Aventure

Appa et Isaline : bd ou manga, t’as le choix

Par srosenfeld dans ados, Aventure, Heroïc Fantasy, manga , le 24 mars 2015 09h01 | Ajouter un commentaire

9782818931233 Lancer comme premier titre « Appa » pour inaugurer une nouvelle collection n’est pas dû au hasard. Olivier Sulpice et les éditions Bamboo se lancent dans une nouvelle aventure: un récit de divertissement en deux versions.

Première possibilité. Vous découvrez « Appa« , une bd de 80 pages couleurs, généreuse en gags, qui vous transporte dans un monde d’héroïc fantasy avec une petite fille et un dragon blanc. Drôle, décalé, l’expérience vaut la peine.

Mais voilà, trop cher pour certains, pas pratique pour d’autres.

Vient alors la deuxième possibilité. « Appa » version manga en noir et blanc de plus de 150 pages. La même histoire ou presque avec des découpages différents et une ambiance décalée. Un format qui rentre facilement dans le cartable des enfants et les sacs des ados et qui coûte deux fois moins cher.

Voilà votre cœur qui hésite. Et c’est bien le but d’Olivier Sulpice: vous redonner la main.

« C’était aussi l’occasion d’ouvrir une collection à une jeune génération d’auteur issus du manga » précise l’intéressé dans mon studio bd.

Et cela se ressent. Les auteurs se donnent à fond. « Appa » et « Isaline » ouvrent une nouvelle voix pour conquérir les lecteurs. Et loin de nous tromper, ces albums proposent des gags et des aventures parfaitement adaptés à leurs cibles: les ados et les préados.

Pour en savoir plus, je vous invite à écouter les explications d’Olivier Sulpice dans mon studio bd ci-dessous.

Silas Corey: aventure bd haut de gamme

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique, polar, Première Guerre Mondiale , le 2 mars 2015 13h36 | Ajouter un commentaire

501 SILAS COREY T03[BD].indd« Il est de retour » me lance sourire aux lèvres le dessinateur Pierre Alary. Silas Corey, détective privé, ancien espion, au physique longiligne de chasseur va dévorer de nouvelles proies…. et le lecteur que je suis en frémis d’avance.

Nous sommes en 1918 au lendemain de la victoire sur l’ennemi allemand. La boucherie prend fin, enfin. Silas Corey qui mis fin au complot contre Clémenceau se perd dans les vapeurs d’opium horrifié par les bêtise humaine. Mais le cadavre d’un ancien ami dans une baignoire le remet d’aplomb car derrière ce meurtre se cache Madame Zarkoff, la maléfique. La baronne du trafic d’armes n’en a plus pour très longtemps à vivre… Silas Corey doit retrouver son héritier…

Après un premier diptyque acclamé par la critique (Prix de la BD Fnac Belgique 2014) et plus de 50000 exemplaires vendus, le scénariste Fabien Nury et son complice Pierre Alary nous invite pour une nouvelle aventure aux cœurs des années 20. Il délaisse Paris pour nous faire voyager mais surtout nous happer dans un récit à la fois sombre et lumineux.

Les dialogues ciselées de Fabien Nury couplé à un découpage puissant donne une dimension supplémentaire à ce nouveau cycle. « L’idée, c’est du faire du Carol Reed avec Michael Bay derrière la caméra » m’explique les dessinateur. Une ambition qui se ressent tant l’histoire à la noirceur du film du Troisième homme et la puissance visuel du réalisateur des Transformers. Si vous ajoutez à cela une galerie de trognes et une scène érotique avortée, vous avez une réussite. Bravo les gars!

Silas Corey, t3 aux éditions Glénat.

Scénario: Fabien Nury

Dessin: Pierre Alary.

Holly Ann: une enquêtrice envoûtante

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique, policier, sexy , le 4 février 2015 17h18 | Ajouter un commentaire

Elle s’appelle Holly Ann, elle est métis, d’une beauté sensuelle et mystérieuse grâce au dessin de Stéphane Servain et elle risque de nous envoûter pendant un bon moment. Ce premier album très prometteur commence une série qui nous embarque dans l’atmosphère toute particulière de la Nouvelle Orléans.

A l’origine de cette histoire, le scénariste Kid Toussaint qui s’inspire de son expérience lors d’un voyage dans la ville de Louisiane en 2011. « J’ai tout de suite été séduit par cet endroit notamment le quartier français » me dit-il dans mon studio bd. Tout naturellement, il s’intéresse au vaudou mais comprend très vite que cela ne représente aujourd’hui qu’un folklore pour touristes en mal de sensations. Reste une ambiance unique que l’auteur tente de restituer dans ce titre intrigant « la chèvre sans cornes ».

Cela fait référence en language vaudou au meurtre rituel d’un enfant blanc. Et précisément, le fils d’un riche propriétaire de plantation a disparu.  Nous sommes au 19ème siècle où les progrès techniques dans les enquêtes de police font un bond spectaculaire mais rien ne remplace l’instinct. Holly Ann possède plus que ça, elle semble doter de pouvoirs surnaturels qui lui permettent de réussir là où les autres échouent. Et justement un enfant noir est aussi manquant…

« Je voulais faire un Sherlock Holmes au féminin » m’avoue Kid Toussaint. Et voilà, Holly Ann, un personnage qui va continuer selon le scénariste à s’étoffer au fur et à mesure de la série. 3 tomes sont déjà en route et tant mieux car cette enquêtrice a tout pour séduire le public. Epaulé par un graphisme puissant, cet album constitue une belle entrée en matière. Bravo.

Holly Ann, t1 aux éditions Casterman

Scénario: Kid Toussaint

Dessin: Stéphane Servain

 

 

La main de Pangboche: sur les traces du Yéti

Par srosenfeld dans action, Aventure, contemporain, polar, policier, voyage , le 13 janvier 2015 16h29 | Ajouter un commentaire

Nouveau départ pour André Taymans. L’auteur abandonne son héroïne fétiche, Caroline Baldwin, pour une autre femme de tempérament, Roxane. L’occasion de retrouver, à travers ce personnage féminin, le Népal au cœur de nombreuses légendes dont la plus célèbre est le Yéti!

Pour cela, rien de mieux, que de s’appuyer sur une histoire vraie et pourtant farfelue: le vol d’un doigt momifié d’un « Yéti » par le chef d’une expédition américaine confié à l’acteur James Stewart qui le cache dans les sous-vêtements de sa femme… avant d’être retrouvé en 1990 au British Museum!

Et nous voici aujourd’hui, à Katmandou, aux côtés de Roxane Leduc, une jeune femme spécialiste des antiquités, qui assiste  à l’accident mortel d’un homme qui venait de lui confier les secrets de la « main de Pangboche ».

Aux côtés d’un policier qui enquête sur le vol de la relique, nous retrouvons notre curieuse aventurière aux portes du parc national du Langtang, le « royaume des trekkeurs » bien décidée à percer les mystères qui l’entourent….

« Je suis allé au Népal faire un voyage avec mes enfants et à mon retour j’avais toute mon histoire » m’explique André Taymans. La marche à plus de 4000 mètres laisse, en effet, le temps de la rêverie…

D’une facture classique, cet album propose un graphisme élégant avec des couleurs directes (une première pour le dessinateur). Un choix payant qui apporte beaucoup à ce polar des montagnes envoûtant.

Seul petit bémol, ses personnages notamment Roxane manque un peu de finesse de trait… Un détail tant cette première partie de diptyque reste attachante avec en toile de fond un petit air de Tintin au Tibet. Un bon bol d’air frais en ce début d’année.

La main de Pangboche, t1 aux éditions Paquet.

Scénario et dessin: André Taymans.

 

Complainte des Landes Perdues: final tragique et sensuel

Par srosenfeld dans action, Aventure, Heroïc Fantasy, Historique , le 17 décembre 2014 09h56 | Ajouter un commentaire

Difficile d’évoquer la sortie du dernier tome de la « Complainte des Landes Perdues » sans tristesse et nostalgie. Philippe Delaby, dessinateur emblématique du 9ème art s’est éteint brusquement à la page 33. Un choc. Son complice de toujours le scénariste Jean Dufaux s’en remet à peine. Dans mon studio, il le décrit par ces mots :« Philippe s’investissait tellement que parfois, il ne parvenait plus à gérer la limite entre la vie réelle et la vie rêvée. »

J’avais rencontré plusieurs fois le dessinateur et il me reste en mémoire son rire communicatif et son incroyable talent.

Un talent qui donne toute sa puissance dans ce « Sill Valt » qui clôture le deuxième cycle de cette série ambitieuse qui mélange chevalerie, magie et contrées sauvages.

Le lecteur va pouvoir découvrir qui est le Guinea Lord, cet être indestructible et pourtant si fragile. Car c’est là, la force de Jean Dufaux, trouver des surprises scénaristiques pour contrer les clichés et faire naitre la rêverie.

Le hasard fait que les dernières pages de Philippe Delaby incluent une scène érotique torride, un hymne au plaisir qui ne peut laisser indifférent. « Philippe était d’excellente humeur ce jour là » raconte Jean Dufaux « et il avait envie de cette scène extrêmement charnelle au premier degré. »

Celui qui lui succède pour terminer l’album, Jérémy, (ancien élève désormais grand comme le montre son « Barracuda » ) se plie à une autre scène du genre comme un effet miroir.

Sanglant, tragique, érotique, envoûtant, ce final tient toute ses promesses.  Ne pas rater plus bas, Jean Dufaux dans studio, un moment riche en révélations et émotions.

« La complainte des Landes Perdues », t8 aux éditions Dargaud.

Scénario: Jean Dufaux                 Dessin: Philippe Delaby

 

Largo Winch: complot, séduction et grand plongeon!

Par srosenfeld dans action, ados, Aventure, contemporain, graphisme, policier , le 19 novembre 2014 15h43 | Ajouter un commentaire

« Cela aurait été assez élémentaire, un complot, une bombe, comment aller la poser…. et bien ce n’est que pas vraiment ça, c’est le principe avec Largo Winch, derrière les apparences, il y a toujours une réalité que j’espère inattendue » me lance Jean Van Hamme.

En vieux routier de la bd, le scénariste de l’aventurier milliardaire, sait que son défi est de surprendre le lecteur. Créer de la nouveauté et du désir dans un univers déjà bien balisé.

Et ce 19ème album, « Chassé-Croisé » remplit parfaitement son contrat. Comme toujours, il s’agit de la première partie d’un diptyque dont l’action se déroule au cœur de la City.

Et dès les première pages se tisse la toile d’un intrigue où des personnages emblématiques comme, la  secrétaire du groupe W, Miss Pennywinkle ou  le numéro 2 Dwight Cochrane tombent dans les griffes de séducteurs professionnels.

Et notre Largo dans tout ça? Le voilà pris pour cible à cause de sa vision idéale d’un capitalisme à visage humain. Mais surtout, lui aussi, cède au coup de foudre. La belle Saïdée lui procure un sentiment oublié… un sentiment qui pourrait le conduire à sa fin…

« Sans femme, Largo Winch serait un récit de militaire » m’explique pince-sans-rire Jean Van Hamme. Celles-ci sont, une fois de plus, au cœur du récit.

Un récit qui bénéficie du graphisme méticuleux de Philippe Francq. Le dessinateur fait preuve d’une véritable maestria pour donner du rythme et de l’intensité dans chaque scène.

Le 18 novembre, je le retrouvais d’ailleurs sous l’eau à Némo 33 (la fosse la plus profonde du monde) pour découvrir les 33 planches de l’album à 10 mètres sous l’eau… Une expérience que je vous invite à découvrir plus bas.

Largo Winch, t19, chassé croisé

Scénario: Jean Van Hamme.

Dessin: Philippe Francq

Lucky Luke fait la nounou !

Par srosenfeld dans action, Aventure, Enfants, générationnel, Humour, western , le 12 novembre 2014 14h18 | Ajouter un commentaire

Un nouvel album de Lucky Luke reste toujours un évènement. Et heureusement, depuis la mort de Morris, ses plus grands fans (Achdé, Gerra et Pessis) perpétuent le mythe ancré dans nos souvenirs d’enfance. Le piège consiste à rester prisonnier d’un monde où les personnages et les décors sont gravés dans le marbre du 9ème art. Et miracle, la magie fonctionne avec « les tontons Dalton« . Comme le dit le dessinateur Achdé : « pire que les indiens, pire que les outlaws, un enfant! »

Tout commence avec nos Daltons préférés qui comme à leur habitude végètent en prison. Mais voilà que nos desperados apprennent qu’ils sont tontons d’un petit garçon dont ils doivent momentanément assurer l’éducation. A la clé peut-être un magot! Seul problème, Lucky Luke, qui, a son corps défendant doit devenir nounou!  Toute cette petite « famille » débarque à Rupin City où les habitants ne voient pas d’un bon œil ces étrangers…

« Cette histoire s’inspire du film les Tontons Flingueurs mais ce n’est pas un remake juste un emballage pour avoir un univers différent » explique le scénariste Jacques Pessis. Les auteurs, bien sûr, n’hésitent pas à remettre des répliques cultes (« Il connaît pas Raoul! ») et des scènes inoubliables comme celle de la cuisine avec une Ma Dalton d’anthologie. L’humour de Laurent Gerra transparait dans les dialogues. Drôle et tendre à la fois, cet album se lit comme une friandise. Ou à boire cul sec!

Pour tout comprendre, je vous invite à écouter et regarder Achdé et Pessis dans mon studio BD.

Lucky Luke, les Tontons Dalton aux éditions Lucky Comics

Scénario: Gerra, Plessis

Dessin: Achdé.

 

La lune est blanche: une aventure humaine en Antarctique

Par srosenfeld dans Antarctique, autobiographie, Aventure, contemporain, graphisme , le 22 octobre 2014 08h04 | Ajouter un commentaire

« Nous ne parlions plus, tellement le spectacle, était inouï » raconte Emmanuel Lepage des images plein la tête. L’auteur explique qu’il a vécu une aventure incroyable et unique.

Lorsque je le rencontre dans mon studio BD, je réalise qu’il porte encore en lui toutes les sensations d’une expérience qui va le marquer à jamais.

L’auteur évoque notamment ces icebergs dont la couleur est impossible à reproduire en dessin. Un véritable défi graphique. Heureusement, il y a les clichés de François, le frère d’Emmanuel.

La lune est blanche est un récit qui mélange dessins et photos. Emmanuel Lepage se met en scène pour permettre aux lecteurs de le suivre pas à pas.

La bd mélange les grandes planches spectaculaire, l’intimité des frères Lepage et l’envers du décor d’une mission scientifique. Un récit de passion qui sait ménager le suspens.

Page après page, le défi du raid se dessine: 1200 km à parcourir de la base française antarctique Dumont d’Urville, en terre Adélie à celle de Concordia, isolée du monde.

Une plongée dans le continent blanc, dans un monde qui ne ressemble « a rien de terrestre » me dit Emmanuel Lepage.

Et de conclure, heureux, les yeux brillants: « on l’a fait ».

La lune est blanche aux éditions Futuropolis

Scénario et dessin: Emmanuel et François Lepage

 

Sortilèges: une reine sensuelle et rebelle

Par srosenfeld dans action, Aventure, conte, fantastique, Humour , le 9 octobre 2014 17h27 | Ajouter un commentaire

« Je suis un dessinateur un peu loufoque » loin de l’univers du scénariste Jean Dufaux m’avoue Munuera. Et c’est justement, cette touche de modernité et de folie qui donne envie au scénariste de s’associer avec le dessinateur espagnol. Un nouveau duo pour créer un univers proche des contes classiques des frères Grimm mais aussi de Disney.

Au départ « Sortilèges » est un projet qui se veut un diptyque. Mais le succès et, comme souvent, l’envie de Dufaux de poursuivre une aventure avec un de ses dessinateurs, aboutit aujourd’hui à un deuxième cycle.

Au début de cette histoire, le lecteur découvre une adolescente, Blanche. Une jeune fille innocente qui à la mort de son père devient la reine d’Entremonde. Sa mère et son frère cherchent à la tuer mais un étrange amoureux vient à son secours, le prince du monde d’En Bas, Maldoror. S’en suit une guerre, une vengeance, un assassinat. Blanche n’est désormais plus une enfant, elle devient femme et son destin comme les batailles s’enchaînent. Ce troisième tome est ainsi l’apothéose d’une bataille épique entre monstres inspiré du « Seigneur des anneaux ». Du grand spectacle…

Munuera et Dufaux jouent à fond la carte du divertissement. Le scénariste s’amuse à alterner l’intime et le grandiose pour permettre au dessinateur d’exprimer tout son talent. Son graphisme est sans conteste le point fort de cette bd. « J’aime laisserdes espaces vides, mettre mes personnages baignés dans de brouillard pour permettre aux lecteurs de jouer avec son imagination » m’explique Munuera. « Il m’évite du travail » dit-il avec ironie.

Sortilèges, t3, cycle 2 aux éditions Dargaud.

Scénario: Dufaux

Dessin: Munuera

 

Madame Livingstone : le Congo durant la Grande Guerre

Par srosenfeld dans Aventure, Congo, Historique, Première Guerre Mondiale, voyage , le 26 septembre 2014 14h27 | Ajouter un commentaire

En cette période des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, les éditeurs multiplient les propositions de récits. Une situation qui conduit quelque fois l’amateur de bd à une overdose au risque de laisser passer de véritables pépites. « Madame Livingstone » en fait partie. Cet album se distingue pour plusieurs raisons. Il évoque 14-18 à travers les combats qui ont eu lieu au Congo belge et surtout privilégie l’intime sur les batailles.

« Madame Livingstone » est aussi, à l’image de son titre, un trompe l’œil. Le héros n’est pas une femme mais un homme, un  métis, qui par provocation s’habille en kilt (objet récupéré en échange d’une caisse de bière à des Ecossais) et qui est constamment pris dans des sentiments contradictoires face à l’état major belge. Trompe l’œil aussi car, cette histoire, se sert du contexte de la guerre pour en fait raconter le Congo et la recherche des origines de celui qui est à la base de cet album, le dessinateur Barly Baruti.

« Jusqu’à l’âge de 13 ans, je me suis appelé Livingstone » me dit l’auteur dans mon studio BD. De quoi se poser des questions sur des liens éventuels avec l’explorateur britannique David Livingstone, héros de l’époque victorienne. Au final, la réponse semble être une éternelle interrogation mais l’essentiel n’est pas là. L’objectif de « Madame Livingstone » est de se plonger dans les relations entre la Belgique et le Congo.

Nous suivons la naissance d’une amitié entre deux hommes. D’un côté, l’aviateur Gaston Mercier, lieutenant de l’armée royale belge, chargé de couler un cuirassé allemand et de l’autre un métis énigmatique et instruit. L’occasion de dialogues sur la réalité d’un pays-continent où les puissances coloniales tentent de s’imposer dans un bain de sang.

Le graphisme de Barly Baruti particulièrement soigné apporte beaucoup à la réussite de ce projet ambitieux. Avec son crayonné maîtrisé et sa palette de couleurs, le dessinateur propose une bd envoûtante. « Cette bd n’a pas un esprit frondeur » m’explique-il mais « tente de poser des questions« . Pour achever de vous convaincre, je vous invite à suivre notre rencontre dans mon studio ci-dessous. Une exposition est d’ailleurs consacrée actuellement à Barly Baruti au Centre Belge de la bande dessinée à Bruxelles.

Madame Livingstone aux éditions Glénat.

Scénario: Cristophe Cassiau.

Dessin: Barly Baruti.