En ce moment

Archives du septembre, 2011

7 personnages: Molière est mort, ses héros enquêtent

Par srosenfeld dans Aventure, Historique, policier , le 30 septembre 2011 16h59 | Ajouter un commentaire

album-cover-large-136951

Dans la collection des « 7″, je demande… Molière. Pour la suite de la deuxième saison de sa série concept, les éditions Delcourt nous plongent au coeur du XVII ème siècle et de son plus célèbre dramaturge. Tout commence, en cette nuit du 21 février 1673. Une procession funèbre nocturne accompagne le corps de Jean-Baptiste Poquelin, alias Molière, jusqu’à sa dernière demeure. Le comédien a en effet succombé sur scène de la tuberculose. Un peu à l’écart dans le cimetière de Saint Eustache, un dénommé Scapin aborde une belle femme, Agnès. Il affirme que Molière a été assassiné et qu’il incombe à plusieurs de ses amis, dont il s‘est inspiré pour écrire ses pièces, de faire la lumière sur cet assassinat….

Le scénariste Fred Duval, connu pour ses albums de SF, se lance dans un nouvel univers. Son récit astucieux relie la mort de Molière  à « l’affaire des poisons ». A l’époque, ce scandale est l’équivalent de l’ »affaire DSK » pour son côté médiatique. Nous sommes sous le règne de Louis XIV et une succession de meurtres éclabousse alors les plus hauts dignitaires du pouvoir jusqu’à la Montespan et Colbert. Fred Duval m’explique en interview dans mon studio numérique que le monde est alors marqué par l’influence des « messes noires » et autres folies. Il m’explique aussi le choix des sept personnages emblématiques de son histoire.

Nous avons Argan du Malade imaginaire, Agnès de L’école des femmes, Harpagon de l’Avare, Alceste du Misanthrope, Tartuffe et Dom Juan des pièces éponymes, ainsi que le Scapin des Fourberies dans le rôle plus large du perpétuel valet vénal et rusé. Bref une sacrée équipe!

Si l’intrigue est un peu tirée par les cheveux, le soin apporté aux dialogues emporte le tout et constitue au final une bonne surprise. Le dessin de Florent Calvez, avec son trait ciselé, retranscrit admirablement les combats en armes et les décors du Paris du Roi Soleil. A découvrir.

7 personnages aux éditions Delcourt.

Scénario: Fred Duval.

Dessin: Florent Calvez.

Une vidéo à découvrir sur www.rtl.be

Empire USA: les oligarques russes menacent

Par srosenfeld dans action, contemporain, policier , le 18 septembre 2011 15h55 | Ajouter un commentaire

9782505011309_1_75Construite sur le principe des séries américaines comme « 24 heures », « Empire USA » revient pour une deuxième saison avec toujours autant d’actions et de rebondissements. Aux manettes, Stephen Desberg, scénariste bruxellois prolifique et père de la série « IRS ».

Jared, notre héros torturé, est toujours au cœur de ces nouvelles aventures.Viré par la CIA  car trop instable, il devient garde du corps pour un milliardaire américain. L’occasion de prendre du recul sur sa vie. Un répit  de courte durée. Son ami d’enfance meurt soudain d’une balle en pleine poitrine. Un assassinat lié à un complot fomenté par des oligarques russes…

Jolies filles, fusillades, vengeance. Tous les ingrédients du divertissement sont au rendez-vous. « Le rythme est encore plus fort » me précise Stephen Desberg dans studio BD. Effectivement, le récit est haletant et le graphisme efficace sans être original. Cette saison 2 sort à une cadence d’enfer. Prévu en 6 tomes, les deux premiers sont déjà en libraire et les autres vont suivre avant la fin de l’année. De la détentes sans prise de tête, « Empire USA » est un remède idéal pour les week-ends pluvieux.

Empire USA, saison 2, t1 et 2 aux éditons Dargaud.

Scénario: Desberg.

Dessin: Reculé

Kid Paddle: ça va saigner!

Par srosenfeld dans générationnel, Humour , le 18 septembre 2011 13h48 | Ajouter un commentaire

kid-paddle-tome-12-panik-room-225719Après 4 ans d’absence et des fans impatients, Kid Paddle revient hanter les cours de récréation et les librairies. Midam, le créateur du gamin fan de jeux vidéo a mis le temps pour sortir ce douzième album intitulé « Panik Room ». Il faut dire que l’auteur était bien occupé en lançant sa propre maison d’édition MadFabrik. Tiré à 450 000 exemplaires  (ce qui est un sacré pari dans le monde de la bd), ce  Kid Paddle doit cartonner pour éviter à Midam de boire la tasse.

Bonne nouvelle, ce retour est réussi. L’univers décalé de Kid Paddle fonctionne toujours aussi bien. L’humour, à la fois corrosif et tendre de Midam, fait mouche.  Les rapports parents-enfants, l’école, l’amitié, sont au cœur de gags toujours aussi saignants. Les habitués du héros à la casquette retrouvent les tentatives désespérées du Kid pour aller voir des films gore comme « zombie baby ». Et notre « petit barbare » continue de tenter de trouver la sortie pour sauver la vie de sa princesse… sans succès.

Pour frapper fort, Midam, décide de nous mettre du rose plein les yeux. « Je voulais une couverture différente avec un Kid en très gros plan » me dit-il dans studio BD.  Exit le noir, le papier-peint rose de Carole sert de décor à ces nouvelles aventures. Et puis, il y a une nouvelle, une petite blonde amoureuse de notre garnement, qui fait son apparition. « Un amour à sens unique » précise Midam. Drôle et cohérent, cet album ne déçoit pas et risque de faire de nouveaux adeptes.

Kid Paddle, t12 aux éditions  MadFabrik

Scénario et dessin: Midam.