver 1709, Nathalie Sergeef et Philippe Xavier nous plongent dans un XVIIIe siècle figé par le gel. Le récit épique ne lâche pas le lecteur grâce à un rythme maîtrisé. Au milieu de combat de capes et d’épées et de paysages enneigées, des personnages emblématiques font leur apparition. Un ambitieux diptyque magnifié par le dessin réaliste et puissant de Philippe Xavier. « J’ai pris mon pied » dit-il. Nous aussi….

Hyver 1709 aux éditions Glénat.

Scénario: Nathalie Sergeef

Dessin: Philippe Xavier.

Le château des étoiles: l’aventure réinventée

Par srosenfeld dans Aventure, fantastique, Historique, voyage , le 1 décembre 2015 16h20 | Ajouter un commentaire

étoilesComment faire revivre l’extrême inventivité et la poésie du XIXème siècle? Comment renouveler avec l’émotion d’un roman de Jules Verne (De la terre à la Lune) pour tenir en haleine petits et grands?

Alex Alice est un rêveur passionné qui aime les défis. Son histoire s’inscrit dans l’esprit des romans feuilletons, d’ailleurs une partie  a été pré-publié sous forme de journal. Le Château des étoiles est donc un diptyque  ambitieux et passionnant avec en ligne de mire, la découverte de la Lune!

Tout commence en 1868 par l’obsession d’une aventurière, Claire Dulac, qui s’envole à bord de son ballon pour prouver l’existence de l’éther : une source d’énergie capable de partir dans les étoiles.

Sa disparition soudaine met son fils Séraphin et son mari Archibald dans le plus grand désarroi. Et alors qu’ils tentent de se reconstruire, ils reçoivent une missive du roi Louis II de Bavière qui a découvert le carnet de l’exploratrice.

Fou ou visionnaire, celui-ci finance les recherches sur l’éther et la construction d’un vaisseau: l’éthernef .

Poursuivi par Bismark, contraint à la fuite, Séraphin, accompagnés de ses jeunes compagnons et de son père, fuit vers le ciel, puis l’espace. La lune, cette inconnue, se dévoile. Nos chevaliers de l’éther vont s’y poser…

Après Le Troisième Testament et Siegfried, Alex Alice réalise son projet le plus personnel et le plus ambitieux.

Son univers graphique mélange la beauté subtile d’un Hayao Miyazaki aux arts graphiques du XIXème siècle.

« J’ai été visité très jeune les châteaux de Bavière et cela m’a fasciné » m’explique Alex Alice dans mon Studio Bd.

Avec ce récit, le scénariste et dessinateur réunit deux passions: son amour du romantisme Allemand et sa fascination pour Jules Verne. Une très bonne idée de bd à mettre sous le sapin dès l’âge de 8-10 ans.

Le Château des Etoiles, t1 et 2 aux éditions Rue de Sèvre. Scénario et dessin: Alex Alice.

Le crime qui est le tien: sensuel et vénéneux

Par srosenfeld dans Aventure, polar, policier, suspens , le 5 novembre 2015 15h21 | Ajouter un commentaire

Electre_978-2-505-06343-8_9782505063438« Il y a une atmosphère assez poisseuse dans cette histoire » me révèle Philippe Berthet. Et c’est vrai, que l’ambiance est un personnage à elle seule, dans ce polar à la sauce australienne. Le lecteur se retrouve dans un patelin paumé du bush où un homme humilié par une femme nymphomane tente de trouver une forme de rédemption.

Cela fait 27 ans, que Greg est en cavale. Il vit reclus du monde parmi ses moutons, accusé du meurtre de son épouse qui l’a fait cocu tant de fois. Une femme qui vit toujours en lui, un fantôme qui le provoque lors de fréquentes hallucinations.

Mais voilà que son frère lui donne une chance de refaire sa vie. Sur son lit de mort, il se dénonce comme l’assassin de la belle. Greg peut revenir… mais le peut-il vraiment?

Le scénario de Zidrou crée une mécanique addictive. Sa lenteur n’est qu’un leurre. Le récit joue avec les codes du polar avec comme rôle clé la femme fatale. La couverture de l’album donne le ton. Une femme ensanglantée, sensuelle, un mouton à la main, interroge du regard. Qui est-elle? Sa mort est atroce. Mais pourquoi? Philippe Berthet explique d’ailleurs que dessiner cette scène de meurtre l’a mis en « transe »…

Dans cette histoire, ce n’est pas l’action mais la psychologie des protagonistes qui dynamise les pages. Une belle réussite.

Le crime qui est le tien aux éditions Dargaud

Scénario: Zidrou

Dessin: Philippe Berthet.

Le maître d’armes: chasse à l’homme sanglante

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique , le 28 octobre 2015 09h16 | Ajouter un commentaire

le-maitre-d-armes-tome-1-le-maitre-d-armes-one-shotDe la bd d’aventure comme je l’aime. « Le maître d’armes » vous fait ressentir la sueur, le sang, le froid et la peur des personnages. Dès la première page, un combat épique entre un vieux guerrier et son jeune rival hypnotise le lecteur. « Je voulais faire un grand roman graphique dans l’esprit des grands romans d’aventures » m’explique enthousiaste Xavier Dorison. Pour cela, pas question de faire une série en 10 tomes mais bien un album de près de 100 pages avec un début et une fin. Un récit dense, haletant. Une chasse à l’homme…

1537. Au fin fond des montagnes perdues du Jura, un envoyé de l’Église pousse des montagnards catholiques à lancer une chasse à l’homme contre un jeune protestant et son guide. Leur crime ? Vouloir faire passer une Bible traduite en français jusqu’en Suisse pour la faire imprimer. Commence une traque impitoyable: à deux contre trente. Mais ce que ne savent pas les villageois, c’est que leur proie, se nomme Hans, ancien maître d’armes de François 1er. Le chasseur, c’est lui!

« Les Américains ont une expression pour ça, they funk the wrong guy, ils se sont attaqués au mauvais mec » lance le scénariste. Et comme il le dit lui-même, on adore ce genre d’histoire. En le plaçant l’histoire dans univers hostile, la montagne et en réinventant les scènes d’actions du genre, le duo frappe fort.

« J’ai pris des cours avec un spécialiste des combats avec des armes médiévales pour rendre crédible mon dessin » précise Joël Parnotte. Une réussite tant les affrontements semblent réalistes. Le graphisme des paysages donne à l’ensemble une dimension spectaculaire.  Une des meilleurs sorties de ces derniers mois. Pour achever de vous convaincre, découvrez les interviews des auteurs dans mon studio BD.

Le maître d’armes aux éditions Dargaud

Scénario: Xavier Dorison.

Dessin: Joël Parnotte.