En ce moment

Archives du septembre, 2010

Un Samuel Eto’o 2.0

Par Martin Vachiery dans Football étranger , le 30 septembre 2010 13h54 | 7 commentaires

etoo-blog

L’attaquant camerounais attaque cette nouvelle saison pied au plancher sous le maillot des Nerazzurri. Au delà même des chiffres, largement à son avantage, avec 9 buts en 7 matchs, le buteur de l’Inter semble encore meilleur que dans ses meilleures années au Barça. Ce mercredi encore, le joueur a été brillant dans son match contre le Werder, à l’image de son triplé (voir la vidéo). Le Samuel Eto’o version Calcio a pris une nouvelle dimension sur le terrain. A l’image de son énorme fin de saison, bien représentée par son match de défenseur contre son ancien club en demi finale de la Ligue des Champions. Une fin de saison malheureusement quelque peu ternie par la très mauvaise Coupe du Monde des Camerounais.

Deux visages

Mais le cas de Samuel Eto’o version Cameroun mériterait au moins un autre article, voir même un bouquin complet. Souvent on a tendance à parler d’Eto’o comme d’un joueur ayant deux visages. Le joueur collectif, créateur, au service de son club; et la star individualiste, buteur égoïste de sélection. La situation est bien plus complexe. Les attentes placées par les Camerounais en Samuel Eto’o sont sans doute  démesurées, le talent éclatant du joueur suscite des attentes logiques, mais un joueur seul ne peut faire gagner son équipe. Il manque un fond de jeu au Cameroun, un vrai coach fédérateur et une amélioriation de la politique sportive du pays. Mais c’est un autre débat.

Revenons en au Eto’o « nouvelle génération ». Ce buteur s’est peu à peu transformé en joueur complet, indispensable et utile à toutes les lignes de son équipe. Défenseur, passeur, meneur de jeu…à 29 ans, le Camerounais est au meilleur de son football, son volume de jeu a pris une nouvelle dimension.

Au sommet de son art

Alors qu’on pouvait penser que ses perfomances étaient dues ou du moins sublimées par José Mourinho, la transition Benitez semble confirmer qu’Eto’o est toujours aussi bon, voir même meilleur. D’ici à la fin de la saison, Eto’o devrait probablement planté plus de 20 buts, voir même titillé son record de 30 buts inscrits en 2008-2009 avec le Barça. Un joueur au sommet de son art, en pleine maturité, qui attend toujours un résultat sur la scène international avec le Cameroun.

En 2014, au Brésil, Samuel Eto’o pourrait jouer sa dernière Coupe du Monde à 33 ans, une dernière occasion, peut-être, pour lui de marquer à jamais l’histoire du foot africain et de prouver qu’il est bien l’un des plus grands attaquants des années 2000. D’ici là il y aura encore une CAN et quelques Ligue des Champions à gagner…

Il se fait mal pour son équipe

Par Martin Vachiery dans Football étranger, Vidéos , le 30 septembre 2010 13h16 | Ajouter un commentaire

C’est beau le football parfois. Certains joueurs n’hésitent pas à se sacrifier pour leur équipe, à l’image de ce défenseur brésilien. Dans le match Guarani-Vasco de Gama, Dede a mis en danger sa descendance pour sauver son équipe d’un but tout fait. Un héros…

Aïe.

On croyait en être débarrassé mais il est de retour

Par Fabrice Cecchi dans Diables Rouges , le 30 septembre 2010 10h36 | Ajouter un commentaire

dickadvo

Par Vincent Legraive

Dick Advocaat retrouvera les Diables Rouges le 17 novembre prochain

Alors précisons tout de suite avant que des supporters ne s’effraient sur la route et provoquent des accidents : Advocaat ne revient pas à la tête des Diables Rouges. On a beau être dans le pays du surréalisme, il y a tout de même des limites.

Non, Advocaat, les Diables le retrouveront comme adversaire le 17 novembre prochain lors d’une rencontre amicale Russie/Belgique à Moscou. Un affrontement programmé par le Néerlandais et Georges Leekens la semaine dernière lors d’un Congrès à Madrid réunissant les sélectionneurs nationaux de l’UEFA. Advocaat et Leekens étaient à la recherche d’un match le 17 novembre, histoire de combler un trou de 4 mois entre la rencontre face à l’Autriche le 12 octobre et l’amical contre la Finlande le 9 février. Dick et Georges se sont alors tapés dans la main : rendez-vous dans 1 mois et demi à Moscou.

A Moscou, ce qui était la condition avancée par Advocaat sans doute apeuré à l’idée de revenir en Belgique et de se faire mitraillé au sens propre comme au sens figuré par la presse belge.

Dans toute cette histoire, ce qui est certain, c’est que la Fédération n’est pas rancunière. Roulé dans la farine par le Néerlandais qui 6 mois après avoir pris ses fonctions était parti pour un contrat bien plus juteux chez les Russes. Notre cher président François De Keersmaeker estime qu’il faut enterrer le passé alors que son trésorier Germain Landsheere se frotte les mains à l’idée des milliers d’€ que l’Union belge touchera pour ce déplacement.

Dans toute cette histoire, ce qui est certain, c’est qu’Advocaat a du culot lui qui n’a plus jamais donné signe de vie si ce n’est via advocats interposés.

En attendant, le mercredi 17 novembre, on connaît certains joueurs qui auront un bel esprit de revanche.

La Fédération qui a par ailleurs pris connaissance d’une info surréaliste : l’un des buts du stade Roi Baudouin n’était plus centré par rapport aux poteaux de corners. Les deux montants étaient en effet avancés de 20 centimètres. Ce sont les monteurs de la scène du concert de U2 qui s’en sont aperçus.

Le but en question est celui de droite, celui-là même où les Allemands ont inscrit le seul but lors de leur victoire 0-1. Et bien moi je dis qu’il faut rejouer le match. Si les montants avaient été à leur place, jamais Van Buyten n’aurait loupé son contrôle, jamais Lukaku et Dembélé n’auraient loupé leur action, jamais nous n’aurions perdu.

Bon, je suis d’accord, je m’emballe. Ma revendication n’a aucune chance d’aboutir même avec un bon Advocaat.

Charleroi: Abbas Bayat de plus en plus seul

Par Mathieu Tamigniau dans Jupiler League , le 28 septembre 2010 08h21 | 4 commentaires

belga-picture-14852638Par Vincent Legraive (BEL RTL)

Abbas Bayat de plus en plus isolé au sein de son propre club. Hier, la rumeur qui courrait depuis quelques jours a pris de l’ampleur : le président du Sporting de Charleroi pourrait licencier tout son entourage. A commencer par ses propres neveux…

Moggi, le manager général et Mehdi, le responsable commercial. Mais ce n’est pas tout : Raymond Mommens, en charge du recrutement, et Pierre-Yves Hendrickx, le secrétaire général sont également dans le viseur. Bref, tout le monde dans la machine à laver, fonction essorage et tant pis s’il y a des pulls qui rétrécissent.

La preuve une nouvelle fois de l’ambiance pourrie qui règne au Sporting. Ambiance qui s’est liquéfiée le dimanche 17 septembre dernier lorsque le président a décidé unilatéralement de se séparer de Jacky Mathijssen. Jacky, c’était l’ami de Moggi mais plus celui d’Abbas depuis son départ au Club de Bruges en 2007. A force de persuasion, les neveux Bayat étaient parvenus à convaincre leur oncle de faire revenir celui qui avait permis au club d’atteindre à deux reprises le Top 5. Mais Abbas avait prévenu : si vous vous trompez, je le vire.

Comme une entreprise

Ce fut chose faite après 7 journées de championnat. Parce qu’Abbas il est comme cela : il gère son club comme son entreprise. Celui qui ne remplit pas sa tâche, il est viré. Les 14 entraîneurs consommés en à peine 10 ans sont là pour le confirmer.

A présent, ce sont ceux qui ont pris les décisions qui pourraient en payer les pots cassés. Les neveux + Pierre-Yves Hendrickx car en + d’avoir fauté, ils se sont complètement désolidarisé des décisions du big boss. D’abord en n’acceptant pas le limogeage de Mathijssen et ensuite en ne souscrivant pas vraiment à l’arrivée de Lazlo Czaba. Du coup, depuis quelques jours, chabalance pas mal au Sporting.

Ce qui est certain, c’est que le club traverse la pire crise de son histoire. Un club gérée par un homme qui l’a redressé financièrement mais qui est en tellement souvent éloigné qu’il n’a qu’une vision partielle et souvent erronée du foot belge et de sa propre équipe.

Aujourd’hui, il est seul mais demeure persuadé de toujours prendre les bonnes décisions. Comme celle de peut-être prendre Benoit Thans comme directeur sportif. Hier, l’intéressé, s’il a reconnu des discussions, a nié toute proposition. Mais au fait, qu’irait-il faire dans ce bourbier lui qui ne cesse de mettre en exergue la stabilité et la bonne gestion d’un club comme Westerlo…

Qui irait d’ailleurs à Charleroi travailler dans ces conditions ? En attendant, depuis hier, personne ne réagit aux rumeurs et ne pas les contredire, c’est quelque part les confirmer. Même Moggi à la langue bien pendue se tait, c’est tout dire…

Le foot c’est facile

Par Martin Vachiery dans Calcio, Football étranger, Vidéos , le 27 septembre 2010 13h49 | Ajouter un commentaire

Démonstration ce week-end avec le but de Naples en Série A. Une relance à la main du gardien, une remontée de terrain en solo de Lavezzi, un décalage lumineux à l’entrée de la surface et à l’arrivée un superbe but de Cavani. Simple, propre et efficace.

What else ?

Edito: cassure à Charleroi !

Par Mathieu Tamigniau dans Jupiler League , le 27 septembre 2010 11h13 | 5 commentaires

Le lundi, en général, est le jour consacré au bilan de la journée de championnat qui vient de s’écouler. Quels sont les gagnants et les perdants du week-end ? A Charleroi, le sporting se situe pour le moment largement dans la colonne des perdants.

abbas

par Eddy Daniel (BEL RTL)

Charleroi est dans la colonne de droite du classement. Celle des descendants. Le championnat s’arrêterait aujourd’hui, le sporting serait l’un de ceux-là. Battu par le Lierse samedi, il est rattrapé par les lierrois qui bénéficient d’une meilleure différence de buts. Heureusement pour Charleroi, le championnat va encore durer 21 journées. Un argument sur lequel s’appuie le président Abbas Bayat pour garder confiance. Son équipe joue mal. Pas au niveau d’une équipe de division 1, en tous les cas. Mais le président affirme qu’il n’est pas inquiet. « Le club va s’en sortir, dit-il, même s’il a perdu 2 mois à cause de l’autre. » L’autre c’est Jacky Mathijssen. Belle marque de respect. Et facile de rejeter la responsabilité sur l’ex- entraîneur…

Cassure

C’est peu de dire que le limogeage de Mathyjssen a provoqué la cassure entre les supporters et le président. C’est un gouffre, un abîme qui sépare les deux parties. Mais ce n’est pas nouveau à Charleroi. Comme le faisait remarquer un supporter carolo ce matin, c’est la cassure tous les 15 jours là-bas. A propos de cassure, c’est même une fracture qu’on a frôlé samedi lors du match contre le Lierse.

En 2ème mi-temps, des supporters inconscients ont investi la tribune d’honneur pour brandir sous le nez d’Abbas Bayat un calicot à son intention : « dehors ! ». On peut reprocher beaucoup de choses au président du Sporting mais pas de manquer de courage. Il s’est élancé avec l’intention évidente d’affronter, seul, ces irrespectueux et de leur infliger une correction. Un steward l’a intercepté au dernier moment.

Au sporting de Charleroi, en ce moment, à défaut du terrain, le spectacle est en tribunes, dans les vestiaires ou sur le parking du stade. Avec comme principal protagoniste, le président contre divers adversaires, variables en nombre et en genre. La famille, des responsables du club, des supporters… Des matchs d’un autre genre, façon pugilat verbal, tendance boxe.

Le « pire gardien de l’histoire » récidive et craque

Par Martin Vachiery dans Divers, Football étranger, Vidéos , le 26 septembre 2010 15h42 | 3 commentaires

Le football est vraiment un sport difficile. Surtout pour ce gardien marocain qui refait parler de lui. Il y a quelques années, ce joueur aurait pu tranquillement faire ses bourdes chaque semaine, sans que personne n’en parle au delà des frontières de Mohammed VI. Mais on est en 2010, et en 2010 il y a « l’Internet ». Formidable outil de communication et de partage d’informations aussi essentielles qu’inutiles.

Et bien, grâce (vraiment ?) au web, vous pouvez maintenant mettre un visage sur le nom de Khalid Askri. Plus connu sous le nom, très dur, c’est vrai, de « pire gardien de l’histoire ». Et bien, après avoir été la risée du monde il y a quelques semaines, Khalid a encore fait parler de lui. Dans un match contre le KAC Kénitra, le gardien de Rabat a complétement loupé sa sortie au pied sur un ballon anodin, pressé par l’attaquant adverse. Résultat, le gardien craque, et sort du terrain en plein match.

Bon, honnêtement, ce genre de bourde arrive souvent dans le foot, sans qu’on en parle. Mais c’est bien connu, quand on devient une star, le moindre geste devient un fait d’actualité. Surtout les mauvais gestes…

La « rançon de la gloire » dont Khalid Askri se serait bien passé.

Les plus beaux gestes de la semaine

Par Martin Vachiery dans Divers, Football étranger, Vidéos , le 26 septembre 2010 15h14 | Ajouter un commentaire

Je sais pas vous, mais personnellement j’adore ce genre de compilation de gestes techniques et de buts. Dans cette vidéo, rien que le meilleur de la semaine foot européenne en musique. D’Anelka à Xavi, en passant par Alves ou Berbatov, rien de moins que le top du top. Un vrai régal.

This is football !

Mexès pète les plombs !

Par Martin Vachiery dans Calcio, Football étranger, Vidéos , le 23 septembre 2010 14h50 | 2 commentaires

Le défenseur de la Roma a littéralement explosé de rage après avoir reçu un deuxième carton jaune synonyme d’expulsion, dans un match de Serie A contre Brescia (défaite 2-1 de la Roma). Sur un tackle en dehors de la surface, le défenseur français dégage le ballon en corner en accrochant la jambe de l’attaquant Eder. Mais pour l’arbitre de la rencontre, c’est une faute volontaire…dans la surface. Résultat: penalty et expulsion de Mexès.

Hors de lui, le défenseur des Bleus s’en prend verbalement à l’arbitre, avant de frapper dans une caméra en sortant du terrain. Il risque plusieurs matchs de suspension pour cet accès de colère.

Après la rencontre, Ranieri, le coach romain, en rajoutait une couche: « Si le juge de touche estime qu’il y a penalty, il faut qu’il aille consulter. On méritait deux penalties, et celui de Brescia n’existe pas. C’est une sale journée. On a fait de notre mieux et les gars ne méritaient pas cette défaite ». Une « sale journée » qui ressemble au début de saison compliqué de la Roma, 18ème et relégable après 4 journées de championnat.

Encore une pluie de buts en championnat

Par Mathieu Tamigniau dans Jupiler League , le 23 septembre 2010 10h15 | Ajouter un commentaire
Junior a mis trois buts pour le GB, mais ça n'a pas suffit

Junior a mis trois buts pour le GB, mais ça n'a pas suffit

Par Vincent Legraive (BEL RTL)

Débutée par un festival de Jelle Vossen mardi, la 8e journée de championnat s’est poursuivie de manière spectaculaire hier soir. 30 buts au total, record égalé et une équipe de Genk qui prend ses distances.

Et qui compte ce matin 4 pts d’avance sur Anderlecht tenu en échec 1-1 au Lierse. Du coup, Genk sera encore leader au moins jusqu’à la 10e journée voir même plus car samedi il devrait prendre la mesure de Zulte-Waregem. D’autant qu’en même temps, ses poursuivants s’affronteront : Anderlecht contre Malines, soit le 2e contre le 3e.

Manque d’humilité

Un Sporting qui devra retrouver une certaine humilité : une qualité oubliée hier au Lierse. A 1-0 et à 11 contre 10, Anderlecht a cru que plus rien ne pouvait lui arriver. Erreur grave lorsque vous avez un Wesley Sonck en face de vous : 136e but personnel en Division 1 qui met un terme à 662 minutes d’invincibilité de Silvio Proto.

Sonck de la race des buteurs comme le sont Tchité ou Leye. Hier pourtant, les attaquants de Standard n’ont pas marqué, laissant cet honneur à Ciman et Defour. Laurent Ciman en béton armé, insensible aux insultés proférés par des supporters carolos furieux sur leur direction et qui n’ont pas hésité à l’inscrire sur des banderoles. Sclessin, c’est décidément le lieu d’expression et de revendication favori de notre football. Le lieu de tous les chocs comme ce fut le cas entre Mangala et Felipe.

Standard 5e

En attendant, ce matin, le Standard est 5e alors que Charleroi a déjà les yeux tournés vers ce match de la peur samedi contre le Lierse revenu à 3 pts.

Le Lierse qui a donc laissé Eupen seul dans sa misère. Derniers avec 1 pt sur 24 les Germanophones font furieusement penser à Tubize il y a 2 ans. Même enthousiasme, même côté sympathique et même mauvais résultats. Sauf que depuis quelques semaines, le côté sympathique a disparu pour faire place à des agressions sur le terrain, un football ultra défensif et des déclarations limites.

La preuve hier : une défaite 4-0 au Club de Bruges avec deux nouveaux cartons rouges. Bruges qui réintègre le Top 6 après avoir infligé 9 buts aux deux équipes les plus malades de notre championnat : Charleroi et Eupen. Enfin un dernier mot pour signaler qu’en football, rien n’est jamais fini. Malines menait 2-0 face au Cercle avant de se faire rejoindre. C’était 0-2 pour La Gantoise à Lokeren. Score final : 3-2. C’était 1-3 pour le GBA à Zulte/Waregem. Score final : 4-3. Comme le dit la fable : rien ne sert de courir en short si c’est pour se prendre les crampons dans le tapis.