En ce moment

Archives du février, 2010

Ca va chauffer dans les stands

Par avankerckhove dans En piste, Règlements , le 27 février 2010 17h54 | Ajouter un commentaire

renault1Les ravitaillements en carburant seront bannis cette saison. Les arrêts aux stands seront donc beaucoup plus court, surtout que certaines écuries travaillent d’arrache-pied pour gagner du temps dans ce domaine…

Ce n’est pas un scoop: la physionomie des Grands Prix risque d’être différente avec l’interdiction des ravitaillements en essence durant les courses. Dorénavant, une voiture prendra le départ avec le plein complet (environ 160 litres) et finira « à vide ». Les écarts de performances entre le début et la fin des GP seront donc importants. L’idéal, pour le spectacle, serait que certaines voitures se comportent mieux lourdes que légères et vice versa, car cela forcerait les dépassements.

Mais au-delà de ces aspects, il y aura encore des arrêts aux stands pour les changements de pneus. Le temps perdu sera inférieur aux années précédentes car les 4 enveloppes se changeraient en 3 ou 4 secondes. Cela pourrait donc pousser certaines écuries à tenter des stratégies plus agressives avec 3 ou 4 arrêts par course. Tout dépendra de la composition de la piste (abrassive ou pas trop), de la chaleur, du type de virages et de la longueur de la voie des stands (où il faudra toujours respecter la limite de 80 ou 100 km/h).

La gestion des pneus sera déterminante

Mais si certains pensent que les stratégies ne changeront plus grand-chose, ils se trompent. La gestion des pneus, qui s’useront plus rapidement avec une voiture lourde en début de course, sera déterminante. Et la pluie qui a perturbé les essais d’intersaison nous a permis d’assister à de nombreuses répétitions de pits stops.

Une chose est assez intéressante à souligner: alors que certains modifient les règlements pour limiter les dépenses et le développement des voitures, les teams trouvent toujours de bonnes raisons pour dépenser de l’argent. Et cette année, beaucoup de recherches ont été effectuées pour gagner quelques dixièmes de secondes aux stands.

Des écrous « miracle » pour Ferrari

C’est ainsi que Ferrari a mis au point un écrou de roue qui leur permettra de changer de pneu plus rapidement. De forme conique, ils seraient mieux adaptés aux pistolets manipulés par les mécanos et se serreront de manière automatique. Chez Mercedes GP, c’est un dispositif destiné à surélever la voiture plus rapidement qui a été testé.

Bref, la lutte sera rude dans les stands, où la rapidité des mécanos pour changer les roues sera déterminante. La pression sera plus que jamais sur leurs épaules…

Dernière ligne droite avant Bahreïn

Par avankerckhove dans En piste, Présentation , le 26 février 2010 17h10 | Un commentaire>

La dernière séance d’essais privés avant le coup d’envoi de la saison a commencé jeudi à Barcelone. Elle se terminera dimanche. Après ces quatre journées de tests, il sera temps d’embarquer le matériel en direction de Bahreïn.

virginOnze des treize écuries inscrites au championnat du monde liment le bitume de Barcelone. Les deux autres, Campos Meta et US F1  font toujours face à des ennuis financiers et ne sont donc pas de la fête. Quant à Stefan GP, la 14e équipe qui ne dispose pas de licence mais qui se dit prête, elle voulait effectuer des essais à Portimao mais Bridgestone ne lui a pas fourni de pneus sous prétexte qu’elle n’était pas inscrite officiellement au championnat.

Mais revenons en Catalogne. Que pouvons-nous attendre de ces quatre journées d’essais avant que tout le monde ne fasse ses valises vers le Moyen-Orient ? Tout d’abord, les écuries qui se sont montrées véloces à Valence et Jerez tiennent à confirmer sur le juge de paix que représente le tracé de Barcelone. En effet, il s’agit d’un circuit polyvalent, où on retrouve une longue ligne droite, plusieurs courbes rapides, de gros freinages et des virages lents. Bref, il y a en pour tous les goûts et c’est bien connu: une voiture qui va vite à Barcelone est une bonne voiture.

Petite grimace chez les Rouges

Voilà donc qui devrait rassurer Red Bull pour qui Webber a réalisé le meilleur temps de la séance jeudi. Vendredi matin, c’est Alonso qui se trouvait en haut de la hiérarchie. Ceci dit, Ferrari grimaçait un peu car sa fiabilité a été mise à mal jeudi lorsque son pilote espagnol a été contraint d’immobiliser sa monture.

Les deux autres gros bras, soit McLaren et Mercedes GP, sont aussi dans le coup même si la voiture dessinée par Ross Brawn semble nerveuse du train arrière. Mais qu’importe, Rosberg a annoncé de nombreuses évolutions aéro pour Bahrein…

Renault progresse

Derrière, Renault semble avoir progressé. Le travail sur les freins, qui ne correspondaient pas au pilotage de Kubica, semble avoir porté ses fruits. Sauber et Williams gardent un bon rythme et la Force India, qui présente un nez particulièrement relevé, continue sur son élan de la saison passée et anime fièrement le milieu du peloton. En ce qui concerne les Toro Rosso, difficile de se faire une idée car leurs chronos varient sensiblement d’un jour à l’autre.

Pour les autres, par contre, c’est plus dur. Lotus et Virgin ne roulent pas beaucoup. Ces deux nouveaux teams doivent essuyer les plâtres et corriger les défauts de fabrication. Ce n’est pas évident et leurs temps au tour sont de 4 à 6 secondes supérieurs à ceux des rivaux. Mais au moins, eux, ils sont en piste. Deux autres nouvelles écuries ne peuvent pas en dire autant.

Je tenais encore à vous signaler que les ingénieurs travaillent désormais beaucoup pour réduire les temps des arrêts aux stands. D’après les échos que j’arrive à avoir de Barcelone, il faudra entre 3 et 4 secondes pour changer les pneus. Dès que j’ai un peu plus d’informations à ce sujet, je vous révélerai leurs nouvelles « trouvailles » pour perdre moins de temps lors des pit-stops.

USF1 a besoin de temps

Par avankerckhove dans Coulisses, Règlements , le 20 février 2010 17h21 | Ajouter un commentaire

Le projet USF1 a du plomb dans l’aile. Mais Peter Windsor et Ken Anderson n’ont pas encore jeté l’éponge, même s’ils accordent qu’ils ne seront pas à Bahrein.

usf1Les rumeurs étaient de plus en plus inquiétantes pour l’écurie USF1. Le team, basé aux Etats-unis, n’a pas encore de voiture et n’a encore signé de contrat qu’avec un pilote (Jose Maria Lopez). Mais après des semaines de silence, le co-propriétaire Ken Anderson est sorti de l’ombre.

Une bonne nouvelle qui prouve que le projet n’est pas mort né. Mais il n’y a pas de quoi faire des bonds de joie non plus. En effet, si Ken Aderson a pris la parole, c’est pour annoncer que l’écurie ne sera pas prête pour Bahrein. Et si la FIA les y autorise, nous ne verrons les voitures de USF1 qu’à Barcelone, soit quatre courses après le début du championnat.

Et Stefan GP ?

Pour rassurer les investisseurs, Ken Anderson a encore ajouté que Peter Windsor et Chad Hurley faisaient toujours partie du projet et que le pilote Jose Maria Lopez restait sous contrat avec eux.

Si la FIA accorde ce délai à USF1, nous n’aurions donc que 24 voitures en piste lors des trois ou quatre premières courses de la saison. Une situation qui devrait faire fulminer le Serbe Zoran Stefanovic. Son écurie Stefan GP a déjà les voitures (anciennes Toyota), rêve d’aligner Jacques Villeneuve ou Ralf Schumacher aux côtés de Kazuki Nakajima, mais n’a pas de licence (réservée à 13 écuries).

Ferrari a trouvé « le truc »

Par avankerckhove dans En piste, Règlements , le 18 février 2010 12h20 | Ajouter un commentaire

ferrariCe n’est pas une surprise. Depuis les premiers essais de Valence, on sait que l’équipe italienne tourne bien. Voici donc une info sensationnelle qui pourrait bien expliquer pourquoi…

Les voitures italiennes affichent une forme étonnante depuis le début des essais privés. Et le secret semble avoir été trouvé. Après les doubles diffuseurs en 2009 de Brawn, Williams et Toyota, Ferrari semble avoir mis la main sur une trouvaille technique qui pourrait faire la différence en 2010. Un site web a révélé cette information qui a ensuite été confirmée par des sources proches de Maranello. Les excellentes performances des bolides rouges s’expliqueraient ainsi par la position de son moteur, relevé de 3,5° à l’arrière pour obtenir un meilleur espace pour le diffuseur. Le tout ayant été réalisé sans trop élever le centre de gravité.

Red Bull et McLaren aussi !

Chez Ferrari, cette info a été confirmée mais l’écurie a tenu à préciser que la bonne santé de ses monoplaces était surtout dû à la fiabilité (et donc les nombreux kilomètres parcourus qui permettent de faire évoluer la voiture). Les hommes de Maranello ont par ailleurs déclaré que la position inédite de leur moteur n’était pas un secret et que Red Bull et McLaren disposaient probablement d’un dispositif semblable.

D’après le journaliste français Jean-Louis Moncet, qui a vérifié ces informations dans les garages à Jerez, il semblerait que chez Red Bull, c’est tout le moteur qui a été relevé, et pas seulement l’arrière. Toute la suspension arrière de la Red Bull aurait d’ailleurs été redessinée.

Horner lorgne sur Raikkonen

Par avankerckhove dans Coulisses , le 17 février 2010 16h15 | 4 commentaires

Kimi Raikkonen avait besoin de changer d’air après la saison 2009. Du coup, il étanche sa soif de rallye au sein du junior team de Citroën en WRC, aux frais de Red Bull. Mais Christian Horner aimerait le faire revenir à la F1…

raikkonenLa saison des transferts est de plus en plus longue. On ne connaît pas encore les 26 pilotes qui seront sur la grille de départ 2010 que les premières rumeurs pour 2011 voient le jour. Mais il faut avouer que la dernière en date pèse lourd. Elle concerne Kimi Raikkonnen, Mark Webber et et Red Bull.

On le sait, le pilote finlandais en avait assez de la F1. Et surtout, il n’a pas trouvé voiture à son pied pour la prochaine saison. Du coup, Iceman s’est tourné vers le rallye où il apprend au sein du Junior team de Citroën. Et la saison de Raikkonen est financée par la plus célèbre des boissons énergisantes. Il n’en fallait pas plus pour que Christian Horner, team manager de Red Bull, lui ouvre la porte.

A la place de qui ?

Deux éléments rendent cette rumeur plus ou moins sérieuse. Tout d’abord, Raikkonen n’a jamais affirmé qu’il quittait la F1 pour de bon. L’hypothèse selon laquelle il sera de retour en 2011 est d’ailleurs toujours d’actualité. Ensuite, Mark Webber n’a toujours pas de contrat pour 2011 et la presse australienne estime que la probabilité pour qu’il raccroche en fin de saison, à 34 ans, est élevée.

Ce scénario fait, pour l’instant, partie des prévisions futures et n’a rien d’officiel. Mais Christian Horner a quand-même estimé que c’était « une idée intéressante« .

Quatre teams au top

Par avankerckhove dans En piste, Présentation , le 14 février 2010 16h02 | Ajouter un commentaire

La deuxième vague d’essais privés s’est terminée samedi à Jerez, en Espagne. Deux tendances semblent se confirmer: la saison sera serrée et quatre équipes sortent du lot.

schumi2Les essais privés de Jerez ont été fortement perturbés par la pluie. Une situation qui rend toute comparaison entre les forces en présence très difficile. Mais, tout comme Michaël Schumacher qui a passé du temps à analyser des détails dans chaque écuries, la plupart des observateurs semblent convaincus que quatre équipes vont dominer les débats: Ferrari, McLaren, Mercedes GP et Red Bull. « C’est très difficile d’établir une hiérarchie, mais il y a les quatre équipes. D’autres sont aussi intéressantes, comme Sauber. Pour la Renault, il y a toujours un point d’interrogation concernant sa vitesse« , a expliqué le pilote allemand.

Chez Mercedes GP, ils sont sereins

Le pilote allemand semblait assez relax au terme de ces essais où Mercedes a complété son programme. « Tout est positif« , a conclu le septuple champion du monde. Des propos confirmés par le patron de l’écurie, Ross Brawn.

Les Ferrari fiables

Bref, tout semble rôdé à Maranello. Bientôt, ils pourront se concentrer sur les performances…Dans l’équipe italienne, Alonso et Massa ont enchaîné les tours sans aucun problème de fiabilité. Les chronos n’étaient pas l’objectif des rouges qui ont réalisé des simulations de course. Massa a d’ailleurs parcouru plus de 700 km en une journée.

Hamilton rassure

Chez McLaren, Hamilton a réalisé le meilleur temps de la semaine. De quoi rassurer tous les hommes de Woking qui redoutaient probablement le fait de revivre un début de saison cauchemardesque comme en 2009.

Première sortie de la Red Bull

La RB6 n’a pas explosé le chrono mais il s’agissait de sa première sortie. Webber et Vettel ont assuré que la voiture était facile à conduire et bien dans le coup. Pareil pour Schumacher qui a cru comprendre qu’ils « étaient dans la même fenêtre » que les trois autres. Cela signifie donc des chronos similaires avec des charges de carburant comparables.

Sauber sur la voie de Brawn GP ?

D’autres éuries pourraient bien entendu se joindre à ce quatuor. Au vu des résultats de Valence et de Jerez, on pense bien évidemment à Sauber. La voiture semble rapide mais des doutes peristent quant aux quantités de carburant embarqué. Mais cette écurie pourrait bien nous faire le coup des Brawn GP l’année passée.

Toro Rosso, Williams et Force India pourraient bien jouer les troubles-fêtes. Pour Renault, la saison s’annonce assez compliquée. Lotus et Virgin vont s’appliquer pour apprendre un maximum. Enfin, Campos et USF1 devront redoubler d’efforts pour… être présents sur la grille de départ à Bahrein.

Todt veut que les team managers passent leur permis

Par avankerckhove dans Coulisses, Règlements , le 11 février 2010 09h07 | Ajouter un commentaire

Le nouveau président de la FIA veut éviter tout dérapage. Après les nombreuses histoires qui ont sali la F1, il s’est dit qu’il serait peut-être bien que les team managers aient leur propre licence.

belga-picture-16024202Une course truquée, Flavio Briatore banni, Nelsinho Piquet expatrié en Nascar. Le Crashgate a laissé des traces dans les esprits. Et dans celui du nouveau président de la FIA aussi. C’est ainsi que Jean Todt, élu en fin d’année dernière, a eu l’idée d’encadrer la profession de team manager par une licence. Voilà donc le Français qui persévère dans sa quête de réforme du sport automobile.

Sur ce point, la volonté de Jean Todt de rendre la gestion des équipes plus « clean » est facilement compréhensible. Tricherie, espionnage, etc… La F1 vient en effet de surfer sur quelques mauvaises vagues.

Une licence: la garantie de l’honnêteté ?

Mais comment pourrait-il mettre ça en oeuvre ? Et comment « instruire » les candidats de façon à ce qu’ils dirigent une équipe en tout bien tout honneur? Parce que, après tout, les pilotes sont détenteurs d’une licence. Et pourtant, certaines manœuvres en piste ne sont pas toujours exemptes de tout reproche. D’ailleurs, c’est bien Nelsinho Piquet qui a envoyé sa voiture contre un rail à Singapour…

Toujours est-il que lorsque Jean Todt a une idée en tête, il n’en démord pas rapidement. Il a donc évoqué cette régulation de la profession de team manager à la Gazetta Dello Sport.

Maintenant, si cet examen devient réalité, je suis curieux de savoir si Flavio Briatore tentera de le réussir…

Red Bull avec des ailes ?

Par avankerckhove dans Présentation , le 10 février 2010 16h32 | Ajouter un commentaire

redbull1Red Bull a dévoilé son arme pour la saison 2010: la RB6. Avec cette présentation, tous les top team, sauf grosse surprise, ont levé le voile sur leur monoplace qui sera alignée en course cette saison.

Voilà le dernier top team qui a donné naissance à son bébé. La nouvelle Red Bull RB6 a vu le jour ce matin à Jerez. A première vue, il ne s’agit « que » d’une évolution de la RB5. On reconnaît facilement les coups de crayon d’Adrian Newey avec un museau effilé et le capot moteur qui va rejoindre l’aileron arrière (style aileron de requin), une trouvaille de l’ingénieur qui a été copiée par de nombreux adversaires. Seule grosse évolution par rapport à la monoplace de l’année dernière: l’empattement. Il est nettement plus long et c’est tout-à-fait normal parce que les réservoirs ont doublé de taille (suite à l’interdiction des ravitaillements en course).

La Red Bull a été dévoilée ce matin dans la pitlane du circuit de Jerez (Espagne) où 10 des 13 équipes inscrites au championnats effectuent des tests et ce jusqu’à samedi. Aussitôt le voile levé sur ce nouveau né qu’il est déjà en piste. Ce mercredi, c’est Mark Webber qui effectue le décrassage. Il sera ensuite remplacé par le pilote « maison », Sebastian Vettel.

Où se situera l’équipe ?

Vu les résultats de la saison précédente, et surtout les performances affichées par ce team lors des dernières courses, on ne peut s’empêcher d’imaginer Red Bull aux avant-postes. D’ailleurs Vettel, Webber et Christian Horner (directeur sportif) ont insisté sur un point: en 2010, ils veulent faire mieux qu’en 2009. Comme ils étaient vice-champions dans les deux championnats, le message est clair: Red Bull veut le(s) titre(s) !

Pour moi, simple observateur, il est extrêmement délicat de prédire si cela se fera ou non. Mais une évolution d’une très bonne voiture a rarement déçu. Et on peut compter sur Adrian Newey: il a plus que probablement bien adapté cette monoplace aux nouvelles exigences (pneus plus fins à l’avant et poids plus élevé en début de course). Sa dernière création sera donc dans le coup. Mais d’autres teams (je pense principalement à Ferrari, McLaren et Mercedes GP) seront également redoutables.

Schumacher et Stefan GP barrent la route à Senna et Campos

Par avankerckhove dans Coulisses, Présentation , le 7 février 2010 16h15 | Ajouter un commentaire

bruno_sennaQuatre nouvelles écuries sont attendues sur la grille de départ de la saison 2010. Lotus et Virgin semblent prêtes à en découdre. Pour Campos et USF1, ça semble compliqué. A tel point que Stefan GP, une structure serbe qui veut à tout prix prendre part au championnat, aurait profité des ennuis financiers de Campos pour prendre sa place…

L’équipe de l’ancien pilote espagnol Adrian Campos a été officiellement inscrite au championnat du monde de F1 le 1er décembre 2009. Elle a ensuite rapidement confirmé son premier pilote: le Brésilien Bruno Senna, neveu du regretté triple champion du monde. Mais voilà, l’écurie Campos Meta ne mettra peut-être jamais une roue sur la grille de départ. Et dans ce cas, le peloton resterait plus que probablement orphelin du mythique casque jaune du pilote brésilien, en référence à son oncle.

Stefan GP élimine un adversaire

Mais comment Campos en est-il arrivé là ? La réponse tient en un mot: l’argent ! Campos rencontre bien plus de difficultés que ce qu’il avait prévu pour mettre sa structure sur pieds. Et l’homme comptait acheter des châssis Dallara pour faire rouler ses voitures. Mais voilà, Stefan GP est arrivé dans la course. Et cette écurie ne dispose pas de la licence nécessaire pour courir car seulement 13 équipes sont admises dans le championnat. Zoran Stefanovich, le patron de Stefan GP, a donc décidé d’éliminer un adversaire…

Voyant les difficultés de Campos à respecter ses engagements envers Dallara, Stefanovich a fait le nécessaire pour racheter le contrat qu’avait l’Espagnol avec son fournisseur de châssis. Echec et mat donc, car sans châssis, Adrian n’a plus aucune chance.

Mais qui est derrière Stefan GP ?

Zoran Stefanovich est un milliardaire serbe qui a fait fortune dans l’industrie militaire. Il a engagé Mike Coughlan, l’ancien ingénieur de McLaren par qui le Spygate (affaire d’espionnage avec Ferrari) était arrivé. Cet hiver, la structure serbe a réussi à se faire bien voir par Bernie Ecclestone, démontrant qu’elle avait plus de moyens que USF1 et que Campos. Et donc, qu’elle méritait plus sa place en F1…

Dernièrement, Stefan GP a annoncé un accord avec Toyota pour reprendre les châssis de 2009. Amusant donc de constater que le contrat avec Dallara ne servira pas à utiliser ses châssis, mais uniquement à en priver Campos.

Belle campagne de communication

Mais Stefan GP a avancé dans d’autres domaines, profitant ainsi d’une belle campagne de communication alors que les seules infos transmises par sa rivale étaient du genre « on sera dans les temps, ne vous inquiétez pas…« . Mais sans qu’il n’y ait rien de concret. Par contre, du côté de Stefan GP, le matériel a déjà été envoyé à Bahrein (alors que l’équipe n’est pas officiellement inscrite) et l’écurie a annoncé des essais privés à la fin du mois à Portimao (Portugal). Enfin, Ecclestone s’est quasi prononcé en faveur du team serbe. Et ça, ce n’est pas négligeable.

Deux Schumacher en piste ?

En ce qui concerne les pilotes, l’accord entre Stefan GP et le constructeur nippon prévoit que Kazuki Nakajima (qui roulait chez Williams-Toyota les deux dernières saisons) occupe un cockpit. Le second pilote serait… Ralf Schumacher. Le cadet de la famille effectuerait alors, comme son frère, un come-back inattendu. Il est vrai que l’Allemand connaît très bien Toyota et il a d’ailleurs confirmé avoir été en contact avec l’homme d’affaires serbe. Pour finir, Jacques Villeneuve frapperait de toutes ses forces à la porte de cette écurie pour réintégrer le microcosme de la F1, peut-être en tant que pilote d’essai.

Quoi qu’il en soit, cela laisserait Senna sur la touche, à moins qu’il ne trouve refuge chez USF1…

Décryptage des essais privés de Valence

Par avankerckhove dans En piste , le 5 février 2010 19h10 | Ajouter un commentaire

belga-picture-18145373Trois jours d’essais privés. Voilà pour l’instant les maigres données dont on dispose pour se faire une idée de la hiérarchie de la saison 2010. Analyse des performances…

Que peut-on retenir des premiers essais privés de la saison où sept monoplaces ont fait leurs premiers tours de roues en début de semaine ? Plusieurs éléments, mais tous sont à prendre avec des pincettes. En effet, il est toujours très délicat d’analyser les performances des différentes écuries étant donné qu’elles évitent soigneusement de communiquer les conditions dans lesquelles leurs chronos ont été réalisés.

Mais après trois jours complets sur le circuit de Valence, on peut malgré tout se faire quelques idées. Tout d’abord, les Ferrari semblent en forme. Massa (lundi et mardi) et Alonso (mercredi) ont à chaque fois fini la journée au sommet de la hiérarchie. Cela ne veut pas dire que la Scuderia va outrageusement dominer la saison, mais les bolides rouges tiennent le bon bout. Et jamais Massa et Alonso n’ont été contrariés par des ennuis techniques. Une fiabilité qui leur a permis de beaucoup rouler (plus de 350 tours) et donc de récolter d’importantes données pour progresser.

Que penser des Sauber ?

Derrière, on retrouve les Sauber de Kobayashi et De la Rosa. Willy Rampf aurait donc dessiné une bonne voiture, mais sans doute pas aussi rapide que ce qu’on pourrait penser. En effet, il semble que la Sauber roulait avec grosso modo 20 litres de moins que les autres (60 litres de carburant contre 80 pour les autres écuries). En fait, l’année dernière, les voitures roulaient souvent en essais avec 60 litres de carburant et Sauber aurait gardé cette quantité pour pouvoir faire des comparaisons directes avec sa voiture de l’année dernière. Pour être complet, précisons que les autres roulaient en moyenne avec 80 litres de carburant car c’est la moitié de leur nouveau réservoir. Elles ont donc pu récolter des données pour ce que l’on appelle le « réglage moyen » en course où ils débuteront tous avec 160 litres pour finir quasi à vide.

Beaucoup d’ambition chez Mercedes GP

Chez Mercedes GP, tout va bien, mais ce n’est pas non plus l’extase. Schumacher a rassuré en démontrant qu’il était toujours apte physiquement à participer à un championnat. Il a aussi prouvé qu’il était toujours rapide. Rosberg était aussi dans le rythme même s’il a été gêné par la position de son baquet qu’il a jugée perfectible. Quant à Ross Brawn, il a confirmé un petit soucis dans l’équilibre de la voiture tout en ajoutant qu’il savait d’où ça venait et que tout serait réglé pour les prochains tests.

Le constat est comparable chez McLaren. Tout s’est bien passé mais ce n’est pas encore parfait. Button s’est aussi plaint de sa position dans l’habitacle tandis que Lewis Hamilton s’est réjouit du comportement de sa nouvelle monture par rapport à sa devancière, bien mal née même si elle avait progressé en cours de saison.

Toro Rosso et Williams dans le « ventre mou »

Chez Williams, Barrichello et Hulkenberg ont été en retrait, sans pour autant être largués. Mais la crainte vient plus des améliorations apportées par l’équipe privée en cours de saison. Si cette dernière n’est pas transcendante en début de saison, elle sera vite poussée en dehors des points après quelques Grands Prix.

Chez Toro Rosso, il semble que les pistes aient été brouillées. Buemi et Alguersuari ont souvent été en queue de peloton même si le jeune Espagnol a finalement terminé sur une très bonne note. Mais ce chrono semble tellement isolé que l’on peut se demander s’il n’a pas fait un run très court avec peu de carburant…

Renault en position délicate ?

Pour Renault, la situation semble aussi assez délicate. L’écurie rachetée par Genii est dans une année de transition. Ca se voit d’ailleurs quand on regarde les courbes de la voiture, très ressemblante à celle de la saison 2009. C’est un peu inquiétant même si ces observations à l’oeil nu ne veulent pas dire grand-chose. Pour les chronos, Kubica et Petrov ont semblé avoir un peu de mal à suivre le rythme des leaders, même si au sein de l’équipe on insiste pour dire que les performances sont bonnes et que tout est OK.