En ce moment

Archives du juillet, 2010

Freak Angels: survivre dans un Londres post-apocalyptique

Par srosenfeld dans action, contemporain, fantastique, science fiction , le 31 juillet 2010 14h54 | Ajouter un commentaire

freakDans un monde post-apocalyptique, douze enfants présentent des pouvoirs surnaturels. Ils sont à l’origine du désastre. Dotés de capacités télépathiques exceptionnelles, ces êtres à part partagent leur vie avec les survivants de l’humanité. Dans un quartier de Londres, noyé sous des mètres d’eau, une communauté s’organise autour des Freak Angels. Ici, à Whitechapel tout est fait de récup’. La débrouille règne en maître.

Mais les rapports entre les Freak Angels qui semblent tous sortis du même moule sont complexes. Amour, ja­lou­sie, culpa­bi­li­té ou ven­geance, les tensions sont fortes. Surtout l’un d’eux, Mark, n’est plus là, banni après « avoir dépassé les limites ». Depuis il manipule des êtres pour provoquer l’anarchie dans la fragile communauté.

Dès les premières planches, le scénariste introduit le lecteur dans un univers post-apocalyptique très contemporain. Ses héros sont des êtres troublants. Si la ressemblance physique des personnages est un peu perturbante, elle est vite gommée par des traits de caractère propres à chacun. Loin de précipiter les évènements, le récit prend soin de développer la part de mystères de chaque Freak Angel.  

Plus l’his­toire avance, plus les questions se multiplient sur les évé­ne­ments pas­sés ou fu­turs. Le dessin privilégie la lumière aux zones d’ombre. Un choix qui oblige Paul Duffield à préciser chaque détail, chaque mouvement. Un travail d’orfèvre remarquable surtout dans les scènes de combat.  Une belle série commence. De la SF de qualité dans un format compact facile à lire. A suivre de très près.

Freak Angels,t1 aux éditions Le Lombard.

Scénario: Warren Ellis.

Dessin: Paul Duffield.

Irrécupérable: le super-héros pète les plombs

Par srosenfeld dans action, Aventure, comics , le 31 juillet 2010 14h05 | Ajouter un commentaire
irreDepuis son arrivée sur la Terre, le Plutonien exerce ses pouvoirs au service du bien. Mais au fil des années, ses sauvetages répétitifs et ses sacrifices pour la bonne cause sont devenus une banalité pour les habitants. Le super-héros ne supporte plus l’hypocrisie des habitants qui se permettent même de le ridiculiser.
Déçu et blessé, le Plutonien va faire payer cette ingratitude au prix fort. Il rase des villes entières, tue des millions d’innocents et traque ses anciens coéquipiers du groupe Paradigme. Rien ni personne ne semble pouvoir arrêter sa folie destructrice.
Une fois encore les éditions Delcourt nous proposent la crème du comic américain. Ce premier tome d’Irrécupérable regroupe les six premiers épisodes de cette série publiée aux États-Unis. Le Plutonien, super-héros aux allures de Superman, est un personnage complexe et d’une certaine façon tellement humain. Mark Waid nous montre comment une personne pleine de bonnes intentions peut sombrer soudainement dans la folie.
En jouant sur les flashbacks, l’auteur permet au lecteur de comprendre la psychologie du personnage  meurtri par le désamour de ceux qu’ils sauvent. Il bascule, comme dans Star Wars, du côté obscur. Après les justiciers bedonnants de Watchmen développés par Moore, voici donc le super-héros psychopathe!  Un récit riche en rebondissements et en questionnements. Du très bon comic servi par le graphisme sans surprise mais efficace de Peter Krause. 
Irrécupérable,t1 aux éditions Delcourt.
Scénario: Mark Waid.
Dessin: Peter Krause.

Hannibal Meriadec: récit épique de piraterie et de magie

Par srosenfeld dans action, Aventure, fantastique , le 31 juillet 2010 11h22 | Ajouter un commentaire
hannibal-1Si vous aimez les histoires de pirates et les légendes, Hannibal Meriadec est fait pour vous. L’homme est loin d’être un enfant de coeur, il sait se faire entendre auprès de son équipage lorsqu’il le faut. Mais le capitaine du Mac Lir n’est pas comme les autres, il est un peu sorcier et voyage avec l’amour de vie qui se cache des regards.
Notre héros convoite 7 diamants d’une taille improbable. La légende raconte qu’Odin, le père des dieux, lorsqu’il perdit sa fille, pleura 7 larmes. Ces 7 larmes échappées des yeux du titan tombèrent sur la terre et devinrent 7 diamants d’une pureté jamais égalée. Hannibal part à la recherche de ce trésor. Mais un ordre secret et magique le convoite aussi. L’aventure s’annonce épique et riche en rebondissements.
Ce récit est un excellent mélange de vieille légende, d’histoire de pirate et de chasse au trésor agrémenté d’une touche de fantastique. Les personnages ont des caractères bien trempés et torturés.
hanibal22Les deux premiers tomes  viennent de sortir à quelques mois d’intervalle. L’ordre des cendres et Le manuscrit de Karlsen emportent le lecteur dans des destinées tragiques. Le scénariste Jean-Luc Istin ménage avec finesse les rebondissements. Cette bd se lit avec d’autant plus de plaisir que les dessins sont magnifiques.
Stéphane Créty, offre des scènes d’abordages d’une beauté graphique saisissante. Cette série sur le thème de la piraterie est une réussite dans le genre.
Hannibal Meriadec, t1 et 2 aux éditions Soleil.
Scénario: Jean-Luc Istin.
Dessin: Stéphane Créty.

Chambres noires: un univers attachant à la Tim Burton

Par srosenfeld dans conte, fantastique, Historique, Humour , le 31 juillet 2010 11h14 | Ajouter un commentaire

chambresParis, 1877. Dans le studio de « photographie fluidique » de la famille Pénouquet, des bourgeois s’entretiennent avec leurs parents défunts puis posent en leur compagnie. Ce n’est bien sûr qu’un trucage : Louise et Tristan, les jumeaux adoptifs de la maison, se griment en spectres pour tromper les clients.

Mais un jour, le visage d’un vrai fantôme apparaît sur les clichés. Au même moment, les jumeaux sont enlevés par une obscure confrérie royaliste, la Salamandre. Quel lien établir entre cette disparition et l’intrus surnaturel sur les photos ? La famille Pénouquet mène l’enquête !

Ceux qui apprécient l’univers du réalisateur Tim Burton vont être comblés. Ce premier album des « Chambres noires » se distingue des autres productions avec son ton particulièrement décalé. Le scénario multiplie les rebondissements rocambolesques tout en rendant les personnages attachants.  Il y a un petit côté   »famile Adams »  chez les Pénouquet.

Loin des codes graphiques classiques, le dessin propose  des « gueules » comme les caricatures du XIXème et des décors très détaillés. Cette bd ne se dévore pas mais se déguste progressivement. Il faut rentrer dedans en douceur. Et comme dit le proverbe, l’appétit vient en mangeant.

Chambres Noires, t1 aux éditions Vents d’Ouest.

Scénario: Olivier Bleys.

Dessin: Yomgui Dumont.

Boro, reporter photographe: coureur de jupons et militant anti-faschiste

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique , le 31 juillet 2010 11h02 | Ajouter un commentaire
boboParis, 1936. Avec son inséparable Leica, Boro est le témoin des heurts qui opposent la gauche française à l’extrême droite. Dans deux mois, Léon Blum va prendre la tête du Front Populaire. Dans la clandestinité, un mouvement factieux, la Cagoule, s’apprête à basculer dans l’action armée. Dans ce contexte agité notre héros fait la rencontre d’une jeune femme issue du prolétariat minier du Nord, Liselotte. Son père vient de mourir à la mine et le photographe décide de la protéger. Tous deux vont se retrouver au coeur d’un complot 
Difficile de ne pas comparer le personnage de « Boro » avec Robert Capa, célèbre photographe de guerre hongrois du début du XXème siècle . Comme Capa, le héros est le témoin  privilégié des périodes troubles de l’entre-deux-guerres. Dans ce récit, le lecteur  plonge au coeur des bouleversements qui vont faire basculer l’Europe dans la Seconde Guerre Mondiale.  
« Le temps des cerises » qui rappellent la célèbre chanson est une adaptation très sage des romans de Franck et Vautrin. Le récit est passionnant sur le plan historique mais manque un peu de profondeur en ce qui concerne la psychologie des personnages. Après la trilogie de la Dame de Berlin, le reporter photographe revient dans cette seconde trilogie. Le dessin de Marc Veber est un peu trop simple à mon goût mais reste attrayant. L’ensemble va sans nul doute séduire les amoureux d’histoire avec un grand H.
Les aventures de Boro reporter photographe, t1 second cycle aux éditions Casterman.
Scénario: Jean Vautrin, Dan Franck.
Dessin: Marc Veber.

Les gardiens des enfers: le phare des ténèbres

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique , le 25 juillet 2010 17h01 | Un commentaire>

gardiens-2Au XIX ème siècle, Jack Jones, un jeune assistant de phare se retrouve manchot après avoir sauvé un marin lors d’une tempête. Les autorités le nomment au poste de South Stack situé sur une presqu’île au Pays de Galles. Il doit faire équipe avec un étrange gardien. Tout bascule, le 25 octobre 1859. Ce jour là, en plein tempête, le « Royal Charter » et ses 419 passagers se retrouvent sans lumière…

Dans la tradition, les phares se divisent en 3 catégories. Ceux situés sur la terre ferme sont les paradis, ceux en pleine mer, les enfers et entre les deux sur les presqu’îles se trouvent les purgatoires comme South Stack. De quoi éveiller l’imagination fertile des raconteurs d’histoires. C’est une image découverte sur internet qui donne à Didier Alcante l’idée des « gardiens des enfers« . Son récit s’inscrit dans l’esprit des films d’horreur et fantastique.

Dès la première page, le lecteur se retrouve emporté dans les eaux tumultueuses du Pays de Galles. Le dessin magnifique de Matteo offre un véritable écrin à cette histoire de marin, de phare et de folie. Dans studio BD, Matteo me raconte qu’il s’est rendu avec Didier Alcante à South Starck ( le phare existe et se visite) pour s’imprégner de l’ambiance. Au final, cette bd est une belle réussite. Un one shot qui aurait même mérité d’exister en plusieurs tomes. Que la tempête vous emporte!

Les gardiens de l’enfer aux éditions Glénat.

Scénario: Didier Alcante

Dessin: Matteo

Martha Washington: une femme noire pour humaniser une Amérique folle

Par srosenfeld dans Non classé , le 25 juillet 2010 16h40 | Ajouter un commentaire

marthaDevenus depuis plus de dix ans le théâtre d’une guerre fratricide entre l’armée, les natifs américains et une milice de néonazis gays, les États-Unis n’ont plus d’unis que le nom.

Dans ce monde à la dérive émerge Martha Washington, jeune femme qui va s’élever à la seule force de son courage et de sa détermination pour, au final, devenir le symbole qui empêchera le monde de s’autodétruire.

Attention série culte. Ce comic américain est une référence. Ses auteurs, Franck Miller (Dark Knight) et Dave Gibbons (Watchmen), sont les rois du genre. Les éditions Delcourt propose une traduction française de ce classique. Ce récit  très dense multiplie les références à la politique, à la société de consommation et à la folie des armes.

Cette extrapolation délirante des Etats-Unis fait mouche. Ce tome regroupe 4 histoires parues à l’époque dans une maison d’édition indépendante.

Martha Washington, t1 aux éditions Delcourt.

Scénario: Frank Miller.

Dessin: David Gibbons.

Le Corbusier: découverte d’un architecte majeur

Par srosenfeld dans biographie, contemporain, Historique , le 25 juillet 2010 16h15 | Ajouter un commentaire

le-corbuQui ne connaît pas Le Corbusier? L’homme très contesté durant des décennies a laissé une marque indélébile sur toute la planète jusqu’au Brésil. La Villa Savoye à côté de Paris ou encore la Cité radieuse à Marseille sont parmi ses plus belles réalisations. Chantre de l’habitat rationnel, il a conçu également une ligne de meubles au design fonctionnel avec Charlotte Perriand, qui fait aujourd’hui référence.

Les Éditions Dupuis, en partenariat avec la Cité de l’Architecture et la Fondation Le Corbusier, lui rendent hommage à travers cet album de bande dessinée documentaire et pédagogique.

Un dossier illustré de nombreux documents photographiques accompagne le récit qui revient sur les quinze dernières années de sa vie. Une bd qui va séduire les amoureux des formes…

Le Corbusier aux éditions Dupuis.

Scénario: Thévenet.

Dessin: Rébéna.

Europe Japon: au source du manga

Par srosenfeld dans action, Aventure, biographie, générationnel, Historique, manga , le 25 juillet 2010 15h45 | Ajouter un commentaire

japonLe manga est devenu depuis longtemps un phénomène de société. Au pays de Tintin, cela fait longtemps que les ventes des titres « made in Japan » battent des records. Mais loin de s’opposer le manga et la bd européenne sont de vieilles amies. Paul Herman propose de retracer leur histoire dans son livre « Europe Japon: regards croisés en bandes dessinées ». L’occasion de découvrir à travers de nombreuses illustrations à quel point les cultures japonaises et européennes se sont nourries l’une de l’autre. Des estampes japonaises du 19e siècle montrant l’arrivée des Occidentaux à la déferlante du manga dans les années 80, tout est dit ou presque.

J’ai invité Paul Herman dans Studio Bd pour évoquer avec lui ce lien étroit qui unit  Japon et Occident  en BD. C’est aussi et surtout l’occasion de mieux comprendre le « phénomène manga » auprès d’un spécialiste du genre.  Si les ados sont depuis longtemps friants du genre, de nombreuses personnes sont encore réticentes. Paul Herman explique que dans le manga « tout est codifié« . Il précise que chaque titre s’adapte à un public:  ados, adulte, fille, garçon etc.. Je vous conseille donc son interview et vous propose aussi quelques titres récemment sortis.

Europe Japon: regards croisés en bandes dessinées aux éditions Glénat de Paul Herman.

Frontier aux éditions Glénat. Thriller haletant assez violent.

Frontier aux éditions Glénat. Thriller haletant assez violent.

Freezing aux éditions Bamboo. Erotisme soft, action et SF.

Freezing aux éditions Bamboo. Erotisme soft, action et SF.

Dossier A aux éditions Delcourt. Intrigue à tiroir.

Dossier A aux éditions Delcourt. Intrigue à tiroir.

Ambulance 13 et l’Oeil des dobermans: de la BD au roman

Par srosenfeld dans action, Aventure, Historique , le 11 juillet 2010 14h55 | Ajouter un commentaire

ambulanceLes scénaristes de BD passent au roman aux éditions Grand Angle. L’idée d’une passerelle entre la littérature et les bulles semble évidente, le pas est désormais franchi. Pour débuter cette nouvelle collection, deux romans: Ambulance 13 et l’Oeil des dobermans. A l’écriture, Cothias et Ordas, un duo de compères qui maîtrisent depuis longtemps le récit d’aventure historique. Rappellez-vous le fameux cycle des 7 vies de l’Épervier ou encore  Le Vent des dieux et Les Griffes de l’Hermine.

Ambulance 13 nous plonge au coeur des tranchées. Louis-Charles Bouteloup est fraîchement diplômé de la Faculté de Médecine. Il se retrouve en première ligne, à Fleury, en décembre 1915. Le jeune homme commande une ambulance hippomobile, surnommée l’As de Pique. Tous les soldats l’a connaissent. Louis-Charles et son équipe sont célèbres pour leur courage mais aussi pour leur manque de soumission au Règlement…

Arno Ixks, spécialiste d’ethno archéologie a fait une terrible erreur. Il a sauvé la vie de son caporal dans les tranchées de la Première Guerre. Son nom: Hitler. En 1938, le chancelier vient d’envahir l’Autriche et veut trouver les preuves de l’existence d’une « race oeil1supérieure »: les Aryens.  Il contraint Arno Ixks a dirigé une expédition à destination de l’Himalaya (ses meilleurs étudiants sont pris en otage). Malgré la présence d’une tueuse aussi belle qu’efficace, le professeur va tout faire pour briser les rêves délirants des maîtres du III ème Reich.

Cothias et Ordas expliquent dans « studio BD » que leur volonté est de faire « acte de mémoire« . Un pari réusi  à la lecture de ces deux romans. Si Ambulance 13 se veut historique et très documenté, le récit n’oublie pas d’insuffler du rythme et présente une étonnante galerie de portrait. L’Oeil des dobermans s’apparente beaucoup plus à une récréation. Il y a un peu d’ « Indiana Jones » dans le héros Arno Ixks. Si vous partez en vacances, ces deux livres seront d’excellents compagnons de route.

Ambulance 13 et l’oeil des dobermans aux éditions Grand Angle.

Scénario: Patrice Ordas et Patrick Cothias.