En ce moment

Archives du juin, 2012

Ducobu: de la classe aux vacances

Par srosenfeld dans Aventure, Enfants, Humour , le 18 juin 2012 13h04 | Ajouter un commentaire

9782803630516Décidemment ce « Ducobu » est un phénomène… Non seulement, l’élève le plus tricheur de la planète bd ne cesse d’être acclamé dans les cours de récré mais en plus le troublion s’offre un deuxième film au cinéma. Ce 18ème album est donc un peu particulier car il se veut un prolongement du long métrage avec Elie Semoun qui sort en DVD.

Godi m’explique dans mon studio qu’il a conçu la couverture de ce nouvel opus sur le lieu du tournage, une première. « Je suis toujours aussi étonné du succès de ce personnage auprès des enfants » me dit-il . Le dessinateur reste toujours aussi enthousiaste.

Nous retrouvons donc Ducobu là où nous l’avons laissé, c’est à dire avec un bonnet d’âne. Le garnement tient à son titre d’Empereur des tricheurs tout en faisant sortir de ses gons ce bon vieux Monsieur Latouche. Avec son sens aiguisé de la rhétorique, le cancre sait y faire transformer une leçon de mathématique en interrogation orale de son professeur.

Mais voilà que les vacances se pointent et que notre héros se retrouve embarqué avec la première de classe Léonie au soleil. En catimini, il est suivi par Monsieur Latouche qui compte bien prodiguer à Ducobu des cours de rattrapage surprises…

Zidrou et Godi ne perdent pas la main. Les ingrédients qui font le succès de Ducobu sont au rendez-vous. Humour, décalage, intelligence du verbe et mise en image efficace. « J’ai enfin pu dessiner autre chose qu’une salle de classe » me dit Godi « en emmenant notre personnage sur la route des vacances, avec des voitures et la mer ».

L’élève Ducobu, t18 aux éditions du Lombard.

Scénario: Zidrou.

Dessin: Godi.

La Licorne: complot au coeur du corps humain

Par srosenfeld dans action, Historique , le 6 juin 2012 14h17 | Ajouter un commentaire

la_licorne_4__couverture1« Mon père est médecin et j’avais envie de faire une bd sur le sujet tout en y mélant du fantastique » m’explique Mathieu Gabella. Le scénariste de « La Licorne » est un passioné qui sait que cette série est un véritable pari. Un choix audacieux aussi bien par le thème que par le graphisme. Et qui paie. Ce quatrième tome clôture parfaitement cette saga.

Mais reprenons par le début. Nous sommes en 1565. Alors des personnalités de la médecine meurent dans d’étranges circonstances, Ambroise Paré se heurte à l’incrédulité du corps médical qui ne voit en lui et ses découvertes que de vagues délires d’un illuminé. Mais le médecin du roi ne va pas tarder à réaliser l’emprise de l’église sur certaines recherches et surtout découvrir que le corps humain n’est plus le même. Aider par de célèbres compagnons de route comme Nostradamus,  Ambroise Paré va réaliser l’existence de créatures, les Primordiaux. De Paris à Venise jusqu’à la Transylvanie, le chirurgien tente de percer le secret de « La Licorne »…

Cet ultime épisode sur fond de révélations ne laisse presque aucun répit aux lecteurs. Accroché aux basques d’Ambroise Paré, il se retrouve plonger dans des batailles dantesques. L’occasion de croiser de nouvelles créatures comme une vampire ou encore un léviathan. Au dessin, Antony Jean en profite pour se libérer des cases tout en conservant un trait particulièrement séduisant et précis. Cela n’empêche pas Mathieu Gabella de soigner ses dialogues et la fin de son histoire. Une série fantastique d’une grande originalité à découvrir sans tarder. Pour en savoir plus, je vous invite à le rencontrer dans mon studio bd.

La Licorne, t 4 aux éditions Delcourt.

Scénario: Mathieu Gabella.

Dessin: Antony Jean.