En ce moment

Les chanteurs au théâtre : on y va ou pas ?

Par aschildt dans Théâtre , le 20 février 2011 17h22 | Ajouter un commentaire

chanteurs 
Cette année, le théâtre ouvre plus que jamais ses planches aux chanteurs. Johnny s’attaque carrément à une pièce de  Tennessee Williams, Bénabar s’initie aux plaisirs de la comédie aux côtés de Jacques Weber. Raphaël donne la réplique à Emma De Caunes. L’embarras du choix pour vos virées parisiennes des mois à venir. A condition, bien sûr, d’adhérer au concept…

Le point commun de nos trois comédiens en herbe, c’est cette petite expérience cinématographique dont ils peuvent déjà se targuer. Enfin, petite pour les deux plus jeunes, puisque Johnny a pour lui une filmographie étoffée, quoi qu’on en dise. Bénabar a excellé dans Incognito, face à un Dubosc déculotté -ceux qui ont vu le film comprendront. Raphaël a fait une brève apparition dans « Ces amours-là », la romance de Claude Lelouch dont je vous parlais avec le plus grand enthousiasme ici même, il y a quelques mois.

Oublier le chanteur…

Après tout, pourquoi ça ne marcherait pas ? Eddy Mitchell ou Sardou, eux, réussissent l’exercice haut la main, parfaits caméléons, aussi crédibles derrière leur micro que face aux fauteuils rouges. Après, on aime ou on aime pas. C’est tout le problème, avec ces chanteurs multitâches : le public assiste à leur reconversion avec un a priori. Moi, par exemple, j’aurais bien dû mal à applaudir Raphaël. Juste pour l’antipathie du personnage. Et même s’il se glissait dans la peau d’un autre, je crois que je resterais récalcitrante, peut-être à tort. Libre à chacun de dépasser ses appréhensions… Voici en tout cas l’agenda, en attendant plus de dates belges.

L’Agenda

Raphaël, « Pour l’amour de Gérard Philipe »
Paris, Théâtre La Bruyère, du 23 février au 30 avril 2011.

Bénabar, « Quelqu’un comme vous »
Forum de Liège, le 30 avril 2011.
Paris, Théâtre du Rond-Point, du 3 au 10 avril 2011.  

Johnny Hallyday, « Le paradis sur terre »
Paris, Théâtre Edouard VII, du 6 septembre au 30 novembre 2011.

Laisser un commentaire