SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

vie quotidienne

En string, torse nu ou mal coiffé: des clients d’un supermarché américain offrent des visions assez surréelles (photos)

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 24 décembre 2013 09h50 | Ajouter un commentaire

Vous avez déjà fait vos courses dans un accoutrement que vous auriez préféré éviter?  Et bien après avoir consulté cette compilation de photos jamais plus vous ne vous sentirez mal à l’aise….Même au supermarché.

Le site internet « People of Walmart » est devenu un vrai phénomène aux États-Unis. Ce site web a été fondé en 2009 par deux jeunes Américains, les frères Kipple, qui ont eu l’idée alors qu’ils faisaient leurs courses dans un des supermarchés de la chaîne Walmart. A l’aide de leur smartphone, ils ont pris en photo des clients habillés de manière incongrue et les ont partagées sur leur site. Le phénomène est devenu viral, et depuis 4 ans, les clients du Walmart se partagent les photos les plus insolites prises dans les rayons ou à la caisse.. Un compte twitter @PeoplOfTheUSA a même été créé pour poster ces visions parfois surréelles…….

>CONSULTEZ LES ALBUMS PHOTOS DU SITE

Une Américaine découvre un poisson-ruban géant (vidéo)

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 16 octobre 2013 11h06 | Ajouter un commentaire

Jasmine Santana, une instructrice de la marine n’aurait jamais imaginé que sa randonnée subaquatique ( communément appelée du snorkeling) de ce week-end allait être relatée dans le monde entier. Pourtant, en visitant les eaux peu profondes entourant l’île de Catalina à l’aide de son masque, ses palmes et son tuba, la jeune Américaine est tombée nez à nez avec la carcasse d’un régalec (oarfish). Ce serpent de mer a inspiré de nombreuses légendes. Généralement, ces créatures évoluent dans des profondeurs avoisinant les 900 mètres, il est donc très difficile de les étudier. Ce spécimen impressionnant mesure 5,50 mètres. Il a fallu 15 personnes pour pouvoir le transporter. Mais ces poissons-ruban peuvent être encore plus grands: certains peuvent atteindre jusqu’à 18 mètres de longueur!  Cette trouvaille hors du commun va permettre aux scientifiques d’en savoir un peu plus sur ce poisson peu connu. La carcasse de l’animal est intacte. Le régalec va être disséqué par des experts en marine biologique de l’Université de Santa Barbara. Les causes de sa mort n’ont pas encore été identifiées.

Un cultivateur américain nous présente sa citrouille géante de 900 kg (photo)

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 15 octobre 2013 20h46 | Ajouter un commentaire

Halloween approche à grand pas! Considérée comme l’un des jours les plus festifs de l’année au Etats-Unis, la fête des  monstres et horreurs a lieu le 31 octobre. Entre-temps, les Américains se rendent dans les grandes surfaces et sur des marchés de cultivateurs pour dénicher les plus belles citrouilles qui, une fois découpées, décoreront leur demeure. Mais la saison des récoltes est aussi l’occasion pour certains « cultivateurs de l’extrême » de mesurer leur talent.  En effet, de nombreux concours ont lieu un peu partout à travers le pays pour dénicher la plus grosse citrouille.  Il faut l’admettre, les Américains aiment tout ce qui est de taille surdimensionnée. Et bien, ils ont fait des « Giant Pumkin contests » ( concours de potiron géant) leurs spécialités. Gary Miller, un américain de la ville de Napa (Californie) vient de remporter les championnats du monde de la ville de Half Moon Bay, située sur la côte californienne.  Sa cucurbitacée déplacée à l’aide d’une grue pèse 900 kg. Et à nos confrères de la NBC qui lui ont demandé quel était son secret pour arriver à cultiver un légume pareil, Gary de rétorquer:  « Si je vous le dis ce ne sera plus un secret ». Un secret bien gardé et 18500 euros en poche, le cultivateur repart et peut remercier le soleil de la Californie… jusqu’à la saison prochaine.

> Découvrir le sujet de la NBC

 

Célébrations de la Saint Patrick: de l’eau verte à la Maison Blanche (vidéo)

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 18 mars 2013 19h05 | Ajouter un commentaire

Ce dimanche, les Américains ont fêté la « Saint Patrick », le saint patron des Irlandais. Si les Américains n’hésitent pas à célébrer cette fête originellement européenne c’est parce que plus de 36 millions d’entre eux soit 11,9 % de la population partageraient des origines irlandaises. Ces chiffres, publiés en 2008 par le bureau du recensement américain (United States Census Bureau), placent l’Irlande comme deuxième communauté d’origine européenne aux États-Unis, juste après l’Allemagne. Même si ces descendants irlandais sont principalement localisés dans les villes du nord et du nord-est des États-Unis, les célébrations de la Saint Patrick se sont généralisées au pays tout entier et sont devenues pour beaucoup une occasion supplémentaire de faire la fête.

Code vestimentaire: portez du vert

Si la couleur verte est mise à l’honneur le jour de la Saint Patrick, c’est pour plusieurs raisons. Premièrement, le vert rappelle l’une des couleurs du drapeau irlandais (vert, orange et blanc).  L’Irlande est également surnommée l’île émeraude, en raison de ses grandes plaines verdoyantes. Cette couleur est aussi pour certains un symbole du réveil de la nature et du printemps. Et enfin, le vert est surtout la couleur du trèfle, autre symbole de l’Irlande et porte-bonheur de bien des cultures à travers le monde, s’il contient 4 feuilles.

Aux États-Unis, si vous ne portez pas du vert le 17 mars, attendez-vous à être…pincés! En effet, une ancienne légende raconte que si vous portez du vert le jour de la Saint Patrick, vous devenez invisibles aux yeux des leprechauns et votre invisibilité les rendrait inoffensifs. Les leprechauns sont des créatures imaginaires issues du folklore irlandais. Elles sont en général de petites tailles, sarcastiques, sournoises et souvent représentées comme n’appréciant guère les étrangers….A bon entendeur!

Ce dimanche, la famille Obama a emboité le pas à cette tradition ancestrale en colorant l’eau de la fontaine de la Maison Blanche en vert. Tout un symbole.

 

En direct: un crash aérien filmé à bord d’un avion

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 4 février 2013 17h12 | Ajouter un commentaire

Jonathan et Kara Fielding se souviendront longtemps de ce 2 février 2013. Ce samedi, c’était l’anniversaire de Kara.  Pour « marquer le coup », Jonathan a offert à son épouse, un petit tour en Cessna 175 pour survoler et contempler les magnifiques plaines enneigées de l’Utah, l’état où ils résident.. Et ce moment particulier, Kara n’a pas voulu le vivre sans sa maman qui a embarqué à l’arrière de l’appareil. Dans les bras de sa mère, son bébé, âgé à peine de 7 mois. Pour lui, il s’agit là d’un baptême de l’air assez précoce.

Pour immortaliser l’évènement, Jonathan filme la scène à l’aide de son téléphone portable. Quand tout à coup, le pilote lui dit qu’un des carburateurs serait gelé. Qu’à cela ne tienne, Jonathan continue à filmer et va vivre un véritable crash aérien.

L’après-Newtown: des professeurs armés pour éviter les fusillades dans les écoles américaines?

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 18 décembre 2012 14h44 | Ajouter un commentaire

Alors que l’émotion reste intense aux Etats-Unis pour les premières funérailles des victimes de la fusillade de vendredi, de nouvelles idées sont envisagées pour améliorer la sécurité dans les écoles américaines. Des idées qui peuvent nous sembler inimaginables en Europe.

Des professeurs armés. C’est une idée émise aux Etats-Unis pour veiller à la bonne protection des écoliers afin d’éviter un nouveau massacre comme celui perpétré à Newtown dans l’état du Connecticut. Et même si cela peut nous paraître comme une idée un peu farfelue, une ville située au Texas, a déjà adopté cette règle, comme nous le rapporte la chaîne de télévision, CNN. Il s’agit de la ville de Harrold. Toutes les autorités du pays ont désormais les yeux rivés sur cette ville perdue au milieu de nulle part où les terres sont plus abondantes que sa population.

« Mon mantra est celui-ci », confie David Thweatt, administrateur de l’école de Harrold. « En tant que membres du personnel de l’école et responsables des enfants, nous sommes les premiers répondants en cas de problème. »

Selon lui,  voir des professeurs armés est un bon moyen de dissuader n’importe qui de commettre une fusillade au sein de son établissement.

« Mon but est que si un intrus tente de pénétrer au sein de notre établissement et tente de blesser nos enfants, il sait ce qu’il l’attend. »

Adoptée en 2007, cette mesure est efficace selon le principal d’Harrold. « En 5 ans, il n’y a eu aucun incident dans notre école et j’attribue cela aux mesures de sécurité que nous avons prises. Nous sommes là pour protéger nos jeunes, mais pas 5 ou 6 minutes après le déclenchement du drame. Non, nous devons nous donner les moyens de réagir le plus vite possible », poursuit-il.

« C’est comme voir une horloge en classe »

Du côté des élèves, l’avis semble être partagé. Madison Templeton se sent rassurée. « C’est comme voir une horloge dans la classe. Ce n’est pas quelque chose auquel vous pensez , c’est juste là. Mais je l’apprécie parce que je me sens plus en sécurité. De plus, nous n’avons pas de commissariat à proximité. »

Même son de cloche du côté des parents, Michael Hopkins, père de deux écoliers nous explique: « Cela ne me pose aucun problème de savoir que les professeurs de mes enfants sont armés, si quelqu’un s’aventure dans l’établissement avec de mauvaises intentions, il sait qu’il devra faire face à une résistance armée ».

Bavure policière: des documents confidentiels ont servi de confettis à la parade de Thanksgiving (vidéo)

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 26 novembre 2012 18h13 | Ajouter un commentaire

C’était la parade de Thanksgiving jeudi dernier à New York… Un évènement cher aux New Yorkais. Comme chaque année, ils étaient des milliers le long de la 34ème rue et de la 6ème avenue. Au passage des fameux chars, des confettis ont été dispersés sur la foule. Des confettis un peu particulier cette année. Ils ont d’ailleurs retenu l’attention d’un jeune étudiant: Ethan Finkelstein, rapporte la chaîne de télévision CNN. Ces morceaux de papier à priori anodins étaient initialement des documents hautement confidentiels qui ont été passés à la broyeuse. Une enquête est actuellement en cours pour déterminer pourquoi ces documents ont-ils été broyés et envoyés dans la foule….

Pas de cloche de Pâques pour les petits Américains mais un lapin géant!

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 10 avril 2012 12h25 | Ajouter un commentaire

Ce ne sont pas les traditionnelles cloches de Pâques qui amènent les oeufs en chocolat aux petits Américains mais le lapin de Pâques (Easter bunny en Anglais). Le Lapin de Pâques belga-picture-34399183serait en fait un personnage imaginaire d’origine germanique exportée aux États-Unis par des immigrants allemands au 18ème siècle. Deux versions existent pour expliquer la naissance de ce personnage imaginaire: « Cette légende allemande serait née après qu’une femme pauvre, ne pouvant offrir de chocolat à ses enfants, décora des oeufs qu’elle cacha dans le jardin. Les enfants, apercevant un lapin, crurent que celui-ci avait pondu les œufs. Depuis lors, les enfants fabriquèrent un nid qu’ils mettaient dans le jardin en espérant que le lapin de Pâques le remplirait d’œufs durant la nuit« , peut-on lire sur Wikipédia. Toujours selon ce site, d’autres sources expliquent que le lapin de Pâques « viendrait de Saxe où l’on honorait au printemps la déesse Eastre, qui a d’ailleurs donné son nom à Easter (Pâques en anglais). Le lièvre étant l’animal emblématique de la déesse, il est resté associé aux fêtes de Pâques. De manière similaire, dans les traditions celtiques et scandinaves, le lièvre était le symbole de la déesse mère ».

Même si en Belgique le lapin n’occupe pas la première marche du podium, il est quand même souvent représenté en chocolat, au même titre que la poule.

Toujours est-il que THE « Easter bunny » himself a fait un détour, comme c’est de coutume, par la Maison Blanche pour une chasse aux oeufs géante!  10 000 enfants ont pris part à cet évènement ce lundi après-midi. Le Président, son épouse et leurs deux filles ont aidé les enfants invités sur la pelouse située côté sud à ramasser les friandises. Plusieurs autres activités étaient organisées pour les plus grands: lecture de contes, démonstration de basket, etc…Le Président, après plusieurs essais, a d’ailleurs réussi a marqué un panier!

USA: les « hugs » interdits dans une école secondaire du New Jersey

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 23 mars 2012 18h28 | Ajouter un commentaire

Il y a des règlements d’école qui peuvent faire hausser les sourcils, mais la nouvelle mesure prise à l’école de Matawan-Aberdee a de quoi susciter l’interrogation, peut-on lire sur le site internet de CBS New York .

La semaine dernière, le directeur a annoncé à ses élèves qu’il ne leur serait plus permis de « hugger » leurs amis pour accoladeles saluer.

Le « hug » aux States, c’est l’équivalent de donner la bise pour nous. En français, cela signifie « donner une accolade ». Donner la bise à ses amis et à ses connaissances n’est pas courant du tout de l’autre côté de l’Atlatnique. Les « kisses », eux sont réservés à l’objet de son affection ou aux parents.

Mais pourquoi avoir pris une telle mesure? Les parents ont reçu sur leur portable le message pré-enregistré du principal de l’école leur expliquant les raisons de cette interdiction.

« Se donner l’accolade peut être inapproprié et nous voulons être sur qu’il n’y a pas, au sein de notre école, des contacts physiques inappropriés. Il n’y a aucune politique spécifique visant à interdire les accolades et nous ne souhaitons pas renvoyer des étudiants pour des accolades. »

L’objectif poursuivi par le principal a été relayé par l’inspection académique régionale qui a précisé que la mesure visait à mettre un terme à « des incidents liés à des interactions physiques inappropriées ». Sans plus de précisions…(avec l’AFP)

Vos hamburgers-frites bientôt livrés à domicile?

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 18 janvier 2012 18h48 | Ajouter un commentaire

Les Américains, précurseurs en matière de malbouffe, testent un nouveau concept: la livraison à domicile de leur hamburger préféré. Et c’est Burger King, le géant de la restauration rapide qui a eu l’idée de tenter l’expérience, dans un de ses établissements-pilote situé à Washington D.C.  Une équipe de CNN a trouvé des cobayes qui se sont prêtés au jeu.  Résultat plutôt positif même s’ils ont bien eu le temps d’entendre leur ventre gargouiller…