SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Diables Rouges

La « bonne blague » d’Eden Hazard

Par Mathieu Tamigniau dans Diables Rouges , le 2 mars 2012 13h39 | Ajouter un commentaire

On l’a déjà dit et pas plus tard que jeudi à la même heure : les Diables Rouges ont encore du pain sur la planche avant les qualifications pour le Mondial 2014. Il leur reste 6 mois avant cette échéance. Une sorte de course contre-la-montre qui a débuté dès mercredi soir…

imageglobe-33564433par Vincent Legraive

Dès après le coup de sifflet final sanctionnant ce partage 1-1 face à la Grèce. 22h20, les joueurs rentrent aux vestiaires satisfait du résultat mais beaucoup moins de la manière. 2 heures plus tard, l’avion qui doit les ramener à Bruxelles est censé décoller. La délégation s’installe dans l’Airbus et attend. Attend. Il manque des joueurs : Dembélé, Naingolan, Vertonghen et surtout Nacer Chadli.

Dernier à être passé par la douane, il dépose ses affaires dans le bac, passe le portique de sécurité et récupère ses effets personnels dans la foulée. Sauf qu’il lui manque quelque chose : sa montre. Il fouille ses poches, retourne le bac. Rien… Il se tourne alors vers les douaniers grecs car pour lui, cette montre a disparu durant le scanning. Bref, un douanier a du la voler. Il faut dire qu’elle est belle et brillante et surtout elle coûte très cher : 7.000 €.

Chadli s’énerve, Démbélé le soutient et exige de voir les images des caméras de surveillance. Le ton monte : « Rendez-moi ma montre ! » « Nous ne l’avons pas » Tout cela dans un mélange de lutte gréco-anglo-français.

Jusqu’au message libérateur venant de l’avion : la montre est bien là, dans les mains d’Eden Hazard, sourire aux lèvres et fier de la blague réalisée aux dépens de son ami Nacer.

Les faits auraient pu en rester là sauf que vous savez comme moi : les plus courtes sont les meilleures. Ici, cela a duré 3/4 d’heure et l’avion a donc décollé avec 1 heure de retard.

Bilan : atterrissage à 4h30 du matin à Bruxelles. Si Georges Leekens a bien rigolé, estimant que cela prouve la bonne ambiance dans le noyau, certains l’ont trouvé saumâtre. Dont Timmy Simons et Nicolas Lombaerts. Le premier devait se taper 6h de route dans la foulée pour rejoindre Nuremberg. Le second devait reprendre un autre avion direction St-Petersbourg.

Les autres n’ont regagné leur lit que vers 5h30 eux qui ont des échéances importantes dès ce week-end en championnat.

Vous l’aurez compris, les Diables sont en retard au sens propre comme au sens figuré : l’heure tourne, les minutes passent. Mais depuis mercredi soir, les joueurs ont entamé leur contre-la-montre…

Les Diables Rouges éliminés: rendez-vous dans 3 ans

Par Mathieu Tamigniau dans Diables Rouges , le 12 octobre 2011 11h37 | Ajouter un commentaire

La Belgique ne participera pas à l’Euro 2012 de football. Le miracle allemand n’a pas eu lieu mardi soir à Düsseldorf. Les Diables Rouges n’ont rien pu faire face au réalisme allemand.

imageglobe-29939959par Samuel Ledoux

Je suis certain que êtes nombreux dans le cas… J’ai discuté avec un collègue devant la machine à café de la rédaction… Hé bien évidemment, cela n’a pas raté. « Je te l’avais bien dit : tu as vraiment cru que la Belgique pouvait gagner en Allemagne… Fallait pas rêver« .

Hé bien je dis oui… J’y ai cru… Enfin j’ai espéré, comme beaucoup. Mais voilà face au réalisme allemand il n’y a rien à faire. 5 occasions, 3 buts. Tout est dit.

La Belgique restait sur onze matches sans défaite. L’Allemagne a, elle, remporté les dix rencontres de sa campagne qualificative. Une campagne qui restera comme celle des occasions ratées.

Il restera très longtemps un petit goût amer en bouche, de trop peu… On a vibré mais on a aussi été déçus. Souvenez-vous du 4-4 contre l’Autriche, alors que l’on menait jusqu’à la dernière minute… cette défaite 3-2 en Turquie, ce penalty loupé par Witsel face à ces mêmes Turcs à Bruxelles qui reste pour moi le tournant de cette phase de qualification… ce nul pathétique en Azerbaïdjan (1-1)… Et on ne parle même pas du match aller face aux Allemands, où une seule erreur nous aura couté la défaite 0-1 alors que l’on méritait beaucoup mieux.

Une grande satisfaction

Une grande satisfaction: l’engouement des supporters retrouvé autour de notre équipe nationale. Je ne sais pas si vous avez écouté Vincent Legraive mais à la fin de la rencontre, on entendait plus les 5.000 supporters belges que les 45.000 allemands et ce malgré la défaite…

On prend donc rendez-vous pour le prochain mondial en 2014.

Et je suis près à parier que notre génération dorée se qualifiera pour le mondial Brésilien et ira loin dans la compétition… Encore un peu de patience et rendez-vous dans 3 ans.

Euro: les Diables seront qualifiés si…

Par Fabrice Cecchi dans Diables Rouges , le 7 octobre 2011 08h05 | Ajouter un commentaire

diap

Sébastien De Bock

Les Diables Rouges peuvent encore mathématiquement se qualifier pour l’Euro 2012. Sortons nos calculettes et essayons d’y voir plus clair.  Je vous propose de jeter un oeil sur le classement du groupe A.

L’Allemagne est qualifiée depuis belle lurette avec ces 24 points…

Suivent ensuite la Turquie et la Belgique, en lutte pour la deuxième place du groupe A. Deuxième place qualificative pour les barrages.

Les Turcs sont deuxièmes du groupe avec 14 points. Nous sommes 3èmes avec 12 points…
Les Diables Rouges n’ont plus le choix, ils doivent gagner ce soir sans quoi ils peuvent dire adieu à l’Euro.
Ils doivent battre le Kazakhstan ce soir et espérer une défaite des Turcs contre l’Allemagne.
Dans ce cas de figure, nous serions deuxièmes avec un point d’avance sur la Turquie.

Autre scénario possible: on gagne ce soir et le Turquie obtient un partage contre l’Allemagne.
Les deux nations ont 15 points mais la Turquie reste deuxième grâce aux confrontations directes. (3-2 à l’aller et 1-1 en juin dernier chez nous).

Dernier cas de figure. On gagne et les Turcs aussi. Rien ne change…
Ils conservent 2 points d’avance sur nous et tout se jouera donc au dernier match, mardi prochain.

Et là, disons que ça se complique… Quel que soit la situation puisque les Diables affrontent, ni plus ni moins, l’Allemagne, en déplacement à Dusseldorf…

Quant aux Turcs, ils ne feront sans doute pas dans la demi-mesure chez eux contre l’Azerbaidjan.

Je suis d’accord nos espoirs de qualifications sont maigres. Mais cette fois-ci, on y croit. L’exploit, c’est pour ce soir!

Quel film pour les Diables Rouges ?

Par Mathieu Tamigniau dans Diables Rouges , le 5 octobre 2011 15h20 | Ajouter un commentaire

Les Diables Rouges poursuivent leur préparation en vue du double affrontement face au Kazakhstan et l’Allemagne. L’équipe commence à prendre forme. Un seul entraînement est prévu ce mercredi avant une sortie cinéma durant l’après-midi…

imageglobe-29800200par Vincent Legraive

Concernant l’équipe, elle pourrait ressembler à celle-ci : Mignolet dans les buts. Une défense de gauche à droite avec Vertonghen, Van Buyten, Kompany et Ciman. Un milieu de terrain très offensif avec Simons, Witsel, Mertens, Hazard et Dembélé. En soutient d’Igor De Camargo.

C’est bien évidemment théorique car Georges Leekens est un habitué des surprises. Il a beau être passé chez le coiffeur, Long Couteau a les idées longues. Il pourrait opter pour Pocognoli à gauche, pour Odoï à droite, pour Defour ou Vadis aux côtés de Simons. Voir même à Lukaku en pointe. Il lui reste deux jours pour peaufiner cela. Et s’il insiste autant qu’hier, les réponses à ses questions tomberont vite. Des Diables qui ont eu droit à 2 heures d’entraînement très intensifs avec l’accent mis sur la construction offensive et la finition. Car après une fin d’année 2010 très prolifique, les Diables ne crachent plus autant le feu devant les buts adverses : 4 buts à peine en 4 matches face à la Turquie, la Slovénie, l’Azerbaïdjan et les Etats-Unis.

Des Diables qui vont donc se retrouver ce matin avant une après-midi plus récréative puisqu’une séance cinéma est prévue. Leekens qui aura le choix de la toile avant cette fin de campagne décisive.

Il pourrait par exemple opter pour « A mort l’arbitre » ou « Peur sur la ville » ou encore « Miracle » de Gavin O’Connor qui date de 2004. Nous, on choisirait plutôt « Le Diable au corps » ou « A nous la victoire ». Une équipe nationale qui pourra compter sur 30.000 supporters vendredi et sur 5.000 fans mardi à Dusseldorf. Parmi ceux-là, il y aura peut-être des jeunes de l’Olympic de Charleroi.

Il faut dire que ces bambins pourront aller dormir tard vendredi car le lendemain ils ne devront à nouveau pas se lever aux aurores afin de préparer leur sac, prendre un petit déjeune équilibré et se rendre au rendez-vous pour le match. Comme la semaine dernière et jusqu’au 22 octobre au minimum. C’est qu’hier, plusieurs responsables des équipes se sont réunis avec Steven Martens pour permettre aux jeunes de l’Olympic de continuer à jouer malgré la mise en interdiction d’activités sportives du club carolo . Aucune décision n’a encore été prise et l’ensemble du club reste privé de matches officiels jusqu’à nouvel ordre.

Tout cela par la faute de promesses non tenues, par la faute d’une gestion sportive et financière catastrophique, par la faute d’une Fédération qui laisse faire et qui laisse sombrer petit à petit des clubs qui dépensent 2 € là où ils n’en ont pas un seul.

350 jeunes, autant de parents qui ce mercredi après-midi iront à l’entraînement, par passion, par devoir mais qui ce week-end resteront à la maison. Ou qui iront au cinéma pour voir et revoir « Le cocu », « La promesse », « la trahison » ou peut-être « jeux interdits »

On ne mérite pas de se qualifier

Par Mathieu Tamigniau dans Diables Rouges , le 5 septembre 2011 17h33 | Ajouter un commentaire

La déception est toujours vive après le partage des Diables Rouges vendredi en Azerbaïdjan. Mardi, ils affronteront les Etats-Unis en match amical. Avec toujours Georges Leekens à la barre. Un sélectionneur qui pour la 1re fois essuie des critiques…

imageglobe-29082643par Vincent Legraive

Certains se demandent s’il faut encore poursuivre avec Leekens. Un retournement total de situation alors que l’optimisme est encore général en mai dernier. Mais il y a eu ce couac à Bakou, ce partage qui remet tout en question. Ce partage qui nous élimine quasi définitivement de la course au championnat d’Europe pour lequel nous ne nous sommes plus qualifiés sur le terrain depuis 1984. Nous n’irons sans doute pas en Ukraine et en Pologne et ce sera le 5e tournoi majeur consécutif sans la Belgique. 10 ans de disette que l’on espérait s’achever. On y croyait avec cette équipe qui a ramené le public au stade. Avec cette équipe pleine de talent. Avec cette nouvelle mentalité au sein du groupe.

Mais en football, ce qui compte, ce sont les résultats. Et le bilan de cette campagne n’est pas bon. Pas bon du tout.

12 pts sur 24 dans un groupe pas très relevé. 3 victoires, 3 partages et 2 défaites.

Alors certains diront que nous avons manqué de chance. C’est vrai. Contre l’Allemagne, en Turquie, face à l’Autriche et face à la Turquie à domicile. Que l’on méritait 5 ou 6 pts de + et que l’on serait déjà qualifié pour les barrages. C’est exact mais on peut manquer de chance une fois, pas à 4 reprises. Face à l’Allemagne, il a suffit d’une erreur individuelle. En Turquie, on devait au moins ramaner un partage mais Kompany s’est fait exclure et Vertonghen a frappé à côté du ballon. Contre l’Autriche, on encaisse à la dernière seconde après avoir pris l’avantage deux minutes auparavant. Contre la Turquie, Witsel loupe un penalty.

Mais vous savez quoi : si on n’arrive pas à gagner en Azerbaïdjan face à la 112e nation mondiale, on ne mérite pas de se qualifier.

Alors on ressort l’inexpérience du groupe, sa jeunesse. c’est vrai qu’à Bakou, la moyenne d’âge était inférieures à 24 ans et que tous les pays en passe de se qualifier sont âgées entre 26 et 29 ans. Mais cette excuse, on la ressort depuis 3 ans. Il faut à présent l’oublier. La plupart des joueurs jouent dans des grands clubs et ont en moyenne 25 sélections en équipe nationale. le problème, c’est que dans leurs clubs ils cotoyent des grands joueurs. Chez les Diables, ils doivent prendre leurs responsabilités et hormis Kompany ils n’en sont pas capables.

Alors certes il ne faut pas tout jeter, ce serait trop facile. l’objectif de la Fédération est et reste la qualification pour le Mondial 2014 au Brésil. Avec Leekens qui a resigné pour 2 ans mais qui ne va jamais au bout de ses contrats. Avec ce groupe qui devra bien un jour ou l’autre gagner des rencontres importantes. En 9 ans, nous n’avons gagné que 3 grands matches face à des grandes équipes. On le répète, en football il n’y a que les résultats qui comptent.

Ironie du sort: une Belgique unie face à des pays splittés!

Par Gaëtan Willemsen dans Diables Rouges, Divers, Vidéos , le 31 juillet 2011 20h34 | 2 commentaires

Le tirage au sort samedi des groupes de qualification pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil a réservé une surprise à la Belgique. En pleine crise politique et communautaire, notre pays n’affrontera que des équipes nationales déjà « coupées ». Croatie, Serbie et Macédoine font partie de l’ex-Yougoslavie, alors que l’Ecosse et le Pays de Galles sont deux des quatre « home nations » d’un seul et même Etat, le Royaume-Uni. A noter que certains blogs ont déjà souligné l’ironie du tirage, non sans humour.

Mais sportivement et à l’inverse de l’Eurovision, les rivalités entre ces équipes donneront lieu à des derbies engagés qui pourraient servir les intérêts des Diables, seuls « neutres » du groupe.

diablesblog

Souvent, football et histoire épousent les mêmes courbes. Mon confrère du Soir Olivier Mouton ressortait à juste titre vendredi ses albums Panini pour nous raconter les histoires teintées d’Histoire de 16 joueurs inoubliables ( > Lien vers son article en ligne ). Samedi, c’est une plongée dans le passé qui a secoué nos futurs adversaires du groupe et une projection vers l’avenir qui a donné de l’espoir à notre pays.

Croatie, Serbie, Macédoine, a history of violence

croatavantEn particulier pour les « Yougos » du groupe. Les deux meilleurs classés, Croatie et Serbie, peuvent être qualifiés de frères ennemis. Deux peuples unis par une même langue (le Serbo-Croate) et un même pays, la Yougoslavie, durant 73 ans, de 1918 à 1991, année de la déclaration d’indépendance de la Croatie. S’en est suivie la guerre de Croatie entre Croates et Serbes -de Croatie et de Yougoslavie- jusqu’à fin 1995.
Les sentiments nationalistes qui ont mené à l’éclatement de la Yougoslavie et les différentes fiertés nationales qui en découlent font de chacun de leurs duels sportifs de véritables barouds d’honneur.

Deux habitués des Coupes du Monde et Euros

sercroD’autant qu’en matière de football, ils sont loin d’être des culs de jatte ! La preuve en est leurs dernières performances respectives en Coupe du Monde depuis l’éclatement de la Yougoslavie.
Lors de la Coupe du Monde 1998 en France, la Croatie termine 3ème du tournoi et la Serbie (alors encore dénommée Yougoslavie et formée de la Serbie, du Kosovo et du Monténégro) atteint les 8èmes de finale. En 2002, le Croatie se qualifie pour le tournoi en Corée du Sud et au Japon, mais ne passe pas la phase de groupes. En 2006 en Allemagne, la Croatie comme la Serbie-Monténégro se qualifient aussi. Et lors de la dernière Coupe du Monde, la Serbie est également qualifiée. Sans oublier que les Croates ont atteint 2 fois les quarts de finale d’un Euro depuis 1996 et les Serbes une fois en 2000.

Un duel fratricide qui pourrait profiter aux Diables

hoolignC’est dire si les Diables vont affronter des équipes habituées à décrocher leur qualification alors que nous courrons après la nôtre depuis 2002 ! Mais pour les fervents supporters des deux pays, déjà dans le même groupe lors des éliminatoires de l’Euro 2000, rien ne sera plus important que de battre le rival historique. Les matches contre les Diables auront à coup sûr une moindre importance aux yeux des fanatiques (les deux pays sont malheureusement au banc des pires hooligans du football actuel avec la Pologne, selon Platini). Quand on y ajoute les matches face à la Macédoine (faible 85ème mondial), également partie de l’ex-Yougoslavie et indépendante depuis 1991, on peut se mettre à rêver d’un relâchement de la vigilance des deux « grands » du groupe.

Comme si la Flandre jouait contre la Wallonie

scowalLes deux autres « pays » du groupe n’en sont pas. Ils constituent l’exception de la FIFA et certains nationalistes flamands ont déjà avancé l’idée saugrenue d’une dérogation similaire pour splitter l’équipe nationale belge. L’Ecosse est en fait la plus vielle équipe nationale du monde avec l’Angleterre. L’Etat (Royaume-Uni) ayant inventé les règles du football possède 4 représentants sur la scène foot: l’Angleterre, l’Ecosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord. Politiquement parlant, ces 4 entités disposent de leurs propres langues régionales officielles.

Semi-indépendants

mapEn Ecosse, contrairement au Pays de Galles, ils jouissent même depuis 1998 d’un parlement compétent pour tout, excepté la Défense, les Affaires étrangères, les politiques fiscales et économiques, ou encore les législations sur les stupéfiants et l’audiovisuel. Les trois banques écossaises peuvent émettre leurs propres billets de banque et même le code de loi est différent en de nombreux points du code de loi anglais et gallois, qui est le même.
Le Pays de Galles quant à lui est également une région partiellement autonome du Royaume-Uni. Il dispose de sa propre Assemblée nationale, qui peut voter des lois différentes de celles du Royaume-Uni (qui peut lui-même révoquer ces lois à tout moment).
Autant dire qu’il y a dans ces Régions des parallèles flagrants avec notre système fédéral. Les nationalistes écossais sont en outre très présents, et ce dans chaque courant politique du parlement, tant à droite qu’à l’extrême gauche et même chez les verts.

On s’était qualifiés pour 2002 dans le groupe de la Croatie et de l’Ecosse…

Le derby des îles britanniques, entre deux équipes au jeu très british et dont les participations à une Coupe du Monde remontent encore plus loin que les nôtres (1998 pour l’Ecosse, 1958 pour le Pays de Galles), risque de faire les gros titres des journaux outre-Manche. Bien plus que leurs confrontations avec nos Diables. A moins que les Ecossais ne se rappellent du coup de tête égalisateur de Van Buyten lors du 2-2 à Glasgow en qualifications pour le Mondial 2002. Ce but nous avait permis de disputer les barrages puis d’aller à la dernière Coupe du Monde en date de notre histoire. Cette année-là, la Croatie était également dans notre groupe de qualification.

Espérons pour notre football que l’Histoire se répète !

Pourquoi les Diables doivent-ils absolument gagner ?

Par Mathieu Tamigniau dans Diables Rouges , le 3 juin 2011 16h44 | Ajouter un commentaire

Un seul match sur toutes les lèvres, dans tous les esprits des supporters belges : Belgique-Turquie. Un match que les Diables doivent gagner. C’est ce qu’on répète sans arrêt. Mais pourquoi les diables doivent-ils gagner absolument ?

gill

par Eddy Daniel

Pour avoir une chance de finir deuxièmes et de participer aux barrages avec les autres meilleurs deuxièmes. Aussi, parce que les Diables ont joué un match de plus que les Turcs. Les Diables les précèdent au classement, avec 10 points, contre 9 pour les Turcs. Mais le match joué en plus fait la différence. C’est le hasard du calendrier qui provoque cela.

Si les Turcs jouaient maintenant leur match, et qu’ils le gagnaient, ils auraient 2 points de plus que la Belgique. Voilà pourquoi il faut gagner. En gagnant, il y aura 4 points d’écart. Même une victoire, qui rapporte 3 points, ne permettrait pas aux Turcs de nous rattraper. Remarquez: même dans ce cas là, on n’est pas à l’abri: il nous restera 3 matchs à jouer: en Azerbaidjan, contre le Kazakhstan et en Allemagne. La Turquie jouera 3 de ses 4 derniers matchs chez elle contre le Kazakhstan, l’Azerbaidjan et l’Allemagne. Son déplacement sera en Autriche. Si les Diables prennent 7 points sur 9, et que les Turcs gagnent tout, les Belges ne seront pas 2èmes.

Et puis il faut gagner, mais gagner par au moins 2 buts d’écart. Ce serait vraiment l’idéal. Parce que en cas d’égalité au classement, on observe le résultat des matchs entre les équipes concernées: d’abord le nombre de points. Là égalité. Les Turcs ont gagné le match aller. Les Belges gagneraient à Bruxelles. Puis la différence de buts. Les Turcs ont gagné 3-2 à l’aller. 1 but d’écart. Voilà pourquoi il faut idéalement gagner avec deux buts d’écart.

Faisons confiance aux Diables pour gérer tout ça. Comme le dit Georges Leekens: « Ils sont jeunes, mais ils n’ont pas besoin de Pampers« . Ils sont professionnels et ils vont gérer ça comme des chefs. Ils seront offensifs et intelligents. Croisons les doigts pour que la spirale positive ne s’arrête pas ce soir.

Polémique Hazard: rien ne sert d’envenimer les choses

Par Fabrice Cecchi dans Diables Rouges , le 24 mai 2011 09h37 | 10 commentaires

edenhazard

Par Eddy Daniel

Les Diables rouges ont donc commencé à préparer le match contre la Turquie. Le staff les a réunis au Château des Thermes, à Chaudfontaine. Au programme: bain à bulles, massage, détente et relaxation. Un programme destiné à récupérer des suites d’une longue saison

Une journée aux thermes aura permis de nettoyer le corps de tous les vilains résidus. Des résidus qui peuvent même prendre la forme de déclarations provocantes, comme celles  de l’entraîneur de Lille après le titre de champion de France. Rudi Garcia a qualifié Georges Leekens et Marc Wilmots d’aveugles à propos du talent d’Eden Hazard. Des propos qui faisaient suite à une polémique née entre les coachs quand Leekens avait gardé Hazard sur le banc. Depuis, Eden a été désigné meilleur joueur du championnat de France et on attendait évidemment la réplique de Georges. La voici.

« Les petits Belges ont gagné des prix, des Coupes, des championnats.  Dans cette euphorie, les entraîneurs disent des choses qu’on aime pas tellement. Mais nous, on est fixé sur la Turquie. Le plus important est de ne pas parler de mariage et de transfert. Le plus important maintenant est de créer une bonne ambiance, un climat de repos et de concentration. »

Debout sur le frein, l’ami Georges. Et une pointe de classe quand même. Avec raison finalement. Rien ne sert d’envenimer les choses. Le joueur lui-même serait le premier à en pâtir. Un joueur qui a d’ailleurs la tête bien faite puisqu’il a désamorcé la polémique en évoquant l’abondance de champagne dans les vestiaires lillois la nuit du titre. Et puis     aussi: il a envie de jouer contre la Turquie l’ami Eden. Et surtout d’être décisif.

Les Belges explosent à l’étranger

Par Fabrice Cecchi dans Diables Rouges, Football étranger , le 23 mai 2011 10h13 | 3 commentaires

imageglobe-26300865Par Eddy Daniel

Le football belge vit de belles heures pour le moment. Dernier beau moment en date: la désignation hier soir d’Eden Hazard au titre de meilleur joueur de la Ligue 1 en France. Un trophée remporté après avoir gagné la coupe et le titre de champion avec Lille. Mais Hazard n’est pas le seul joueur belge à se faire remarquer à l’étranger…

La Belgique essaime ses graines de champions aux 4 coins de l’Europe. Elles ont germé cette année. La plus belle de toutes ces plantes, c’est incontestablement Vincent Kompany. Il a joué une saison exceptionnelle avec Manchester City. Il est devenu le 1er Belge à gagner la célébrissime Cup. Il est qualifié avec son équipe pour la ligue des champions. Et il a été désigné pour faire partie de l’équipe type du championnat d’Angleterre. Les 11 meilleurs joueurs du championnat anglais quoi.

A

Mirallas renaît à l’Olympiakos

Autre belle plante, toujours en Angleterre, le gardien Simon Mignolet. Il jouait à Saint-Trond l’année dernière. Désigné meilleur gardien à la fin de la saison, il est arrivé à Sunderland très humblement pour y être réserviste. Ah ouiche ! Des prestations extraordinaires en ont fait le titulaire. Il est aussi devenu le gardien titulaire de l’équipe nationale. Cela ne fait que commencer.

Et Kevin Mirallas. Vous vous souvenez de Kevin Mirallas ? Saint-Etienne n’en voulait plus. Il y végétait sur le banc. Il a été transféré dans le club grec de l’Olympiakos où il a littéralement explosé. 14 buts marqués, 2ème meilleur buteur du championnat et le titre de champion.

Et à propos de buteur, il ne faut pas oublier Bjorn Vleminckx, le joueur de Nimègue. 23 buts marqués, et le titre de meilleur buteur, rien de moins. Un trophée qui lui a offert un beau transfert au FC Bruges.

A

Vertonghen et Alderweid: le mur de l’Ajax

A propos de fleurs et des Pays-Bas, deux belges y cassent la baraque, à l’Ajax Amsterdam. Jan Vertonghen et Toby Alderweireld. Titulaires en défense, ils ont aidé leur équipe à gagner le titre et à avoir la meilleure défense du pays. Moins d’un but de moyenenne encaissé par match.

Et je ne vous parle pas de Lombaerts, de Fellaini, de Vermaelen, de De Camargo… Bien d’autres encore qui s’ajoutent aux perles de notre championnat, les Defour, Witsel, Vossen, Ogunjimmy et d’autres… De quoi se réjouir pour l’équipe nationale. Si les responsables de notre football pouvaient se montrer à la hauteur, ce serait le paradis.

Vince The Prince

Par Martin Vachiery dans Diables Rouges, Football étranger, Premier League , le 19 avril 2011 07h58 | 3 commentaires

kompanybalo

L’humeur sportive de Vincent Legraive

Vincent Kompany prince d’Angleterre. Le défenseur des Diables Rouges figurent dans l’équipe type de la saison en Première League. La récompense d’une superbe saison…

Une saison au sein de Manchester City, actuel 4e du championnat mais qui surtout le 14 mai prochain disputera à Wembley la 130e finale de la plus ancienne compétition de football : la Cup. Les Citizens partiront favoris face à l’équipe de Stoke City. A cette occasion, City tentera de mettre un terme à 35 années sans trophée. Le dernier étant une Coupe de la Ligue en 1976. Une finale obtenue samedi dernier via un succès 1-0 contre le voisin de Manchester United. Une demi-finale déjà jouée à Wembley où Kompany portait le brassard de capitaine.

Le 14 mai, il deviendra le 5e Belge à disputer une finale et peut-être le premier à la remporter après Nico Claessen en 87 avec Tottenham, Philippe Albert en 98 avec Newcastle, Marouane Fellaini il y a 2 ans avec Everton et Anthony Vanden Borre la saison dernière avec Portsmouth. Surtout, Vincent Kompany, surnommé Vince The Prince, est en train de devenir un roi et vous le savez mieux que quiconque, Thomas, en Angleterre, cela à son importance à 10 jours du mariage entre le Prince Williams et Kate Middleton.

10e meilleur salaire d’Angleterre

Récompense ultime, Kompany figure dans le 11 de base de la saison en Angleterre, sans doute encore le championnat le plus relevé du monde. Une performance déjà réalisée l’an dernier par Thomas Vermaelen avec Arsenal. Kompany fait office de meilleur défenseur central aux côtés de Vidic de Manchester United. Une équipe dans laquelle on retrouve papy Van der Sarr dans les buts, Ashley Cole et Bacary Sagna également en défense. Nani, Nasri et Wilshere dans le milieu de terrain. Berbatov, Tevez et Bale en attaque. Gareth Bale, le Gallois de Tottenham, qui a par ailleurs été élu meilleur joueur du championnat.

Quant à Kompany, il poursuit 3 objectifs en cette fin de saison : la victoire en Cup, une qualification pour la Ligue des Champions et puis bien sûr ce Belgique-Turquie du 3 juin prochain. De quoi encore un peu plus mettre du beurre dans ses épinards lui qui gagne tenez-vous bien 136.000 € par semaine, ce qui en fait le 10e joueur le mieux payé d’Angleterre à égalité avec Didier Drogba.