En ce moment

Pourquoi, grâce à un tic psy, Milquet est devenue la star involontaire et populaire d’un Twitter moqueur…

Par Michel Henrion dans Belgique, Divers , le 29 septembre 2011 14h15 | Ajouter un commentaire

C’est un paradoxe: en juin 2010, Joëlle Milquet vexait grave les férus des réseaux sociaux en balançant: “Moi, je ne fais pas de la politique sur Twitter comme une teenager…”
Quinze mois plus tard, sans être un poil davantage sur Twitter (ou elle ne dispose même pas d’un compte) l’ex-présidente du CDH en est subitement la star involontaire au travers d’un #hashtag (le mot clé indiquant un thème de discussion et précédé du symbole dièse) surréalisto-impertinent: le désormais homérique #cestjoelle.
Soudain, le virage médiatique vers une consécration populaire…
Ce sera assurément éphémère mais se rend-on assez compte que le phénomène est en passe d’assurer à Joëlle Milquet, mine de rien, une notoriété virale « à la Daerden » d’autant plus exceptionnelle qu‘elle se mêle, elle, de familiarité et d’ironie très sympathique…
Petit détour pour mieux comprendre: les politiques s’imaginent souvent qu’avec Facebook et Twitter, ce qu’on appelle les “réseaux sociaux”, ils peuvent échapper aux journalistes dérangeants (la chazalisation de l’info n’est pas encore la norme) et ainsi communiquer sans intermédiaires gêneurs avec leurs électeurs. Le pied.
Las, tout le monde n’a pas les moyens ni les équipes d’Obama, l’exemple usé jusqu’à corde.
Donc, à de rares exceptions, les politiques émettent pour la plupart des messages si inintéressants que, comme disait l’autre, “les pixels hésitent à s’aligner pour former des mots…” Ou alors, comme Bart De Wever, ils additionnent des milliers de followers mais en restent à zéro tweet.
Conséquence: c’est plutôt en sens inverse que ça fonctionne.
Avec une force de frappe d’influence d’une rapidité hallucinante, Twitter s’affirme, sinon comme un contre-pouvoir, à tout le moins comme un formidable oeil démocratique. Surlignant instantanément les inepties et autres dérapages de nos représentants politiques, de tous ceux que nous avons élus…
C’est parfois gentillet (au hasard, les aberrations de Fadila Laanan et de son nounours), c’est parfois plus hard (au hasard, les SMS et autres comportements de Leterme), c’est souvent salutaire (au hasard, les dérives du Belang, du Parti Populaire ou du MLD).
C’est, dans ce cas-ci, au delà du côté blagueur, une liberté d’expression critique .
Le chansonnier du temps, c’est le Tweet moqueur.
Dans son genre, Joëlle Milquet est d’ailleurs, depuis toujours, une “bonne cliente” pour Twitter. A chaque fois que, perso, je tweete parfois une p’tite phrase déclarative de Joëlle, même de bon sens, c’est le retweet massif assuré: par acrimonie ou par moquerie, je ne sais, mais ça ne laisse jamais indifférent…
Pourquoi ? Parce que chacune de ses interviews- et le Dieu de l’ancien PSC sait qu’elles sont multiples- est marquée au sceau-comment dire ?– d’une légère hypertrophie du “moi”.
Qu’un contradicteur évoque n’importe quelle idée et #cestjoelle vous répliquera que c’est évidemment “son” idée-qu’elle-avait-déjà-eu ou que celle-ci figurait déjà dans le programme du CDH d’avant Gutenberg, son “enfant de parti” ayant tout vu, visu, prévu, prédu avant tout le monde.
Un tic psychologique qui, depuis lurette,fait sourire- ou grimper aux rideaux c’est selon- toute la classe médiapolitique.
Joëlle- a-toujours-raison balance ainsi depuis des années ses affirmations avec tant de foi que, sur le coup, on ne remet pas en cause ce qu’elle dit. Et le temps que l’on réfléchisse, elle a déjà zappé sur un autre thème, assénant d’autres certitudes; qui, sans doute, l’auto-rassurent, elle qui doit tant et tant se battre dans un monde toujours si macho. (un argument qui lui sert aussi souvent à clouer le bec à ses adversaires)
Le hic, c’est que dès qu’on sort des sentiers battus, une personnalité qui-a-toujours-raison, à l’instar de l’ex-présidente du CDH, en arrive à sortir…euh…des perles nacrées vernies à l’ assurance culottée.
Joelle Milquet a des variations politiques étonnantes (le fameux couloir entre Bruxelles et la Wallonie, spectaculairement exigé par elle, en est un exemple bhvéblouissant) mais ça n’a pas d’importance.
Lorsqu’elle parle, y’a comme un côté incantation visant à s’auto-convaincre elle-même. De ce qu’elle a tout prévu, tout inspiré, toujours eu la “bonne idée”.
Alors, bien sûr, ce côté “j’ai-toujours-raison”, je ne fais pas d’erreur, mon avis est forcément meilleur, c’est moi qui l’ai pensé le premier, ça fait rire où ça agace.
Jusqu’à la perle de fin de collier: cette interview nombrilisante au micro de Fabrice Grosfilley ou elle s’exposait une fois de plus à la moquerie en laissant entendre en substance: « Yves Leterme à l’OCDE? C’est grâce à moi! »
Le sourire, le rire, quand il est partagé, devient créateur de communauté.
Le truc humoristique en lui-même n’est pas neuf, (la dérision par non sense, le répétitif ou les aphorismes absurdes) mais, adapté par les “Daymakers” de Twitter, le gimmick moqueur #cestjoelle vire soudain culture populaire.
Les twittos belges n’ont pas vraiment inventé quelque chose: c’est juste une mystérieuse sauce médiapolitique qui, soudainement, a pris.
C’est en fait une “adaptation à la belge” d’une déjà classique démarche-dérision propre à l’outil Twitter. Mais le liégeois @Hugues ne s’attendait pas à un tel buzzz (tous les tweets sont ici) lorsqu’il posta son premier twwet-hameçon: « Les schtroumpfs à New york? C’est grâce à Joëlle! »
Le comble de la célébrité, c’est de donner naissance à un hashtag : l’inmaîtrisable #cestjoelle est donc un grand pas pour l’humanité du tweet.
Un phénomène qu’on avait pourtant déjà vu se développer dans bien des pays, qu’il s’agisse de l’Egypte de la chute de Moubarak. ( le hashtag #ReasonsMubarakIlate donnait des tweets comme:“ Vous croyez que c’est facile de faire rentrer des lingots d’or dans des Vuitton ? “) ou, bien plus proche de nous, en France. Ou l’ambitieux et juvénile fiston à Sarkozy déclencha une vague absurde similaire avec le hashtag #jeansarkozypartout.
A la différence que la vague d’humour qui balaya Jean Sarkozy était grinçante: ici, le #cestjoelle est bien plus sympathique, presque affectif.
C’est qu’en abandonnant son si critiqué cumul Vice Première Ministre-Présidente de parti, “Madame Non” (à l’instar de ce qui s’était produit au départ de Didier Reynders du MR) bénéficie soudain d’un regain de sympathie dans l’opinion.
Ceci n’est pas une anecdote simplement légère: ce que Twitter reflète c’est que Joëlle Milquet vient mine de rien, de s’adjuger involontairement une consécration populaire tant rêvée.
Donc, si elle ne colle pas le slogan “C’est Joëlle” sous ses prochaines affiches électorales, c’est qu’alors “Madame Non”, ne comprend décidément rien à la com…

Michel Henrion, chroniqueur invité (blog perso: www.demainonrasegratis.be)

Laisser un commentaire