SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

José Riga, la chance de sa vie

Par Fabrice Cecchi dans Divers , le 28 juin 2011 09h53 | 4 commentaires

rigajose

Par Vincent Legraive

José Riga va donc signer tout à l’heure un contrat de 2 ans comme entraîneur du Standard. A 53 ans, ce Liégeois pure souche va recevoir la chance de sa vie…

Certains diront qu’il s’agit d’un cadeau empoisonné, d’autres affirmeront que Riga, entraîneur d’un club du Top, ce n’est que justice. En tout cas, l’homme est suffisamment intelligent pour savoir qu’il sera attendu au tournant, sans doute plus que n’importe qui. Car Riga, c’est un peu la surprise du chef ! De nombreux noms de candidats avaient circulé depuis l’annonce du départ de Dominique D’Onofrio. Mais le sien avait rarement été cité. Et pourtant, tout à l’heure, c’est lui qui deviendra le 58ème entraîneur de l’histoire du Standard; 99 ans après un certain Charles Bunyan, premier coach des Rouches de 1912 à 1916. Riga va, qui plus est, signer pour 2 ans ce qui est plutôt rare à Sclessin, où l’on fait habituellement le bilan après chaque saison.

a

Déjà un beau parcours…

Il va donc recevoir l’occasion de prouver son immense talent au plus haut niveau. Car jusqu’ici, il s’était contenté d’un travail de l’ombre. Que ce soit à Visé ou à Sprimont avant de devenir l’adjoint de son désormais prédécesseur, Dominique D’Onofrio. C’était entre 2003 et 2005. Dans la foulée, il avait pris la direction de Mons. Un bilan positif avec une remontée en D1 dès sa première saison. Après s’être maintenu, il avait été victime du très mauvais début de saison durant lequel l’équipe ne comptait que 10 petits points. Il avait donc été débarqué avec pour bilan chiffré 87 matchs dirigés, 34 victoires, 32 défaites et 21 partages. Pas mal pour un club qui oscillait entre l’élite et l’antichambre.

41 mois et un retour à Visé en tant que directeur technique plus tard, voilà donc José Riga de retour par la grande porte.

a

… mais ses détracteurs l’attendent au tournant

Certains estiment donc qu’il n’a pas les épaules assez solides pour ce job. C’est peut-être vrai, mais à ceux-là on rétorquera qu’avant lui ni Michel Preud’homme, ni Dominique D’Onofrio n’avaient eu d’expérience en D1. Ce qui ne les avait pas empêchés d’être champions, vice-champions ou vainqueurs de la Coupe. Et puis Riga a un double avantage : il connaît la maison et il a une autorité naturelle : pas besoin de gueulante avec lui. Son message passe sans hausser le ton. Parce que l’homme a toujours les mots justes. Reste seulement à savoir si le groupe de joueur le suivra. Un Riga qui va de toute façon être jugé sur des résultats qui arriveront très vite avec la Supercoupe le 23 juillet face à Genk et le troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions cinq jours plus tard.

Mais quand on constate que le nom Riga est synonyme de sérieux, de sobriété et de calme, on peut se dire que l’homme pourra sans souci calmer les flammes de l’enfer de Sclessin.

Laisser un commentaire