En ce moment

Archives du décembre, 2010

De Wever déguste du lièvre en noeud-pap et on donne 1000 euros sur Ebay pour des frites avec l’égérie de Bart…

Par Michel Henrion dans Belgique, Campagne 2010, Divers , le 31 décembre 2010 19h28 | Un commentaire>

bart-11

C’est fait: Bart De Wever a adopté le noeud-papillon gonflé à l’Elio. Histoire d’un réveillon-factice avec les onze autres ‘ Bekende Vlamingen” de 2010, le tout mis en scène par le magazine flamand “Story”. Qui, pour l’occasion, sort de presse de dikste Story ooit! “ (la pagination lourde est la tendance marketing des hebdos du Nord: Humo vient de faire de même). “Bwoah ! “ s’y écrie De Wever qui s’ est visiblement bien plu à la table du Karnivale”, le gagnant de “ Mijn Restaurant”, émission- télé vedette au Nord. Il devait y consacrer une courte heure : il y sera resté trois heures et demie, jusqu’à commander encore un pousse-café. (Amaretto).Des “BV” presque totalement inconnus des francophones- hormis Tanja Dexters, Miss Belgique et jeune maman- et généralement pas trop politisés. Tanja “ne voit d’ailleurs pas qui peut encore s’intéresser ” aux négociations et préfère prendre des photos de Bart avec son Iphone tandis que le mannequin Ann Van Elsen déclare se contenter d’ “attendre le résultat final ” des discussions en allant se reparfumer… Ce qui les accroche, ce sont les péripéties de la “poppemieke” Kim Geybels, la jeune sénatrice-médecin virée de la N-Va pour sa saga sex&drugs en Thaïlande. Ce qui permet à Bart de placer une anecdote qui n’est pas laissée au hasard: Un jour, j’ai dû me faire opérer d’urgence de l’appendicite. Le chirurgien me demanda: “ Vous êtes bien Bart De Wever, le politique ? Oooh, mon frère fait aussi de la politique mais au Vlaams Belang !”. Je puis vous garantir que je n’ai jamais été aussi content que lorsque je me suis réveillé ! ““ La notoriété, explique encore Bart aux trois autres Bart présents ( les “Barten”), est dangereuse. En une, deux, trois vous pouvez passer de héros à zéro.Regardez Yves Leterme. Jadis, les gens voulaient même pouvoir le toucher…” “ Etre une vedette rockn-n-roll, comme Tom Boonen, ça c’est autre chose !”Pour Bart, 2010 “n’a d’ailleurs été qu’une seule longue réunion”. Conséquence: le réveillon n’a pas grande importance dans la vie des De Wever.” Je n’ai jamais le temps d’acheter des cadeaux, explique-t-il à ses nouveaux amis. Donc c’est Veerle (son épouse) qui s’en charge avec comme conséquence qu’elle ne reçoit jamais rien. Alors, je compense par un petit week-end ou un bel appareil photo…”Et Bart de sortir in fine des pages roses une nouvelle citation latine : “Pax hominibus bonae voluntatis”. (le bon vieux “Paix sur terre aux hommes de bonne volonté”)homans-j1

A noter que tandis que Bart De Wever déguste huîtres, chips de légumes, râble de lièvre et tarte chocolatée, l’ opération “ friterie” de la N-VA sur Ebay a fonctionné à fond la graisse. Le principe était simple: enchérir pour avoir le privilège de manger une barquette de frites avec un des élus du parti nationaliste.( le tout au bénéfice de Music for Life, oeuvre caritative). Recordmen des enchères: 700 euros pour bavarder avec Danielle Godderis-T’Jonck à la friture “Eldorado “ de Veurne et carrément… 1000 euros (si, si) déboursés pour rencontrer Liesbeth Homans, il est vrai une N-VA très influente puisque ancienne collaboratrice de De Wever, à la désormais célèbre friture « ‘t Draakske » in Deurne!

Michel Henrion, chroniqueur invité.

Suite sur mon blog perso www.demainonrasegratis.be

Voeux politiques: vite mortellement ennuyeux, l’exercice obligé frôle le pire sur les nouveaux médias

Par Michel Henrion dans Belgique, Campagne 2010, Divers , le 30 décembre 2010 12h07 | Ajouter un commentaire

“Je vous apporte mes voeux. – Merci, je tâcherai d’en faire quelque chose “. (Jules Renard)

La ronde des voeux a été lancée. Pour les partis, les ténors politiques, c’est là un outil de communication de plus en plus important. Le problo, c’est que cet exercice, qui pouvait déja être mortellement ennuyeux, est devenu en 2011 de plus en plus ardu de par l’explosion des nouveaux médias et de l’internet, un outil que les politiques continuent généralement à fort mal gérer. Or, le genre a évidemment ses règles de com’ incontournables: si on veut éviter les voeux laborieux, c’est clair qu’il vaut mieux faire original et que c’est  bonus si c’est aussi assorti d’un brin d’humour ( mais pas trop non plus…) Bien sûr, il y a des politiques peu créatifs, un brin paresseux, qui se contentent du service minimum: c’est alors une banalité qui tient presque du vide sidéral lexical. (cliquez ici pour le FDF, bon exemple de voeux-poncifs sans peine aucune)Peut-être un phénomène à relever pour ce cru 2011: pas mal de politiques font preuve d’une évidente grande prudence en se disant qu’il vaut mieux, somme toute, rester plutôt discret dans le contexte d’une interminable crise qui dure déja depuis 200 jours…Ainsi, les deux grands chefs à plumes du Nord et du Sud en font d’évidence fort peu. Au Nord, Bart De Wever et ses amis N-VA placent juste sur le site du premier parti du pays un mini-dessin « humoristique » (euh…) ou ils parlent évidemment de la Flandre… Au Sud, Elio Di Rupo utilise juste son blog pour placer un petit message ou il place évidemment le mot ’”amour”. (c’est qu’on n’est pas à l’origine du Festival du Film d’Amour pour rien). Au PS, Paul Magnette place ses voeux sur un frigo ( Magnette=Magnet, vous captez ?) mais fait tout de même passer un message politique puisque ses voeux sont bilingues et que le flamand y prend la priorité sur le français…Itou pour Jean-Charles Luperto, président du Parlement de la Communauté Française qui, lui aussi, met volontairement en pole position une phrase en flamand d’Hugo Claus (qui n’en peut). Et rajoute lui, une version allemando-germanophone. (que Magnette a soigneusement évité…)

Ceux qui osent la nouveauté ? Assurément le CD&V de Wouter Beke, qui a carrément mis en ligne sur son site une flopée de videos et de petits messages sonores MP3 de toutes ses personnalités. Là, l’internaute a même la possibilité technique d’envoyer le passionnant message de voeux de Steven Vanackere ou d’Yves Leterme à l’un de vos amis. Cela laisse dubitatif. D’abord, parce que cela rappelle la technique des blagues téléphoniques commerciales des grands débuts du GSM et qui colleraient la honte à n’importe quel ado d’aujourd’hui. Ensuite, faire payer 50 cents pour faire circuler la charmante voix d’Inge Vervotte, ça casse un peu le côté communication “intimiste” des voeux, non ?

Quant au genre video-internet, il est vraiment hasardeux. Limite casse-gueule si c’est pas bien pensé. Tenez: si Joelle Milquet a suivi la filière fructueuse pour tous des caricaturistes (Kroll) avec une carte de voeux amusante (ou l’on découvre que les Rois Mages de l’Olivier considèrent que la Nativité consiste à former un gouvernement…) elle a également mis en ligne une cata-video. Tournée à la va-vite devant un tableau noir à valves, manquant grave d’empathie, bref le truc qui sent l’exercice bâclé, arraché entre deux portes… C’est d’ailleurs minable en visites: même pas un millier de visionnages après plusieurs jours de mise en ligne. Bref, the flop. Parfois, en com’, vaut mieux s’abstenir.

Michel Daerden, lui, cherche d’évidence le buzzz. D’abord parce que le “ Ministre” veille à placer sa formule favorite de permanence sociale ambulante : “ Papa sera toujours à votre écoute”. Ensuite parce que le “réalisateur” liégeois fait tout ce qu’il ne faut pas faire avec son logiciel Star Wars: c’est à dire injecter un effet spécial permanent (une pluie d’étoiles filantes ) du plus haut kitsch. Bref, le succès assuré (et on ne serait pas étonné outre mesure que ce soit la com’ de Daerden elle-même qui maile déja à des sites français la mise en ligne de “les pires voeux des politiques”). Du moment que ça buzze…Ecolo, par contre, y va d’une proprette vidéo-bateau (“un monde plus vert, plus solidaire…”) qui ne casse pas trois pattes à un canard mais reste en tout cas -en com’, c’est une qualité- en grande cohérence avec son habituelle communication. ( son clip électoral de juin dernier était itou dans le genre animé…)

Bref, l’exercice des voeux demande de la mesure, du bien dosé. Et, dans un genre plus classique, la carte de voeux papier de la Ministre de l’Enseignement CDH Marie-Dominique Simonet mérite un clap de com’. L’idée de la “fausse photo de classe”, -Marie-Do entourée de ses collaborateurs- c’est assez réussi…Las, sa version vidéo, elle, dégénère dangereusement, frisant limite le ridicule: secouée ni-oui-ni-non comme la gestion de nos écoles ?

En fait, le vrai secret, ce que chacun de nous attend surtout des voeux, c’est qu’ils soient personnalisés à l’extrême. Et, dans ce domaine, le petit mot écrit à la main par le politique, à la vraie plume, (pas de la fausse impression simili-manuscrite en série) demeure encore l’arme fatale du genre…

Michel Henrion, chroniqueur invité.

(suite et illustrations sur mon blog perso www.demainonrasegratis.be)

Les voeux de Michel DAERDEN (vidéo)

Par Frédéric Cauderlier dans Divers , le 29 décembre 2010 14h48 | Un commentaire>

C’est de saison, les politiques présentent leurs bons voeux. Voici la vidéo cuvée 2010 de Michel DAERDEN.


VOEUX 2011 DU MINISTRE MICHEL DAERDEN
envoyé par dvsanthon. – L'info internationale vidéo.

Autre style, les voeux de la Présidente du CDH, Joëlle MILQUET:

Les voeux du Premier ministre, Yves LETERME:

Gelukwensen Yves Leterme from CD&V on Vimeo.

Le décodage de la prestation de Didier REYNDERS invité du « Grand Direct » ce mardi 21 décembre 2010 (vidéo)

Par Frédéric Cauderlier dans Divers , le 22 décembre 2010 11h31 | 2 commentaires

Bart un chouia moins populaire: de la fragilité de la “ Liste De Wever”… ( parfois aussi appelée N-VA)

Par Michel Henrion dans Belgique, Campagne 2010 , le 21 décembre 2010 14h07 | Ajouter un commentaire

La N-VA présentera ses voeux à Anvers le 22 janvier dans un hangar géant. Le ministre Geert Bourgeois n’y jouera plus les DJ comme l’an dernier mais Bart De Wever y sera assurément la star de la soirée pour son année de triomphe romain. Durable ou éphémère ? Car qui se souvient encore, par exemple, de la folle popularité en Flandre de Marc Verwilghen, ce dérivé VLD de la “ Commission Dutroux” ? Qui, aujourd’hui, s’il coule encore des jours confortables comme vice-président du Sénat, n’est même plus cité dans les personnalités à nominer du baromètre politique RTL-TVI/ La Libre. Le zapping électoral est tendance en Flandre, bousculant fissa tant les partis (pour ceux qui l’auraient oublié, on rappelle juste que le VLD était le premier parti du Nord en 2003) que ses grands hommes d’un moment, du populiste socialiste Steve Stevaert à Jean-Marie Dedecker, patron d’un éphémère parti-savon… C’est pourquoi si Bart De Wever (-6) et Elio Di Rupo (-7) perdent tous en popularité dans la dernière livraison dudit sondage-baromètre, le second a sous doute bien moins à s’en soucier que le premier. Parce que la N-VA c’est plutôt et avant tout la “Liste DeWever” pour près de la moitié (43%) de son électorat de juin. Conséquence directe: contrairement au PS, qui fonctionne sur un réseau historiquement bien implanté et peut changer de Président sans grand souci, la N-VA est un parti encore fragile. Puisque son succès dépend pour moitié d’un seul homme. A la merci du moindre accroc: erreur politique ou gastronomique.( « Ma vie se résume à des salles de réunions et des sandwichs » dit Bart. C’est ce que De Wever a parfaitement compris lui qui, comme le SPa et l’OpenVLD a acheté à TNS-Media une étude sur le comportement de l’électorat flamand.(publiée par l’hebdo Knack). D’ou son souci de structurer déjà sa campagne communale de 2012 en s’alliant à terme au CD&V, de doter le parti nationaliste de têtes de liste connues (à l’instar de Siegfried Bracke, l’ex-présentateur débauché à la VRT étant candidat-bourgmestre en 2012 à Gand) et de mettre en avant le problème de l’asile ou ses promesses socio-économiques. Histoire d’intéresser et de conserver tous les nouveaux électeurs venus en masse de tous les autres partis (y compris du SPa et de Groen) et qui, à 70%, n’entendent pas forcément jouer les jusqu’au boutistes pour l’indépendance future de la Flandre.Ce sont ces nombreux électeurs néerlandophones qui ont simplement chargé un parti nationaliste et indépendantiste d’obtenir des francophones la scission de BHV et, enfin, une vraie sixième grande réforme institutionnelle. Ce qui est donc très intéressant, dans le dernier baromètre RTL-Libre, même en tenant compte des larges marges d’erreur, c’est que la N-VA ne progresse plus et que son leader, lui, patine, sinon décline perso un chouia. Or, ce qu’a démontré cette étude TNS-Media, c’est que l’engouement pour la “Liste DeWever” était potentiellement bien plus important que ses 26,7% de juin en Flandre. Que plein d’électeurs du Belang, du SPa , de DeDecker ou du CD&V de Marianne Thysen ont hésité, jusqu’au dernier moment, à voter N-VA. S’ils l’avaient fait, le total se serait établi à …46,9%. Depuis les mois ont passé et certains “sons” politiques nouveaux apparaissent. L’ électorat OpenVLD a largement (72%) pardonné à Alexander De Croo d’avoir déclenché la crise sur BHV et semble avoir donné un nouveau déclic aux bleus flamands…Groen s’est taillé, au fil des négociations, un joli costume, un p’tit loden vert de crédibilité dont Wouter Van Besien manquait jusqu’ici. Et Vande Lanotte a redonné des couleurs de sérieux à un SPa jugé trop gauchisant. Donc, son potentiel de développement, Bart ne peut le retrouver, si l’on devait revoter, qu’avec un très, très bon point de chute politique. Ou une hypothétique alliance de type “ Forza Flandria”.

S’il apparaît toujours comme une solution, il peut être conforté. S’il apparaît, par une erreur tactique, comme l’obstacle à une solution, il risque un sérieux revers électoral.( Herman De Croo, de l’OpenVLD, prédit marseillaisement qu’il lui resterait…un cinquième de ses troupes)

Il est, en cas d’élections, en tout cas une grande question sans réponse claire: l’objectif indépendantiste à très long terme de la N-VA est-il en véritable décalage avec cet électorat qui aurait utilisé De Wever pour casser le front francophone des « demandeurs de rien » ? Ou est-ce que la vision de l’avenir de la Flandre affichée par la N-VA fait déjà l’objet d’un consensus que la dynamique à l’œuvre rendrait explicite …

Michel Henrion, chroniqueur-invité. (suite sur mon blog perso www.demainonrasegratis.be)

Alexander De Croo (Open VLD) réveillonne avec Aurore Daerden, Delphine Boël et Jean-Paul Belmondo…

Par Michel Henrion dans Belgique, Campagne 2010, Divers , le 19 décembre 2010 16h57 | Ajouter un commentaire

On en a parlé  avec Frederic Cauderlier  ce dimanche (19/12) dans « Sans Langue de Bois-télé » . C’est qu’ avec les réveillons, la pipolisation de la politique en remet une bûche, plus ou moins légère… C’est plaisant de découvrir (“Le Soir”) qu’Emily Hoyos, végétarienne, a pour spécialité les zakouskis et la soupe de potimaron de son jardin; que Joelle Milquet maîtrise “ sa fameuse sauce au rhum”; que Laurette Onkelinx cisèle les échalottes pour des “ noix de Saint-Jacques à la Brabançonne”; que Didier Reynders mijote dès la veille son coq (wallon) au vin … C’est par contre bien plus suprenant que de découvrir associés, dans un délire de réveillon photographique décadent un brin allumé , Alexander De Croo ( président de l’Open-VLD), Aurore Daerden ( à nouveau très distinguée dans une pose presque romaine, jambes rouges levées), Delphine Boël ( la fille du roi Albert II) . Tous les trois cotoyant un Jean-Paul Bemondo d’évidence entraîné par sa compagne belge Barbara Gandolfi dans le petit monde très festif (et très flamand) de Peter Goossens, chef-coq du resto “ Hof van Cleve”. ( qui, jadis, à Paris, cuisinait pour Belmondo et sa maman au “ Pré Catalan”).Tout cela a paru dans l’hebdo féminin flamand “ Nina” avec de superbes photos très mises en scène de Wim Van de Genachte, celui-la même qui avait déja shooté Joelle Milquet en “ vamp aux pieds nus »…

Michel Henrion, chroniqueur invité. ( suite sur mon blog perso www.demainonrasegratis.be)

pict01482pict01522

Revoir l’émission « Sans langue de Bois » de ce dimanche 19 décembre 2010 (vidéo)

Par Frédéric Cauderlier dans Divers , le 19 décembre 2010 16h10 | Ajouter un commentaire

Cette semaine :
- la grosse catastrophe de Bart DE WEVER avec ses déclarations à un journal allemand
- nous analyserons la fatigue des responsables politiques à bout de souffle
- Débriefing des sorties de Charles MICHEL en campagne dans son parti
- le professionnalisme du palais en matière de communication
- en fin d’émission les moments cocasses de la semaine.

Autour de la table :
- Frédéric JACQUET, ancien porte-parole de Sabine LARUELLE
- Michel HENRION, ancien directeur de communicat° du PS
- Alain RAVIART, ancien directeur de la communicat°du CDH
- Mehmet KOKSAL, journaliste indépendant

Une nouvelle interview De Wever: “ Je passe beaucoup de temps à l’Eglise”, dit Veerle

Par Michel Henrion dans Belgique, Divers , le 17 décembre 2010 12h30 | 4 commentaires

Veerle De Wever (37), l’épouse de Bart, vient à son tour de donner une interview.
Pas au “Spiegel”, non. Plutôt à “ Kerk & Leven”, le journal des 1498 paroisses catholiques du Nord , qui met donc fortement en avant l’épouse du Président de la N-VA.
Cette ancienne graphiste de pub, douée pour bien des activités artistiques, a rencontré Bart dans un club, mais oui, de badminton. (c’était l’époque ou Bart n’était pas encore junkie à la gaufre…)
Je passe beaucoup de temps à l’Eglise” déclare Veerle, qui est très active dans la paroisse de la Sainte-Trinité (Berchem) où elle joue notamment du piano lors des célébrations…
Pour Veerle de Wever, « c’est une sorte de repos de l’esprit« , dit-elle.
« On ne parle pas seulement de Dieu, mais aussi de la vie. Un non-croyant pourrait aussi bien venir écouter ce message de coexistence, qui s’efforce de comprendre les autres religions« .
Les parents de Veerle n’étaient pas particulièrement des catholiques actifs, “mais je suis baptisée et formée à cette éducation , que je veux aussi donner à mes enfants…
On apprend aussi que Veerle, qui s’inscrit décidément dans la ligne “d’intégration” du parti de son époux, donne bénévolement, un jour par semaine, des leçons de néerlandais à de nouveaux immigrants.
Vous ne savez pas vraiment comment ils vivent réellement. Vous savez juste que certaines personnes sont encore aux prises avec les préoccupations d’une procédure d’asile en cours (…) Ces étudiants viennent de l’Asie. Ce sont des gens calmes, très désireux d’apprendre.Les leçons de néerlandais ne sont pas difficiles, mais pas toujours aisées à donner. Certaines personnes n’ont même pas eu, dans leur pays d’origine, la chance d’apprendre à lire et à écrire, » explique Mme De Wever en substance.
Qui rappelle que lorsqu’elle s’est mariée il y a peu à l’Eglise, après avoir eu quatre enfants, (Hendrik 8; Katrien 7; Simon 5 et Liesbeth 2), ce fut avant tout une « fête de famille ».
Comme quoi elle est loin, l’époque où la messe de mariage sortait automatiquement du missel de monsieur le curé. De nos jours, les couples prennent souvent du temps pour bâtir une célébration, fussent-ils conservateurs…

Le “Message de Noël” d’Albert II surveillé par un influent N-VA

Un autre organe de communication catholique ( “ Tertio”) accueille, lui, une prose assez surprenante du chef de cabinet-adjoint du Vice-Président du Gouvernement flamand, le ministre N-VA Geert Bourgeois. Qui se livre à une virulente critique d’Albert II, reprochant à celui-ci …de ne plus être assez chrétien! (ce qui fera sursauter tous ceux qui jugent récurrement du contraire et veulent une réelle neutralité de l’Etat).
Bref, le dénommé Mark Deweerdt, qui fait partie de la faune hétéroclite de la N-VA,
se désole qu’après avoir un temps copié-collé le style de Baudouin, le Roi Albert II ait de plus en plus sécularisé son traditionnel texte de sapin.
En 2005, relève-t-il, le Roi a plutôt parlé des 175 ans du pays; en 2006, il a beaucoup causé politique étrangère; l’an dernier, il félicitait Van Rompuy et abordait l’intégration européenne »
Alors que fin des années nonante, le Roi parlait encore du sens de la Noël, il préfère aujourd’hui, s’indigne le chef de cab’ du ministre Bourgeois, faire du “service aux entreprises”.
Et de reprocher à Albert II d’avoir ainsi dit l’an dernier : “ En cette période de fin d’année, mes pensées vont à nouveau vers les nombreuses personnes qui ont perdu leur emploi, et vers leurs familles.
En 1996, relève le N-VA dans sa fixette, le roi Albert II parlait encore de «Noël de paix». Ces dernières années, il se contente d’un banal “ Joyeux Noël”. (et d’ une “heureuse année nouvelle”)
Indigné, le N-VA très chrétien relève donc la différence avec la Reine des Pays-Bas, dont le discours de Noël, année après année, commence par une référence très explicite à Noël. Et de citer, sur le site de “Tertio”, Beatrix édition 2009:
« Dans l’ombre de l’époque brille la lumière de Noël. (…) C’est l’histoire de l’Enfant Jésus. (…) Depuis la naissance de Jésus brille la lumière de l’amour qui nous relie à Dieu et notre prochain.  »
Etre insuffisamment chrétien, c’est assurément une critique qu’Albert II, si charismatique dans sa foi, n’attendait certes pas de la républicaine N-VA…

Michel Henrion, chroniqueur-invité. ( blog perso www.demainonrasegratis.be)

Alain RAVIART parodié dans « Votez pour Moi » (vidéo)

Par Frédéric Cauderlier dans Divers , le 14 décembre 2010 12h20 | Ajouter un commentaire

Expert en communicaton et chroniqueur dans l’émission « Sans langue de bois », Alain Raviart imité par André Lamy s’enthousiasme pour l’habileté de communicateur de Bart de Wever.
La séquence se déroule ce mardi 14 décembre en direct des salons de la Présidence de la Chambre à l’occasion d’une émission spéciale.

L’intégrale du pastiche de « Pulp Fiction », ou un Ministre-Président joue les figurants…

Par Michel Henrion dans Divers , le 14 décembre 2010 11h37 | Ajouter un commentaire

« Sans langue de bois »-télé en a diffusé un extrait: voici l’intégrale du pastiche ( pour l’émission humoristique « Duts ») de la cultissime scène de  » Pulp Fiction » de Quentin Tarantino, celle ou Yolanda et Ringo décident illico de braquer un coffee-shop.
C’est donc Karl-Heinz Lambertz, l’actuel ministre-président de la Communauté Germanophone de Belgique, ( mieux connu des francophones depuis qu’il fut, en 2008, » Emissaire Royal » pour « examiner de quelle manière des garanties peuvent être offertes pour entamer d’une manière crédible un dialogue institutionnel ») qui y joue, comme figurant, aux côtés de Duts le barbu, le rôle du client braqué.
Une opération de com’ people fort bien dosée : ici, l’homme politique n’en fait ni trop, ni trop peu.
Bref, parfait et sympa.