antalya temizlik şirketleri
antalya haber haberler antalya rent a car elektroniksigara
antalya rent a car
Antalya temizlik firmaları Antalya temizlik şirketleri

Corto Maltese: l’aventurier voyageur ressuscité

Par srosenfeld dans BD, Corto, ésotérisme, Historique, Venise , le 28 novembre 2017 16h23 | Ajouter un commentaire

978846792878501_gDésolé pour cette longue absence mais le piratage des blogs d’RTL m’a empêché de renouveler Studio BD.

Quoi de mieux que des retrouvailles autour de Corto Maltese, héros mythique de la bd inventé par le maître Hugo Pratt.  Depuis 2015, le marin poète renaît sous les traits du dessinateur Ruben Pellejero et l’esprit du  scénariste Juan Diaz Canales (Blacksad)  qui connait sur le bout des doigts le vocabulaire du créateur italien. Après Sous le soleil de minuit le duo espagnol prend le large avec Equatoria.

Dès la première page, les lecteurs retrouvent le souffle onirique des Corto Maltese . Une girafe court à perd haleine sur la place Saint-Marc de Venise poursuivie par des carabiniers alors que le marin raconte une étrange histoire à son amie reporter signée Lord Byron. « Il y a ici, une image typiquement de Pratt avec Corto Maltese habillé en marin dans Venise » glisse le dessinateur Ruben Pellejero dans mon Studio BD. Quelques cases nostalgiques avant de prendre le chemin d’un trésor aussi mystérieux que lointain.

Les auteurs nous emmènent vers les jungles d’Afrique équatoriale à la recherche du « miroir du prêtre Jean », un mystérieux objet rapporté des croisades. Mais comme toujours avec Corto Maltese, les plus grandes richesses sont sur la route. « Il va faire des rencontres avec des personnages comme Henry de Monfreid ou encore Winston Churchill » lance avec enthousiasme  Juan Diaz Canales lors de notre interview (voir en-dessous). Le scénariste multiplie les références tout au long de son récit foisonnant.

Le marin romantique va croiser trois jeunes femmes aux destins étrangement complémentaires : Aïda, journaliste entreprenante, Ferida, exploratrice en quête de son père disparu, et Afra, ancienne esclave. « Il fallait que les personnages féminins soient aussi importants que Corto, qu’elles méritent en soit une histoire » me précise Juan Diaz Canales.

 Equatoria commence peu à peu à s’éloigner des lignes d’Hugo Pratt par petits touches (dessin et récit) mais reste un album toujours très fidèle à la série originale. Le duo peine encore à oser prendre ses distances et multiplie les clins d’œil aux anciens albums. Mais cela ne gâche pas la réussite de ce récit qui envoûte de la première à la dernière page.

Corto Maltese, Equatoria T14

Scénariste: Juan Diaz Canales 

Dessinateur: Ruben Pellejero 

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire