SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

La vision des médias belges du phénomène Justin Bieber : attention au stéréotype récurrent… (mini-analyse sans fou-rire)

Par Michel Henrion dans Divers , le 3 avril 2011 15h26 | Ajouter un commentaire

Le fou-rire est immortel. Et mon comparse de “Sans langue de Bois”, Alain Raviart, adore cet anti-dépresseur là. Surtout lorsqu’ on aborde (émission du 03/04) ce thème d’actu et de com qu’était la première apparition en Belgique (au Palais des Sports d’Anvers) du jeune prodige qu’est Justin Bieber. Bien qu’il s’en défende mollement, le fou-rire d’Alain Raviart (qui confesse pourtant aimer la musique du prodige) est, mine de rien, représentatif de ce que suscite souvent le cas Bieber. L’idole étant très juvénile (15 ans à son premier “tube”) et son marketing mettant toujours en avant son “visage d’enfant”, celle-ci laisse davantage de place pour la moquerie. Il a beau être “très propre sur lui” et pas contestataire pour un sou, Justin Bieber est victime d’un certain “discrédit social”, avec souvent une certaine hostilité ironique des parents ou des enseignants. Bien plus qu’une Lady Gaga ou qu’un Timberlake qui jouent sur d’autres ressorts.
Puisque des twittos qui suivent fidèlement « Sans Langue de Bois » veulent en savoir un peu plus de mon analyse com bousculée par l’inextinguible fou-rire d’Alain , (allez garder votre sérieux et votre fil conducteur ! ☺ dans ces conditions de fou-rire communicatif…) je remarquais juste combien le discours des médias belges restait très stéréotypé dès lors qu’il s’agissait d’évoquer les groupies amoureuse de Justin (qui, à 17 ans, n’est plus en rien asexué mais produit même un show, mine de rien, assez sexualisé…)
En fait, c’est toujours le même cliché des jeunes admirateurs aliénés, soi-disant honteusement manipulés par les industries planétaires commerciales…
Un discours qui va se reproduisant assez mécaniqsuement, à chaque génération d’idole, qu’il s’agisse de Britney Spears, des Backstreet Boys, de Michael Jackson ou, si on remonte plus loin, des Beatles ou d’Elvis (l’époque ou le rock était, là, carrément réprimé…).
En fait, c’est tout faux (et de multiples analyses sociologiques en témoignent) .
Cette musique effectivement marketée et commerciale, effectivement destinée à des millions de gens à travers le monde (Justin Bieber, après Anvers, s’en ira bientôt vers l’Indonésie…) crée en fait une passion individuelle qui permet, surtout à l’adolescence, de se singulariser, de se distinguer par rapport à la famille ou au groupe de potes.
C’est tout, et ça aussi c’est éternel.
Ah, pour redevenir un brin politique, savez-vous quel est le Ministre fédéral qualifié de “Justin Bieber” rue de la Loi ? Eh bien, c’est Pieter De Crem, ministre de la Défense Nationale, tout simplement parce que comme le juvénile candien, “on l’aime ou on le hait “.

Michel Henrion, chroniqueur invité.

(blog perso : www.demainonrasegratis.be)2955381859_1_3_dnh9wiee

Laisser un commentaire