En ce moment

Premier League

Ferguson depuis 25 ans à la tête de ManU !

Par Mathieu Tamigniau dans Football étranger, Premier League , le 8 novembre 2011 11h44 | Ajouter un commentaire

25 ans à la tête d’un club de football! Le chiffre impressionne tant la mode est à la valse des entraîneurs actuellement. Et pourtant, contre vents et marées, Sir Alex Ferguson tient toujours la barre à Manchester United. Il a fêté hier son 1/4 de siècle passé à la tête des Red Devils.

imageglobe-30074025par Sébastien Capette

Un modèle de longévité. Il fait partie des meubles à United. Il a élevé à lui seul le club au rang des meilleures équipes d’Angleterre et d’Europe. Un chiffre pour illustrer cela: 37. C’est le nombre de trophées remporté par Ferguson avec Manchester. Alors que le club en compte 53 dans toute son histoire! Sur les 21 dernières années, il n’a connu que 4 saisons sans la moindre disctinction…

Des chiffres à faire pâlir n’importe quel entraîneur, quel que soit son statut. N’en déplaise à José Mourinho.

Les débuts n’ont pourtant pas été faciles: arrivé le 6 novembre 1986 en remplacement de Ron Atkinson, Ferguson devra attendre 4 ans avant de remporter son premier titre, la FA Cup. A une époque où Liverpool était le plus grand club d’Angleterre. L’écossais est sous pression, mais il tient bon jusqu’en 1993. Année de la consécration où il remporte son premier championnat. Le premier du club depuis 1967!

Elevé au rang de messie, Alex Ferguson révèle au monde du ballon rond un autre de ses talents: la formation de futurs stars internationales. J’en cite quelques uns, la liste est très loin d’être exhausitve: Ryan Giggs, Roy Keane, Gary Neville, Paul Scholes, David Beckham etc. Plus récemment, Cristiano Ronaldo. Qui n’a pas hésité à qualifier Ferguson de second père. Ou encore Wayne Ronney. L’international anglais âgé d’un 1an lors de la prise de pouvoir de l’Ecossais.

Son impact en Grande Bretagne est tel qu’il est anobli par la Reine Elisabeth II herself en 1999. Pour je cite, « ses services rendus au football ». C’est dire… Le club a carrément baptisé une tribune à son nom ce w-e après la victoire face à Sunderland.

Et ne croyez pas que cet anniversaire va le pousser tout doucement vers la retraite. Agé de 69 ans, Ferguson a déclaré vouloir continuer tant que sa santé le lui permettra. Et puis, un nouveau défi s’offre à lui cette saison: remettre à sa place l’insolent voisin Manchester City. Qui a battu United 6-1, à Old Trafford! La pire défaite de sa carrière.

Ferguson se donne le temps d’y parvenir, à force de travail et de patience. A l’image de toute sa carrière. Comme quoi virer un coach après 2 défaites n’est pas toujours la solution. Certains dirigeants feraient mieux de s’en inspirer…

Vince The Prince

Par Martin Vachiery dans Diables Rouges, Football étranger, Premier League , le 19 avril 2011 07h58 | 3 commentaires

kompanybalo

L’humeur sportive de Vincent Legraive

Vincent Kompany prince d’Angleterre. Le défenseur des Diables Rouges figurent dans l’équipe type de la saison en Première League. La récompense d’une superbe saison…

Une saison au sein de Manchester City, actuel 4e du championnat mais qui surtout le 14 mai prochain disputera à Wembley la 130e finale de la plus ancienne compétition de football : la Cup. Les Citizens partiront favoris face à l’équipe de Stoke City. A cette occasion, City tentera de mettre un terme à 35 années sans trophée. Le dernier étant une Coupe de la Ligue en 1976. Une finale obtenue samedi dernier via un succès 1-0 contre le voisin de Manchester United. Une demi-finale déjà jouée à Wembley où Kompany portait le brassard de capitaine.

Le 14 mai, il deviendra le 5e Belge à disputer une finale et peut-être le premier à la remporter après Nico Claessen en 87 avec Tottenham, Philippe Albert en 98 avec Newcastle, Marouane Fellaini il y a 2 ans avec Everton et Anthony Vanden Borre la saison dernière avec Portsmouth. Surtout, Vincent Kompany, surnommé Vince The Prince, est en train de devenir un roi et vous le savez mieux que quiconque, Thomas, en Angleterre, cela à son importance à 10 jours du mariage entre le Prince Williams et Kate Middleton.

10e meilleur salaire d’Angleterre

Récompense ultime, Kompany figure dans le 11 de base de la saison en Angleterre, sans doute encore le championnat le plus relevé du monde. Une performance déjà réalisée l’an dernier par Thomas Vermaelen avec Arsenal. Kompany fait office de meilleur défenseur central aux côtés de Vidic de Manchester United. Une équipe dans laquelle on retrouve papy Van der Sarr dans les buts, Ashley Cole et Bacary Sagna également en défense. Nani, Nasri et Wilshere dans le milieu de terrain. Berbatov, Tevez et Bale en attaque. Gareth Bale, le Gallois de Tottenham, qui a par ailleurs été élu meilleur joueur du championnat.

Quant à Kompany, il poursuit 3 objectifs en cette fin de saison : la victoire en Cup, une qualification pour la Ligue des Champions et puis bien sûr ce Belgique-Turquie du 3 juin prochain. De quoi encore un peu plus mettre du beurre dans ses épinards lui qui gagne tenez-vous bien 136.000 € par semaine, ce qui en fait le 10e joueur le mieux payé d’Angleterre à égalité avec Didier Drogba.

Le bad boy Balotelli récidive et provoque une bagarre avec Man U

Par Gaëtan Willemsen dans Divers, Premier League, Vidéos , le 18 avril 2011 11h02 | 5 commentaires

Détesté par certains dans son propre pays (même si un certain racisme en est parfois la raison) et même par une frange de ses propres fans lorsqu’il était à l’Inter Milan, le jeune prodige italien Mario Balotelli (20 ans) vient de récidiver dans les provocations et comportements antisportifs… au point de s’attirer les foudres des gentlemen de Manchester United ce week-end.

balo

Mario Balotelli a une mentalité inversement proportionnelle à son énorme potentiel et le jeune homme au caractère de m*** vient d’ajouter une nouvelle page à sa jeune carrière déjà bien remplie de frasques en tous genres. Rappelons-en-nous quelques-unes :

Que de débordements

Depuis qu’il est à Manchester City, il s’est déjà publiquement moqué de Wayne Rooney et a tiré une flèche en fer en direction des joueurs d’une équipe de jeunes du club sans raison apparente… et par chance sans toucher personne ! Il a également été jeté d’un club de lap dance pour avoir touché une danseuse, ce qui est strictement interdit. Sa propre sœur, Abigail Barwuah, ne le soutient plus depuis qu’il n’a pas apprécié de la voir participer à une émission de télé-réalité : « J’ai compris qu’il n’en a rien à faire de moi. Il est égoïste. (…) A présent, je ne veux plus le voir: il ne mérite pas mon amour et même pas d’être considéré comme mon frère ». Du temps de l’Inter, il s’est mis José Mourinho à dos. Il s’est même affiché avec la vareuse du grand rival, l’AC Milan.

En gros, seul Roberto Mancini, actuel entraineur de City et coach qui l’a lancé en Serie A, croit encore en lui. Et mal lui en a peut-être pris au vu de l’accumulation de unes de tabloïds anglais. Presqu’autant que de buts : 10 en 24 matches. Une nouvelle ligne a d’ailleurs été écrite ce week-end.

Comment s’attirer les foudres de toute un stade: mode d’emploi

Alors qu’il remplaçait Carlos Tevez, blessé, à la pointe de l’attaque des Citizens qui défiaient Man U à Wembley, Balotelli a provoqué une bagarre générale en fin de match. Quelle façon plus élégante pouvait-il en effet trouver pour montrer sa joie d’avoir remporté ce match (0-1, but de Touré)… que d’aller provoquer les supporters de Manchester United ? Le jeune homme a agité le blason de sa vareuse de City en direction des supporters adverses, ce qui a fait sortir Rio Ferdinand de ses gonds après avoir ajouté un clin d’œil dans sa direction ! Ils ont dû être séparés par leurs coéquipiers Vincent Kompany et Edwin van der Sar. Un coup de ce dernier sur un caméraman trop « curieux » est d’ailleurs bien visible à 48 secondes dans la vidéo. La Fédération anglaise de football examinera l’incident. Une bien curieuse façon de célébrer également la naissance de sa fille. « We had a baby girl named… Tia Ferdinand! » Ca ne s’invente pas !

Fellaini et les Diables…la tuile

Par Martin Vachiery dans Diables Rouges, Divers, Premier League , le 2 mars 2011 10h46 | Un commentaire>

L’humeur sportive de Vincent Legraive

fellaini

Les Diables Rouges n’avaient pas besoin de cela à 3 semaines d’un déplacement capital en Autriche : Marouane Fellaini s’est blessé à la cheville gauche. Il sera opéré lundi prochain. Sa saison est terminée.

Une blessure survenue à la 37e minute lors de la rencontre de championnat d’Angleterre remportée 2-0 par Everton contre Sunderland samedi dernier. Ecroulé sur la pelouse, Fellaini serrera les dents durant 5 minutes avant d’être remplacé. Le verdict posé est alors implacable : les ligaments latéraux de la cheville gauche sont salement touchés. L’opération est inévitable, la saison est terminée.

Une saison durant laquelle le milieu de terrain n’aura disputé que 20 rencontres. Déjà freiné en août dernier suite à une autre opération subie à la cheville droite cette fois, Fellaini avait ensuite loupé beaucoup de rencontre suite à une blessure aux adducteurs.

Une absence énorme

Une tuile donc pour son club d’Everton qui sans lui a été éliminé en 8e de finale de la Cup par le club de Division 2 de Reading. Surtout, c’est une tuile pour notre équipe nationale à l’aube d’une rencontre décisive en Autriche. Rencontre qu’il faudra absolument remporter si les Diables veulent encore avoir une chance de rejoindre le championnat d’Europe l’année prochaine en Pologne et en Ukraine.

La présence de Fellaini à Vienne était indispensable dans une rencontre qui sera sans nul doute très musclée. Avec son physique, il n’aurait pas eu son pareil pour faire valser les Autrichiens. Sans lui, ce sera la symphonie inachevée lui qui lors de l’incroyable match aller avait inscrit le 2-2 en tout début de seconde période.

La déception

Georges Leekens ne le cache pas : il est très déçu car comme il le dit, Fellaini n’est peut-être pas le meilleur technicien mais son abattage et son envergure sont énormes. Non seulement il loupera l’Autriche le 25 mars mais également la réception de l’Azerbaïdjan 4 jours plus tard et la Turquie le 3 juin.

Un Leekens qui dévoilera sa sélection le 17 mars et qui est déjà confronté à pas mal de soucis : Fellaini forfait, Lombaerts opéré du ménisque et Vermaelen qui n’a toujours pas repris avec Arsenal + Van Buyten qui est réserviste au Bayern et Kompany qui est touché à l’aine. Bref, c’est toute la colonne vertébrale qui est dans le doute.
Leekens espère que Steven Defour aura accumulé du rythme, qu’Hazard saura faire chez les Diables Rouges ce qu’il réussit à Lille et que la poisse cessera de s’abattre sur notre équipe nationale. Car pour l’instant, c’est un peu Maroilles Fellaini, ça ne sent pas bon.

Le but magnifique de Wayne Rooney

Par Mathieu Tamigniau dans Premier League , le 12 février 2011 19h32 | 4 commentaires

Grâce à un but exceptionnel de Wayne Rooney, Manchester United a battu son rival et voisin Manchester City (2-1) sur la pelouse d’Old Trafford samedi en match décalé de la 27e journée de Premier League et reprend 7 points d’avance sur Arsenal qui joue plus tard samedi. Ce 144e derby de Manchester en championnat sentait le souffre et Wayne Rooney en est devenu le héros.

On attendait le match Berbatov – Tevez, les deux meilleurs buteurs de la Premier League. Le premier était sur le banc et le second a été décevant. On attendait un match ouvert, on l’a eu. Rien à voir avec le premier derby de la saison en Novembre (0-0). Cette fois, les deux équipes étaient là pour jouer et à ce niveau, City a fait jeu égal avec United comme sur cette belle action Silva-Touré-Tevez (4).

Le calvaire de Thomas Vermaelen

Par Martin Vachiery dans Divers, Football étranger, Premier League , le 12 janvier 2011 09h01 | Un commentaire>

vermaelenfooteux

Qu’arrive-t-il au capitaine des Diables Rouges ? Blessé depuis 4 mois au tendon d’Achille, Thomas Vermaelen n’est toujours pas revenu sur les pelouses et ne devrait pas le faire avant quelque temps…

Souvenez-vous, c’était un mardi soir, au stade Sükrü Saracoglu d’Istanbul, l’enceinte du club de Fenerbahce. Deuxième match qualificatif des Diables Rouges sur la route vers l’Euro 2012. Les Belges s’inclinent 3-2 au terme d’une rencontre où ils étaient pourtant les plus forts, où Daniel Van Buyten avait répondu aux critiques en inscrivant un doublé mais où Vincent Kompany s’était fait exclure et où des erreurs monstrueuses nous avaient coûté un partage pourtant mérité.

Après la rencontre, Thomas Vermaelen se plaint du pied. Précisément du tendon d’Achille. A l’époque, personne ne s’en inquiète véritablement; Pour preuve, les premiers examens d’usage effectués dans son club d’Arsenal ne prévoient une indisponibilité que d’une semaine. Ce qui dissuade l’entraîneur français Arsène Wenger de poursuivre l’Union belge.

Wenger dans l’impasse

Mais les jours passent et Vermaelen a toujours mal dès que les exercices se durcissent. Son absence est alors portée à 3 mois sans que l’on puisse cerner la cause exacte du mal. Wenger est perdu et déclare : « Il n’y a aucun explication logique. Lorsqu’il passe un scanner, on ne décèle aucune lésion. On ne parvient pas à déteminer l’origine de cette douleur. »

Hier, Wenger a une nouvelle fois du se rendre à l’évidence : la situation n’évolue toujours pas. Malgré la consultation des plus grands spécialistes mondiaux, aucune lueur à l’horizon. Du coup, Wenger se voit contraint de demander le transfert d’un nouveau défenseur central qui pourrait être Jan Vertonghen.

Absent contre la Finlande

Arrivé en juin 2009 en provenance de l’Ajax pour 12 millions d’€, Vermaelen avait séduit immédiatement : intransigeant défensivement, il inscrit également quelques buts. Il justifie pleinement ses 120.000 € mensuels en figurant en fin de saison au sein de l’équipe type du championnat d’Angleterre : une première pour un footballeur belge.

Mais depuis c’est la galère. Son tendon d’Achille, c’est son tendon d’Achille. En attendant, on connaîtra peut-être aujourd’hui la date de son retour. Une chose est certaine, il ne sera pas de la partie le 9 février lors du match amical face à la Finlande. Georges Leekens espère le récupérer pour le 25 mars en Autriche car comme il le dit : « des joueurs comme lui, la Belgique n’en possède pas 10.« 

Vincent Legraive

Va-t-on jouer au foot ce week-end ?

Par Martin Vachiery dans Calcio, Divers, Jupiler League, Premier League , le 24 novembre 2010 09h40 | Ajouter un commentaire

neigefoot1

Va-t-on jouer au football ce week-end ? La question mérite d’être posée au vu de la météo annoncée pour les prochains jours. Si cela ne devrait à priori pas poser de problème en Division 1 et 2, les autres championnats devraient eux être perturbés…

Les matchs seront sans doute reportés, comme ce sera sans doute le cas chez les jeunes. Il y a en effet peu de chances de voir les bambins sur les pelouses ce week-end : de -8 à -3 degrés la nuit. De -3 à + 3 la journée et de la neige en faible quantité dans les Flandres et dans une partie du Hainaut et puis de la neige en beaucoup plus grosse quantité dans le Luxembourg dès demain.

Du coup, ce sont les parents qui seront contents : ils pourront aller faire leurs achats de St-Nicolas où mieux même, aller rencontrer le grand Saint qui sera partout et en même temps ce week-end. Jusqu’à présent, aucune remise n’est officielle mais cela ne saurait tarder au sein des différents comités provinciaux.

Des pelouses en sale état

Il faut dire que les pelouses ont fortement souffert de trombes d’eau tombées la veille et lors du week-end de 13 et 14 novembre derniers. Ce samedi et ce dimanche-là, tout avait été annulé. Depuis, il a encore plu, il a fallu tout de même s’entraîner et donc les pelouses n’ont de l’herbe que dans leurs souvenirs.

Les clubs bénéficiant de terrains synthétiques n’ont pas de soucis mais devront se plier tout de même aux décisions à venir. Même en D1, on s’active. Ainsi, à Eupen, on a déjà allumé le chauffage sur 5 degré. Pas tant en prévision de ce week-end vu que les Germanophones joueront samedi à Westerlo, mais bien pour la suite et pour ne pas revivre le samedi noir du 13 novembre dernier. Ce jour-là, l’arbitre Mr Flament avait du se taper 3 heures de route depuis Tournai pour constater l’impraticabilité de la pelouse du Kerwegh, renvoyant à la dernière minute les 30 cars de supporters malinois qui s’étaient farcis 1h30 de voyage.

Un calendrier surchargé

A ce sujet, Eupen sera invité le 30 novembre à venir s’expliquer devant le Comité Sportif sur cette remise tardive. Cela à la demande de Malines. Pas tant pour faire rejouer le match mais bien pour que cela ne survienne plus.

Bref, le week-end s’annonce compliqué même en D2, D3 ou Promotions dans un calendrier déjà surchargé. Dernière précision, pour savoir si la remise sera décrétée, on pourra dès ce vendredi appeler le 0900/00095 ou surfer sur le site de la fédération.

Vincent Legraive

« J’ai couru en 12min 65sec ! »

Par Gaëtan Willemsen dans Diables Rouges, Jupiler League, Mercato, Premier League , le 2 novembre 2010 10h05 | Un commentaire>

legear11

Le milieu de terrain d’Anderlecht suscite un intérêt grandissant outre-manche puisqu’il est convoité par Everton et Newcastle. Il faut dire que Jonathan Legear ne laisse personne indifférent. A 23 ans, il semble enfin avoir atteint sa plénitude et devrait enfin devenir un élément essentiel dans son club comme en équipe nationale. Du moins s’il est enfin épargné par les blessures à répétition. Des blessures musculaires qui l’empêchent trop souvent d’enchaîner les rencontres.

Ce fut encore le cas ces dernières semaines : il n’avait plus joué depuis le 17 octobre et cette défaite au Cercle de Bruges où il avait été contraint de quitter ses partenaires après 20 minutes. Dimanche, il était très incertain pour le déplacement à Genk mais en bossant comme un fou 8 heures par jour avec les kinés et médecins, il a finalement validé sa présence sur le terrain. Aujourd’hui, il espère en être quitte avec toutes ces contrariétés…

Vous le savez, Jona a un défaut de prononciation. Une particularité qui fait son charme mais qui se retourne souvent contre lui. On se moque également de son manque de jugeote à certains moments. Allez, un exemple et c’est tout : un jour où il courrait autour de l’étang de Neerpeede, il arrive tout essoufflé et déclare : j’ai couru en 12 minutes et 65 secondes. Pär Zetterberg lui fait remarquer que 65 secondes, ce n’est pas possible. Alors Legear fait : « Ah oui, en 12 minutes et 62 secondes. »

Bref du Jona tout craché. Mais un garçon attachant et gentil. Surtout, lorsqu’il a le ballon au pied, il a de l’or entre les orteils. Face à l’Autriche, il fut royal. Dimanche à Genk, il fut impérial, noyant l’arrière gauche de Genk Pudil dans le pudding. Avec lui, Anderlecht est bien meilleur. Sans lui, les Mauves cherchent désespérément de la profondeur.

4 buts et 5 passes décisives: voilà son bilan depuis le début de la saison. De quoi faire peur à l’AEK Athènes jeudi et au Club de Bruges dimanche. Parce que Le jars, le mâle de l’oie, il faut pas le chercher. Bref, faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages…

L’humeur sportive de Vincent Legraive sur Bel RTL

Le fan le plus stupide du monde ?

Par Martin Vachiery dans Divers, Football étranger, Premier League , le 26 octobre 2010 10h44 | Ajouter un commentaire

wayne-rooney-man-city-fan-tattooo1

Il s’appelle Simon Hart, il est barman, il aime les tatouages et supporte Manchester City. Jusqu’ici, rien de bien original à priori. Mais lorsqu’il a appris que Wayne Rooney était en délicatesse avec son club et qu’il projetait de s’engager avec l’ennemi de City, Simon a foncé chez le tatoueur pour immortaliser le portrait de sa future idole sur le dos, avec comme sous-titre: « Rooney, City Legend« .

Manque de bol, ce supporter n’a, semble-t-il, pas pensé un seul instant que les déclarations de Rooney étaient sans doute de l’intox pour faire monter sa renégociation de contrat. Contre toute attente, le joueur mancunien (toujours blessé, par ailleurs) a finalement prolongé son contrat à United. Et ça c’est plutôt moche…du moins pour le dos de Simon Hart. Ce dernier a déclaré vouloir transformer son tatouage de Rooney en…Adebayor. No comment.

Les fans des Citizens sont définitivement plein de « bonnes idées », à l’image de cet autre supporter qui s’était fait tatouer la « la victoire de Manchester City en Champion’s League en 2011″.

Au fait, ils sont dans quel groupe City ?

Nigel de Jong: casseur en série

Par Martin Vachiery dans Football étranger, Premier League, Vidéos , le 4 octobre 2010 18h26 | Un commentaire>

de-jong

Dans la grande famille des joueurs de foot, il y a les techniciens, les rocs défensifs, les artistes, les leaders, les tueurs de surface et…Nigel de Jong. Pour la plupart des fans de foot, Nigel de Jong c’est ce milieu défensif rugueux, plutôt moyen, qui s’illustre plus par ses mauvais gestes que par son talent. Pour le reste du monde, la carrière du joueur a commencé le 11 juillet, à la 28ème minute d’un match contre l’Espagne. En effet, Nigel de Jong c’est le joueur hollandais qui a explosé la poitrine de Xabi Alonso façon Street Fighter, en finale de la Coupe du Monde 2010.

Le milieu hollandais est plutôt dur sur l’homme que fort sur le ballon, c’est un fait. Dans le métier on appelle ça un découpeur. Son rôle sur le terrain est clairement défini, annihiler toute attaque adverse et faire du milieu de terrain un véritable « no man’s land » d’où personne ne sort sur ses deux jambes. Un profil qui a plu au Cheik Mansour, l’actionnaire de Manchester City. Ça fait donc un an que De Jong étrenne ses crampons sur les protège-tibias des joueurs de la Premier League.


Des centaines de traces de crampons

Dernière victime en date: Hatem Ben Arfa. Tout d’abord, il faut dire que lorsque le joueur français a signé en Angleterre, les plus sceptiques se demandaient comment un joueur aussi fragile allait pouvoir s’imposer de l’autre côté de la Manche. Son début de saison était plutôt encourageant et ses dribbles affolaient les défenses british. C’est fini l’image du championnat anglais qui casse les stars et les techniciens. A présent les plus grands artistes peuvent se produire en toute liberté sur les prés britanniques. Bon ok, c’est faux. Demandez à Cristiano Ronaldo, il doit pouvoir reconnaître les centaines de traces de crampons sur son corps reçues à United: « tiens, ça c’est la Nike de Craig Bellamy !« . « ah oui, la Puma de Joe Barton, je la reconnais ! » et j’en passe…

Un baptème de feu

Et bien à présent Ben Arfa est en quelque sorte « baptisé » par la Premier League. Le natif de Clamart s’en serait bien passé. Six mois d’indisponibilité pour une fracture tibia-peroné. « Bienvenue à Newcastle, Hatem ! » était sans doute écrit sur la semelle de De Jong. Evidemment, le Hollandais ne s’excusera sans doute pas, et il continuera à briser des corps en toute impunité. Bon ok, j’y vais un peu fort c’est vrai. Mais ceci dit, il y a une justice. Bert van Marwijk, le sélectionneur Oranje a dit « stop ». De Jong ne sera pas rappelé pour les prochains matchs internationaux contre la Moldavie et la Suède. En même temps, la Moldavie et la Suède…
En attendant, Ben Arfa, lui n’est pas prêt d’être rappelé par Blanc, alors que le joueur formé à Clairefontaine commençait à remonter la pente et à se refaire une réputation, le voilà brisé en pleine route. La reconstruction sera donc mentale et physique. Dur, dur la vie de footballeur, surtout pour la brillante génération 87. Nigel de Jong « tu peux pas test » diront les potes d’Hatem. C’est moche.