Philippe Geluck: il pète les plombs pour mieux nous secouer

Par srosenfeld dans BD, Geluck, Humour, politique, société , le 30 janvier 2019 16h10 | Ajouter un commentaire

Philippe Geluck a une « patte  » comme on dit et pas que de Chat. Son personnage culte en a fait une figure majeur de la BD franco-belge mais ce qui est particulier chez lui, c’est sa capacité à ne céder, ni à la facilité ni à la fatalité.

S’il joue dans « Il pète les plombs » avec  son image, c’est surtout pour mieux dénoncer les hypocrisies d’un monde qui est à la fois beau et laid. Ses textes mordants et ses dessins détonants n’ont qu’à but, nous faire sortir de notre confort intellectuel pour  réfléchir à ce qui se passe autour de nous.

Dans mon Studio Bd, il reconnait que certains de ses  dessins sont « à vomir, acerbe ». Mais ces caricatures de notre actualité sont surtout là pour susciter le débat. Et en cela, les dessins de Philippe Geluck sont un « mal » utile. Une claque pour ne pas rester apathique.

Du médecin qui pense à « euthanasier une femme enceinte pour éviter un avortement » au soldat qui libère « sexuellement un jeune africain » en passant par Trump qui « chie sur la planète », l’auteur n’hésite pas à choquer pour dénoncer les injustices.  Et pourtant, me dit-il : « il y a aussi des raisons de croire que l’on peut changer le choses ». 

Derrière ses mots et ses traits, Philippe Geluck cache un humaniste qui reste convaincu que le rire est une arme de destruction massive à la connerie. Son nouvel opus est à déguster sans modération en ce début d’année 2019 marqué par les manifestations pour le climat et les annonces de licenciements.

Geluck, pète les plombs. Cette fois il va trop loin, chez Casterman. 

Scénario et dessin: Philippe Geluck

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire