Archives du mai, 2010

Une chaîne de restauration met sa serveuse en congé pour perdre du poids

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 25 mai 2010 15h22 | 3 commentaires

hooters1Cassandra Smith a 20 ans et habite au Michigan. Elle y est serveuse chez « Hooters ». Cette chaîne de restauration est désormais culte aux Etats-Unis. Les établissements oranges au fameux logo en forme de hibou sont majoritairement fréquentés par une clientèle masculine avide de football et de bière.. Mais Hooters a un autre attrait non négligeable pour ses clients. Le service est assuré par des jeunes femmes légèrement vêtues d’un short orange et d’un marcel au nom de la chaine. Des sortes de Pom-pom girls qui interrompent de temps en temps leur service par des cris d’encouragement et des chorégraphies groupées… Pour le plus grand plaisir de ces messieurs.

Une évaluation inattendue

Cassie ( c’est son surnom) bosse depuis 2008 chez Hooters. Lors de son évaluation de fin d’année, elle était loin d’imaginer ce que son boss allait lui demander. Il l’a mise 30 jours au repos… afin qu’elle perde du poids. « La taille de ton short et de ton t-shirt pourraient connaître une petite amélioration » lui aurait-il confié avant de lui offrir un abonnement au club de fitness du coin. Délicate attention? La jeune femme n’en revenait pas! Etre mise au repos pour perdre du poids! Il est vrai que Cassandra qui pèse 60 kilos pour 1,73 mètre est loin d’être en surpoids.

Humiliée et brisée

Après avoir raconté son histoire dans tous les médias américains, Cassie a reçu via son compte Facebook des milliers de marques de soutien. Elle s’explique: « J’étais horrifiée que cela puisse m’arriver. J’avais le coeur brisé, j’étais humiliée. » Le manager du restaurant du Michigan a, lui, refusé de s’exprimer mais le quartier général de Hooters a émis un communiqué expliquant que la compagnie tient à garder une image standard pour ces 17 000 Hooters girls qui servent dans les 455 restaurants présents dans le monde. Et que si une employée grossissait, Hooters s’engage à l’aider à perdre du poids. Une compagnie  lui offre même un abonnement gratuit à une salle de gymnastique.
 
La jeune femme a finalement remis sa démission et a entamé une procédure judiciaire pour discrimination contre la chaîne de restauration (voir la vidéo) .

Des petits boulots au job de rêve…

Par Jennifer Lecluse dans vie quotidienne , le 18 mai 2010 19h45 | 4 commentaires

construction-worker-stop-sign1Aux States, il n’y a pas de sots boulots. Je m’explique. La majorité des étudiants du secondaire supérieur ont un vrai job dans leur vie. Ils s’y rendent 4 à 5 fois par semaine, en plus de suivre leur cours dans leur High School (école à partir de la 3ème secondaire). Généralement en soirée et le week-end, ces boulots leur permettent de gagner un salaire fixe, accompagné parfois de généreux pourboires. La plupart des étudiants et adolescents bossent et c’est comme cela. C’est tellement ancré dans leurs moeurs que si vous ne travaillez pas, tout le monde en déduira que vos parents sont multi-millionnaires. Serveur dans une pizzeria ou un fast-food, hotesse dans un club de fitness, réceptionniste dans un hôtel, les étudiants n’ont pas de nombre limite d’heure imposé qu’ils ne peuvent dépasser. Cela leur permet donc de s’offrir une voiture dès qu’ils obtiennent leur permis (Pour rappel, l’âge légal pour obtenir son permis de conduire est de 16 ans) ou de vivre déjà de manière tout à fait indépendante en suivant leur cours dans l’enseignement supérieur. 

Des jobs surprenants

Mais ce qui peut surprendre, c’est sans conteste la nature de ce genre de boulot. Zach Gilbert, par exemple, est payé 20 dollars par heure (sans compter les pourboires) pour passer de la crème solaire sur le dos des clients du Ritz-Carlton de Miami. Voir la vidéo de Zach sur la plage de Miami: le job de rêve? Et puis je m’étonne aussi de voir à chaque fois que je vais au supermarché cet étudiant courir de part et d’autre du parking pour rassembler les caddies des clients, abandonnés à proximité de leur voiture. Ce jeune homme passe sa journée à arpenter les emplacements des voitures en poussant devant lui des colonnes interminables de caddies, peu importe les conditions climatiques.

Et puis nous avons évidemment tous en tête le gars sur chantier chargé de porter le signal STOP en cas de travaux de réfection sur la chaussée. Encore plus étonnant, c’est ce boulot :un étudiant est chargé de vous accueillir dans un restaurant, et de vous demander toutes les quinze à vingt minutes si tout va bien. Si vous lui demandez quelque chose, il ne le fera pas pour vous mais se chargera de demander au serveur de remplir votre souhait. En gros, il est l’hôte et le communicateur de l’établissement. Pas étonnant que les Etats-Unis soient réputés pour leur service impeccable aux clients. Sans aucun doute, ici le client est roi.  Comme quoi le customer service s’apprend dès le plus jeune âge…

Que devient Sarah Palin?

Par Jennifer Lecluse dans Politique , le 18 mai 2010 12h15 | Ajouter un commentaire

belga-picture-19761434Disparue de l’avant-plan sur la scène internationale, l’ancienne miss Alaska n’a jamais été aussi populaire qu’aujourd’hui Outre-Atlantique.

Ce dimanche matin à Albuquerque,  la petite salle qui accueillait des centaines de Républicains était remplie de partisans pour accueillir Susana Martinez, une candidate au poste de gouverneur du Nouveau-Mexique. Mais LA star incontestée de ce meeting politique n’était pas Susana Martinez mais un visage bien connu, qui pour l’occasion était toute de cuir vêtue…J’ai nommé Miss Sarah Palin. (voir la vidéo: Sarah Palin, acclamée comme une rock star!) Bien que l’ex-candidate républicaine à la vice-présidence des Etats-Unis a disparu de la scène internationale, sa popularité aux States ne cesse de croître.

« Sarahmania »

Miss Palin est devenue l’une des figures favorites des médias américains. Et sans aucun doute, la plus imitée par les humoristes et autres imitateurs….(Pour la petite anecdote: ce week-end, un concours de sosies a même été organisé à Chicago en son honneur…Les participantes devant par ailleurs réaliser un strip-tease…Imaginez une flopée de Sarah Palin en train de s’effeuiller…Inutile de préciser que l’évènement en a fait grincer des dents.)

Commentatrice sur la chaine de télévision Fox, chacune de ses apparitions fait sensation pour une partie de la population américaine. Elle a d’ailleurs été récemment embauchée par la chaine Discovery pour tourner un documentaire en huit parties sur l’Alaska. La conservatrice quadragenaire entretient ainsi sa popularité et reste de cette manière une candidate (plus ou moins) sérieuse pour les prochaines élections de 2012.

Toujours prête à dégainer

« Plus ou moins » car ses interventions n’en restent pas là. La tigresse ne cesse de critiquer les décisions de Monsieur Obama, dès qu’elle en a l’occasion. Sans être nécessairement constructive, elle tire sur tout..Elle est d’ailleurs souvent caricaturée avec une arme un peu gauche qui dégaine sur tout.

Vue nombriliste et un peu simpliste

Fervente partisane des forages en mer, en particulier en Alaska (le deuxième état producteur de pétrole aux Etats-Unis), Palin avait popularisé le slogan « Fore, chéri, Fore! » ( Drill, Baby, drill) lorsqu’elle avait inauguré la Convention républicaine en 2008 en entonnant ce chant.

Palin rejette exclusivement la responsabilité de la marée noire dans le Golfe du Mexique sur les compagnies étrangères. Elle a publié sur son compte Twitter que la marée noire était liée au fait que les compagnies pétrolières impliquées n’étaient pas américaines. Et que le danger pour l’économie des Etats-Unis venait « de pays qui n’aimaient pas l’Amérique. »

Du pétrole jusqu’au cou

Par Jennifer Lecluse dans Politique , le 2 mai 2010 19h41 | Ajouter un commentaire

belga-picture-20038405A l’heure où les Américains se concentrent de plus en plus sur l’écologie, une marée noire menace les joyaux de leur patrimoine naturel et l’une des principales économies des Etats-Unis. S’agit-il d’un sabotage destiné à nuire aux projets du Président?

Le premier avril, le président américain Barack Obama prenait la décision d’ouvrir de nouvelles zones maritimes au forage pétrolier. On n’était alors dans des négociations assez délicates en vue d’une loi de réduction des gaz à effet de serre.

En effet, l’équation devait être simple.  Le président américain Barack Obama promettait une expansion du forage pétrolier en mer dans l’espoir de rallier des républicains à une loi sur le climat en préparation au Sénat.

Accident ou sabotage?

Coup dur donc pour l’opération d’Obama lorsque cette plate-forme a explosé….Certains restent sceptiques. Pour Charles Cooper, l’explosion de cette plate-forme n’est pas le fruit du hasard. Comme il l’explique dans son article intitulé « Drill, Baby…Ugh » publié sur le site CBS.com. Clairement, il doute de la thèse de l’accident. C’est que la situation prête à confusion et le moment choisi est assez ironique.  » L’adoption de la taxe carbone était annoncée le jour de la Terre, Earth Day (22 avril 2010). Et a été retardée deux jours plus tard avant de disparaître du devant de la scène pour vite laisser sa place à celle de l’immigration. Ce projet de loi de pollueur-payeur a longtemps été critiqué par les fervents défenseurs de l’environnement qui y voyaient justement une occasion supplémentaire pour les plus riches d’étendre leurs forages pétroliers. Et comme par hasard alors que les équipes d’intervention spéciale sont sur place en pleine inspection. Une plate-forme présente des fuites. »

Pour de nombreux observateurs, il pourrait s’agir purement d’un sabotage..La situation échappe donc au Président qui se dépêche en ce moment sur les lieux de la catastrophe. Et ce, afin d’éviter des critiques, comme son prédécesseur George Bush avait fait l’objet après le passage de l’ouragan Katrina en 2005.