En ce moment

Alonso menace Rosberg sur Twitter: « Ca va être chaud ! »

Par avankerckhove dans Non classé , le 23 avril 2012 13h56 | Ajouter un commentaire

Nico Rosberg a violemment défendu sa position au Grand Prix de Bahreïn, dimanche. Alonso n’a pas apprécié, et a réagi peu de temps après la course sur Twitter.

bahreinNico Rosberg a vigoureusement défendu sa position face à Hamilton et Alonso au GP de Bahreïn. Si Hamilton a fini par le doubler en passant avec ses 4 roues dans le sable, Alonso est resté bloqué derrière.  Inutile de le préciser, l’Espagnol n’a pas du tout apprécié la manoeuvre. Il l’a fait savoir par radio à son équipe durant la course, sans doute avec l’espoir que la direction de course se penche sur le problème, et sanctionne Rosberg.

Mais après course, le pilote allemand n’a pas subi la moindre sanction et a conservé les points de sa 5e place finale. Dépité, le pilote Ferrari a utilisé Twitter pour dire ce qu’il pensait du comportement de Rosberg en piste, et du fait qu’il n’y ait eu aucune sanction à son encontre. « Je pense que vous aurez droit à pas mal de spectacle lors des prochaines courses. Désormais, on peut défendre notre position comme on veut et on peut aussi dépasser hors des limites de la piste ! Ca va être chaud !« , a-t-il indiqué sur Twitter.

Voilà Rosberg prévenu…

Massa pourrait s’incliner devant le « Pape » Kubica

Par avankerckhove dans Coulisses , le 21 mars 2012 12h34 | Ajouter un commentaire

Ca ne tourne pas rond chez Ferrari, c’est clair. Mais Alonso est parvenu à sauver la mise et à pointer juste derrière les deux top teams. Massa en était bien loin.

imageglobe-336032012012 risque d’être une année noire pour la Scuderia Ferrari. Déjà, leur monoplace est moche. Bon OK, on ne demande pas à une F1 d’être belle, mais d’aller vite. Mais là aussi il y a un hic. Ca fait maintenant quelques semaines qu’on sait que les dirigeants de Ferrari se font dessus, et Melbourne a confirmé ce que tout le monde craignait: la F2012 est laide, et lente. Bref, la cata pour les tiffosi !

Réaction des boss: Montezemolo tape du poing sur la table, et veut que sa voiture soit revue et corrigée dans les plus brefs délais. Domenicali semble perdu, comme souvent. Excepté des phrases déjà entendues et ré-entendues du genre « Notre staff travaille dur et, j’en suis persuadé, va améliorer les choses rapidement« , il ne dit pas grand-chose. Quant à Pat Fry, il parle plus des autres écuries que de la sienne. Et dans ce domaine là, il n’a pas fait mieux que la monoplace qu’il a dessinée d’ailleurs (il avait affirmé vendredi dernier que les Red Bull mettraient 1 seconde au tour à tout le monde).

A

Fry et Domenicali en sursis

Mais malheureusement pour les rouges, la plupart des observateurs pensent que la saison est mal embarquée. Et les prochaines courses risquent d’être pires que Melbourne, avant un redressement attendu pour la tournée européenne, voire le début de l’été (grâce à une développement plus rapide que dans les petites écuries). Et pour Montezemolo, difficile d’envoyer tout le monde balader en cours de saison. Des ingénieurs, aussi doués soient-ils, ne feront pas mieux que ceux qui ont développé la F2012. S’il veut changer son staff technique, ce sera en fin de saison. Les têtes de Fry et Domenicali rouleront peut-être à ce moment, mais pas avant…

Ceci dit, tout le monde n’est pas à l’abri. Et il y en a un qui se trouve d’ailleurs sur un siège éjectable: Massa. Le petit Brésilien est bien sympathique. Mais si l’on ne demande pas à une F1 d’être belle (même si on préfère), on ne demande pas à un pilote d’être gentil. C’est pareil que pour sa monoplace. On lui demande juste d’être rapide. Et là, force est de reconnaître que ce n’est plus le cas de Massa. Et ça fait longtemps d’ailleurs. En ce qui me concerne, je ne le trouve plus à sa place depuis son accident en 2009, voire même depuis son titre loupé à un virage près en 2008.

A

Retour en grâce ?

La presse transalpine, dépitée de ne plus pouvoir observer de pilote italien, presse d’ailleurs Ferrari de le remplacer par Trulli. D’autres journaux italiens rappellent que Sutil est resté sur la touche cette saison, qu’il a du talent, et qu’il serait disponible tout de suite et à un prix intéressant. Pour le moment, Ferrari balaie toutes ces hypothèses, et soutient Massa.

Pour ma part, j’ai mon idée sur la façon dont les choses pourraient se passer: Ferrari attend un événement qui pourrait enjoliver sa saison. Une annonce forte, pleine d’espoir et d’émotion. Et pour moi, c’est le retour de Kubica. Je pense d’ailleurs que c’est la raison pour laquelle Massa est encore là. Je m’explique: si Massa avait été remplacé par un pilote X à l’intersaison, Ferrari aurait eu du mal à virer ce même pilote X après 2 ou 3 mois. Par contre, ça fait 2 ans que Massa est en sursis chez les rouges. En le gardant, Ferrari lui offre une ultime chance et sait que personne ne trouvera anormal de l’éjecter après 7 ou 8 courses en 2012, soit la période à laquelle Kubica, libre de tout contrat, devrait être prêt pour remonter dans un cockpit de F1. Cette annonce aurait plus d’impact que les résultats de Ferrari cette saison, apaisera le team, et lui donnerait une image conquérante pour 2013, avec un duo de pilotes redoutable. En plus avec un Polonais « miraculé », Ferrari ajouterait la touche d’émotion nécessaire pour réconcilier toute la Scuderia avec ses tiffosi…

F1: pourquoi les monoplaces 2012 ont-elles un gros nez?

Par avankerckhove dans Présentation , le 8 février 2012 15h07 | Ajouter un commentaire

Présentation après présentation, les fans de F1 font la grimace en découvrant les voitures de la saison 2012. Elles ont toutes un fameux nez, pas très esthétique. Mais, comme cela a été souligné chez Ferrari, c’est la performance qui compte.

imageglobe-32993878

Que de gros nez! Voilà ce que se disent la plupart des observateurs après avoir découvert bon nombre de monoplaces qui participeront à la saison 2012 de Formule 1. C’est un fait: avec leur museau à étage, les F1 2012 sont nettement moins glamour…

A l’exception de la McLaren MP4-27, elles arborent toutes cette bosse franchement peu esthétique. Mais si les ingénieurs n’en ont cure du look, le fait qu’ils aient tous pensé à ce système en même temps ne relève pas du hasard.

En fait, le règlement technique  a évolué cette saison. Explications: Au fil des années, les ingénieurs se sont rendus compte qu’il n’y avait pas que les ailerons qui donnaient de l’appui aérodynamique aux monoplaces. L’air qui passe sous la voiture (et crée l’effet de sol) avant d’être extrait via le double diffuseur arrière plaque également les F1 au sol. Le but était donc de trouver le meilleur compromis entre l’appui généré par les ailerons (avec l’air qui passe au-dessus de la F1) et l’appui généré par le diffuseur (avec l’air qui passe sous la F1).

Mais voilà, les museaux ont été de plus en plus relevés, poussant les responsables de la sécurité à mettre leur holà. Pourquoi ? Parce qu’un museau trop élevé pourrait s’avérer dangereux en cas de contact avec une autre voiture (en la percutant de côté). Les ingénieurs aérodynamiciens ont donc du abaisser les museaux, mais la mesure n’est prise qu’au bout du nez. Le reste de l’avant de la F1, par contre, peut être plus élevé. D’où la bosse, pour permettre de garder une certaine hauteur à l’avant afin de laisser passer un maximum d’air sous la monoplace.

Reste encore une question: si c’est si simple, pourquoi McLaren n’a pas opté pour cette solution ? Eh bien parce que l’écurie britannique a travaillé dans la continuité de 2011, et possède une vaste expérience dans les museaux bas. Un nez sous lequel agit une dérive qui permet de diriger le flux d’air adéquat en bordure de pontons…

La F1 du futur?

Par avankerckhove dans Non classé, Présentation , le 6 janvier 2012 17h12 | Ajouter un commentaire

f1futurpaddock

Le designer Jacek Kolodziejczyk a sorti de son esprit une représentation de ce à quoi pourrait ressembler une F1 dans quelques années. Pour ce faire, il s’est basé sur des éléments concrets, mais aussi sur son imagination. Au niveau des modifications probables et déjà testées par la FIA, le pare-brise et les pneus taille basse.

Pourquoi un pare-brise?

En monoplace, la sécurité a fait des progrès inimaginables. Seule une partie du corps reste exposée: la tête. Preuve en est, les accidents de Felipe Massa en 2009 et celui d’Henry Surtees, qui a coûté la vie à ce jeune pilote quelques jours plus tôt en formule 2. Plus récemment, Dan Wheldon a également perdu la vie en Indy Car suite à d’importantes blessures au niveau de la tête.

Suite aux accidents de Massa et Surtees en 2009, Bernie Ecclestone avait d’ailleurs insisté sur le fait qu’il souhaitait voir apparaître une sorte de pare-brise en F1 pour que les pilotes soient à l’abris. Des tests ont même été réalisés, mais n’apportent pas encore satisfaction.

Un autre concept a été pris en compte, celui des pneus taille basse. Une volonté de nombreux chefs d’écurie, mais qui n’a pas encore été officiellement reprise dans le règlement.

2011, l’année Vettel

Par avankerckhove dans En piste , le 25 décembre 2011 16h05 | Ajouter un commentaire

imageglobe-30311383La saison 2011 de F1 a vu le second sacre consécutif de Sebastian Vettel. L’Allemand n’a pas fait dans la dentelle, battant encore de nouveaux records.

Sebastian Vettel et Red Bull ont sans aucun doute représenté le binôme le plus performant en 2011. Onze victoires, le record de poles en une saison, champion du monde alors qu’il restait 4 courses à disputer. C’est sûr, ensemble ils n’ont laissé que des miettes aux adversaires. Depuis l’ère Schumacher, jamais un championnat n’avait été plié aussi rapidement. Vettel n’a loupé le podium qu’à deux reprises: chez lui, au Nürburgring, seul GP de la saison où il n’était pas dans le rythme (4e), et à Abu Dhabi où son pneu arrière droit l’a lâché. Pas grand-chose à reprocher donc à Baby face, si ce n’est d’avoir tué tout suspense. Mais ça, c’est surtout aux rivaux, incapables de l’inquiéter, qu’il faut s’en prendre… Vettel, lui, a fait son boulot et personne d’autre n’aurait mérité la couronne 2011.

A

Button surprend

S’ils n’ont pas été en mesure de tenir la cadence du pilote Red Bull, Alonso et Button ont néanmoins réalisé une belle campagne. Comme toujours, l’Espagnol a souvent tiré le meilleur de sa monture avec une régularité impressionnante. Button, lui, a réussi à prendre l’ascendant sur son équipier chez McLaren, a profité des conditions météorologiques changeantes et a quand-même terminé 8 fois sur le podium lors des 9 dernières courses. Pas mal !

A

Mercedes en dessous des attentes

Schumacher, de son côté, n’a pas été en mesure de monter sur le podium pour la seconde année consécutive, même s’il en était à deux doigts au Canada. Mais, avouons-le, papy Schumi s’est montré bien plus à l’aise qu’en 2010, et a bien mieux tenu la comparaison face à Nico Rosberg. Il s’est même permis de refaire quelques tours en tête d’un Grand Prix. Il lui reste encore à apprendre à exploiter ses Pirelli sur un tour rapide en qualifications, et l’affaire sera dans le sac. Pour en finir avec cette écurie, c’est surtout la flèche d’argent elle-même qui aura été décevante, surtout quand on voit les moyens investis par Mercedes.

A

Retour d’un Belge… et de Senna

Enfin n’oublions pas Jérôme D’Ambrosio, qui nous a permis de suivre un Belge en F1 après 17 ans d’absence. Condamné au fond de grille, il s’en est pas mal sorti. Rapide et endurant, il a fait aussi bien que Glock. Mais, par contre, la Virgin était lamentable. Et la communication de cette écurie peut carrément être considérée comme désastreuse.

Je lancerai encore une fleur à Bruno Senna, qui a réussi de belles choses en prenant une saison en cours, ce qui n’est pas une mince affaire. Et puis j’ai découvert la F1 il y a plus ou moins 25 ans, quand son oncle pilotait une voiture noir et or, avec un casque jaune. Revoir des couleurs similaires sur la piste ne pouvait pas me laisser insensible…

A

Massa loin du compte

Après les bons points, il y a aussi les bonnets d’âne. Dans cette catégorie, le premier de classe est pour moi Felipe Massa. Ce pilote m’avait impressionné en 2008 quand il est passé à un souffle du titre. Il avait battu Raikkonen et avait réalisé de superbes progrès par rapoport à ses débuts. Mais, visiblement, il ne s’est jamais remis d’avoir perdu ce championnat. Son accident en 2009 ne l’a pas aidé non plus. Je vais être dur, mais dire ce que je pense: il n’a plus sa place chez Ferrari, et même peut-être en F1.

A

Hamilton tête en l’air

Malgré quelques coups d’éclat, Hamilton est aussi passé à côté de sa saison. Rapide il l’est, mais il manque vraiment de constance. Mettons cela, cette année, sur le compte de sa relation tumultueuse avec sa « Pussycat ». Mais Lewis va devoir apprendre à oublier ses émotions aux abords des circuits, et éviter de « voir rouge » dès qu’il a Massa en point de mire.

Mark Webber m’a aussi déçu cette saison. Jamais il n’a pu rivaliser avec son équipier chez Red Bull, contrairement à 2010. Et ce n’est pas sa victoire au Brésil qui va tout effacer. J’ai par contre beaucoup aimé son dépassement sur Alonso au pied du raidillon, même si ça aurait pu très mal finir.

A

Kers, DRS, Pirelli…

Quelques indications encore en deux mots: je ne suis pas fan du Kers, ni du DRS qui a rendu certains dépassements (mais pas tous) trop faciles. Coup de chapeau par contre à Pirelli, qui a osé produire des pneus bien plus intéressants que ce que Bridgestone ne proposait. Je pense qu’ils sont à la base d’une grande part du spectacle. Je n’ai pas aimé par contre l’accident de Kubica en début d’année, même si ce n’était pas en F1. Un retour du Polonais avec Lotus semble exclu. Par contre, il pourrait bien réapparaître avec Ferrari. Mais ça, c’est une autre histoire.

Pour ceux qui ont réussi à lire cet article jusqu’au bout, un dernier petit message: désolé de ne pas avoir écrit beaucoup des billets ces derniers temps, mais le travail sur RTLinfo et une actualité chargée ne m’en ont pas donné l’opportunité. Et Joyeux Noël et Bonne Année à vous tous.

Dans le cockpit à Barcelone!

Par avankerckhove dans En piste , le 25 octobre 2011 15h05 | Ajouter un commentaire

Les caméras embarquées ont fait leurs apparitions en Grand Prix depuis plusieurs dizaines d’années. Grâce à l’amélioration des différentes technologies, la qualité des images devient de plus en plus irréprochable. Le seul hic, c’est qu’à cause des turbulences aérodynamiques, la position des ces caméras est imposée au millimètre près par le réglement. Et lors des essais libres, les voitures sont dépouillées de tout objet qui pourrait fausser les données, telles des petites caméras placées sur le casque.

Par contre, pour Lucas di Grassi (ex-pilote Virgin, remplacé au début de la saison par Jérôme d’Ambrosio), ce constat n’est pas valable. Il est pilote d’essai Pirelli, et peut se permettre de dévier (un tout petit peu) d’air de sa trajectoire intiale, le but de ses essais étant plus centré sur les performances et l’endurance des gommes. Il a donc placé une petite caméra directement sur sa visière, pour offrir aux amateurs une vue « réelle » des pilotes de F1. De cette manière, vous pouvez découvrir le tracé du circuit de Barcelone comme si vous y étiez.

Remercions encore di Grassi pour ce petit « cadeau », parce que le pilote brésilien a dû conduire en se servant d’un seul oeil…

Mercedes remet le F-Duct au goût du jour

Par avankerckhove dans Non classé , le 19 octobre 2011 16h31 | Ajouter un commentaire

L’écurie de Ross Brawn aurait à nouveau exploité une « zone d’ombre » pour faire la différence par rapport à la concurrence en 2012.

imageglobe-30024639Les ingénieurs de l’écurie Mercedes auraient trouvé une astuce pour 2012. Selon Auto Motor und Sport, les hommes de Ross Brawn auraient développé un système fonctionnant sur les mêmes bases que le F-Duct, mais qui serait appliqué à l’aileron avant.

Au lieu de diminuer l’appui de l’aileron arrière comme le F-Duct en 2011, une ouverture située au niveau de l’aileron avant canaliserait l’air vers les supports de l’aileron. Ce même air s’échapperait ensuite vers l’arrière et près du sol, ce qui diminuerait les turbulences sous le plancher de la voiture.

Précisons que ce système ne nécessiteraita ucune intervention du pilote, et serait donc légal.

A

Trop tard ?

Si ces informations sont fondées, Mercedes aurait déjà pris une avance importante sur ses rivaux pour 2012. Comme l’indique Martin Whitmarsh, le patron de McLaren: « Si on commence immédiatement (à tenter de reproduire un tel système), il est déjà trop tard« .

Massa et Hamilton s’accrochent aussi en interview

Par avankerckhove dans Coulisses , le 26 septembre 2011 14h58 | Ajouter un commentaire

Lewis Hamilton s’est encore fait remarquer à Singapour. Le pilote britannique a heurté Massa, anéantissant tous les espoirs du Brésilien. Ce dernier n’a pas caché sa mauvaise humeur.

Il s’agit d’un des faits marquants du Grand Prix de Singapour: la passe d’armes entre Hamilton et Massa au cours de laquelle le pilote britannique a commis une nouvelle erreur. Il s’est loupé au freinage de la zone DRS, cassant son aileron avant et crevant le pneu arrière de la Ferrari. Les deux hommes avaient déjà eu maille à partir samedi, lors des qualifications, lorsqu’Hamilton a passé Massa alors que celui-ci roulait au ralenti pour laisser de l’espace entre Button et lui. Pas très fair-play…

Et ce n’est pas la première fois que les deux pilotes s’accrochaient cette saison. Tout le monde garde en mémoire l’accident de Monaco. Le pilote brésilien y a d’ailleurs fait allusion en déclarant que « quelque chose est arrivé avec un type qui a fait ça avec moi… Combien de fois ? Tellement de fois !« , a-t-il déclaré au terme de l’épreuve.

A

« Il doit utiliser son cerveau »

Mais Massa, très remonté, n’en est pas resté là. Face à la caméra, il a dit tout ce qu’il pensait de l’attitude d’Hamilton. « Je l’ai encore dit hier. Il doit utiliser son cerveau. Déjà en qualifications il se conduit comme un gamin en se prenant pour Superman. Alors vous imaginez mon sentiment au terme de la course. Il aurait à nouveau pu causer un gros accident. Et il ne comprend pas, c’est ça le problème! Je le lui ai déjà dit, mais il ne veut rien entendre« , a conclu Felipe Massa lors de son interview d’après course.

A

« Ne me touche pas »

Toutes ces accusations n’ont pas calmé le Pauliste, qui a fini par aller saluer la performance d’Hamilton à sa manière. pendant que le pilote McLaren expliquait sa course, il est allé lui faire une petite tape (pas si petite que ça en fait) hostile sur l’épaule, tout en glissant : « Bon boulot Lewis ! »

Bref, Massa a un peu fait hors piste ce qu’Hamilton fait sur la piste. Il a laissé parler son impulsivité, et a déconnecté son cerveau. Une réaction malheureuse, bien que compréhensible, sauf pour Hamilton qui en est resté bouché bée et qui n’a rien trouvé d’autre à dire, après un temps mort, que « Ne me touche pas!« . Ambiance…

Le retour du Crash Kid

Par avankerckhove dans Coulisses , le 3 septembre 2011 16h13 | Ajouter un commentaire

Helmut Marko a lancé une flèche à l’encontre de Lewis Hamilton. Cette attaque n’est, en fait, qu’une riposte à une précédente offensive de McLaren.

imageglobe-23050832Helmut Marko, conseiller de Red Bull, semble franchement rancunnier. Surtout quand il s’agit de défendre son poulain Sebastian Vettel. Souvenez-vous: en 2010, le jeune Allemand a perdu de gros points suite à des erreurs de jeunesse. Si cela ne l’a pas empêché de remporter le titre en fin de saison, son accrochage avec Webber en Turquie avait quelque peu écorné son image. Et à Spa aussi, le pilote Red Bull avait « dérapé ». Au bus stop, il avait harponné Jenson Button, provoquant la colère du team britannique qui l’avait surnommé « Crash Kid ».

Mais cette saison, c’est plutôt Hamilton et sa conduite agressive qui défraient la chronique. Une trop belle opportunité pour Helmut Marko, qui n’a pas pu s’empêcher de « se venger ». Dans AutoBild, il a ouvertement critiqué Hamilton suite à son erreur aux Combes, où il s’est accroché avec le Japonais Kamui Kobayashi lors d’une manoeuvre de dépassement. « À l’époque, l’histoire de Crash Kid faisait partie d’une stratégie médias de McLaren. Maintenant, à Spa, le Crash Kid est dans leur équipe« , a-t-il déclaré.

Bien entendu, Helmut Marko en a profité pour souligner le talent et les progrès de son protégé. « En devenant champion du monde il est revenu cette saison plus détendu, plus mature et plus dominateur.« 

McLaren a découvert le secret Pirelli

Par avankerckhove dans En piste , le 16 août 2011 07h29 | 2 commentaires

f1L’écurie britannique a remporté les deux dernières courses avant la pause estivale. Si l’on en croit Auto Motor und Sport, les gris utilisent beaucoup mieux les pneus Pirelli.

McLaren-Mercedes a clairement haussé le rythme depuis quelques courses. Visiblement, l’équipe de Woking s’est payé les services d’Hiroshi Imai, l’ancien ingénieur en chef de Bridgestone.

Ce Japonais, expert en pneumatiques, aurait aidé McLaren à apprendre en profondeur le fonctionnement des pneus Pirelli, leur usure et leur dégradation rapide.

D’après le magazine allemand, c’est ces connaissances qui auraient permis à McLaren de revenir au niveau des Red Bull, intouchables en début de saison. D’ailleurs, McLaren aurait modifié son système de refroidissment des freins pour éviter que de la chaleur ne soit transférée aux pneus lors des gros freinages.