SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

La dernière bio de Michel Berger : faut-il la lire ?

Par aschildt dans Non classé , le 2 août 2012 13h06 | Ajouter un commentaire

bergerL’étoile de Berger s’est éteinte il y a tout juste vingt ans. Comme ça. Sans crier gare. Un coeur qui oublie soudain de battre. L’artiste laisse derrière lui une empreinte indélébile dans la variété française. Vingt ans, c’est long et c’est court. C’est en tout cas le délai qu’Yves Bigot a jugé adéquat pour revenir sur la carrière et sur la vie – intimement liées – de Michel Berger. Une bio – vérité, quitte à écorner le mythe. Fans idéalisateurs et doux rêveurs s’abstenir.

A la lecture d’une biographie se pose toujours en premier lieu la question de la légitimité de l’auteur. Celle d’Yves Bigot est indéniable. L’actuel directeur des programmes et de l’antenne de RTL France est un journaliste aguerri. Il a même longtemps côtoyé Michel Berger, au cours d’interviews répétées et de rencontres, au fil des ans. Mais jamais le professionnel ne se présente comme un ami du chanteur. Un ami n’aurait d’ailleurs probablement pas levé le voile sur les vicissitudes du destin de Berger avec une telle volonté de transparence, de toucher au plus près à la réalité de l’époque. Bref, avec une approche résolument journalistique.

Un long fleuve tranquille ?

Témoignages recoupés, enquête auprès de l’entourage professionnel et parfois amical du chanteur. Ses propres entretiens. Et à la clé, un portrait le plus fidèle possible. Celui d’un artiste précoce, surdoué même, multi-talents et perfectionniste à l’extrême. Plus épanoui que jamais lorsqu’il a trouvé sa muse, son âme-soeur à la scène comme à la ville. France Gall. Evidemment.

Ce Berger-là est bien-sûr le plus populaire. Le plus accessible. Mais Yves Bigot dépeint aussi un homme fragile, torturé, qui a eu son lot de drames familiaux, de complexes, de déceptions amoureuses aussi. Terriblement humain, terriblement masculin. Envolée, la belle image de l’homme fidèle. Le couple idéal, formé avec France Gall, n’en était même pas un. Ou plus précisément : il n’en était plus un sur la fin. Non pas que je veuille résumer la biographie d’Yves Bigot à ces considérations « peoplesques », mais c’est ce qui m’a le plus marqué, en tant que lectrice. Peut-être parce que c’est précisément sur cette note que se clôt l’ouvrage.

Verdict

Faut-il donc lire cette bio de Michel Berger ? Sans aucun doute, pour la précision et la documentation de l’ouvrage, parfois même trop riche en dates et références culturelles annexes, qui ont tendance à écarter le lecteur de l’essentiel du récit. Lisez-la, mais accrochez-vous. Préparez-vous à affronter quelques histoires sordides. Celles-là même qui appartiennent à chaque famille. Jamais le talent immense de l’artiste n’est toutefois remis en cause, et c’est bien l’essentiel.

« Quelque chose en nous de Michel Berger », Yves Bigot.

Laisser un commentaire