Archives du octobre, 2011

Châteaux Bordeaux: saga familiale aux coeurs des vignes

Par srosenfeld dans Aventure, contemporain, vin , le 29 octobre 2011 16h20 | Ajouter un commentaire

chateau_bordeauxVous aimez le vin, les femmes et les grandes sagas familiales? Châteaux Bordeaux est fait pour vous. Tout commence par un décès au cœur du Médoc. Les trois enfants Baudricourt enterrent leur père, propriétaire d’une des plus belles propriétés de la région. Mais que faire du domaine? Les deux frères comptent bien se séparer rapidement de la propriété et surtout des dettes dont elle est criblée.

Mais leur décision est aussitôt remise en cause par la détermination de leur sœur Alexandra. L’ancienne working girl qui vivait jusqu’ici aux États-Unis voit dans cet héritage l’opportunité de rebâtir sa vie. Elle va devoir tout apprendre. De la fabrication d’un grand cru aux jeux de pouvoir d’un univers où les coups bas sont légions.

Une BD grand public qui s’adresse aussi bien aux amateurs de grands crus qu’aux néophytes. Voici l’ambition de l’éditeur Jacques Glénat, lorsqu’il se lance dans cette aventure. Pour cela, il a besoin de Corbeyran, enfant du pays et scénariste talentueux (Le chant des Stryges). Le duo devient trio en associant le dessinateur Espé à ce projet ambitieux.

Après de longues heures à boire du vin, à parcourir des vignes et faire la connaissance de ce petit monde, Chateaux Bordeaux est né. « Je me suis immergé dans le vin pendant 3 ans » me confie Eric Corbeyran dans mon studio (voir ci-dessous).  Un travail qui paie car à l’arrivée cet album se lit avec plaisir. Il sait à la fois se faire didactique et précis sans lasser le lecteur. L’album est souvent en vente dans le rayon bouteille des cavistes et autres supermarchés. A déguster sans se tâcher.

Chateaux Bordeaux,t1 aux éditions Glénat.

Scénario: Corbeyran.

Dessin: Espé.

Une vidéo à découvrir sur www.rtl.be

3 secondes: zooms et dé-zooms pour un tueur

Par srosenfeld dans graphisme, polar, policier , le 18 octobre 2011 12h23 | Ajouter un commentaire

couv_3_secondes_bd_delcourtAttention ovni! 3 secondes n’est pas une BD comme les autres… Elle est une expérience. Marc-Antoine Mathieu, propose une nouvelle création graphique en noir et blanc qui donne autant à voir qu’à réfléchir. L’auteur propose un exercice ludique d’une grande originalité.

Le lecteur est invité à  parcourir la distance que fait la lumière en 3 secondes, soit 900 000 kilomètres. Sans texte, simplement avec des dessins, l’auteur propose de découvrir le commanditaire d’un assassinat dans le milieu du football en semant les indices dans des zooms et des dé-zooms.

Au départ, on observe une scène figée avec de nombreux points de vue.  Le temps s’étire, s’écoule avec une extrême lenteur. Puis  on prend du recul jusque sur la lune avant de replonger sur terre pour le bouquet final….

Vous l’avez compris, 3 secondes se vit plus que ne se raconte et il faut souvent plusieurs lectures pour en comprendre toutes les subtilités. Cela exige de la concentration mais offre un vertige salvateur.

« Tous les objets, que se soit la sonde ou le billet de banque sont vrais » me précise Marc-Antoine Mathieu dans mon studio. Ce réalisme et ce sens du détail ajoute une force supplémentaire à cet album qui se prolonge aussi sur le site internet de l’éditeur Delcourt via un mot de passe présent dans la BD. 3 secondes, est un objet aussi étonnant que détonnant.

3 secondes aux éditions Delcourt.

Scénario et dessin: Marc-Antoine Mathieu.

Une vidéo à découvrir sur www.rtl.be

Zombillénium 2: on n’embauche que les monstres

Par srosenfeld dans action, Aventure, fantastique, Humour, vampire , le 16 octobre 2011 17h24 | Ajouter un commentaire

couverture_bd_9782800150543Il y a un peu plus d’un an, Arthur De Pins, le créateur de « Zombillénium » avait très peur lorsqu’il s’était lancé dans cette série détonante.Mais aujourd’hui, le voilà rassuré. L’auteur a trouvé son public et ce deuxième tome continue d’explorer avec intelligence cet univers pour le moins décalé.

Et cela commence fort. La guerre est déclarée entre le parc « Zombillénium » et les habitants des villages environnants. Les murs de l’enceinte se retrouvent tagés de menaces explicites. La raison est simple. Dans une région sinistrée où le chômage frôle les 25 %, les autochtones acceptent mal le succès de la plus grande infrastructure « touristique » qui n’embauche que des… morts! Heureusement que le curé des paroisses du coin et le PDG vampire sont des « amis » sinon où irions-nous, sinon en enfer…

Vous l’avez compris, l’humour « so british » d’Arthur De Pins joue au maximum des décalages pour créer une histoire à la fois cohérente et farfelue. Le scénariste pimente son récit en introduisant dans le parc une femme aussi « monstrueuse physiquement qu’humainement ». Le graphisme sophistiqué conçu à partir d’ordinateurs est toujours bien fait. A  la veille d’Halloween, cette BD est le livre de chevet idéal. Et pour aller plus loin, je vous invite à écouter mon interview du créateur de « Zombillénium » dans mon studio numérique. Ça va saigner!

Zombillénium, t2 aux éditions Dupuis.

Scénario et dessin: Arthur De Pins

Une vidéo à découvrir sur www.rtl.be

Maudit Mardi! : Achille aux pieds de bois

Par srosenfeld dans Non classé , le 16 octobre 2011 17h23 | Ajouter un commentaire

preview_pagephp1Sandawe, vous connaissez?  Pas encore… Alors, petit récapitulatif. En janvier 2010, née une maison d’édition indépendante fondée sur le principe du crowdfunding bien connu aux États-Unis. Via le site de la société, les internautes sont invités à investir de l’argent sur des projets d’auteurs de BD en mal de financement. Une fois l’objectif financier atteint, environ 30 00 euros par album, le livre entre en production. Pour Maudit Mardi! , Nicolas Vadot a pu bénéficier du soutien de 179 édinautes. « L’un d’eux m’a donné 7000 euros » me dit-il dans Studio BD (voir ci-dessous), « c’est pratiquement un rôle de mécène comme au XIII ème siècle ».

Achille vit seul, sur une île, depuis la mort récente de ses parents, et il passe son temps à scruter l’océan. Cet homme étrange, dont les pieds sont enracinés, est persuadé qu’il va mourir un mardi : un mouette lui a prédit ! Après avoir échappé de justesse à la noyade, il décide de rejoindre son amour de jadis, à Hawkmoon, la mégapole. Un rendez-vous amoureux d’autant plus compliqué que les pieds en bois d’Achille ont tendance à perdre des vis !

Nicolas Vadot nous emmène dans un monde qui mêle imaginaire et réalisme. Un univers décalé et séduisant qui intrigue dès la première page d’une grande puissance graphique. Comme les vagues de l’océan, l’auteur nous fait chavirer pour mieux nous happer dans son histoire. Connu pour ses dessins de presse, Nicolas Vadot, change ici complètement de registre. « Dans une BD comme celle-ci, je n’ai pas besoin de réagir immédiatement à l’actualité, au contraire, j’ai besoin de suspendre le temps ». Maudit Mardi! est la preuve  qu’oser offre souvent de belles surprises.

Maudit Mardi!, t1, aux éditions Sandawe.

Scénario et dessin: Nicolas Vadot.


Une vidéo à découvrir sur www.rtl.be

Dracula, l’Immortel: tueurs de vampires et nymphomanes

Par srosenfeld dans action, fantastique, plus de 16 ans, sexe, vampire , le 16 octobre 2011 17h21 | Ajouter un commentaire

album-cover-large-13503Et revoilà, une nouvelle Bd sur Dracula me direz-vous. Oui et non.  S’il s’agit bien d’une adaptation d’un livre, ce n’est pas celui de Bram Stocker dont nous parlons mais de sa suite, romancée en 2009 par l’arrière-petit neveu de l’écrivain, Dacre Stocker épaulé par Ian Holt.

Nous sommes en1912. Vingt-cinq ans après avoir détruit le vampire en Transylvanie, ceux qui ont mis un terme à son sanglant parcours sont dispersés de par le monde, et souvent perturbés par l’aventure hors du commun qu’ils ont vécue et partagée. Or voilà qu’une mort inexpliquée devant un théâtre parisien, puis un deuxième assassinat d’une effroyable cruauté au cœur de Londres semblent tout remettre en cause. Du Quartier latin à Piccadilly Circus, l’ombre du prince des ténèbres semble à nouveau planer…

Cette suite inventée par Dacre Stoker s’appuie sur des notes retrouvées par la famille. Comme me l’explique dans Studio BD le scénariste Michel Dufranne, « le succès du roman a dépassé les Stoker qui avaient envie de reprendre la main sur l’héritage de cette œuvre majeure de la littérature fantastique « . Nous retrouvons une nouvelle génération de chasseur de vampires chargée de procéder à un nouveau nettoyage en règle. Un récit dense et graphiquement spectaculaire. Pour cette plongée horrifique, Michel Dufranne s’associe à Piotre Kowalski, dessinateur polonais qui réalise ici sa première expérience en BD.

Ces créatures, jeunes femmes sexy et nymphomanes font froid dans le dos. Les encrages qui jouent sur les scènes semi-obscures proposent un opposition rouge sang et noir efficaces. Il faut néanmoins s’accrocher car les informations sont nombreuses. « Je pari sur l’intelligence du lecteur » me dit Michel Dufranne et « le fait qu’il connaisse déjà le livre de Bram Stoker ». Ce premier tome d’une trilogie constitue une bonne surprise au milieu des nombreuses productions qui sortent sur ce thème actuellement. A découvrir.

Dracula, l’Immortel, aux éditions Casterman.

Scénario: Michel Dufranne.    Dessin: Piotre Kowalski

Une vidéo à découvrir sur www.rtl.be