Urgent

Waasland-Beveren - Anderlecht: suivez le SCORE EN DIRECT

Alonso milite pour l’égalité

Par avankerckhove dans Coulisses, Présentation , le 9 novembre 2010 11h19 | 19 commentaires

Le pilote espagnol a pris Red Bull à son propre piège. De retour du Brésil, il s’est servi des médias pour mettre la pression sur l’écurie autrichienne, en insistant sur le fait qu’elle devait désormais respecter sa philosophie. Rusé… et culotté.

belga-picture-22803787Tout amateur de F1 en tomberait de sa chaise. Alonso, qui s’est fait offrir la victoire au Grand Prix d’Allemagne par Massa, qui crie sur son ingénieur en Australie « pour que cette Ferrari moins rapide s’écarte de sa trajectoire« , et qui monopolise l’attention au sein de son écurie, plaide désormais pour l’égalité entre pilotes au sein d’un team.

Mais le taureau des Asturies est malin. Il ne milite pas pour une égalité de traitement de tous les pilotes dans toutes les équipes. Non, il vise juste Red Bull, qui a défendu cette philosophie depuis le début de la saison. A quelques jours de la fin du championnat, voilà donc que le Roi Alonso a beau jeu de mettre la pression sur ses adversaires.

« Ils doivent continuer dans cette philosophie »

« Cela fait trois mois que Red Bull plaide pour l’égalité entre ses pilotes. Maintenant, ils doivent continuer dans cette philosophie« , a expliqué Alonso au journal El Pais. Le sous-entendu est facilement perceptible: « S’ils favorisent Webber pour me priver du titre, ils perdent la face« .

On le sait, si Red Bull veut remporter le titre des pilotes, Webber doit reprendre 9 points à Alonso (parce que s’il en reprend 8, les deux pilotes seront à égalité mais Alonso compterait une victoire de plus). Cela signifie donc que si Webber l’emporte, le pilote Ferrari serait titré s’il finit deuxième. L’Australien a donc besoin de Vettel pour s’intercaler entre lui et l’Espagnol.

Un détail important

D’une certaine façon, la sortie médiatique d’Alonso tient la route. Excepté un détail, qui a son importance: Horner a toujours défendu un traitement équitable entre ses pilotes et aucune consigne d’équipe tant que ses deux pilotes pourraient remporter la couronne. Si Vettel se retrouve en tête à Abou Dhabi, et qu’Alonso figure parmi les cinq premiers, l’Allemand ne serait de toute manière pas titré, quoi qu’il arrive…

Si ce cas de figure venait à se produire, et que le jeune pilote s’effaçait pour Webber, Horner resterait en accord avec les propos qu’il a toujours tenus.

Laisser un commentaire