SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Sport

Exploit: à 64 ans, elle nage de Cuba jusqu’en Floride.

Par Jennifer Lecluse dans Sport , le 3 septembre 2013 16h15 | Ajouter un commentaire

Une américaine a accompli un superbe exploit sportif. A 64 ans, elle a bouclé la traversée à la nage entre Cuba et la Floride. C’était sa 5ème tentative.

Sur cette plage paradisiaque de sable blanc située à Key West, Diana souffre. Elle est épuisée. Elle sait à peine mettre un pied devant l’autre. Son visage est émacié par l’effort incroyable qu’elle vient de faire. On peut imaginer que son corps entier est douloureux.  Elle ne sent plus ses jambes. Elle est entourée d’une foule en délire dont les cris la portent jusqu’au sable sec. Sa joie est immense. Elle a finalement réussi à accomplir son rêve… Traverser à la nage les 170 kilomètres qui séparent  l’île de Cuba et le Sud de la Floride. Sa traversée a duré 52 heures et 54 minutes. Soit plus de deux jours. C’était sa 5ème tentative. Pour sa première, elle avait 28 ans. Aujourd’hui, elle en a 64 ans.  En larmes, Diana à bout de souffle prend la parole pour délivrer un message. Un message de ceux qui cultivent le rêve américain. « Il ne faut jamais, jamais abandonner et on n’est jamais trop vieux pour poursuivre ses rêves »,  a-t-elle déclaré devant une foule en délire. Largement suivie sur les réseaux sociaux pendant sa traversée, Diana Nyad a reçu un message de Barack Obama, himself, via Twitter : « Félicitations à @DianaNyad. N’abandonnez jamais vos rêves ».

 

Football américain: un envahisseur de terrain habillé en arbitre cause la pagaille générale

Par Jennifer Lecluse dans Sport , le 21 octobre 2011 14h22 | Ajouter un commentaire

L’ambiance était déjà tendue hier soir lors du coup de sifflet à l’entame de la rencontre de football américain opposant les deux équipes universitaires des « Bruins » de l’UCLA (Californie) et les « Wildcats » de l’Arizona. Les Wildcats venait de virer leur coach et celui de l’UCLA était plus que jamais sur un siège éjectable.  Soudainement à 2 secondes de la mi-temps, a surgi de nulle part un usurpateur, affublé d’une vareuse d’arbitre, d’un sifflet et…..d’un talent surprenant pour instaurer le chaos.

> VOIR LA VIDEO DU CHAOS GENERAL

Sur la vidéo, on voit l’homme, au milieu en haut de l’image surgir de nul part. Il apparait devant le banc de l’équipe des Wildcats, acoutré de sa vareuse à lignes blanches et noires (Pour une fois qu’un exhibitionniste n’est pas nu!). L’envahisseur de terrain siffle  et attire l’attention sur lui avant d’essayer de prendre le ballon des mains d’un arbitre officiel. C’est alors qu’il détale à toute vitesse en essayant dans le même temps de se déshabiller. Alors que tout le service de sécurité s’attèle à attraper le fauteur de troubles, une joute verbale éclate entre deux joueurs. La tension atteint son point culminant: une melée implique tous les protagonistes présents sur le terrain. Les joueurs qui ont déclenchés la pagaille générale ont été éjectés du match et ils sont suspendus (ce qui implique qu’ils ne pourront pas jouer la première moitié de la prochaine rencontre). Quant à l’envahisseur de terrain, il a été arrêté et  n’a pas révélé les raisons de son acte, explique Matt Hinton sur le site internet rivals.com.

NFL: Quand l’arbitre se trouve en pleine trajectoire

Par Jennifer Lecluse dans Sport , le 21 octobre 2011 11h29 | Ajouter un commentaire

Aux Etats-Unis, la saison a commencé depuis plus d’un mois en NFL et les images des rencontres peuvent être parfois très surprenantes. Le football américain (pour « les vrais hommes » comme ils l’appellent là-bas) peut être parfois très brusque.

Cette fois-ci, ce n’est pas une pom-pom girl qui a « fait les frais d’un débordement » d’un joueur mais…un arbitre. Lundi soir, les Jets de New York se déplaçaient à Miami où ils devaient battre les Dolphins pour rompre leur dégringolade et empêcher leur équipe d’accumuler une troisième défaite successive. Opération réussie: ils ont remporté la rencontre (6-24). Lors de la partie, Shonn Greene, porteur de ballon des Jets de New York a tenté de transpercer la ligne de défense adverse et a « chargé » l’un des référés de la rencontre. L’arbitre se trouvait dans sa trajectoire et s’est pris en pleine face l’armoire à glace d’1m80 et 105 kilos. Ce qui a occasionné un beau vol plané!

 

> VOIR LE VOL PLANE SUR YOUTUBE

Pas toujours sûr le job de pom-pom girl (VIDEO)

Par Jennifer Lecluse dans Médias, Sport , le 8 septembre 2011 15h05 | Ajouter un commentaire

Lundi soir, c’est la fête au stade de North Charleston, en Caroline du Sud. L’équipe locale de St. Johns affronte celle de Garret Academy. Nous sommes dans le 3 ème quart temps. Simone Gray est une pom-pom girl. Elle va faire le vol plané de sa vie.

Faisant face à l’assistance, Simone se trouve sur le bas côté du terrain. Elle attend le coup de sifflet imminent de cheerleaderl’arbitre pour entamer sa chorégraphie avec les autres filles. Soudainement, un des footballeurs fait irruption derrière elle. Il la placarde violemment au sol. Elle s’est confiée à un journaliste de la chaîne américaine CBS.

« J’ai entendu des gens m’appeler mais je n’ai pas preté attention. Je regardais les filles. Et puis j’ai perdu pieds, j’ai fait un vol plané, complètement emportée par le joueur. Je n’avais jamais été tacklée et je ne le recommande à personne! » explique-t-elle.

Simone complètement K.O.

Sur les images filmées, on entend les cris de la foule consternée. Simone est resté allongée sur le sol pendant plusieurs minutes. « Je ne me souviens plus trop de ce qui s’est passé ensuite. On me posait un tas de question. »  déclare-t-elle. « Connaissiez-vous le footballeur qui vous a mise K.O? « inquisite le journaliste. « Oui, mais je lui ai dit que je lui pardonnais et que c’était OK et que nous allions rester amis. »

Cette vidéo a fait le tour des chaînes de télévisions américaines. Etre pom-pom girl est décidément beaucoup plus risqué qu’il n’y paraît.

SUPERBOWL: les meilleurs moments…

Par Jennifer Lecluse dans Sport , le 7 février 2011 14h23 | 3 commentaires

christina3Une chose est sûre: en matière de show, les Américains ne font jamais les choses à moitié! Comme annoncé, le spectacle du Superbowl a tenu toutes ses promesses cette nuit dans le plus grand stade couvert du monde,  le Cowboys stadium de Dallas.

Voici un aperçu des meilleurs moments de la finale:

Point de vue sportif: ce sont donc bien nos lointains cousins (voir billet précédent)qui ont remporté cette 45e édition du Superbowl. Green Bay s’est imposé devant Pittsburgh (31-25). Et selon les vrais amateurs de football, la rencontre était de haut niveau.

Le petit kwak: La chanteuse Christina Aguilera, conviée à chanter l’hymne nationale avant la rencontre a oublié une phrase lors de son interprétation et a répété deux fois la même phrase…(voir la performance de Christina) Devant plus de 100 millions d’Américains, il y avait de quoi avoir le trac. N’empêche, elle s’est empressée  de s’excuser par voie de communiqué: « Je ne peux qu’espérer que tout le monde a pu ressentir tout l’amour que je porte à mon pays et que l’esprit porté par notre hymne national n’a pas été altéré. »

Et la cerise sur le gâteau est une mi-temps du tonnerre avec les Black Eyed Peas! Le stade de Dallas a été plongé dans le noir et quelques secondes plus tard… Les Black Eyed Peas descendaient comme par magie  du « ciel ». Vêtus de combinaison futuriste en cuir, les 4 membres du groupe ont démarré avec leur hit: I gotta feeling! (voir les 12 minutes du show) De quoi chauffer les 103 219 spectateurs présents dans le stade.stadium1

Des tribunes prestigieuses

Et justement dans le stade, une belle brochette de stars. Jen Aniston, Catherine Zeta Jones, Michael Douglas, Georges w. Bush, Hugh Jackman, Owen Wilson, Adam Sandler,  Calista Flockhart, Harrison Ford, John Travolta et bien d’autres. Tous avaient fait le déplacement pour le Superbowl.

Vive le SUPERBOOOOWL!!!!

En attendant le SUPERBOWL de dimanche

Par Jennifer Lecluse dans Médias, Sport , le 4 février 2011 16h13 | 5 commentaires

Si vous vous rendez aux Etats-Unis ce week-end, un mot belga-picture-18247433magique vous permettra sans doute de traverser la douane sans encombre: SUPERBOWL! La traditionnelle finale du championnat de football américain (NFL) opposera dimanche à Dallas l’équipe des Steelers de Pittsburgh aux Packers de Green Bay. (Si je puis vous chuchotez un conseil, supportez les Packers. Considérés comme les outsiders du championnat, ces footballeurs ont réussi à se hisser en finale contre toute attente.  A l’origine, cette équipe de l’état du Wisconsin a été créée par un descendant d’émigrés du Brabant Wallon (Grez-Doiceau…)

The American show of the year

Croyez-moi bien, même si vous n’êtes pas du tout amateur de football, vous finirez par être séduit par cet évènement. Le Superbowl n’est pas juste un match de football. C’est avant tout THE AMERICAN SHOW OF THE YEAR ficelé des mois à l’avance. Et pas la peine de s’y rendre pour apprécier le spectacle, tout est fait pour apprécier le show devant le « petit écran ». (Pour la petite histoire, si un jour l’envie d’aller assister à cette finale, vous prends sachez qu’ une place assise située tout en haut du stade ne coûte « que » 2000 dollars…)

A la mi-temps, artistes et chanteurs assurent le show. Cette année les Black Eyed Peas seront mis à l’honneur. Et surtout n’allez pas vous engouffrer dans le frigo à la pause…non, non, non… Les publicités (spécialement conçues pour l’évènement) sont un spectacle à elles toutes seules…(Celle de Volkswagen est d’ailleurs toute mignonne )

Sachez également qu’un spot publicitaire de 30 secondes coûte la bagatelle de 3 millions de dollars (selon la chaîne CBS). Un investissement quand on sait que la rencontre va encore battre des records d’audience. L’année dernière, 106,5 millions d’Américains ont suivi cette rencontre explosive à la télévision.

De la bière à 7h du mat’, coupe du monde oblige

Par Jennifer Lecluse dans Sport , le 15 juin 2010 17h37 | Un commentaire>

NEPAL FIFA WORLD CUPUne foule essentiellement masculine, du foot sur les écrans…Pas de doute, la coupe du monde a pris ses quartiers à New-York (Et oui, le virus du football se propage aux Etats-Unis…voir post précédent). Certains bars new-yorkais en font même leur business. Petit hic…Entre l’Afrique du Sud et la côte est des Etats-Unis, il y a plusieurs heures de décalage horaire.

Nouveau menu et nouvelles heures d’ouverture

Les établissements doivent donc revoir leurs heures d’ouverture. Traditionnellement ouverts vers 11h, plusieurs endroits n’hésitent pas à accueillir désormais leurs premiers clients vers 6h30 du matin ( les premières rencontres débutent elles à 7h) avec réadaptation du menu: petits déjeuners « spécial coupe du monde » composés d’omelettes au fromage, de muffins anglais, et de fruits. Comme boisson, le jus d’orange et le café peuvent être servis, mais au grand étonnement des tenanciers, même à une heure aussi matinale, c’est la bière qui remporte le plus grand succès.  » La cave est remplie de tonnelets de bières. Il y en a des piles et des piles mais nous devons faire le plein chaque jour. Après chaque match, tout est vide et nous sommes seulement à la fin de la matinée! » explique Joseph Jacobino, gérant du « Tonic Bar » (voir la vidéo).
 
Un bon coup de pub pour le marché de la brasserie américaine  qui a connu en 2009 une diminution de vente de 2% selon le « Beer Marketer’s Insights », le site internet qui suit l’évolution du marché. Cette année-ci a été  la pire depuis 1950.

Mondial 2010: les Américains véritables outsiders

Par Jennifer Lecluse dans Sport , le 8 juin 2010 19h34 | Ajouter un commentaire
La sélection américaine est arrivée le 31 mai en Afrique du Sud pleine d'espoir.

La sélection américaine est arrivée le 31 mai en Afrique du Sud pleine d'espoir.

Aux Etats-Unis, il y a dix ans, le soccer (le football européen) était encore exclusivement un sport de nanas.
Le vrai sport considéré comme viril pour le citoyen américain moyen était le football américain. L’intérêt des hommes pour le football européen était très insignifiant. Le mondial 1994 aux Etats-Unis est d’ailleurs passé assez inaperçu dans les médias locaux.  A cette même période, les hommes qui pratiquaient ce sport étaient en général des personnes qui en dehors de leur job voulaient un peu se détendre le week-end sans dépenser beaucoup d’argent (pour leur équipement).

Mauvaise presse

Le soccer avait, on peut le dire, mauvaise presse au près de la gente masculine. Les équipes des lycées étaient souvent désertées au profit du baseball, du basketball…Les adolescents  étaient difficiles à trouver alors qu’il fallait se battre si on était une fille pour faire partie du onze de base de l’équipe. Je me souviens de ce Brésilien qui faisait une année d’étude dans un lycée américain. A peine débarqué à l’école, il reçut gratuitement son équipement de foot (Et même le numéro dix tant convoité ). Le coach argumentant qu’ « Un Brésilien ne pouvait que remonter le niveau de l’équipe. »

Une compétition qui a changé le football

Mais l’année dernière, il semblerait que la coupe des confédérations ait changé la perception du soccer.
En livrant, une excellente prestation lors de cette compétition et en atteignant la finale (où ils ont été battus contre le Brésil: 3-2), les Etats-Unis ont suscité un vif intérêt chez les locaux.
Nul doute que les bars sportifs seront davantage remplis cette année pour suivre la coupe du monde. La sélection actuelle est peut-être la plus forte que n’ait jamais connu les States..Nul doute que cette génération peut réaliser quelque chose de très grand…Avec une nouvelle finale à la clé et qui sait peut-être une victoire historique. Réponse le 11 juillet…