antalya haber haberler antalya rent a car
antalya rent a car
test

Un « Dikkenek 2 » ? François Damiens n’y croit pas

Par aschildt dans Cinéma , le 6 septembre 2017 21h24 | Ajouter un commentaire

Otez-moi d'un doute

François Damiens devant un public, et c’est le one-man-show assuré. Même lorsqu’il vient défendre un film touchant, intelligent et plein d’émotion. Personne ne s’en plaindra. Retour sur l’avant-première bruxelloise d’ « Ôtez-moi d’un doute ».

Quelle bonne idée de rassembler Cécile de France et François Damiens à l’écran ! Drôles et profonds, sans chichi, les deux figures de proue du cinéma belge forment un couple irrésistible dans le dernier film de Carine Tardieu. Il fallait bien une femme de poigne pour amener l’imprévisible François Damiens là où elle le souhaitait. Mission accomplie ! Le roi de la caméra cachée s’en amuse, lors de l’avant-première bruxelloise. « Je peux vous dire que je rentrais en Belgique tous les week-ends », raconte-t-il, évoquant la tension réelle qui a dominé les plateaux de tournage bretons.

Plus touchant que jamais

Damiens est comme ça. Sans façon. Brut de décoffrage. En entrant dans la salle de cinéma, il regrette de n’avoir jeté son chewing-gum plus tôt. « J’aurais dû le balancer là, sur le sol, comme je fais toujours » ! A chaque intervention, la salle part d’un grand éclat de rire. Et encore davantage à l’heure du jeu des questions-réponses. « J’ai entendu parler d’un Dikkenek 2« , s’aventure un spectateur. « Eh ben t’as été mal informé » rétorque-t-il nonchalamment, mais avec bienveillance.

François Damiens reste fidèle à lui-même. Grande gueule, mais peu sûr de lui. En endossant le costume d’Erwan, l’acteur belge est pourtant transfiguré. Porté par une force et une gravité qui lui vont si bien. Entre drame et comédie, « Ôtez-moi d’un doute » n’a rien à envier à « La famille Bélier ».

Découvrez le reportage de Vanessa Polo Friz et Thomas Decupere.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire


Führerscheintest Führerscheintest Online
elektroniksigara