SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Coulisses

Massa pourrait s’incliner devant le « Pape » Kubica

Par avankerckhove dans Coulisses , le 21 mars 2012 12h34 | Ajouter un commentaire

Ca ne tourne pas rond chez Ferrari, c’est clair. Mais Alonso est parvenu à sauver la mise et à pointer juste derrière les deux top teams. Massa en était bien loin.

imageglobe-336032012012 risque d’être une année noire pour la Scuderia Ferrari. Déjà, leur monoplace est moche. Bon OK, on ne demande pas à une F1 d’être belle, mais d’aller vite. Mais là aussi il y a un hic. Ca fait maintenant quelques semaines qu’on sait que les dirigeants de Ferrari se font dessus, et Melbourne a confirmé ce que tout le monde craignait: la F2012 est laide, et lente. Bref, la cata pour les tiffosi !

Réaction des boss: Montezemolo tape du poing sur la table, et veut que sa voiture soit revue et corrigée dans les plus brefs délais. Domenicali semble perdu, comme souvent. Excepté des phrases déjà entendues et ré-entendues du genre « Notre staff travaille dur et, j’en suis persuadé, va améliorer les choses rapidement« , il ne dit pas grand-chose. Quant à Pat Fry, il parle plus des autres écuries que de la sienne. Et dans ce domaine là, il n’a pas fait mieux que la monoplace qu’il a dessinée d’ailleurs (il avait affirmé vendredi dernier que les Red Bull mettraient 1 seconde au tour à tout le monde).

A

Fry et Domenicali en sursis

Mais malheureusement pour les rouges, la plupart des observateurs pensent que la saison est mal embarquée. Et les prochaines courses risquent d’être pires que Melbourne, avant un redressement attendu pour la tournée européenne, voire le début de l’été (grâce à une développement plus rapide que dans les petites écuries). Et pour Montezemolo, difficile d’envoyer tout le monde balader en cours de saison. Des ingénieurs, aussi doués soient-ils, ne feront pas mieux que ceux qui ont développé la F2012. S’il veut changer son staff technique, ce sera en fin de saison. Les têtes de Fry et Domenicali rouleront peut-être à ce moment, mais pas avant…

Ceci dit, tout le monde n’est pas à l’abri. Et il y en a un qui se trouve d’ailleurs sur un siège éjectable: Massa. Le petit Brésilien est bien sympathique. Mais si l’on ne demande pas à une F1 d’être belle (même si on préfère), on ne demande pas à un pilote d’être gentil. C’est pareil que pour sa monoplace. On lui demande juste d’être rapide. Et là, force est de reconnaître que ce n’est plus le cas de Massa. Et ça fait longtemps d’ailleurs. En ce qui me concerne, je ne le trouve plus à sa place depuis son accident en 2009, voire même depuis son titre loupé à un virage près en 2008.

A

Retour en grâce ?

La presse transalpine, dépitée de ne plus pouvoir observer de pilote italien, presse d’ailleurs Ferrari de le remplacer par Trulli. D’autres journaux italiens rappellent que Sutil est resté sur la touche cette saison, qu’il a du talent, et qu’il serait disponible tout de suite et à un prix intéressant. Pour le moment, Ferrari balaie toutes ces hypothèses, et soutient Massa.

Pour ma part, j’ai mon idée sur la façon dont les choses pourraient se passer: Ferrari attend un événement qui pourrait enjoliver sa saison. Une annonce forte, pleine d’espoir et d’émotion. Et pour moi, c’est le retour de Kubica. Je pense d’ailleurs que c’est la raison pour laquelle Massa est encore là. Je m’explique: si Massa avait été remplacé par un pilote X à l’intersaison, Ferrari aurait eu du mal à virer ce même pilote X après 2 ou 3 mois. Par contre, ça fait 2 ans que Massa est en sursis chez les rouges. En le gardant, Ferrari lui offre une ultime chance et sait que personne ne trouvera anormal de l’éjecter après 7 ou 8 courses en 2012, soit la période à laquelle Kubica, libre de tout contrat, devrait être prêt pour remonter dans un cockpit de F1. Cette annonce aurait plus d’impact que les résultats de Ferrari cette saison, apaisera le team, et lui donnerait une image conquérante pour 2013, avec un duo de pilotes redoutable. En plus avec un Polonais « miraculé », Ferrari ajouterait la touche d’émotion nécessaire pour réconcilier toute la Scuderia avec ses tiffosi…

Massa et Hamilton s’accrochent aussi en interview

Par avankerckhove dans Coulisses , le 26 septembre 2011 14h58 | Ajouter un commentaire

Lewis Hamilton s’est encore fait remarquer à Singapour. Le pilote britannique a heurté Massa, anéantissant tous les espoirs du Brésilien. Ce dernier n’a pas caché sa mauvaise humeur.

Il s’agit d’un des faits marquants du Grand Prix de Singapour: la passe d’armes entre Hamilton et Massa au cours de laquelle le pilote britannique a commis une nouvelle erreur. Il s’est loupé au freinage de la zone DRS, cassant son aileron avant et crevant le pneu arrière de la Ferrari. Les deux hommes avaient déjà eu maille à partir samedi, lors des qualifications, lorsqu’Hamilton a passé Massa alors que celui-ci roulait au ralenti pour laisser de l’espace entre Button et lui. Pas très fair-play…

Et ce n’est pas la première fois que les deux pilotes s’accrochaient cette saison. Tout le monde garde en mémoire l’accident de Monaco. Le pilote brésilien y a d’ailleurs fait allusion en déclarant que « quelque chose est arrivé avec un type qui a fait ça avec moi… Combien de fois ? Tellement de fois !« , a-t-il déclaré au terme de l’épreuve.

A

« Il doit utiliser son cerveau »

Mais Massa, très remonté, n’en est pas resté là. Face à la caméra, il a dit tout ce qu’il pensait de l’attitude d’Hamilton. « Je l’ai encore dit hier. Il doit utiliser son cerveau. Déjà en qualifications il se conduit comme un gamin en se prenant pour Superman. Alors vous imaginez mon sentiment au terme de la course. Il aurait à nouveau pu causer un gros accident. Et il ne comprend pas, c’est ça le problème! Je le lui ai déjà dit, mais il ne veut rien entendre« , a conclu Felipe Massa lors de son interview d’après course.

A

« Ne me touche pas »

Toutes ces accusations n’ont pas calmé le Pauliste, qui a fini par aller saluer la performance d’Hamilton à sa manière. pendant que le pilote McLaren expliquait sa course, il est allé lui faire une petite tape (pas si petite que ça en fait) hostile sur l’épaule, tout en glissant : « Bon boulot Lewis ! »

Bref, Massa a un peu fait hors piste ce qu’Hamilton fait sur la piste. Il a laissé parler son impulsivité, et a déconnecté son cerveau. Une réaction malheureuse, bien que compréhensible, sauf pour Hamilton qui en est resté bouché bée et qui n’a rien trouvé d’autre à dire, après un temps mort, que « Ne me touche pas!« . Ambiance…

Le retour du Crash Kid

Par avankerckhove dans Coulisses , le 3 septembre 2011 16h13 | Ajouter un commentaire

Helmut Marko a lancé une flèche à l’encontre de Lewis Hamilton. Cette attaque n’est, en fait, qu’une riposte à une précédente offensive de McLaren.

imageglobe-23050832Helmut Marko, conseiller de Red Bull, semble franchement rancunnier. Surtout quand il s’agit de défendre son poulain Sebastian Vettel. Souvenez-vous: en 2010, le jeune Allemand a perdu de gros points suite à des erreurs de jeunesse. Si cela ne l’a pas empêché de remporter le titre en fin de saison, son accrochage avec Webber en Turquie avait quelque peu écorné son image. Et à Spa aussi, le pilote Red Bull avait « dérapé ». Au bus stop, il avait harponné Jenson Button, provoquant la colère du team britannique qui l’avait surnommé « Crash Kid ».

Mais cette saison, c’est plutôt Hamilton et sa conduite agressive qui défraient la chronique. Une trop belle opportunité pour Helmut Marko, qui n’a pas pu s’empêcher de « se venger ». Dans AutoBild, il a ouvertement critiqué Hamilton suite à son erreur aux Combes, où il s’est accroché avec le Japonais Kamui Kobayashi lors d’une manoeuvre de dépassement. « À l’époque, l’histoire de Crash Kid faisait partie d’une stratégie médias de McLaren. Maintenant, à Spa, le Crash Kid est dans leur équipe« , a-t-il déclaré.

Bien entendu, Helmut Marko en a profité pour souligner le talent et les progrès de son protégé. « En devenant champion du monde il est revenu cette saison plus détendu, plus mature et plus dominateur.« 

Virgin veut conserver D’Ambrosio

Par avankerckhove dans Coulisses , le 15 juillet 2011 10h24 | Un commentaire>

L’écurie Virgin a indiqué qu’elle souhaitait continuer avec son duo de pilotes en 2012. Elle s’est dite « extrêmement heureuse » du Belge Jérôme D’Ambrosio.

imageglobe-27604938Virgin Racing espère conserver son duo de pilotes en 2012. Cette révélation, qui a été faite au journal The Star par Graeme Lowdon, président de Virgin Racing, tombe à un moment où des rumeurs de départ des pilotes vers d’autres horizons secouent l’écurie.

En effet, depuis Silverstone, des rumeurs annoncent Timo Glock chez Williams. Quant à Jérôme D’Ambrosio, il aurait eu des propositions d’un autre team.

A

Glock reboosté

« Nous sommes extrêmement heureux de nos pilotes actuels et nous n’avons aucune intention de les changer« , a insisté Graeme Lowdon. « Nous parlons beaucoup de l’avenir. Il connaît nos plans et nous connaissons ses objectifs personnels« , a-t-il précisé concernant Timo Glock, soulignant l’intérêt retrouvé du pilote allemand depuis qu’un partenariat technique a été conclu avec McLaren.

A

« J’ai parlé au manager de Jérôme »

« J’ai parlé au manager de Jérôme à Silverstone et il m’a assuré que ce n’était pas le cas« , a-t-il confié en ce qui concerne le pilote belge et l’intérêt qu’il susciterait pour une autre équipe.

Quoi qu’il en soit, c’est de très bon augure pour Jérôme D’Ambrosio. Le Belge doit bien entendu rester concentré sur sa saison en cours. Et ne pas s’inquiéter de sa présence sur la grille en 2012 devrait l’y aider.

Webber a « évidemment » ignoré les consignes d’équipe

Par avankerckhove dans Coulisses, En piste , le 11 juillet 2011 14h02 | 11 commentaires

En fin de course à Silverstone, l’écurie Red Bull a demandé à Mark Webber de ne pas attaquer Vettel. L’Australien a volontairement ignoré cette injonction.

imageglobe-28127688S’il y a eu de l’électricité dans l’air à Silverstone suite à l’affaire des diffuseurs soufflés, l’ambiance n’était pas beaucoup plus sereine au sein de l’équipe Red Bull. Dans les derniers tours de course, l’équipe a demandé à Webber de ne pas attaquer Vettel dans les derniers tours. Mais l’Australien, qui est pourtant en pleine négociation pour prolonger son contrat, a nié cet ordre du team. Et il ne s’en cache pas. « J’ai évidemment ignoré les messages venant du stand« , a expliqué l’Australien après la course.

A

« L’équipe est ce qui compte le plus »

Cette déclaration n’a pas du tout plu à Christian Horner. Le patron de l’écurie austro-britannqiue a d’ailleurs fait savoir qu’il avait l’intention de s’entretenir avec son pilote.  « L’équipe est ce qui compte le plus. Aucune personne ne peut se placer au-dessus de l’équipe« , a-t-il rappelé. « On a vu ce qui s’est passé l’année dernière en Turquie. Donc il ne servait à rien de prendre un risque pour les deux voitures. C’est quelque chose dont lui et moi allons parler en privé. »

« J’ai clairement indiqué au briefing que l’important aujourd’hui était de réussir un résultat d’ensemble. Pour nous, le Championnat des Constructeurs est aussi important que celui des Pilotes« , a-t-il ajouté.

Diffuseurs soufflés: la FIA se prend les pieds dans le tapis

Par avankerckhove dans Coulisses, Règlements , le 9 juillet 2011 13h06 | 2 commentaires

Le changement de règlementation concernant les diffuseurs soufflés sont mal passés à Silverstone. Et surtout, la FIA ne savait plus quelle position adopter. Une chose semblait claire, l’objectif caché était bel et bien de désavantager Red Bull. Peu avant la course, la FIA, sous pression, a fait marche arrière.

imageglobe-28100232La règlementation des diffuseurs soufflés a fait polémique. Charlie Whiting et la FIA ont en fait mis le doigt dans un engrenage qui pouvait leur broyer la main, car ils ne le maîtrisent pas, mais alors pas du tout ! Du coup, les visages étaient tirés à Silverstone, et l’ambiance électrique, surtout entre Christian Horner et Martin Whitmarsh.

A la base, la FIA avait décidé de revoir le règlement concernant les diffuseurs soufflés. Pour rappel, il s’agit du principe de diriger les gaz d’échappement vers le diffuseur (sous la voiture) pour augmenter l’effet de sol. Et les écuries étaient parvenues à trouver des systèmes permettant de garder les gaz rejetés par les échappements stables, que le pilote accélère ou pas.

Mais à Silverstone, ce système a été banni. La FIA avait décidé que les papillons (d’ouverture des cylindres) pouvaient rester ouverts au freinage à 10% seulement de leur ouverture à 12.000 tours/minute, et 20% maximum de leur ouverture à pleine charge, soit 18.000 tours/minutes.

A

Soucis de fiabilité

Reste que la technique, en F1, c’est compliqué. Très compliqué. Et, selon cette règlementation, deux motoristes se trouvaient dans l’embarras: Renault et Mercedes, soit les blocs qui propulsent Red Bull et McLaren. Pourquoi ? Pour le moteur français, eh bien tout simplement parce qu’il a  été conçu autour de cette technique, et que sans l’ouverture des papillons au freinage, il ne serait plus fiable. Et, inutile de le préciser, il est inconcevable de développer un moteur en cours de saison (coût trop important et pas le temps nécessaire). Pour Mercedes, le problème était différent, mais également en rapport avec la fiabilité. Leur moteur est muni d’un système qui injecte encore de l’essence dans quatre (sur les huit) cylindres au freinage. Et si on neutralise ce système, le bloc allemand part en fumée très rapidement…

A

Règlement à la carte

Ces remarques des deux motoristes ont alors poussé Charlie Whiting a élaborer dans l’urgence un règlement à la carte. Les écuries motorisées par Renault pouvaient garder une ouverture des papillons de 50% au freinage, les écuries propulsées par Mercedes étaient autorisées à injecter de l’essence dans 4 cylindres au freinage.

Cette situation était déjà arbitraire, car les écuries les plus puissantes avaient droit à des dérogations par rapport aux plus petites. Et il a clairement semblé que Red Bull ne perdait pas grand-chose au niveau performance, alors que les McLaren semblaient un peu plus défavorisées.

A

Traitement inégal: Red Bull fulmine

C’est sur base de ce constat que la FIA s’est pris les pieds dans le tapis. Elle qui a toujours nié que l’interdiction des diffuseurs soufflés n’était pas une mesure « anti-Red Bull » a prouvé le contraire. Samedi matin, elle est revenue sur sa décision de la veille et a interdit l’ouverture à 50% des papillons du moteur Renault au freinage. Par contre, elle a maintenu l’autorisation de l’injection d’essence dans les moteurs Mercedes au freinage.

Cet énième changement de cap de la fédération internationale a provoqué l’ire de Christian Horner et Adrian Newey, concepteur de la Red Bull. Ce dernier a estimé que sa voiture devait être complètement redessinée et que l’efficacité de ses systèmes aérodynamiques était réduite à néant. Ils ont, à demi-mot, également accusé la fédération de modifier des points du règlement en cours de saison pour relancer le championnat, dans ce cas-ci en favorisant McLaren qui rêvait de s’imposer à domicile, tout comme leurs deux pilotes britanniques.

Bref, le dossier politique s’avérait épineux et divisait la FOTA (Association des écuries). Il n’y a que Ferrari qui restait étrangement en retrait, et qui n’a fait aucun commentaire à ce sujet.

A

Nouveau changement de cap

Face au tolé provoqué par les décisions changeantes de la FIA en plein week-end de course, et contrainte de reconnaître qu’elle ne maîtrisait pas toutes les données, la Fédération internationale a finalement décidé, dimanche avant le départ du GP de Silverstone, que les diffuseurs soufflés restaient autorisés jusqu’à la fin de la saison. Une tempête dans un verre d’eau donc… Mais finalement, même si l’on peut légitimement regretter ce triste épisode, la meilleure solution semble avoir été prise.

Button avec Alonso chez Ferrari ?

Par avankerckhove dans Coulisses , le 20 juin 2011 10h14 | Ajouter un commentaire

imageglobe-22257497Si l’on en croit les rumeurs, Jenson Button pourrait rejoindre Fernando Alonso chez Ferrari en 2012.

Il n’y a rien d’officiel. Et il ne se passera peut-être même jamais rien. Mais d’après la presse britannique, qui cite une source située à Maranello, Ferrari aurait engagé des pourparlers avec Jenson Button pour remplacer Felipe Massa en 2012.

Si cette info se confirme, elle ouvrirait déjà la saison des transferts alors que plus de la moitié des Grands Prix n’ont pas encore été courus.

A

« Pas de contrat à long terme avec McLaren »

Cette information fait suite aux déclarations de Button la semaine passée. Il avait expliqué « qu’il ne voyait pas l’intérêt pour lui de signer un contrat à long terme » avec McLaren.

En rejoignant la Scuderia, Button épaulerait Fernando Alonso, l’ancien équipier de son équipier actuel, Lewis Hamilton. Il lui resterait alors un peu de temps pour demander quelques conseils afin de tenter d’apprivoiser le taureau des Asturies.

Ferrari sur les ondes Red Bull ?

Par avankerckhove dans Coulisses , le 24 mai 2011 10h27 | Ajouter un commentaire

Helmut Marko a accusé Ferrari d’écouter les communications radio de Red Bull. Simple présomption ou réel espionnage ?

imageglobe-27194492Les cas d’espionnage ne sont pas nouveaux en F1. Ferrari en a d’ailleurs fait les frais en 2007 lorsque McLaren avait obtenu des données confidentielles en provenance de Maranello. Mais cette fois-ci, c’est l’écurie au cheval cabré qui serait l’espionne, et Red Bull la victime.

En effet, d’après Helmut Marko, Ferrari écouterait les communications radio entre le muret Red Bull et les pilotes. Avec, pour objectif, de découvrir les stratégies de course de Webber et Vettel. « Nous avons remarqué que Ferrari effectue une sorte d’espionnage« , a révélé le conseiller sportif de Rd Bull à RTL Allemagne.

« Nous avons rappelé Mark aux stands plutôt tardivement, et pourtant ils sont parvenus à faire rentrer Alonso au même moment. Ils ont été en mesure de réagir à ce que nous faisions« , a ajouté Marko.

A

Des preuves?

Mais cela ne prouve rien. Et donc, une question vient tout de suite à l’esprit: qu’est-ce qui permet à Helmut Marko de porter de telles accusations ? Eh bien, visiblement, l’écurie autrichienne aurait « piégé » les rouges en donnant de fausses directives à ses pilotes… et Ferrari aurait réagi au quart de tour. Mais Marko n’a pas donné plus de précisions.

En ce qui me concerne, il m’est impossible de trancher. Par contre, deux réflexions me viennent à l’esprit (elles ne prouvent rien, mais me semblent pertinentes). Tout d’abord, copier Red Bull n’a vraiment pas réussi à Ferrari à Abu Dhabi (coller la stratégie d’Alonso à celle de Webber lui a coûté le titre). Ensuite, soyons honnêtes, Ferrari ne fait pas vraiment la course avec Red Bull cette saison…

Pluie de critiques pour Schumacher

Par avankerckhove dans Coulisses, En piste , le 10 mai 2011 14h51 | 6 commentaires

Après sa course décevante en Turquie, Schumacher a essuyé de bien nombreuses critiques. Son ancien équipier Johnny Herbert le voit quitter le navire Mercedes avant la fin de son contrat.

imageglobe-26959797Le retour à la compétition de Michael Schumacher ne se passe décidément pas comme prévu. Pourtant, le septuple champion semble dans le bon rythme aux essais libres. Et, d’après une source interne à l’écurie, il tirerait tout le monde vers l’avant, ce dont profiterait également Rosberg.

L’ennui, c’est qu’une fois la qualification, l’Allemand perd ses moyens. Contrairement à l’époque où il dominait, il ne semble pas en mesure de faire la différence au moment décisif. Du coup, il a des places à rattraper en course et, trop souvent, commet des erreurs en partie dûes a sa précipitation.

A

« Ça fait mal de voir Schumacher dans cet état »

L’exemple de la Turquie est criant. Ils s’est accroché avec Petrov avant de se faire doubler « comme un gamin » par Kobayashi et Buemi. Au terme des 58 tours, il a finalement rallié l’arrivée en 12e position. Un échec…

La presse mondiale n’a pas trouvé d’excuses à Schumi après cette course désastreuse. « La grande joie n’est plus là en ce moment, sauf lors de quelques actions« , a-t-on dit sur la télévision allemande. De son côté, le journal italien de la Repubblica a écrit: « Schumacher a été dépassé de tous les côtés et a ruiné toutes les autres courses« . Mais c’est sans doute cette courte dphrase du Corriere della Sport qui fait le plus mal: « Ça fait mal de voir Schumacher dans cet état« , peut-on lire.

A

« Je serais surpris de le voir continuer »

Certains des ses anciens camarades de jeu ont aussi eu des mots très durs à son égard. Martin Brundle, reconverti en commentateur pour la BBC, a indiqué que voir courir Schumacher le rendait « mal à l’aise« . Il a aussi dit qu’il pensait que « tous les rêves d’un retour de conte de fées sont révolus« .

Johnny Herbert a poussé le bouchon plus loin et voit déjà Schumacher quitter le navire avant la fin de son contrat. « Il n’est pas revenu pour être dans le ventre mou du Championnat« , a écrit Herbert dans sa chronique pour The Nation, un quotidien d’Abou Dhabi. « Son rêve, c’est de gagner à nouveau et de faire gagner Mercedes mais ça n’est pas la tournure que les choses ont pris. Je serais surpris de le voir continuer« .

Et le discours du principal intéressé n’est pas beaucoup plus rassurant. En effet, après la course, Schumacher a avoué, tête basse, que l’accrochage avec Petrov était « en grande partie sa faute« , avant d’ajouter: « Il y a eu beaucoup de bagarre et d’action. Mais tout ça n’a servi à rien. Ce n’est pas la joie intense en ce moment« .

Schumacher veut aller au bout

Par avankerckhove dans Coulisses , le 28 avril 2011 13h37 | 5 commentaires

Michaël Schumacher a évoqué sa présence au sein de l’équipe Mercedes. Pour lui, il n’y a pas de raison de se poser des questions: il sera là la saison prochaine.

schumiMichaël Schumacher a affirmé, une fois de plus, qu’il ira bien au terme de son contrat avec l’écurie Mercedes. Le vétéran du peloton réagit ainsi aux rumeurs de ces derniers jours selon lesquelles Paul Di Resta, protégé de la marque à l’étoile, remplacerait l’Allemand.

Il représentera la marque

Le septuple champion du monde avoue que ses résultats ne sont pas à hauteur de ses attentes. « Se battre pour la 10e place, ce n’est pas le plus amusant« , a-t-il confié à Bunte. Mais il garde espoir de mener à bien sa mission, soit d’amener Mercedes au top en trois ans. « C’est la raison pour laquelle je me bats avec Mercedes« , a-t-il ajouté. « 42 ans, ce n’est pas pareil que 25… Je vais finir mon contrat avec Mercedes et ensuite je représenterai la marque« .

« Il est fort »

Quant à son équipier Nico Rosberg, il a coupé court aux mauvaises langues qui enterrent prématurément son illustre équiper. « Michael évolue à un haut niveau. Il est fort« , a-t-il déclaré à Bild am Sonntag. « Ses résultats actuels ne reflètent pas son niveau. Si je veux le battre, il faut que je mette toutes les chances de mon côté. Il s’est rapproché par rapport à l’année dernière. »