En ce moment

Archives du juillet, 2011

Ironie du sort: une Belgique unie face à des pays splittés!

Par Gaëtan Willemsen dans Diables Rouges, Divers, Vidéos , le 31 juillet 2011 20h34 | 2 commentaires

Le tirage au sort samedi des groupes de qualification pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil a réservé une surprise à la Belgique. En pleine crise politique et communautaire, notre pays n’affrontera que des équipes nationales déjà « coupées ». Croatie, Serbie et Macédoine font partie de l’ex-Yougoslavie, alors que l’Ecosse et le Pays de Galles sont deux des quatre « home nations » d’un seul et même Etat, le Royaume-Uni. A noter que certains blogs ont déjà souligné l’ironie du tirage, non sans humour.

Mais sportivement et à l’inverse de l’Eurovision, les rivalités entre ces équipes donneront lieu à des derbies engagés qui pourraient servir les intérêts des Diables, seuls « neutres » du groupe.

diablesblog

Souvent, football et histoire épousent les mêmes courbes. Mon confrère du Soir Olivier Mouton ressortait à juste titre vendredi ses albums Panini pour nous raconter les histoires teintées d’Histoire de 16 joueurs inoubliables ( > Lien vers son article en ligne ). Samedi, c’est une plongée dans le passé qui a secoué nos futurs adversaires du groupe et une projection vers l’avenir qui a donné de l’espoir à notre pays.

Croatie, Serbie, Macédoine, a history of violence

croatavantEn particulier pour les « Yougos » du groupe. Les deux meilleurs classés, Croatie et Serbie, peuvent être qualifiés de frères ennemis. Deux peuples unis par une même langue (le Serbo-Croate) et un même pays, la Yougoslavie, durant 73 ans, de 1918 à 1991, année de la déclaration d’indépendance de la Croatie. S’en est suivie la guerre de Croatie entre Croates et Serbes -de Croatie et de Yougoslavie- jusqu’à fin 1995.
Les sentiments nationalistes qui ont mené à l’éclatement de la Yougoslavie et les différentes fiertés nationales qui en découlent font de chacun de leurs duels sportifs de véritables barouds d’honneur.

Deux habitués des Coupes du Monde et Euros

sercroD’autant qu’en matière de football, ils sont loin d’être des culs de jatte ! La preuve en est leurs dernières performances respectives en Coupe du Monde depuis l’éclatement de la Yougoslavie.
Lors de la Coupe du Monde 1998 en France, la Croatie termine 3ème du tournoi et la Serbie (alors encore dénommée Yougoslavie et formée de la Serbie, du Kosovo et du Monténégro) atteint les 8èmes de finale. En 2002, le Croatie se qualifie pour le tournoi en Corée du Sud et au Japon, mais ne passe pas la phase de groupes. En 2006 en Allemagne, la Croatie comme la Serbie-Monténégro se qualifient aussi. Et lors de la dernière Coupe du Monde, la Serbie est également qualifiée. Sans oublier que les Croates ont atteint 2 fois les quarts de finale d’un Euro depuis 1996 et les Serbes une fois en 2000.

Un duel fratricide qui pourrait profiter aux Diables

hoolignC’est dire si les Diables vont affronter des équipes habituées à décrocher leur qualification alors que nous courrons après la nôtre depuis 2002 ! Mais pour les fervents supporters des deux pays, déjà dans le même groupe lors des éliminatoires de l’Euro 2000, rien ne sera plus important que de battre le rival historique. Les matches contre les Diables auront à coup sûr une moindre importance aux yeux des fanatiques (les deux pays sont malheureusement au banc des pires hooligans du football actuel avec la Pologne, selon Platini). Quand on y ajoute les matches face à la Macédoine (faible 85ème mondial), également partie de l’ex-Yougoslavie et indépendante depuis 1991, on peut se mettre à rêver d’un relâchement de la vigilance des deux « grands » du groupe.

Comme si la Flandre jouait contre la Wallonie

scowalLes deux autres « pays » du groupe n’en sont pas. Ils constituent l’exception de la FIFA et certains nationalistes flamands ont déjà avancé l’idée saugrenue d’une dérogation similaire pour splitter l’équipe nationale belge. L’Ecosse est en fait la plus vielle équipe nationale du monde avec l’Angleterre. L’Etat (Royaume-Uni) ayant inventé les règles du football possède 4 représentants sur la scène foot: l’Angleterre, l’Ecosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord. Politiquement parlant, ces 4 entités disposent de leurs propres langues régionales officielles.

Semi-indépendants

mapEn Ecosse, contrairement au Pays de Galles, ils jouissent même depuis 1998 d’un parlement compétent pour tout, excepté la Défense, les Affaires étrangères, les politiques fiscales et économiques, ou encore les législations sur les stupéfiants et l’audiovisuel. Les trois banques écossaises peuvent émettre leurs propres billets de banque et même le code de loi est différent en de nombreux points du code de loi anglais et gallois, qui est le même.
Le Pays de Galles quant à lui est également une région partiellement autonome du Royaume-Uni. Il dispose de sa propre Assemblée nationale, qui peut voter des lois différentes de celles du Royaume-Uni (qui peut lui-même révoquer ces lois à tout moment).
Autant dire qu’il y a dans ces Régions des parallèles flagrants avec notre système fédéral. Les nationalistes écossais sont en outre très présents, et ce dans chaque courant politique du parlement, tant à droite qu’à l’extrême gauche et même chez les verts.

On s’était qualifiés pour 2002 dans le groupe de la Croatie et de l’Ecosse…

Le derby des îles britanniques, entre deux équipes au jeu très british et dont les participations à une Coupe du Monde remontent encore plus loin que les nôtres (1998 pour l’Ecosse, 1958 pour le Pays de Galles), risque de faire les gros titres des journaux outre-Manche. Bien plus que leurs confrontations avec nos Diables. A moins que les Ecossais ne se rappellent du coup de tête égalisateur de Van Buyten lors du 2-2 à Glasgow en qualifications pour le Mondial 2002. Ce but nous avait permis de disputer les barrages puis d’aller à la dernière Coupe du Monde en date de notre histoire. Cette année-là, la Croatie était également dans notre groupe de qualification.

Espérons pour notre football que l’Histoire se répète !

Votez pour le plus beau but de la saison 2010/2011

Par Fabrice Cecchi dans Divers , le 26 juillet 2011 19h29 | Ajouter un commentaire

Il y a eu beaucoup de ratés cette saison mais il y au eu énormément de beaux (voire très beaux) buts !

Voici le Top 75 des plus beaux buts pour cette saison 2010/2011. Élisez votre plus beau but en postant un commentaire! A noter que dans ce Top, on retrouve Sébastien Pocognoli (Standard) et Wesley Sonck (Lierse)!

Kung Fu Football ou Kung Fu Volley Ball?

Par Fabrice Cecchi dans Divers , le 20 juillet 2011 16h08 | Ajouter un commentaire

Ou alors, est-ce le retour de Shaolin Soccer? Enfin bon, voici le résultat lorsque l’on combine le volley-ball, le football et le kung fu…

Le penalty qui rend la Panenka ringarde…

Par Fabrice Cecchi dans Vidéos , le 18 juillet 2011 14h53 | Ajouter un commentaire

Awana Diab a botté un penalty assez osé lors du match Emirats-Arabes-Unis contre le Liban. C’est un geste, certes difficile à réaliser mais qu’on aimerait le revoir faire un jour en finale d’une Coupe du Monde à 0-0 à la 89 ème minute et pas à 5-2 contre de pauvres Libanais.

Période noire pour le Standard

Par Fabrice Cecchi dans Divers , le 13 juillet 2011 10h23 | Un commentaire>

witsel

Par Vincent Legraive

Axel Witsel va signer aujourd’hui pour le Benfica Lisbonne. Steven Defour de plus en plus proche du Lokomotiv Moscou. Sans parler des possibles départs de Carcela, Mangala voir Tchité : que va-t-il rester du Standard à seulement 13 jours de l’entrée en lice du club en préliminaires de la Ligue des Champions ?


L’adversaire des Liégeois sera connu vendredi et sera à choisir parmi les Russes du Rubin Kazan, les Danois d’Odense, les Suisses de Zurich, les Roumains de Timisoara ou les Turcs de Trabzonspor du moins si ceux-ci sont autorisés à disputer les Coupes d’Europe suite au scandale des matchs truqués dans le championnat turc. La décision de l’UEFA est attendue pour demain. La question qui se pose est de savoir quel visage aura ce Standard les 26 ou 27 juillet prochains. Ce sera certainement sans Axel Witsel qui va donc signer aujourd’hui pour 5 ans avec Benfica. Montant du transfert : 8 millions d’euros soit la somme demandée par la direction liégeoise.

b

Et deux de moins…

Après 175 matchs disputés et 39 buts inscrits, le soulier d’or 2008 va donc quitter Liège après deux titres de champions et une Coupe de Belgique. Direction le club lisboète, 32 fois champion du Portugal et vainqueur de l’ancienne Coupe des Clubs Champions dans les années 60. Un club qui avait atteint la saison dernière les demi-finales de l’Europa League. Pour Witsel, il s’agit d’un tremplin idéal vers un club du Top. Witsel parti, son jumeau du milieu de terrain Steven Defour est lui proche de prendre le train en marche. Enfin la Lokomotiv. Celle de Moscou. Hier, les émissaires russes ont quitté Sclessin le sourire aux lèvres, indice que les négociations se sont bien déroulées. Le désormais futur ex-capitaine se donne quelques jours de réflexion afin sans doute de se rendre sur place et de convaincre madame que Moscou peut être attrayant malgré les -30 degrés en hiver.
b

Des départs qui en appellent d’autres

Deux départs qui pourraient en appeler d’autres : on cite Mangala à Valence même si la direction liégeoise ne veut pas le lâcher. On cite Carcela au Spartak Moscou mais le Marocain hésite à aller se les geler comme il dit. Enfin, ces départs pourraient provoquer celui de Mémé Tchité qui se sentirait bien seul. Autant de joueurs qui n’étaient pas présents hier lors du match amical à Ciney face à Tubize. Et sans eux, la formation n’a plus rien à voir avec celle qui a dominé le championnat belge durant quatre saisons.
b

Un Standard trop faible


L’équipe type actuelle serait : Bolat dans les buts. Pocognoli, Kanu, Boukhris et Oparé en défense. Un milieu de terrain dépeuplé avec Van Damme à gauche, Leye à droite et un duo central composé de Camara et d’Eninful ! Mujangi Bia et Nong en attaque. A cela il faut rajouter Berrier, Goreux, Felipe, Ciman ou Ramos si celui-ci veut bien quitter sa plage brésilienne. C’est faible, c’est trop faible même si avec les millions que vont rapporter les départs, le club va pouvoir engager du lourd. Mais ces arrivées auront besoin de temps pour s’adapter et Luciano D’Onofrio n’est plus là pour réaliser des miracles.