SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Thriller

Le chemin des faux serments, Denis Lépée

Par Christine Calmeau dans En poche, Thriller , le 12 juin 2012 09h06 | Ajouter un commentaire

9782266212489Depuis quelques mois, depuis qu’il est sorti de prison, Gabriel Beauchêne, ethnologue de formation,  vit reclus, dans une petite maison, sur une île de Floride.

Et cela lui convient parfaitement pour essayer de tirer un trait sur son passé : sur la mort de sa femme, sur  Bryan Grove, son ex-meilleur ami qui l’a, non seulement, cocufié, mais aussi envoyé au trou.

Un jour, troublant sa solitude, une avocate débarque chez lui, à l’improviste et lui annonce que Bryan est décédé, qu’il lui lègue son immense fortune, à une condition : que Gabriel élève Conrad, son fils adoptif de 8  ans.

Dans un premier temps, l’ethnologue refuse : pas question de s’occuper du fils de son pire ennemi, et puis il change d’avis … les ennuis ne font que commencer …

C’est que des dizaines de millions de dollars attirent toutes les convoitises, et Gabriel est très loin de se douter que les intérêts qui entourent cette fortune colossale sont surveillés de très près par le FBI, la CIA et par une foule de personnes mal intentionnées.

Pour assurer sa survie, celle de Conrad, le petit garçon dont il a à présent la garde, Gabriel va devoir revenir sur son passé et comprendre pourquoi il s’est retrouvé en prison.

« Le chemin des faux serments » est à la fois un roman d’espionnage et un thriller psychologique. Très bien écrit, construit sur un rythme d’enfer.  Un roman qui parle d’amitié, de vengeance, de trahison, un roman qui raconte aussi la redemption d’un homme qui croyait avoir tout perdu, et qui reprend goût à la vie, à travers un machiavélique puzzle.

 

« Le chemin des faux serments », Denis Lépée, Pocket

Random, Mathieu Croizet

Par Christine Calmeau dans Thriller , le 2 novembre 2011 17h06 | Ajouter un commentaire
randomEn janvier 2008, à New York. Comme partout dans le monde, on se remet difficilement des excès du Nouvel An.
Il y en a un qui n’aura plus ce genre de problème, c’est le cadavre qu’on repêche des eaux glaciales de l’East River. Un homme d’affaires, un magnat de la finance qui a été, jadis, impliqué dans une opération des services secrets américains, l’opération Random.
Le problème, c’est que cet homme est déjà mort. Officiellement. Lors des attentats du 11 septembre 2001. Cet homme qui se trouve à présent dans un des tiroirs de la morgue centrale est un des amis, ou plutôt, était un des amis très proche de Paul Casanova, dit Polka, inspecteur du NYPD.

En novembre 2007, à Marseille. Un avocat fauché et désespéré accepte de défendre Ignace Fabiani, celui qu’on présente comme le parrain des parrains. Le travail est simple, les honoraire juteux, très juteux, mais l’idée est mauvaise, très mauvaise …
Quel est le lien entre ces deux évènements ?  L’enquête de Polka devra démêler tous les fils. Une enquête rondement menée, ça va vite et ça fait mal. Paul Casanova n’y va pas par quatre chemins, même s’il doit, pour cela, ouvrir de très vieilles et très vilaines blessures personnelles. Il ne baissera pas les bras. Rien ou presque ne lui fait peur : ni les trafics de drogues, ni la finance internationale, ni les services secrets, ni la mafia. De New York au maquis corse, de la banlieue de Marseille et ses zones de non-droit aux plages blanches de Miami.
Mathieu Croizet , qui est avocat à la base, nous propose un thriller haletant, dont la construction peut dérouter, au début, pour se révéler drôlement efficace par la suite. On se fait très vite à cette écriture qui ne laisse aucun temps mort à l’intrigue, ni à Polka, son héros, un super flic complètement déjanté, très rock & roll.
Si les cadavres ne vous font pas peur, Random est pour vous !

 »Random », Mathieu Croizet,  l’Ecailler

Marée sombre, Andrew Gross

Par Christine Calmeau dans En poche, Thriller , le 7 octobre 2011 14h28 | Ajouter un commentaire

maree

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

 

En plein coeur de New York,  au centre de Manhattan, Grand Central Station, une des plus grandes gares des Etats-Unis.  Une bombe explose sur les rails. Le train qui arrive de banlieue est détruit et le wagon dans lequel a pris place Charles Friedman est complètement pulvérisé.

A la même heure, Karen, son épouse, est à son cours de yoga. Sur les écrans de télé de la salle de sport, les images de l’attentat défilent en boucle. Il ne lui faudra que quelques minutes pour comprendre que son mari, brillant gestionnaire de fonds, est mort dans l’attaque, qu’elle ne le reverra plus jamais.

Au même moment, mais à des dizaines de kms de là, dans le Connecticut, un jeune homme est tué par un chauffard.

Pour Karen, le cauchemar commence. Il faut annoncer la mort de Charles aux enfants. Il faut apprendre à vivre sans lui, mais surtout, plusieurs choses  perturbent son deuil.

Il y a ces hommes qui viennent sonner à la maison, pour lui réclamer de l’argent, en lui expliquant que son mari n’était pas celui qu’elle croyait. Il y a ceux qui essaient de s’en prendre aux enfants pour lui faire peur… Charles a-t-il vraiment détourné ces sommes colossales ? Il y a tous ces morts autour d’elle …

Avec un inspecteur de police, elle va essayer d’y voir plus clair et essayer de comprendre qui était vraiment Charles Friedman. Elle devra bien se rendre à l’évidence…

 »Marée sombre » est le deuxième roman en solo d’Andrew Gross, qui a déjà co-écrit plusieurs best-sellers avec James Patterson, un des maîtres du genre.

Deuxième thriller et toute la confirmation de son talent. Style direct, intrigue efficiace, suspense permanent.

C’est un très bon thriller que vous avez là entre les mains.

 

 »Marée sombre », Andrew Gross, J’ai lu

Le passager, Jean-Christophe Grangé

Par Christine Calmeau dans Coup de coeur, Nouveautés, Thriller , le 30 septembre 2011 15h12 | Ajouter un commentaire

grangeLe cadavre d’un SDF vient d’être retrouvé à la gare de Bordeaux. Sur le visage de la victime, on a glissé la tête évidée d’un taureau de combat… Le Minotaure ?   

Le flic chargé de l’enquête est une fliquette : Anaïs Châtelet. A 30 ans, celle-ci voit dans l’affaire l’occasion rêvée de lancer sa carrière.

Au même moment, Mathias Freire, le patron des urgences psychiatriques de la ville, recueille un amnésique qui se promenait non loin de la scène de crime, avec pour seuls bagages, un annuaire téléphonique et une clef à molette ensanglantée. Il ne se souvient de rien, et refuse que les infirmiers lui fassent passer un scanner.

Mathias et Anaïs n’ont pas le temps de se poser trop de questions : l’amnésique est assassiné à son tour. On le découvrira la cloison nasale complètement arrachée…

Mais Mathias a quand même pu se rendre compte que l’homme était atteint d’une maladie pour le moins surprenante, très rare en psychiatrie : la fugue psychique … A  la suite d’un choc, le patient devient amnésique. Au fil des jours, il pense que son état s’améliore et croit retrouver la mémoire, mais se construit une nouvelle identité…

Très embarrassant, surtout quand on pense être un meurtrier…

Grangé explique qu’il a conçu son roman un peu comme une série télé où chaque chapitre est un épisode, il précise : « un peu dans l’esprit de 24 heures chrono « .

Et on adhère directement, sans pouvoir lâcher  »le Passager ». On pense plusieurs fois avoir trouvé la clef… Raté !  A chaque cadavre, ou presque, il faut repartir à zéro, avant l’ultime rebondissement !

Une oeuvre magistrale, qui confirme la place que Jean-Christophe Grangé occupe actuellement dans le top des auteurs français du genre.

C’est  LE maître. Tout simplement.

 

 »Le Passager », Jean-Christophe Grangé, chez Albin Michel

Katiba, Jean-Christophe Rufin

Par Christine Calmeau dans En poche, Nouveautés, Thriller , le 28 septembre 2011 17h27 | Ajouter un commentaire

katibaQuatre touristes italiens viennent d’être assassinés sur une route de Mauritanie. Une attaque signée l’AQMI, Al Qaïda au Maghreb islamique. Une attaque comme il s’en produit de plus en plus dans cette région d’Afrique de l’Ouest , ancienne zone d’influence française, un désert où il se passe de drôles de choses pour le moment…

A Paris, au Quai d’Orsay, Jasmine, jeune française de 30 ans, veuve d’un diplomate, se concentre sur son tout nouveau job, au service du protocole.

Dans les rues poussiéreuses de Nouakchott, la capitale mauritanienne, Dimitri, médecin canadien, essaie, tant bien que mal, de faire tourner les urgences de l’hôpital local. Mais, ce n’est pas son objectif principal. Sa mission : infiltrer un groupe de médecins islamistes, alors que les services de renseignements du monde entier, de Washington à Alger en passant par les Emirats, sont sur les dents : on s’attend à un attentat de grande envergure, et on ne sait pas trop ce qui est en train de se tramer là-bas, dans le désert, dans ces contrées hostiles et arides.

La réponse viendra peut-être du côté de Jasmine : que manigance-t-elle, sous ses grands airs de bourgeoise stricte, que cache-t-elle exactement, quelle a été sa vie avant qu’elle n’épouse ce diplomate, quels liens entretient-elle avec le monde musulman, et avec les islamistes en particulier ?

Ce sont quelques-unes des réponses qu’il faudra apporter pour essayer de démêler toute cette histoire…

Un suspense rondement mené par Jean-Christophe Rufin, qui connaît particulièrement bien tous les dessous et les ficelles de la diplomatie, puisqu’il a occupé plusieurs postes à responsabilités à l’étranger pour le compte du gouvernement français. Ce médecin de formation, engagé dans l’humanitaire, a notamment été ambassadeur de France au Sénégal.

Il a reçu le prix Goncourt en 2001 pour « Rouge Brésil ».

Il signe ici un excellent thriller.

 

« Katiba », Jean-Christophe Rufin, FOLIO

Le jour où tu dois mourir, Marc Charuel

Par Christine Calmeau dans Nouveautés, Thriller , le 29 mai 2011 13h20 | Ajouter un commentaire

charuel1

Nous sommes le 9 août 2006. Alain Duncan prend quelques jours de repos au Cap Ferret, dans le bassin d’Arcachon, en France. Mais vacances ou pas,

le photographe de presse est toujours à l’affût d’un bon cliché. Ancien reporter de guerre, l’homme a roulé sa bosse sur tous les grands conflits de la planète, et aujourd’hui, celle qu’il guette derrière son objectif, c’est Amélie Mauresmo, la championne de tennis… on lui a assuré qu’elle s’entraînait tous les jours sur cette piste cyclable, ça fera toujours une bonne photo  à fourguer à Voici ou à Match, et de l’argent ma foi, plutôt facilement gagné.

Au même moment,  à quelques kms de là, dans une grosse villa de vacances, Madeleine Leclerc est au bord de la crise d’hystérie : la baby-sitter allemande de ses petits-enfants est en retard … Elle va devoir s’occuper elle-même de Charles et de Julie. A priori, rien à voir entre ces 2 non évènements, et pourtant …  car à partir du moment où Duncan découvre le corps atrocement mutilé de la baby-sit, l’horreur, je dis bien l’horreur ne fait que commencer.

Très vite une 2ième jeune femme disparaît, puis une 3ième…

 

Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître. Charuel signe ici son premier roman du genre. Un thriller très noir, parfois, c’est vrai que c’est un peu glauque, pour nous faire voyager, en France, en Thaïlande et en Birmanie, et l’auteur nous emmène dans un monde très très peu connu, celui des snuffs movies, où des mises à mort sont filmées puis revendues très discrètement pour des sommes astronomiques à des malades qui prennent du plaisir à visionner ces horreurs. Le livre est très dur, je vous préviens, c’est un des plus durs que j’ai lu, mais grâce à ce roman très bien construit, grâce à un suspense très bien mené, Charuel se hisse d’emblée au rang des meilleurs écrivains de thrillers .

 »Le jour où tu dois mourir », de Marc Charuel , aux éditions Albin Michel.

La Théorie des dominos, Alex Scarrow

Par Christine Calmeau dans En poche, Nouveautés, Thriller , le 20 février 2011 11h44 | 8 commentaires

dominoPlusieurs bombes explosent dans des mosquées : à La Mecque, à Médine et à Riyad . Des chiites extrémistes revendiquent les attentats.

Plus ou moins au même moment, on entend des explosions au Koweit, au Sultanat d’Oman et en Irak… bref, c’est tout le Moyen-Orient qui est en ébullition.

Mais, il n’y a pas que des mosquées ou des lieux saints musulmans qui sont visés. Des raffineries aussi. A Bakou, en Azerbaïdjan, au Kazaksthan également, et, cerise sur le gâteau, un pétrolier s’est échoué dans le détroit d’Ormuz, bloquant ainsi tout passage.

Balayant d’un revers de la main une éventuelle guerre religieuse, le gouvernement britannique s’inquiète en priorité pour ses réserves de carburant… Et si tout cela débouchait sur un déraillement de la chaîne mondiale du commerce pétrolier ?

Le mot « rationnement » est prononcé… Au quotidien, cela se traduit par un effondrement des marchés, l’arrêt des transports, les vivres et l’essence commencent à manquer, et les magasins sont pris d’assaut par des clients quasi hystériques qui vident les rayons des denrées non périssables. La panique et le chaos descendent dans les rues. Un scénario d’apocalypse semble inexorablement en marche…

Un seul homme pourrait l’arrêter…

« La Théorie des dominos » est le premier roman traduit en français d’Alex Scarrow. Un jeune auteur britannique que certains considèrent déjà comme le digne successeur de Robert Ludlum ou de Tom Clancy.  Une certitude, c’est que Scarrow a très bien réussi son coup : celui de nous tenir en haleine de la première à la dernière page. Sans être complètement parano, son thriller est d’un réalisme effrayant. Un thriller qui laisse très peu de temps au lecteur : juste celui de trembler et de reprendre son souffle, dans cette semaine acopalyptique qui pourrait nous pendre au nez, quand on voit les soubresauts qui secouent le monde arabe aujourd’hui, il y a de quoi se poser des questions.

Et si le pire se produisait, maintenant ?

« La Théorie des dominos », Alex Scarrow, au Livre de Poche

Le Domaine, Nelson DeMille, Michel Lafon

Par Christine Calmeau dans Nouveautés, Thriller , le 7 juillet 2010 15h31 | Ajouter un commentaire

domaineJohn Sutter, avocat de profession, a été marié il y a des années. Il y a plus de 10 ans, en fait. A l’époque, l’homme coulait ce qu’il croyait être des jours heureux aux côtés de ses deux enfants et de sa ravissante épouse Susan. Tout cela jusqu’au jour où il découvre le pot aux roses : sa femme le trompe avec leur nouveau voisin : un parrain de la mafia, un certain Franck Bellarosa.

Et le cauchemar devient total quand la belle Susan descend à bout portant le dit amant…

John divorce, quitte la terre ferme et les hommes pour s’installer sur son voilier et faire, pendant  de très longs mois, le tour du monde. C’est à Londres qu’il finira par s’installer.

Mais, le passé rattrape très souvent le présent. Obligé de revenir à Long Island, suite à un décès, le revoilà sur les terres du Domaine : là où il a connu tellement de bonheurs et autant de déceptions.

Et, inévitablement , John retrouve celle qu’il a voulu éviter si longtemps, son ex-femme. Des retrouvailles plutôt agréables… Il n’en va pas vraiment de même avec le fils de l’ex-amant abattu, Anthony Bellarosa…

Amour, trahison, vengeance : les passions restent vivaces dans cette belle société américaine, traumatisée au lendemain du 11 septembre.

Nelson DeMille, qui nous a déjà plus que séduits il y a quelques années avec  »la Vengeance du Lion » , ou avec  »le Déshonneur d’Elizabeth Campbell » nous propose ici non pas seulement un thriller, mais surtout une chronique de moeurs aux teintes parfois très noires, et aux accents souvent très drôles.

Seules quelques longueurs pourraient ralentir la lecture d’un affrontement sanglant entre le richissime héros et un infâme mafieux. Cela ne devrait pas empêcher celui que Dan Brown surnomme  »le maître absolu » de vendre une fois encore des millions d’exemplaires de son ouvrage.

Idéal en vacances !

 

 »Le Domaine », Nelson DeMille, chez Michel Lafon

L’instinct du mal, Patricia Cornwell

Par Christine Calmeau dans Nouveautés, Thriller , le 17 mars 2010 21h10 | Ajouter un commentaire

patricia1Tout démarre avec la découverte du cadavre d’une jeune femme, apparemment assassinée alors qu’elle faisait son jogging dans Central Park.

Apparemment parce que les constatations de la légiste Kay Scarpetta sur le corps de la victime ne collent pas du tout avec les premiers résultats de l’enquête. Mais Scarpetta, à présent conseillère spéciale auprès du médecin en chef de l’institut médico légal de New York ne veut pas croire qu’elle se trompe. Son entourage non plus d’ailleurs : ses expertises ont toujours fait mouche, même dans les plus délicats dossiers. Des dossiers qui font très souvent la une des médias. La légiste le sait. Ce qui ne l’empêche pas de participer à une émission en prime time sur CNN, où elle est engagée comme consultante depuis quelques mois. Pendant cette intervention en direct, la présentatrice essaie de la faire parler sur ce meurtre, et puis aussi sur la disparition encore plus mystérieuse d’une millionnaire appartenant à la jet set, une femme qui aurait été très proche de Lucy, la nièce chérie et terrible de Scarpetta.

Une mauvaise soirée pour l’experte qui n’est pas au bout de ses peines : à son retour, un inquiétant paquet a été livré à son domicile…

Depuis 1992, Patricia Cornwell nous emmène dans les tréfonds de l’âme humaine et des horreurs que l’homme peut infliger à ses semblables, avec un réalisme qui fait froid dans le dos.

 

Et ça plaît ! Publiée dans 35 pays, Cornwell a vendu des millions de livres et a reçu les prix les prix les plus prestigieux de la littérature policière, tant aux Etats-Unis qu’en Grande-Bretagne. Fox 2000 vient d’acquérir les droits audiovisuels pour adapter la série au cinéma, avec Angelina Jolie dans le rôle de Scarpetta.

C’est la quinzième fois donc qu’on retrouve la légiste la plus célèbre outre Atlantique et toute son équipe, pour un roman réussi : qui accorde à nouveau une place de choix aux personnages qu’on préfère, à savoir Benton, Lucy et Marino. On aimerait que Cornwell ne s’en éloigne plus trop…

 

 »L’instinct du mal », Patricia Cornwell, éditions des Deux Terres

 

Chaque enquête peut être lue séparément. Pour celles et ceux qui veulent commencer au début de la série, tous sont sortis en poche, et le premier, c’est  »Postmortem ».

Sans laisser d’adresse, Harlan Coben

Par Christine Calmeau dans Nouveautés, Thriller , le 5 mars 2010 17h48 | Un commentaire>

harlan2Myron Bolitar aurait dû être un sportif promis à un très bel avenir au sein de l’élite de la NBA américaine. Une blessure en décidera autrement. Le voilà donc reconverti dans les relations publiques, et surtout très sensible à la détresse humaine, en particulier celle de ses amis.

Une nuit, il reçoit un coup de fil : celui de Terese, une ancienne maîtresse qu’il n’a plus vue depuis de longues années. Elle le supplie de la rejoindre à Paris. Son ex-mari vient de disparaître.

Myron, dont la vie sentimentale bat de l’aile, prend l’avion. A peine a-t-il posé un orteil sur le tarmac de Roissy que les ennuis commencent. Mais, qu’importe, il doit aider celle qui a renoncé à une brillante carrière de journaliste, à la suite du décès de sa petite fille.

A Paris, il ne faut pas attendre longtemps pour retrouver le disparu : mort, assassiné.

Par qui  ? Pourquoi découvre-t-on de surprenantes traces d’ADN sur la scène de crime ? Quels sont les secrets qui rongent Terese ? Que viennent faire le Mossad, Interpol et la CIA dans toute cette affaire ?

Une certitude : celle que Myron Bolitar a mis les pieds dans une machination infernale : enlèvements, meurtres, menace islamiste, manipulations génétiques : tous les ingrédients d’une actualité brûlante y passent, avec un Coben en très grande forme.

 »Sans laisser d’adresse » est la 9ième enquête de Bolitar. C’est la première que je découvre : je croyais, à tort, que je n’aurais pas accroché.

Et pourtant, il faut se rendre à l’évidence. C’est un très bon thriller, sans temps mort, très bien traduit, avec juste ce qu’il faut de rebondissements.

Le genre d’histoire qu’on lit de la première à la dernière ligne sans s’arrêter.

 

 »Sans laisser d’adresse », Harlan Coben, Belfond


Harlan Coben, bande annonce thriller Sans laisser d'adresse
envoyé par placedesediteurs. – Découvrez plus de vidéos créatives.