En ce moment

Archives du octobre, 2010

Jérôme D’Ambrosio touche au but

Par avankerckhove dans Coulisses, Présentation , le 30 octobre 2010 15h25 | 7 commentaires

Jérôme D’Ambrosio pourrait bien atteindre son objectif: être au départ des Grands Prix de la saison 2011. Daprès Eric Boullier, 95% du travail serait fait.

dambroUn pilote belge au départ d’un Grand Prix de F1, ce n’est plus arrivé depuis 1994 avec Philippe Adams qui avait participé au GP de Belgique sur Lotus. Depuis, excepté les séances d’essai réalisées par Bas Leinders chez Minardi, plus rien. Le calme plat…

Mais Jérôme D’Ambrosio est venu rallumer la flamme. Il a commencé par des séances d’essais libres chez Virgin à la place de Lucas di Grassi. Et désormais, il pourrait bien s’immiscer dans le baquet du Brésilien pour le reste du week-end à partir du début de la saison 2011.

95% du travail

Selon son manager Eric Boullier, également directeur de l’écurie Renault, notre compatriote « a fait 95% de la distance qui le sépare d’une place sur la grille en 2011« , peut-on lire ce matin dans le journal Het Nieuwsblad.

Et visiblement, Eric Boullier est optimiste pour la suite de l’aventure. « Les derniers 5%, c’est une question de jours. Nous nous engagerons ensuite en faveur de Virgin et avec leurs sponsors qui veulent aussi connaître l’état des lieux en vue de la saison prochaine« .

De bon augure donc pour Jérôme ainsi que pour tous les fans belges de F1. Mais attention, tout cela reste à confirmer. J’espère pouvoir vous apporter de bonnes nouvelles dans les prochains jours…

Alonso sur une voie royale ?

Par avankerckhove dans En piste, Présentation , le 25 octobre 2010 16h09 | 5 commentaires

Le double champion du monde espagnol a frappé un grand coup en Corée du Sud. De quoi en faire le favori pour décrocher la couronne en fin de saison ? Certainement. Mais en F1, rien n’est gagné avant d’avoir franchi la ligne.

belga-picture-23066160Sebastian Vettel l’a encore démontré en Corée du Sud quand son moteur l’a lâché à quelques tours de l’arrivée. Dans ce sport, rien n’est acquis avant le drapeau à damiers. De favori incontestable pour le titre (en cas de victoire), l’Allemand est devenu le moins bien loti des quatre candidats à la couronne mondiale. Le tout en quelques dixièmes de seconde, le temps que son moteur ne crache un gros panache de fumée.

Victoire par KO

Du coup, c’est le taureau des Asturies qui a décroché la timbale. Une victoire par K.O., étant donné le « zéro pointé » de ses deux principaux rivaux, Webber et Vettel. Avec 11 points d’avance, le pilote Ferrari est bien placé pour décrocher le Graal en fin de saison. Mais ce ne sera pas simple pour autant. J’ai tenté, ci-dessous, d’analyser les éléments de manière objective. Voici ce que j’en pense:

Avantage Alonso

- Oui, Alonso a l’avantage. Au niveau des points, mais aussi au niveau psychologique. Si Vettel est sûrement déçu, Webber est, lui, anéanti. Son abandon, c’est sa faute. Et pour l’Australien, ce sera difficile à digérer.

- Alonso a l’expérience de la lutte pour le titre. Il saura résister à la pression. Tant en 2005, face à Raikkonen, qu’en 2006, face à Schumacher, il avait gardé la tête froide malgré l’enjeu. Hamilton ne peut pas en dire autant. Il a loupé le coche en 2007 (OK, c’était sa première saison). Et les pilotes Red Bull ont déjà fait assez d’erreurs cette saison que pour douter de leur sérénité.

- Pareil au niveau des équipes. Ferrari a déjà géré ce genre de situation. McLaren aussi, mais Alonso craint-il vraiment Hamilton, vu l’écart de points ? Par contre, Red Bull gaspille, encore et encore… Sauront-ils gérer tous les éléments pour « maximiser » leurs chances de gagner le titre ?

- Alonso est sûr de bénéficier de toute l’attention de son écurie. Et Massa est même prêt, dans la mesure de ses capacités, à l’aider sur la piste. Chez Red Bull, je ne suis pas certain qu’il soit demandé à Vettel d’aider Webber. Si les deux pilotes sont rivaux sur la piste, ce ne sera pas évident…

Avantage Red Bull/Hamilton:

- Les moteurs. Depuis le début de la saison, c’est le talon d’Achille de Ferrari. Alonso n’a plus de bloc neuf, et les circuits d’Interlagos et d’Abou Dhabi ne sont pas tendres avec les V8. Webber, par contre, en a encore un. A ce niveau, il est beaucoup plus à l’aise.

- Les Red Bull restent plus rapides. Si les conditions sont « normales » (entendez par là sèches), Alonso aura du mal à les devancer.

- 11 points, ce n’est pas tant que cela vu le nouveau barème. Par contre, 21 (Hamilton) et 25 (Vettel), c’est plutôt pas mal. Il sera intéressant de voir si Red Bull avantagera Webber ou pas, parce que cela pourrait vraiment tout changer. S’il dispose de l’aide du jeune Allemand, l’Australien peut vite reprendre le commandement.

Faites vos jeux

Bref, rien n’est joué. Cinq pilotes peuvent encore (mathématiquement) prétendre au titre. Enfin disons plutôt quatre, parce que Button a déjà dit que sa tâche sera… d’aider Hamilton. Mais dans les faits, je pense qu’ils sont deux à pouvoir encore sérieusement y songer. Un Espagnol qui semble depuis quelques courses en état de grâce et un Australien, très calme et serein jusqu’à son abandon de dimanche qui l’a probablement fait mettre un genou à terre. Mais comme on dit souvent, c’est dans l’adversité qu’on reconnaît les grands champions. Webber aura l’occasion de le prouver au Brésil. Alonso, il l’a déjà fait… Et ne se fera pas prier pour le refaire. Un « ogre » pareil n’est jamais rassasié.

Vettel démasqué par une vidéo amateur

Par avankerckhove dans En piste , le 15 octobre 2010 08h03 | 5 commentaires

Sebastian Vettel s’est brillamment imposé à Suzuka, le week-end dernier. Le jeune Allemand a renoué avec la victoire, ce qui lui a permis de se rapprocher de son équipier au championnat du monde. Mais méritait-il vraiment ce succès ?

vettelUne vidéo amateur postée sur YouTube suscite la polémique dans le microcosme de la F1. On y voit la Red Bull de Sebastian Vettel bouger avant l’extinction des feux. Un petit bond avant de s’élancer à toute allure pour prendre d’emblée quelques mètres à ses adversaires.

S’il est très difficile de se positionner quant à l’avantage que cela lui a donné, on peut néanmoins affirmer que ce petit bol d’air lui a permis d’aborder le premier virage réputé assez chaud à Suzuka en toute tranquilité.

Kubica l’avait mentionné

Avant d’avoir les images, Robert Kubica avait déjà fait état d’un possible faux départ du pilote Red Bull. Et voilà qu’une vidéo vient confirmer que sa voiture n’est pas tout-à-fait immobile sur la grille de départ.

Quoi qu’il en soit, faux départ ou pas, cela ne portera pas à conséquence car la FIA a entériné le résultat du Grand Prix. Par le passé, tout le monde n’a pas eu cette chance…

Schumacher irrité: « Pas la même que Rosberg »

Par avankerckhove dans Coulisses, En piste , le 11 octobre 2010 12h39 | 12 commentaires

Schumacher s’est dit satisfait de sa 6e place décrochée à Suzuka, dimanche. Mais, après le course, le pilote allemand a également lancé une petite pique à l’encontre de son équipe.

belga-picture-21209535La saison qu’a vécue Michael Schumacher lui laisse plus que probablement un goût amer. Si sa belle 6e place au GP du Japon devrait un peu lui remonter le moral, certaines contre-performances lui restent en travers de la gorge. S’il a reconnu qu’il devait s’améliorer dans plusieurs domaines, il a aussi rejeté la faute sur son équipe.

C’est ainsi que Schumi, que l’on attendait heureux et souriant au terme de l’épreuve japonaise, s’en est pris à sa voiture, son équipier, et son équipe. « La voiture a fonctionné à merveille cette fois, mais je ne peux pas en dire autant pour toutes les courses« , a-t-il déclaré sur la chaîne allemande RTL.

« Pas toujours les mêmes »

« J’ai eu souvent des soucis avec ma monoplace en termes de régularité. Vous avez seulement vu que j’étais moins rapide que Rosberg. Mais les deux voitures n’étaient pas toujours les mêmes« , a-t-il ajouté. Une sérieuse pique de la part du septuple champion du monde.

Rosberg n’a pas encore réagi à ces accusations. Norbert Haug, lui, a confirmé que « la Mercedes avait fait face à des problèmes, notamment au niveau de la régularité et de la constance« . Mais il s’est empressé de démentir les affirmations du Kaiser quant à la différence de traitement entre les deux pilotes.

Button sacrifié pour Hamilton ?

Par avankerckhove dans Coulisses, En piste , le 11 octobre 2010 10h54 | Ajouter un commentaire

La stratégie de Jenson Button au Grand Prix du Japon a créé un début de polémique. L’écurie anglaise aurait sacrifié son champion du monde pour qu’il ralentisse les leaders afin de favoriser le retour de Lewis Hamilton.

belga-picture-22520565La stratégie de Jenson Button était pour le moins spéciale à Suzuka. Le pilote britannique a pris le départ en pneus durs, effectuant donc son arrêt aux stands très tard dans la course. Pour Christian Horner, patron de l’écurie Red Bull, cette stratégie n’avait qu’un objectif: ralentir ses pilotes pour favoriser le retour d’Hamilton.

A première vue, on aurait tendance à croire Christan Horner. En effet, que pouvait espérer Button en retardant son arrêt aux stands ? A coup sûr, les leaders de l’épreuve allaient revenir sur lui. Avec des pneus en fin de run, comment aurait-il pu tenir la cadence des Red Bull chaussées de pneus neufs ?

Whitmarsh nie mais confirme !

D’un autre côté, en ne prenant aucun risque, qu’aurait pu espérer Button à part conserver sa position sur la grille de départ ? Pas grand-chose non plus…

Face aux critiques, Martin Withmarsh, patron des gris, a rapidement sorti la lance incendie en démentant catégoriquement la théorie de Christian Horner. Mais, il a rapidement soufflé sur les braises en affirmant qu’il était probable que Button avait été utlisé pour bloquer les autres. Comprendra qui pourra…

Red Bull joue son atout à Suzuka

Par avankerckhove dans En piste , le 8 octobre 2010 13h17 | Ajouter un commentaire

Red Bull a souvent eu l’avantage depuis le début de saison. Au Japon, cela devrait encore être le cas. Mais l’équipe autrichienne, qui a beaucoup gaspillé, ne peut pas laisser passer sa chance de creuser l’écart à Suzuka, parce que cela pourrait bien être sa dernière…

belga-picture-227692692La Red Bull RB6 dessinée par Adrian Newey a sans aucun doute été la monoplace la plus performante sur l’ensemble de la saison. Pourtant, si Webber occupe la tête du championnat, le classement des pilotes est très serré, et rien ne garantit qu’un des deux pilotes de l’écurie ne soit titré. Accrochages, sorties de route ou pépins mécaniques, la route vers la couronne mondiale s’avère laborieuse. Alors à Suzuka, où les Red Bull semblent dominer, il ne faudra pas rater le coche. Pourquoi ? Tout d’abord parce que les longs virages rapides du tracé en forme de huit favorisent les voitures qui génèrent beaucoup d’appui. Et à ce petit jeu, la création de Newey reste supérieure à toutes ses rivales.

Mais il y a deux autres éléments qui doivent être pris en compte: premièrement, le durcissement des règles (et le contrôle plus strict des ailerons avant) semble avoir pénalisé Vettel et Webber. Après la Hongrie, où la Red Bull « volait », les concurrents se sont plaints de la « déformation » de la moustache de la voiture, ce qui lui aurait donné un solide avantage. Désormais, la charge que doit supporter cet appendice aérodynamique a été doublée pour qu’il soit homologué.

Les rivaux ne perdent pas de temps

A cette perte d’efficacité supposée, il faut ajouter le deuxième élément: Ferrari et McLaren reviennent à pas de géant. L’écurie italienne semble avoir parfaitement copié le système de Newey qui souffle l’air chaud des échappements vers le diffuseur arrière. Pour faire simple, cela signifie que les échappements ne sont plus dirigés vers le haut, mais vers le bas. Et l’air qui s’en extrait passe par le diffuseur arrière, ce qui colle encore plus l’arrière de la voiture au sol, surtout quand les gaz sont ouverts. Quant à McLaren, elle est la seule écurie a exploiter parfaitement son F-Duct, ce qui lui donnera à coup sûr un avantage important dans les lignes droites interminables d’Abou Dhabi. Il se chuchote aussi que les « Gris » auraient des échappements qui « soufflent » vers le bas à Suzuka, mais qu’ils apprennent encore à les utiliser de façon optimale.

Pas droit à l’erreur

Bref, après le Japon, le grand cirque de la F1 se déplacera en Corée du Sud (si la course n’est pas annulée), au Brésil et à Abou Dhabi. Si le premier tracé est une inconnue pour tout le monde, Interlagos regroupe souvent les forces en présence en de très petits écarts. On peut donc s’attendre à une course très serrée où le pilotage pourrait faire la différence. Un Grand Prix où les cinq prétendants au titre partiront donc sans doute sur un pied d’égalité. Quant à la dernière course de la saison, comme indiqué ci-dessus, elle devait particulièrement convenir à la McLaren et son F-Duct.

Attention, que l’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit: Red Bull sera pas non plus « challenger » lors des trois dernières courses. Pas du tout ! Elle sera même très certainement capable de décrocher la victoire sur ces trois tracés. Mais sans doute pas aussi facilement qu’à Suzuka, où la RB6 est la grandissime favorite. Alors à Webber, et Vettel, d’en profiter… et de prouver qu’ils ont retenu les leçons d’un passé pas si éloigné.