SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Divers

Silenzio stampa: un coup de non-com’ dans le mille

Par Gaëtan Willemsen dans Divers, Jupiler League , le 7 avril 2012 23h11 | Ajouter un commentaire

anderblog

   

    

Le contraste dans les points reçus dans la presse par les joueurs du Standard et d’Anderlecht est saisissant quand on le prend avec du recul. Oui, la prestation des Mauves a déçu et celle des Rouches a séduit après une lourde défaite au match précédent. Mais venir chercher un point à Sclessin, chez l’ennemi juré qui se bat encore pour une place européenne, ça reste une bonne opération dans l’absolu. Les annonces de présaison et durant celle-ci de la direction mauve, qui clamait haut et fort vouloir le titre et avoir construit une équipe pour, ont mis une sacrée pression sur les épaules des joueurs. Voilà pourquoi les supporters comme la presse en attendent désormais des prouesses à chaque match. Voilà pourquoi pour un match moyen à Anderlecht, c’est souvent 5/10 au lieu de 6.

La critique des coudes baladeurs de Wasyl a bon dos

Nulle envie ici de justifier la décision de la direction d’Anderlecht de boycotter les journalistes… d’autant plus que selon nos confrères de la presse papier, ce n’est pas pour des cotes sévères qu’ils auraient pris la mouche. C’est par rapport à la suspension jugée plus que méritée de Wasilewski, pour être retombé dans ses travers de boxeur thaïlandais avec ses coups de coude. Quatre matches pour une agression sur Peter Delorge (Saint-Trond), qui sonne comme une récidive dans le chef du Polonais, cela a semblé mérité par les observateurs… et ça aurait vexé les joueurs. Les dirigeants du club n’ont cependant pas encore interjeté appel de cette suspension et ont jusqu’à lundi pour le faire. Mais après avoir décrété de ne plus parler à la presse parce qu’elle a été « injuste » de soutenir cette suspension, on peut logiquement déduire qu’ils trouvent celle-ci injuste… Ne pas aller en appel serait donc illogique.

Une excuse pour garder le moral des joueurs au-dessus de zéro

Ça pourrait pourtant arriver… en toute logique. Car cette annonce est avant tout une opération de non-com’ réussie. L’intention était de désamorcer une bombe, de préserver les joueurs de médias qui allaient assurément leur rappeler qu’avec ces 2 points perdus, ils n’ont plus entièrement leur sort entre les mains. Cela a évité aux journalistes de porter involontairement un nouveau coup au moral d’un groupe qui semble avoir posé un genou à terre. Si on ne lit pas les journaux le lendemain, il y a alors moyen de passer à autre chose et de se reconcentrer. Il faut aussi comprendre les joueurs: quand, par sa propre faute et celle du système, on voit passer son avance sur le principal poursuivant de 8 points à peut-être -1 en 4 matches, il y a de quoi être dégoûté.

Huit matches pour être de beaux champions

Les expressions étant faites pour s’en servir, on rappellera celle de Corneille aux joueurs qui liraient ces lignes: « A vaincre sans péril on triomphe sans gloire ». Leur mauvaise passe (pour ne pas reprendre le mot crise lu de-ci de-là ce samedi) pourrait donc bien transformer un 31ème titre insignifiant en un 31ème titre inoubliable, car obtenu dans la douleur et l’incertitude jusqu’au bout. C’est tout le malheur qu’on souhaite à cet effectif qui le mérite, au vu de la phase classique et de son talent intrinsèque. De quoi aussi faire oublier une certaine malédiction des playoffs à l’heure où l’histoire semble repasser les plats.

Match au somment en D3: Mouscron a affronté La Louvière !

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 13 mars 2012 19h43 | Ajouter un commentaire

En football, la relâche en division 1 permet de faire un peu plus attention aux divisions inférieures. C’est ainsi que samedi, en divison 3 A, se disputait un derby hennuyer très important pour la 1ère place. Un derby entre deux équipes qui ont fréquenté la D1. On veut parler de La Louvière et de Mouscron.

imageglobe-30463767par Eddy Daniel

Qui ont changé de noms après leurs infortunes en D1. Et de couleurs.  La Louvière Centre ,c’est son nom, joue désormais en bleu et blanc au Tivoli. Mais même si l’équipe est 2ème au classement de cette D3, , l’ambiance n’est pas au beau fixe.

Le président Murat Tacal menace d’abandonner le club. Il regrette l’absence d’aide des pouvoirs publics et des sponsors. En moyenne 1000 personnes assistent aux matchs. Il y a des clubs en D2 qui n’arrivent pas à une moyenne pareille.  Mais les sponsors ne se bousculent pas au portillon. Les participations ne décollent pas. Bref de lourds nuages planent de nouveau au dessus du club.  Murat Tacal n’a pas ou peu d’état d’âme en affirmant que le club peut très bien retomber là où il l’a trouvé: en faillite.

Toute autre ambiance par contre à Mouscron. Mouscron Peruwelz en réalité. Puisque après le naufrage de Mouscron fin 2009, les 2 clubs se sont rapprochés. Perulwez déménageant alors au canonnier. Le rouge et le bleu faisant leur apparition. A noter que le futurosport le centre de formation de Mouscron avait été sauvé de la faillite. Et puis patatras ! En mai 2010 Peruwelz perd 24 points d’un coup au classement général à cause d’une histoire surréaliste de mauvaise affiliation, le club dégringole en promotion. Et il a gratté pour rejoindre laD3, puisqu’il n’y est arrivé qu’après le tour final.

Hyper important pour le futurosport, le centre de formation, cette montée. Qui n’a pas le même pouvoir d’attraction en promotion que celui qu’il peut avoir en D3 évidemment.

Faut dire: les hurlus y ont mis les moyens: une équipe bâtie sur un mélange de jeunes et d’anciens joueurs expérimentés. Une montée de promotion en D3. Et actuellement une montée envisagée en D2 puisque Mouscron est en tête avec 4 points d’avance sur La Louvière et un match de moins.

Les moyens c’est aussi un noyau de 25 joueurs, dont 17 sous contrat.

Les moyens c’est encore une collaboration avec le club français de Lille. Le champion de France prend quelques contrats de joueurs en charge, ou intervient dans la location d’autres à différents clubs belges. Lille intervient aussi pour un peu plus d’un quart dans le capital du club. Et si montée en D2 il y a, cette participation pourrait passer à 51 %. Avec comme conséquence un pas de plus vers le professionnalisme. Lille pourrait aussi prêter des joueurs pour parfaire leur formation et les aguerrir un peu. L’objectif étant de stabiliser le club en D2 avant de se lancer d’autres défis. C’est plutôt bien parti, puisque comme on l’a dit Mouscron est en tête à 8 matchs de la fin de la saison régulière.

L’idéal, vu sous l’aspect wallon, serait bien entendu que et Mouscron Peruwelz et La Louvière Centre accèdent à la D2. Peu importe par quel biais: directement ou via le tour final.

« Va y avoir du sport » accueille Jean-Michel Saive comme invité d’honneur ce lundi 12 mars !

Par avankerckhove dans Divers , le 9 mars 2012 17h16 | Ajouter un commentaire

Ce lundi 12 mars, l’équipe de « Va y avoir du sport » emmenée par Luc Maton accueille Jean-Michel Saive.

Véritable porte-drapeau de la Belgique lors des prochains Jeux Olympiques de Londres, Jean-Michel Saive se joindra aux chroniqueurs de « Va y avoir du sport » pour commenter l’actualité sportive !

« Pas de racisme dans le foot », really?

Par Fabrice Cecchi dans Divers , le 22 décembre 2011 08h52 | Ajouter un commentaire

L’Angleterre n’en fini pas de combattre le racisme sur ses terrains de football. Au lendemain de la lourde suspension infligée à l’Uruguayen, Luis Suarez, c’est à présent le capitaine de l’équipe anglaise et de Chelsea qui devra  prochainement répondre de la même accusation devant la justice de son pays.

Après Suarez, Terry

En l’occurence, John Terry. Avant-hier, Luis Suarez de Liverpool est suspendu 8 rencontres pour avoir traîté le Français, Patrice Evra, de « negrito ». Depuis hier, et pour le même motif, John Terry est sur la sellette. Les faits remontent au 23 octobre dernier lors de la rencontre entre Chelsea et les Queen’s Park Rangers. John Terry aurait adressé des noms de singe à Anton Ferdinand, joueur de couleur de QPR. Tout comme Suarez, Terry réfute ces accusations même si les images qui circulent sur le Net ne laissent quasiment pas de place au doute.
Le problème pour Terry, c’est que Scotland Yard a mené l’enquête et que l’affaire a été confiée à un tribunal de Londres qui statuera le 1er février prochain. Le joueur risque une amende, avant que la Fédération anglaise ne se saisisse éventuellement du problème. Terry jure avoir toujours lutté contre le racisme et affirme compter parmi ses proches amis des gens de toutes races et de toutes croyances.

Pas de racisme? Vraiment?

Quant à Suarez, dont le club, Liverpool, a souligné qu’il avait lui-même une famille d’origine métisse, il devrait selon toute probabilité faire appel de sa sanction. En attendant, ces faits vont à l’encontre des déclarations récentes de Sepp Blatter. Le très controversé président de la FIFA avait suscité l’indignation en affirmant qu’il n’y a pas de racisme dans le football mais peut-être un mot ou un geste déplacé. Il avait ajouté sans rire que la victime devrait se dire que ce n’est qu’un jeu et serrer la main de son adversaire.

L’agresseur agressé

Le football qui marche décidement sur la tête puisqu’hier, le 8e de finale de Coupe des Pays-Bas entre l’Ajax d’Amsterdam et l’AZ Alkmaar a été arrêtée. L’Ajax menait 1-0 lorsqu’un supporter est monté sur la pelouse et a agressé le gardien de l’AZ. Se sentant menacé, celui-ci a répliqué en frappant le supporter à 2 reprises. L’arbitre l’a alors exclu. Furieux et inquiet pour la sécurité de ses joueurs, l’entraîneur de l’AZ a ramené toute son équipe aux vestiaires.

Tout cela à l’aube de la trêve des confiseurs, vous savez cette période entre Noël et le Nouvel an…

But de l’année à la FIFA: votez De Ceulaer !

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 28 novembre 2011 12h55 | Ajouter un commentaire

L’attaquant de Lokeren, Benjamin De Ceulaer, figure parmi les nommés au Prix Puskás de la FIFA. Un prix qui récompense le joueur ayant marqué le « plus beau but » de l’année écoulée.

imageglobe-28702483par Eddy Daniel

Benjamin de Ceulaer doit sa nomination à son but inscrit face au Club Bruges. Pour commencer il faut rappeler que Ferenc Puskas était un extraordinaire buteur hongrois qui jouait pendant les années 50. Il est considéré comme le meilleur joueur hongrois de tous les temps, même s’il s’est fait naturaliser espagnol. Il a quitté la Hongrie en 1956 pour jouer au Réal Madrid. Il a gagné la coupe des champions en 1960 en marquant 4 buts en finale contre Francfort. En voyant la liste des nommés, on s’est d’abord demandé – et de Ceulaer aussi – si la FIFA n’avait pas fait erreur.

Il y a 10 nominés. Accrochez vous en voici quelques-uns: Lionel Messi, Zoltan Ibrahimovic, Wayne Rooney, Dejan Stankovic. Demandez à n’importe quel amateur de foot au monde qui est Lionel Messi, il vous répondra. De Ceulaer le premier évidemment. Demandez à Messi qui est Benjamin de Ceulaer…

Les critères pour qu’un but figure dans cette liste sont l’esthétique, l’importance du match, l’absence du facteur chance ou d’une erreur commise par l’autre équipe permettant le but, le fair-play et la date. De Ceulaer doit sa présence à son but contre le FC Bruges; C’était le 18 septembre dernier, au Daknam. De Ceulaer égalisait pour Lokeren à la 39ème. C’est vrai, le but est magnifique. De Ceulaer est à droite, dans le rectangle, à peu près à hauteur du point de penalty, mais dos au but. Du pied droit, il réceptionne un centre venu de sa droite, il fait sauter le ballon au-dessus du défenseur qui le marque, le Suédois Almeback.

Pendant que le ballon passe, il effectue un demi-tour, il passe devant le défenseur brugeois, et toujours du pied droit, il reprend de volée et expédie le ballon dans l’angle du but. Un but…à la Messi. Malheureusement pour Lokeren, ce but n’a servi à rien: il a finalement été battu et même De Ceulaer n’a pas fini le match ! Il a été exclu pour avoir reçu deux avertissements.

Votez !

Tous les buts nommés sont visibles sur internet, et vous pouvez voter. Car la particularité de ce prix est que ce sont les internautes qui votent. Ils ont jusqu’au 5 décembre. La finale réunira les 3 sélectionnés le 9 janvier à Zurich, au cours du gala du joueur mondial de la FIFA. Le vainqueur succèdera à Ronaldo et à Hamit Altintop, laureat l’an dernier. Le laureat reçoit un trophée gravé à son nom.

De Ceulaer est le 1er belge nommé pour ce prix. Tous les internautes de Lokeren, la famille de de Ceulaer, ses voisins, ses amis, tous sont évidemment réquisitionnés. Alors, c’est l’occasion ou jamais de faire connaître le championnat de Belgique les gars. Votez De Ceulaer. Envoyez le à Zurich. Il a déjà promis de faire de belles photos s’il y va, et de ramener un autographe de Lionel Messi.

D2: Charleroi bat le premier sans coach…

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 15 novembre 2011 19h48 | Ajouter un commentaire

Pas de championnat en D1 le week-end dernier puisque les Diables Rouges sont lancés dans une série de deux matchs amicaux. Par contre, le championnat de D2 avait bien lieu, lui. On en était à la 13ème journée, et Charleroi continue sa série de matchs sans défaite. Les Carolos se sont imposés 0-1 à Eupen, l’actuel premier au classement. Tout ça sans coach désigné.

imageglobe-28125604par Eddy Daniel

Eh oui puisque Jos Daerden, l’entraîneur choisi en début de saison a été viré le 26 septembre. Et depuis Charleroi aligne les résultats positifs : 6 victoires et un partage en 7 matchs. Tout ça avec un intérimaire, un intermittent de l’entraînement. Le brave Tibor Balog.

Je dis brave parce que c’est la « n-n-n-nième » fois qu’il accepte ce poste d’intérimaire… En plus il est patient. Ca  fait quand même quasi 2 mois qu’il l’est, intérimaire. Il y a 3 semaines, le coach hongrois commençait à montrer quelques signes d’impatience… Il déclarait à nos confrères de Sud Presse:  « Le président ne peut pas traîner éternellement. Car il y a des points importants à éclairer pour le futur du groupe. Mais comme je connais le président, je sais qu’il ne traînera plus ».

Faut le comprendre Balog: Du jour au lendemain, le président peut mettre fin à cet interim : « J’ai trouvé mon coach. Et toi, Tibor, tu peux redevenir… euh… adjoint »

On aurait pu croire que la série de victoires allait enfin pousser Abbas Bayat le président Carolo à signer un contrat à Tibor Balog. Que nenni ! Samedi, le jour où Charleroi se déplaçait à Eupen, avec la menace d’être relégué à 7 points en cas de défaite, est sorti une ITV qu’Abbas Bayat a accordée à Frederic Larsimont, notre confrère du Soir. Un véritable coup de crosse à la profession d’entraîneur.

Que dit Abbas Bayat ?

Que 80 % des entraîneurs sont incompétents. Qu’ils n’ont pas le bagage suffisant pour pour gérer un groupe. Que le problème se situe au niveau de l’implication intellectuelle. Que la majorité d’entre eux ont une érudition très moyenne pour ne pas dire faible. Bref, permettez moi l’expression, Abbas Bayat dit: ce sont des cons. Ils n’ont jamais appris à apprendre. Alors Abbas Bayat s’est institué coach de ses coachs. il faut préciser que dans le privé, Abbas Bayat gère de très grosses sociétés. Il s’est donc mis en tête d’apporter à Tibor Balog son vécu en matière de gestion. En s’appuyant en plus sur sa vision du foot: Quand une équipe a moins le ballon, elle a moins de chances de marquer.

Le foot c’est un espace délimité, un nombre de joueurs fixes et des règles strictes. La seule variable non maîtrisée, c’est l’arbitrage. La forme des joueurs, de l’entraîneur, la tactique, la stratégie, tout ça, passé au bleu. Pour le président carolo, le coach idéal doit être un leader, un tacticien, avec en plus un minimum de connaissances médicales et un psychologue.

Parmi les plus grands entraîneurs de foot au monde, à l’heure actuelle, José Mourinho je crois a un diplôme de prof d’éducation physique, Alex Fergusson a un peu fréquenté la High School, Joseph Guardiola est entré au centre de formation de Barcelone à 13 ans. A Charleroi, il faudra donc faire au minimum 14 ans d’études universitaires pour être entraîneur… Même si je souhaite cette réussite scolaire à tous les entraîneurs, je ne parierais pas 10 centimes qu’Abbas Bayat le trouve un jour.

Une soirée qui a rendu le sourire aux amoureux du ballon rond

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 30 septembre 2011 13h39 | Ajouter un commentaire

Quelle fut belle cette soirée de football ! On avait les pires craintes au sujet de nos clubs belges et au final il nous ont offert un fabuleux triplé : Anderlecht, le Club de Bruges et le Standard. Ils ont, dans cet ordre, rendu le sourire aux amoureux du ballon rond…

imageglobe-29665984par Vincent Legraive

Ils nous ont réconcilié l’espace de 5 heures avec tout ce qui nous avait déçu depuis des années. De 18h00 à 23h00, ce ne fut que joie et fierté.

D’abord avec Anderlecht qui aura profité un maximum des possibilités que le Lokomotiv Moscou lui a octroyé. Car soyons honnête, Anderlecht a été dominé, il a également bénéficié des largesses arbitrales qui auraient du le sanctionner d’un pénalty et d’une exclusion de Silvio Proto mais également d’un but refusé sur un hors-jeu inexistant.

Mais surtout il a eu la très bonne idée de marquer tôt dans la rencontre via un retourné splendide de Suarez. Il s’est également mis à l’abri d’une fin de rencontre difficile sur le 1er but de Dieumerci Mbokani à qui l’on ne cessera de dire Dieu, merci.

Avec ce 1er succès historique en Russie, Anderlecht a déjà un pied en 16e de finale de l’épreuve. Dans les statistiques de l’UEFA, une équipe qui débute par un 6 sur 6 s’est qualifié dans 82 % des cas.

Bruges et le Standard aussi

On devrait retrouver également le Club de Bruges, lui qui a crée l’exploit de la soirée : un succès 1-2 à Braga face au finaliste de l’an dernier, invaincu chez lui depuis un an et qui a mené au score. Mais Akpala et Ryan Donck auront offert au Club l’une des plus belles victoires à l’extérieur de ces 10 dernières années.

Il restait au Standard a parachevé le travail. On n’y a pas cru lors des 45 premières minutes. mais on a explosé avec tout le public de Sclerssin en sceonde période via les 3 buts de Seijas, Felipe et Kanu.

Hier, les clubs belges ont appliqué à la lettre ce que je leur avait demandé ici même à cette même heure : du réalisem, de la confiance. Et donc, à l’instar de certains, j’ai également ma petite chanson…

Edito: bousculer l’adversaire, lui montrer qu’on est là

Par Fabrice Cecchi dans Divers , le 29 septembre 2011 08h47 | Ajouter un commentaire

footeu

Par Vincent Legraive

Anderlecht, le Standard et le Club de Bruges peuvent s’attendre à vivre une soirée difficile en Europa League. Sur papier plus difficile que la première qui avait été sanctionnée par deux victoires et un partage

Que ne doivent pas faire Anderlecht au Lokomotiv Moscou, Bruges à Braga et le Standard contre Copenhague ?

D’abord, ne pas partir avec un quelconque complexe d’infériorité. Certes les 3 adversaires sont d’un autre calibre que l’AEK Athènes et Maribor mais ce n’est tout de même pas Barcelone, le Real ou Manchester.

Ensuite, ne pas trop respecter l’équipe d’en face. On pense surtout à Anderlecht et Bruges qui ont des déplacements délicats contre Moscou invaincu depuis 14 rencontres et face à Braga qui n’a pas perdu depuis le début de la saison.
A l’inverse, il faudra oser, tenter, retenter, oser à nouveau. Bousculer celui d’en face, lui montrer qu’on est là et bien là.

Tout cela avec une bonne organisation défensive indispensable dans de tels cas de figure.

De son côté, le Standard aura lui l’avantage d’évoluer à domicile. Ce soir et puis dans 3 semaines contre les Ukrainiens de Poltava. Si les Liégeois avaient la bonne idée de remporter leurs 2 matches, il totaliserait 7 pts sur 9 et aurait 85 % de chances de rejoindre les 16es de finale.

Daerden rejoint une longue liste…

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 27 septembre 2011 16h37 | Ajouter un commentaire

Que son club soit en Division 1 ou en Division 2, Abbas Bayat continue de changer d’entraîneurs comme de chemises. Hier, le président du Sporting de Charleroi a limogé Jos Daerden. Le Limbourgeois a rejoint une longue lignée d’entraîneurs priés de prendre la porte…

imageglobe-28125621par Vincent Legraive

Ferrera, Scifo, Delangre, Brogno, Waseige, Mathijssen, Van de Walle, Siquet, Collins, Demol, Dewolf, Craig, à nouveau Mathijsen, Czaba Lazlo, Lazlo Kovac…

15 entraîneurs qui sont sortis du Mambourg les pieds devants. Certains très rapidement, d’autres après avoir tenu le coup plus longtemps. Jos Daerden appartient à la 1re catégorie. Engagé en juin dernier, il n’aura tenu que 3 mois et 7 rencontres officielles : 6 en championnat et une en Coupe de Belgique avec une élimination d’entrée en 32e de finale des oeuvres de Turnhout, club de Division 3.

Nous sommes alors le 28 août et c’est déjà le début de la fin pour Daerden. Après une victoire lors de la 1re journée, il enchaîne par deux défaites et 1 partage. Bilan : 4 pts sur 12. Pas en rapport avec un club que le président avait surnommé « Le Sporting d’Anderlecht de la Division 2″. C’est que pour Abbas Bayat, Charleroi allait survoler cette D2 et allait retrouver l’élite un an après l’avoir quittée. C’était sur et certain comme toutes les certitudes de l’homme depuis 11 ans.

Alors, Bayat s’est une première fois fâché. Et quand Abbas fâché, Abbas craché.

Du coup, il a posé un ultimatum à son entraîneur : obtenir un 9 sur 9 lors des 3 prochaines rencontres. Après un succès au White Star, Charleroi a malheureusement concédé la partage samedi soir contre Heist, le plus petit budget de la D2.

8 pts sur 8, 8e place au classement à 8 pts du leader Eupen. 2e moins bonne défense du championnat : Abbas a vu rouge au pays Noir. Bonjour Jos, Au revoir Monsieur Daerden : hier sur le coup de 16h, le Limbourgeois s’est retrouvé gros jean comme devant.

Tiens en parlant de Grosjean, il fait partie des noms susceptibles de prendre place sur le banc de touche, vous savez, cette place au Mambourg où on actionne un petit bouton genre siège éjectable. Viré lui aussi à Visé il y a une semaine, Marc Grosjean est cité au même titre qu’Albert Cartier ou encore de Dante Brogno, Alex Czerniatynski et bien d’autres.

Un club où le président continue de faire la pluie et pas le beau temps. Un club où plus personne ne veut aller. Un club qui n’a rien à faire en D2 mais que les erreurs répétées l’y ont conduit et le feront rester.

Des supporters qui confondent sport et racisme

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 19 septembre 2011 08h39 | Ajouter un commentaire

La rencontre Genk – Standard a été interrompue dimanche soir pendant plus de 10 minutes. Les joueurs sont rentrés au vestiaire à cause du comportement d’une poignée de supporters.

imageglobe-29418169par Sébastien De Bock

Des supporters qui confondent sport et racisme. Et qui invitent le débat communautaire dans les tribunes des stades de foot. Dès l’entame du match, ces « pseudos » fans de foot ont entonné des chants anti-wallons.

Sur le fond, chacun aura son avis… J’ai préféré ne pas reprendre ici leurs propos… ça leur ferait une publicité dont on se passe bien et on risque encore de dire que les médias francophones gonflent l’incident.

Sur la forme, on regrette évidemment que le spectacle soit venu des tribunes plutôt que du terrain… Et qu’une poignée de supporters flamingants ait eu raison d’une joute qui promettait d’être belle…

Car je dois bien vous l’avouer… jusque là, on passait un agréable dimanche de football. Anderlecht battait La Gantoise 0-1 dans la belle ambiance du Stade Jules Otten. Et le duel Genk-Standard, qui s’est soldé par un 3-0 en faveur des Limbourgeois, promettait d’être magnifique…

Jérôme Nzolo, l’arbitre de la rencontre, a pris ses responsabilités

Il a d’abord dit au speaker du stade d’arrêter les chants. L’avertissement n’a pas suffi. Une décision saluée par la plupart des joueurs.

Surtout que ces supporters-là n’en sont pas à leur coup d’essai. Dernière illustrations en date: le match Tubize/Genk en décembre 2008. 63 minutes de chants anti-wallons.

Et puis la colère de Louis Derwa, manager des Sang et Or à l’époque qui, vous vous en rappelez sans doute, était monté sur le terrain en plein match pour demander à l’arbitre de prendre ses responsabilités.

Genk s’en est toujours bien sorti jusqu’ici

Pas d’interdiction de stades pour ces supporters, juste une forte amende et un communiqué. « Nos supporters n’avaient nullement l’intention d’offusquer les supporters Wallons. Le KRC Genk confirme que les chants étaient ludiques, avec pour seul but de taquiner. »

Décidément nous n’avons pas le même sens de l’humour.