SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Gérard Lanvin, classe, même en rustaud

Par aschildt dans Non classé , le 16 janvier 2011 11h10 | Un commentaire>

le_fils_a_joDepuis mercredi, ‘Le fils à Jo » est sorti dans les salles. Une petite merveille. Un de ces films qui vous grandissent un peu.  

Ex-rugbyman, un peu rustaud, célibataire endurci depuis la mort de sa femme, Jo est un père exigeant. Borné, pas diplomate pour deux sous, pas très doué non plus pour la communication, ce qui ne facilite pas les rapports avec son ado de fiston. Sa seule obsession, c’est de voir Thomas perpétuer la tradition familiale en devenant un champion de rugby. Sauf que Tom lui, il est sensible, fragile. Et en plus, il préfère les maths au sport.

Le point de départ d’une histoire qui sublime la relation père-fils, compliquée en l’occurence, mais pas perdue d’avance, grâce à une belle brochette d’amis. Le réalisateur Philippe Guillard nous invite dans une certaine « France profonde », en ôtant au terme tout ce qu’il peut comporter de péjoratif. D’une tendresse infinie avec cette campagne et ses habitants. Sa fête de la Châtaigne, ses discothèques rétro, sa fanfare en costume rouge et pompons. Parlons-en de Pompon. Un idiot du village attachant et drôle, magistralement interprété par Vincent Moscato, l’ancien du XV de France, qui s’est hautement distingué dans « La Première Compagnie » sur TF1 . Comme quoi, il y a une vie après la télé-réalité….

Et bien sûr, il y a Gérard Lanvin. Touchant en père solitaire qui semble avoir fait une croix sur l’amour. Un personnage qu’on situe au départ du côté du bon vrai « loser-frimeur » un peu vulgaire, incapable de se remettre en question. L’intrigue nous amène très vite à revoir notre point de vue. Jo est juste un type malheureux, qui sacrifie pas mal de choses, pour l’amour de son fils.

Laisser un commentaire