SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Archives du novembre, 2011

But de l’année à la FIFA: votez De Ceulaer !

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 28 novembre 2011 12h55 | Ajouter un commentaire

L’attaquant de Lokeren, Benjamin De Ceulaer, figure parmi les nommés au Prix Puskás de la FIFA. Un prix qui récompense le joueur ayant marqué le « plus beau but » de l’année écoulée.

imageglobe-28702483par Eddy Daniel

Benjamin de Ceulaer doit sa nomination à son but inscrit face au Club Bruges. Pour commencer il faut rappeler que Ferenc Puskas était un extraordinaire buteur hongrois qui jouait pendant les années 50. Il est considéré comme le meilleur joueur hongrois de tous les temps, même s’il s’est fait naturaliser espagnol. Il a quitté la Hongrie en 1956 pour jouer au Réal Madrid. Il a gagné la coupe des champions en 1960 en marquant 4 buts en finale contre Francfort. En voyant la liste des nommés, on s’est d’abord demandé – et de Ceulaer aussi – si la FIFA n’avait pas fait erreur.

Il y a 10 nominés. Accrochez vous en voici quelques-uns: Lionel Messi, Zoltan Ibrahimovic, Wayne Rooney, Dejan Stankovic. Demandez à n’importe quel amateur de foot au monde qui est Lionel Messi, il vous répondra. De Ceulaer le premier évidemment. Demandez à Messi qui est Benjamin de Ceulaer…

Les critères pour qu’un but figure dans cette liste sont l’esthétique, l’importance du match, l’absence du facteur chance ou d’une erreur commise par l’autre équipe permettant le but, le fair-play et la date. De Ceulaer doit sa présence à son but contre le FC Bruges; C’était le 18 septembre dernier, au Daknam. De Ceulaer égalisait pour Lokeren à la 39ème. C’est vrai, le but est magnifique. De Ceulaer est à droite, dans le rectangle, à peu près à hauteur du point de penalty, mais dos au but. Du pied droit, il réceptionne un centre venu de sa droite, il fait sauter le ballon au-dessus du défenseur qui le marque, le Suédois Almeback.

Pendant que le ballon passe, il effectue un demi-tour, il passe devant le défenseur brugeois, et toujours du pied droit, il reprend de volée et expédie le ballon dans l’angle du but. Un but…à la Messi. Malheureusement pour Lokeren, ce but n’a servi à rien: il a finalement été battu et même De Ceulaer n’a pas fini le match ! Il a été exclu pour avoir reçu deux avertissements.

Votez !

Tous les buts nommés sont visibles sur internet, et vous pouvez voter. Car la particularité de ce prix est que ce sont les internautes qui votent. Ils ont jusqu’au 5 décembre. La finale réunira les 3 sélectionnés le 9 janvier à Zurich, au cours du gala du joueur mondial de la FIFA. Le vainqueur succèdera à Ronaldo et à Hamit Altintop, laureat l’an dernier. Le laureat reçoit un trophée gravé à son nom.

De Ceulaer est le 1er belge nommé pour ce prix. Tous les internautes de Lokeren, la famille de de Ceulaer, ses voisins, ses amis, tous sont évidemment réquisitionnés. Alors, c’est l’occasion ou jamais de faire connaître le championnat de Belgique les gars. Votez De Ceulaer. Envoyez le à Zurich. Il a déjà promis de faire de belles photos s’il y va, et de ramener un autographe de Lionel Messi.

D2: Charleroi bat le premier sans coach…

Par Mathieu Tamigniau dans Divers , le 15 novembre 2011 19h48 | Ajouter un commentaire

Pas de championnat en D1 le week-end dernier puisque les Diables Rouges sont lancés dans une série de deux matchs amicaux. Par contre, le championnat de D2 avait bien lieu, lui. On en était à la 13ème journée, et Charleroi continue sa série de matchs sans défaite. Les Carolos se sont imposés 0-1 à Eupen, l’actuel premier au classement. Tout ça sans coach désigné.

imageglobe-28125604par Eddy Daniel

Eh oui puisque Jos Daerden, l’entraîneur choisi en début de saison a été viré le 26 septembre. Et depuis Charleroi aligne les résultats positifs : 6 victoires et un partage en 7 matchs. Tout ça avec un intérimaire, un intermittent de l’entraînement. Le brave Tibor Balog.

Je dis brave parce que c’est la « n-n-n-nième » fois qu’il accepte ce poste d’intérimaire… En plus il est patient. Ca  fait quand même quasi 2 mois qu’il l’est, intérimaire. Il y a 3 semaines, le coach hongrois commençait à montrer quelques signes d’impatience… Il déclarait à nos confrères de Sud Presse:  « Le président ne peut pas traîner éternellement. Car il y a des points importants à éclairer pour le futur du groupe. Mais comme je connais le président, je sais qu’il ne traînera plus ».

Faut le comprendre Balog: Du jour au lendemain, le président peut mettre fin à cet interim : « J’ai trouvé mon coach. Et toi, Tibor, tu peux redevenir… euh… adjoint »

On aurait pu croire que la série de victoires allait enfin pousser Abbas Bayat le président Carolo à signer un contrat à Tibor Balog. Que nenni ! Samedi, le jour où Charleroi se déplaçait à Eupen, avec la menace d’être relégué à 7 points en cas de défaite, est sorti une ITV qu’Abbas Bayat a accordée à Frederic Larsimont, notre confrère du Soir. Un véritable coup de crosse à la profession d’entraîneur.

Que dit Abbas Bayat ?

Que 80 % des entraîneurs sont incompétents. Qu’ils n’ont pas le bagage suffisant pour pour gérer un groupe. Que le problème se situe au niveau de l’implication intellectuelle. Que la majorité d’entre eux ont une érudition très moyenne pour ne pas dire faible. Bref, permettez moi l’expression, Abbas Bayat dit: ce sont des cons. Ils n’ont jamais appris à apprendre. Alors Abbas Bayat s’est institué coach de ses coachs. il faut préciser que dans le privé, Abbas Bayat gère de très grosses sociétés. Il s’est donc mis en tête d’apporter à Tibor Balog son vécu en matière de gestion. En s’appuyant en plus sur sa vision du foot: Quand une équipe a moins le ballon, elle a moins de chances de marquer.

Le foot c’est un espace délimité, un nombre de joueurs fixes et des règles strictes. La seule variable non maîtrisée, c’est l’arbitrage. La forme des joueurs, de l’entraîneur, la tactique, la stratégie, tout ça, passé au bleu. Pour le président carolo, le coach idéal doit être un leader, un tacticien, avec en plus un minimum de connaissances médicales et un psychologue.

Parmi les plus grands entraîneurs de foot au monde, à l’heure actuelle, José Mourinho je crois a un diplôme de prof d’éducation physique, Alex Fergusson a un peu fréquenté la High School, Joseph Guardiola est entré au centre de formation de Barcelone à 13 ans. A Charleroi, il faudra donc faire au minimum 14 ans d’études universitaires pour être entraîneur… Même si je souhaite cette réussite scolaire à tous les entraîneurs, je ne parierais pas 10 centimes qu’Abbas Bayat le trouve un jour.

« Calciopoli »: tout comprendre avec Vincent Legraive

Par Mathieu Tamigniau dans Calcio , le 9 novembre 2011 11h28 | Ajouter un commentaire

Ce fut sans doute le plus gros scandale du football italien. Plus de 5 ans après les faits, les décisions judiciaires sont tombées concernant le fameux « Calciopoli », cette affaire sportivo-financière…

imageglobe-4305535par Vincent Legraive

Une affaire qui avait secoué non seulement le foot italien mais également mondial en 2006. Hier, la justice italienne a tranché. Le procès pénal qui se tenait à Naples a infligé 5 ans et 4 mois de prison à Luciano Moggi, l’ancien directeur général de la Juventus de Turin. Les actuels président de la Fiorentina et de la Lazio de Rome ont eux écopés de 15 mois chacun alors que celui de la Reggina en a pris 18.

Le Calciopoli, c’est cette affaire impliquant plusieurs clubs soupçonnés d’avoir influencé la désignation des arbitres pour leurs matches. Nous sommes au printemps 2006. Dans leurs éditions, les deux plus grands quotidiens sportifs La Gazzetta Dello Sport et Il Corriere Della Serra publient des comptes-rendus d’écoutes téléphoniques ordonnés par la justice deux ans plus tôt.

Des conversations entre Luciano Moggi et Pierluigi Pairetto, chargé de désigner les arbitres en championnat entre 99 et 2005. Lors de ces échanges, Moggi donnait ses instructions pour recevoir les arbitres qu’il souhaitait pour les rencontres de la Juventus. En septembre, le parquet de Turin classe l’affaire car selon lui cela ne permet pas d’établir une possible corruption. Mais l’affaire fait grand bruit, la population est scandalisée et Sepp Blatter, le président de la FIFA, qualifie cela comme étant le plus gros scandale de l’histoire du football.

La Juve pénalisée

Immédiatement, le Calciopoli englobe plusieurs clubs : la Juventus, mais également le Milan AC et l’Inter, la Lazio de Rome et la Fiorentina. Les 12 membres du Conseil d’administration de la Juve démissionnent et Moggi est suspendu de toute activité sportive pour une durée de 5 ans. En juillet 2006, le tribunal rend sa décision : la Juventus perd ses titres de champion de 2005 et 2006, est exclu de la Ligue des Champons et est rétrogradé en Série B avec 30 pts de retard. La Lazio et la Fiorentina descendent également avec 12 et 7 pts de pénalité. Le Milan AC demeure lui en Série A avec 15 pts en moins.

Les clubs feront appel, les peines seront adoucies mais seule la Juventus sera rétrogradée avec cette fois non plus 30 mais 9 pts de retard. Elle sera championne et retrouvera l’élite un an plus tard. Aujourd’hui,et alors qu’aucune preuve tangible n’a permis de savoir s’il y a eu réellement de matches truqués, les principaux dirigeants sont donc envoyés en prison même s’ils feront certainement appel de cette décision.

Bref, 6 ans après le Calciopoli, en voulant jouer au Monopoly, les sois-disants tricheurs sont envoyés en prison, sans passer par le Start.

Ferguson depuis 25 ans à la tête de ManU !

Par Mathieu Tamigniau dans Football étranger, Premier League , le 8 novembre 2011 11h44 | Ajouter un commentaire

25 ans à la tête d’un club de football! Le chiffre impressionne tant la mode est à la valse des entraîneurs actuellement. Et pourtant, contre vents et marées, Sir Alex Ferguson tient toujours la barre à Manchester United. Il a fêté hier son 1/4 de siècle passé à la tête des Red Devils.

imageglobe-30074025par Sébastien Capette

Un modèle de longévité. Il fait partie des meubles à United. Il a élevé à lui seul le club au rang des meilleures équipes d’Angleterre et d’Europe. Un chiffre pour illustrer cela: 37. C’est le nombre de trophées remporté par Ferguson avec Manchester. Alors que le club en compte 53 dans toute son histoire! Sur les 21 dernières années, il n’a connu que 4 saisons sans la moindre disctinction…

Des chiffres à faire pâlir n’importe quel entraîneur, quel que soit son statut. N’en déplaise à José Mourinho.

Les débuts n’ont pourtant pas été faciles: arrivé le 6 novembre 1986 en remplacement de Ron Atkinson, Ferguson devra attendre 4 ans avant de remporter son premier titre, la FA Cup. A une époque où Liverpool était le plus grand club d’Angleterre. L’écossais est sous pression, mais il tient bon jusqu’en 1993. Année de la consécration où il remporte son premier championnat. Le premier du club depuis 1967!

Elevé au rang de messie, Alex Ferguson révèle au monde du ballon rond un autre de ses talents: la formation de futurs stars internationales. J’en cite quelques uns, la liste est très loin d’être exhausitve: Ryan Giggs, Roy Keane, Gary Neville, Paul Scholes, David Beckham etc. Plus récemment, Cristiano Ronaldo. Qui n’a pas hésité à qualifier Ferguson de second père. Ou encore Wayne Ronney. L’international anglais âgé d’un 1an lors de la prise de pouvoir de l’Ecossais.

Son impact en Grande Bretagne est tel qu’il est anobli par la Reine Elisabeth II herself en 1999. Pour je cite, « ses services rendus au football ». C’est dire… Le club a carrément baptisé une tribune à son nom ce w-e après la victoire face à Sunderland.

Et ne croyez pas que cet anniversaire va le pousser tout doucement vers la retraite. Agé de 69 ans, Ferguson a déclaré vouloir continuer tant que sa santé le lui permettra. Et puis, un nouveau défi s’offre à lui cette saison: remettre à sa place l’insolent voisin Manchester City. Qui a battu United 6-1, à Old Trafford! La pire défaite de sa carrière.

Ferguson se donne le temps d’y parvenir, à force de travail et de patience. A l’image de toute sa carrière. Comme quoi virer un coach après 2 défaites n’est pas toujours la solution. Certains dirigeants feraient mieux de s’en inspirer…