antalya haber haberler antalya rent a car
antalya rent a car
test

ados

Extases: à la découverte du sexe et du plaisir

Par srosenfeld dans ados, autobiographie, sexe , le 23 septembre 2017 14h49 | Ajouter un commentaire

2256_couvJeanLouis Tripp, célèbre pour sa série « Magasin général » avec son pote Loisel se lance dans une aventure surprenante et pour le moins courageuse: raconter sa vie sexuelle. Poussé par le même Loisel (Quête de l’oiseau du temps), le scénariste et dessinateur se livre à un exercice périlleux: se mettre à nu. La clé de voûte de cette série prévu en 4 tomes  est la recherche du plaisir.

Le lecteur suit donc JeanLouis Tripp, de ses premiers émois, à ses parties de jambes en l’air, en couple ou à plusieurs. Car l’auteur n’est pas du genre à réfréner ses désirs et ses expériences. « Je suis issu d’une famille très libre » me  dit-il dans mon Studio BD. De l’ado à l’adulte, la bd raconte un parcours qui se veut sincère et qui montre sans voyeurisme le sexe dans tous ses états.

« Ce n’est pas une bd de cul mais une bd avec des culs » me lance JeanLouis Tripp. L’auteur m’explique qu’il n’y a rien d’érotique dans son album. Si les sexes sont visibles, ils ne sont qu’une conséquence logique d’une histoire qui évoque des rapports sexuels. Extases se lit comme un journal intime avec ses hauts et ses bas. Le graphisme emprunte le même chemin que son héros, libre et réaliste. Et de l’acteur principal de conclure:  « Maintenant que la bd est sortie, je ne vais pas me cacher! »

Extases aux éditions Casterman

Scénario et dessin: JeanLouis Tripp

Titeuf : le gamin reste au top

Par srosenfeld dans ados, BD, Enfants, générationnel, Humour , le 8 septembre 2017 17h19 | Ajouter un commentaire

titeuf-tome-15-a-fond-le-slip-25 ans et toujours au top. Nul doute, Zep est un artiste qui sait résister au temps en prenant comme modèle Roba, le père de Boule et Bill (il en parle sur le plateau du RTLinfo 13h). Ce 15ème album cartonne déjà en librairie et il n’a pas à en rougir. Car, le garnement à la mèche rebelle continue de faire rire avec son autodérision et son regard aussi original que ludique sur notre monde.

Avec « A fond le slip », Titeuf tente de comprendre ce qui se passe  autour de lui. L’occasion pour le dessinateur d’évoquer les derniers sujets d’actualité : manifs anti-IVG, crise des migrants, terrorisme… Une fois encore, la justesse de Zep fait des étincelles.

Ce nouvel album nous fait découvrir de nouveaux personnages. Au côté de Manu, son meilleur poste, notre héros croise « Loïc l’illuminé », un enfant qui passe son temps à regarder des vidéos complotistes et Momo, un intégriste musulman (« Salamiste », dit Titeuf), qui ne veut ni parler à la maîtresse ou se trouver à côté d’une fille.

Les gags s’enchaînent, alternant, humour potache et référence subtile. Un cocktail savoureux qui fait de Titeuf, la bd de la rentrée.

Titeuf, t15 aux éditions Glénat

Scénario et dessin: Zep

Superdupont: renaissance du Super-héros franchouillard

Par srosenfeld dans action, ados, Aventure, comics, Humour , le 25 septembre 2015 17h40 | Ajouter un commentaire

superdupont-tome-1-renaissanceAh Superdupont… Le personnage né en 1972 dans les pages de Pilote avait laissé dans les mémoires des pages délirantes puis s’était endormi. Gotlib, son co-créateur avec Lob rêvait depuis longtemps de lui redonner vie car le potentiel comique de l’univers du super-héros en charentaises était loin d’avoir été entièrement exploité.

Mais voilà, encore fallait-il trouver le dessinateur capable de relever le défi. Et qui de mieux que François Boucq avec son trait reconnaissable, mélange de caricature et de semi-réalisme.

Les deux compères se mettent d’accord dès le départ. Pas question de répéter le Superdupont, beauf qui lutte contre l’Anti-France.  Il faut une renaissance…. qui passe par la relève: un enfant.

« Au départ,  le fils de Superdupont devait reprendre la boutique en trois, quatre pages.  Mais il y a eu un gag, puis un autre. Je me suis retrouvé avec soixante deux pages, rien qu’avec le bébé! » me dit François Boucq en souriant.

Le récit surfen sur les relations parents enfants en pastichant les super-héros américains comme Superman. Et puis, il y a SM, super méchant.

« Contre Superdupont, il ne pouvait y avoir qu’un pape des méchants entouré d’hystériques » explique le dessinateurMais derrière les combats d’onomatopées se cache aussi une envie.

« Superdupont défend des valeurs comme l’égalité, la liberté et la fraternité. L’idée n’est pas de les mettre en avant comme un propos politique mais de les évoquer de façon marrante » précise François Boucq.

Au final, cet album réussit son pari de nous embarquer dans un délire graphique qui délie les zygomatiques. La saga de la famille Superdupont ne fait que commencer.

Superdupont, renaissance aux éditions Dargaud

Scénario: Gotlib

Dessin: Boucq et Belkrouf

 

Appa et Isaline : bd ou manga, t’as le choix

Par srosenfeld dans ados, Aventure, Heroïc Fantasy, manga , le 24 mars 2015 09h01 | Ajouter un commentaire

9782818931233 Lancer comme premier titre « Appa » pour inaugurer une nouvelle collection n’est pas dû au hasard. Olivier Sulpice et les éditions Bamboo se lancent dans une nouvelle aventure: un récit de divertissement en deux versions.

Première possibilité. Vous découvrez « Appa« , une bd de 80 pages couleurs, généreuse en gags, qui vous transporte dans un monde d’héroïc fantasy avec une petite fille et un dragon blanc. Drôle, décalé, l’expérience vaut la peine.

Mais voilà, trop cher pour certains, pas pratique pour d’autres.

Vient alors la deuxième possibilité. « Appa » version manga en noir et blanc de plus de 150 pages. La même histoire ou presque avec des découpages différents et une ambiance décalée. Un format qui rentre facilement dans le cartable des enfants et les sacs des ados et qui coûte deux fois moins cher.

Voilà votre cœur qui hésite. Et c’est bien le but d’Olivier Sulpice: vous redonner la main.

« C’était aussi l’occasion d’ouvrir une collection à une jeune génération d’auteur issus du manga » précise l’intéressé dans mon studio bd.

Et cela se ressent. Les auteurs se donnent à fond. « Appa » et « Isaline » ouvrent une nouvelle voix pour conquérir les lecteurs. Et loin de nous tromper, ces albums proposent des gags et des aventures parfaitement adaptés à leurs cibles: les ados et les préados.

Pour en savoir plus, je vous invite à écouter les explications d’Olivier Sulpice dans mon studio bd ci-dessous.

Largo Winch: complot, séduction et grand plongeon!

Par srosenfeld dans action, ados, Aventure, contemporain, graphisme, policier , le 19 novembre 2014 15h43 | Ajouter un commentaire

« Cela aurait été assez élémentaire, un complot, une bombe, comment aller la poser…. et bien ce n’est que pas vraiment ça, c’est le principe avec Largo Winch, derrière les apparences, il y a toujours une réalité que j’espère inattendue » me lance Jean Van Hamme.

En vieux routier de la bd, le scénariste de l’aventurier milliardaire, sait que son défi est de surprendre le lecteur. Créer de la nouveauté et du désir dans un univers déjà bien balisé.

Et ce 19ème album, « Chassé-Croisé » remplit parfaitement son contrat. Comme toujours, il s’agit de la première partie d’un diptyque dont l’action se déroule au cœur de la City.

Et dès les première pages se tisse la toile d’un intrigue où des personnages emblématiques comme, la  secrétaire du groupe W, Miss Pennywinkle ou  le numéro 2 Dwight Cochrane tombent dans les griffes de séducteurs professionnels.

Et notre Largo dans tout ça? Le voilà pris pour cible à cause de sa vision idéale d’un capitalisme à visage humain. Mais surtout, lui aussi, cède au coup de foudre. La belle Saïdée lui procure un sentiment oublié… un sentiment qui pourrait le conduire à sa fin…

« Sans femme, Largo Winch serait un récit de militaire » m’explique pince-sans-rire Jean Van Hamme. Celles-ci sont, une fois de plus, au cœur du récit.

Un récit qui bénéficie du graphisme méticuleux de Philippe Francq. Le dessinateur fait preuve d’une véritable maestria pour donner du rythme et de l’intensité dans chaque scène.

Le 18 novembre, je le retrouvais d’ailleurs sous l’eau à Némo 33 (la fosse la plus profonde du monde) pour découvrir les 33 planches de l’album à 10 mètres sous l’eau… Une expérience que je vous invite à découvrir plus bas.

Largo Winch, t19, chassé croisé

Scénario: Jean Van Hamme.

Dessin: Philippe Francq

Les guerrières de Troy: filles sexy et mercenaires

Par srosenfeld dans action, ados, Heroïc Fantasy, Humour, sexe , le 2 décembre 2013 19h00 | Ajouter un commentaire

Christophe Arleston, inventeur de la saga « Lanfeust de Troy » invite Dany à jouer avec ses filles dans son univers. Un cocktail détonnant qui aboutit à un diptyque au titre évocateur « Les guerrières de Troy ». Le lecteur peut compter sur le duo pour lui offrir une aventure aussi sexy que divertissante. « On a les mêmes goûts pour les bonnes choses de la vie » explique rieur Dany.

Le lecteur découvre donc Raya, la rousse flamboyante et naïve, Lynche, la blonde intrépide et physique et Issan, la mystérieuse asiatique. Des donzelles court vêtues qui virevoltent au gré de leur destin qui croise un trésor amassé par des bonimenteurs. Trahies, elles doivent affronter Myrgl, un monstrueux homme-serpent. Elles parviennent à s’échapper de son emprise et compte bien prendre leur revanche et devenir riches.

Comme un bon film de série B, Arleston et Dany s’amusent dans ce récit trépidant à la limite de la caricature. Un délire presque d’ados qui fait passer un bon moment pour peu que l’on joue le jeu.

Dany montre qu’il a toujours un grand coup de crayon lorsqu’il s’agit de dessiner les demoiselles. « J’ai essayer d’éviter de répéter la même fille, ce que l’on me reproche souvent, avec raison d’ailleurs » m’avoue-t-il. Le dessinateur se lance même dans les dragons. Les compères envisagent déjà une suite aux aventures de leurs guerrières, histoire de prolonger le plaisir.

Les guerrières de Troy aux éditions Soleil.

Scénario: Arleston.

Dessin: Dany.

 

Hell school: dans l’enfer du bizutage

Par srosenfeld dans action, ados, Aventure, policier , le 4 novembre 2013 14h17 | Ajouter un commentaire

Il y a des séries qui sortent dans l’air du temps. C’est le cas de « Hell school ». Alors que le débat sur les rituels d’intégration revient sur le devant de l’actualité, cette bd nous emmène dans le monde des ados. Au cœur de ce récit, trois jeunes qui refusent de se plier aux épreuves de leur école privée, un établissement perdu sur une île paradisiaque. Mais  dernière le paradis, se cache souvent l’enfer.

En n’acceptant pas leur bizutage, Bastien, Hina et Boris se retrouvent exclus. Véritables parias, ils ne peuvent pourtant s’échapper. Un groupe soudé qui tente de comprendre ce que cache leur directeur alors qu’un élève de leur promotion est mort dans des circonstances non élucidées. L’école privée est-elle vraiment ce qu’elle fait croire aux parents…

Déjà deux tomes pour cette série qui s’impose de plus en plus dans les librairies. Le scénariste Vincent Dugomier propose un univers crédible et fantasmé à travers un internat d’un autre temps. Ses héros (mélange de tous les stéréotypes possible chez les ados) sont très vite attachants. « Il y a un grand costaud qui ne veut pas être comme son papa qui a la main lourde ou encore un orphelin » décrit l’auteur.

« Il y a énormément de non-dits » précise le dessinateur Ers.  « L’objectif est de mettre le lecteur dans le même état d’esprit que les personnages » ajoute Vincent Dugomier. Pas question de décrire les rituels mais plutôt d’évoquer leurs impacts sur les ados. Même chose sur l’influence des adultes: le professeur et ses « cours du soir« , le psy manipulateur… Subtil et intrigant, « Hell school » mérite que l’on s’y attache.

Hell school, t1 et 2 aux éditions du Lombard.

Scénariste: Dugomier.

Dessin: Ers.

 


Führerscheintest Führerscheintest Online
elektroniksigara